Appel Forêt -
CM du 8 juillet 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Burkini à Grenoble : arc-bouté sur ses positions, Éric Piolle dénonce une « cacophonie gouvernementale »

Burkini à Grenoble : arc-bouté sur ses positions, Éric Piolle dénonce une « cacophonie gouvernementale »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – “L’affaire du burkini” s’est invitée au conseil municipal de Grenoble ce lundi 8 juillet. Interpellé par l’opposition, Éric Piolle, le maire de Grenoble, a refusé toute concession, renvoyant la balle dans le camp du gouvernement. L’édile dénonce ainsi la « cacophonie gouvernementale » qui n’a fait qu’amplifier la polémique sur ce sujet clivant. 

 

 

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

L’action de « déso­béis­sance civile » du dimanche 23 juin © Séverine Cattiaux – Placegrenet​.fr

Chassez le bur­kini par la porte, il revient par la fenêtre. Les “opé­ra­tions de déso­béis­sance civile” menées par des femmes sou­te­nues par l’Alliance citoyenne de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise conti­nuent à faire des vagues.

 

Tout par­ti­cu­liè­re­ment ce lundi 8 juillet lors de la séquence des ques­tions orales du conseil muni­ci­pal. Deux élues ont ainsi inter­pellé le maire de Grenoble sur ce sujet on ne peut plus clivant…

 

En cause ? La polé­mique qui agite le monde poli­tique gre­no­blois et la société civile suite aux actions d’ac­ti­vistes pro-bur­kini les ven­dredi 17 mai et dimanche 23 juin. De fait, à droite comme à gauche, des voix s’é­taient éle­vées pour repro­cher au maire de Grenoble l’ambigüité de sa posi­tion sur la question.

 

Éric Piolle avait bien condamné des « actions mili­tantes et média­tiques » finis­sant même par les qua­li­fier de « com­mu­nau­ta­ristes ». Mais sans pour autant tran­cher sur le sta­tut du bur­kini dans le règle­ment inté­rieur des pis­cines. C’est à l’État d’a­gir avait-t-il alors indi­qué. Dans quel objec­tif ? « Lever toute ambi­guïté sur le sta­tut du maillot de bain cou­vrant, rela­ti­ve­ment à l’hygiène et à la sécu­rité des usa­gers. »

 

 

« Attendre une hypothétique réaction de l’État est un leurre »

 

Première à por­ter l’es­to­cade au cours d’une ques­tion orale, Mireille d’Ornano du Rassemblement des patriotes. L’élue dénonce avec véhé­mence des « opé­ra­tions coup de poing ». Autant de véri­tables tests « met­tant à l’é­preuve l’au­to­rité muni­ci­pale et les règles en vigueur », estime-t-elle. Tout autant qu’elle trouve « cho­quant » que l’Alliance citoyenne soit sub­ven­tion­née à hau­teur de 6 000 euros par la Métropole.

 

Mireille d'Ornano lors de sa question orale. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Mireille d’Ornano lors de sa ques­tion orale. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant à s’en remettre au gou­ver­ne­ment, « attendre une hypo­thé­tique réac­tion de l’État est un leurre », pour­suit-elle. Avant de deman­der au maire dassu­mer une posi­tion claire et défi­ni­tive. « Nous sou­hai­tons savoir quelles mesures ou déci­sions concrètes vous comp­tez prendre pour mettre fin rapi­de­ment à cette sur­en­chère de pro­vo­ca­tions », ques­tionne la conseillère municipale.

 

 

Surexposition du personnel peinant à faire respecter le règlement

 

Autre inter­ve­nante, Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès. Entre les lignes de sa ques­tion orale, pointe le reproche d’un cer­tain manque de fer­meté. Et des reproches suite aux décla­ra­tions d’Eric Piolle. Les deux inter­pré­ta­tions pos­sibles de l’égalité répu­bli­caine évo­quées par l’é­dile* tout d’a­bord. Mais aussi les ater­moie­ments ayant pré­cédé son appel au res­pect du règle­ment inté­rieur des piscines.

 

Marie-José Salat a également interpellé le maire sur la question du burkini. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marie-José Salat a éga­le­ment inter­pellé le maire sur la ques­tion du bur­kini. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Des hési­ta­tions qui, selon l’é­lue, « ont cer­tai­ne­ment convaincu les inté­res­sés de l’intérêt de renou­ve­ler l’opération le dimanche 23 juin ». Avec, à la clé, plu­sieurs consé­quences « fâcheuses ». Comme celles d’at­ti­rer l’at­ten­tion média­tique, de pri­ver les gre­no­blois de l’ac­cès aux pis­cines et « de sur­ex­po­ser leur per­son­nel pei­nant à faire res­pec­ter la règle­men­ta­tion ».

 

Pour Marie-José Salat, il est des ren­dez-vous à ne pas man­quer. « Vous enga­gez-vous à dire fer­me­ment que vous ne révi­se­rez pas le règle­ment inté­rieur des pis­cines […] pour céder aux pres­sions d’associations pour qui la liberté indi­vi­duelle prime sur les prin­cipes de notre République ? », interroge-t-elle.

 

« Il y a de quoi être inquiet devant la cacophonie gouvernementale »

 

Éric Piolle ne s’est pas emba­rassé de tour­nures de rhé­to­rique dans ses réponses aux deux élues. Face à Mireille d’Ornano, il a évo­qué une « bonne grosse polé­mique nau­séa­bonde […] ali­men­tée depuis plu­sieurs semaines par l’ex­trême droite ».  « Vous ten­tez d’im­por­ter le buzz dans notre assem­blée et pour ma part, je vais conti­nuer sur ma ligne, je ne des­cen­drais pas dans la boue ». Avant de fus­ti­ger les « pro­fes­sion­nels de l’a­gi­ta­tion com­mu­nau­taire » et les « poli­ti­ciens en mal de visi­bi­lité ». Bref, « l’in­verse d’un débat poli­tique apaisé » selon lui.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« La République sert la jus­tice, pas les pri­vi­lèges. Elle est une et indi­vi­sible », pour­suit-il un peu solen­nel­le­ment. Pour le maire, l’État, et lui seul, est garant de cette règle. « Il ne sau­rait y avoir une défi­ni­tion de l’é­ga­lité par com­mune. Ou bien demain nous aurons 36 000 formes d’égalité dans la République », lance-t-il. Et ce der­nier de s’in­quié­ter de « la caco­pho­nie gou­ver­ne­men­tale sur ce sujet ».

 

De fait, plu­sieurs membres du gou­ver­ne­ment se sont expri­més sur ce thème. Notamment Nicole Belloubet qui avait estimé « ne pas être cer­taine qu’il faille légi­fé­rer sur tout ». Ou encore Édouard Philippe prô­nant la fer­meté dans le res­pect des règles édic­tées pour les pis­cines. Des décla­ra­tions qui n’ont pas man­qué de faire réagir Éric Piolle. « Il n’est pas accep­table […] que les gar­diens de la cohé­sion natio­nale soient à ce point dans le flou et s’a­musent des polé­miques qui divisent les Français », s’of­fusque l’élu.

 

 

« Toute infraction est et sera sanctionnée simplement et sans détours »

 

Quant au règle­ment inté­rieur des pis­cines, Éric Piolle reste droit dans ses bottes. « Toute infrac­tion est et sera sanc­tion­née sim­ple­ment et sans détours », appuie l’é­dile. Face aux inci­vi­li­tés, par ailleurs pas spé­ci­fiques à Grenoble, des actions coor­don­nées avec les agents, des entre­prises de sécu­rité, les polices muni­ci­pale et natio­nale sont en place, assure le pre­mier magistrat.

 

Un accom­pa­gne­ment s’im­po­sant d’au­tant plus que la pis­cine Jean-Bron accueille près de 1 200 per­sonnes par jour. Et que ce chiffre a atteint 1 800 lors du der­nier épi­sode caniculaire.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Répondant à Marie-José Salat, Éric Piolle se montre sur­pris de la teneur de sa ques­tion. Ce d’au­tant plus qu’elle sur­vient « au beau milieu d’une période dra­ma­tique », sou­ligne-t-il. Et de dres­ser une liste des ser­vices réga­liens pous­sés « aux limites du burn-out » par les réformes du gouvernement.

 

Urgentistes, pom­piers, pro­fes­seurs, magis­trats… « la liste est longue », sou­ligne l’élu. « Je suis sur­pris que votre empa­thie, votre sens du ser­vice public vous poussent, en prio­rité, à remettre une pièce dans la polé­mique bur­kini », tacle-t-il. Avant de confé­rer à l’é­lue le sta­tut « d’a­vo­cate du gou­ver­ne­ment sur un sujet où il est notoi­re­ment inca­pable de jouer son rôle de cohé­sion nationale ».

 

 

Sanctuariser les piscines comme des lieux où les signes religieux n’ont pas de place ?

 

Piscine Jean Bron, ce dimanche 30 juin fermée exceptionnellement par mesures de sécurité à 14h © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Piscine Jean Bron, ce dimanche 30 juin fer­mée excep­tion­nel­le­ment par mesures de sécu­rité à 14h © Séverine Cattiaux – Placegrenet​.fr

L’occasion une nou­velle fois d’en­fon­cer le clou. Plus qu’il ne l’a­vait fait avec Mireille d’Ornano.  « C’est bien au gou­ver­ne­ment de choi­sir quelle option il veut prendre pour toutes les pis­cines de France », mar­tèle l’élu.

 

Faut-il les sanc­tua­ri­ser comme des lieux où les signes reli­gieux n’ont pas de place ? Tout comme c’est le cas pour les écoles, les col­lèges, les lycées. Telle est la ques­tion selon Éric Piolle.

 

Et de conclure sur un ton sec et sans appel. « Pour la stra­té­gie du buzz déve­lop­pée par ceux qui ont choisi ce mode d’ac­tion, cha­cun ici assu­mera la par­ti­tion qu’il a jouée au détri­ment des gre­no­bloises et des gre­no­blois ».

 

Joël Kermabon

 

 

* « Pour cer­tains, la régle­men­ta­tion actuelle, à Grenoble, qui est la même que par­tout dans la Métropole et essen­tiel­le­ment la même par­tout en France, est jugée dis­cri­mi­nante. Pour d’autres, la régle­men­ta­tion actuelle, à Grenoble, dans la Métropole, en France, pro­tège l’égalité en tenant à dis­tance les signes d’appartenance religieux. »

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

A Grenoble, Paysages de France lance un ultimatum à Eric Piolle. Pourqu'il retire ou s'engage à le faire, la publicité numérique des abribus.
Affichage publicitaire : Paysages de France lance un ultimatum au maire de Grenoble

EN BREF - À Grenoble, la porte laissée ouverte à la publicité numérique sur les abribus  fait bondir Paysages de France. L'association a lancé un Lire plus

La piscine Vaucanson de Grenoble restera fermée « au minimum » quatre ou cinq ans

  FIL INFO — Fermée depuis novembre 2019, la piscine Vaucanson de Grenoble ne rouvrira pas ses portes avant… quatre ou cinq ans. Telle est Lire plus

Provocation, médiatisation, victimisation… Retour sur les dessous de l’opération burqini à Grenoble

  ENQUÊTE - La campagne pour introduire le burqini dans les piscines publiques continue. Alors qu'à Grenoble le maire a saisi la ministre des Sports, Lire plus

Burkini interdit dans les piscines à Grenoble : un collectif de femmes appelle à la désobéissance civile

FOCUS - Alors que le règlement intérieur des piscines municipales à Grenoble interdit le port du burkini pour des raisons d'hygiène, un collectif de femmes Lire plus

Alors que le futur règlement local de la publicité sur le territoire de la Métropole de Grenoble se dessine, Paysages de France (re)monte au créneau.
Publicité : le ton monte entre la Métropole de Grenoble et Paysages de France

FIL INFO - Alors que les réunions se poursuivent en vue de faire adopter le futur règlement local de la publicité intercommunal sur le territoire Lire plus

En 2020, la Métropole de Grenoble entend limiter l'affichage publicitaire à un format de 4m2 maxi. Et limiter l'emprise du numérique.
Affichage publicitaire dans l’agglomération grenobloise : coup de balai en 2020 ?

DÉCRYPTAGE - Demain, la Métropole de Grenoble aura-t-elle un seul et unique règlement local de la publicité ? Et surtout sur quel modèle ? Celui Lire plus

Flash Info

|

29/07

19h56

|

|

28/07

16h27

|

|

28/07

12h09

|

|

28/07

9h40

|

|

27/07

20h21

|

|

27/07

12h00

|

|

27/07

10h43

|

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin