Opération burkini dans une piscine publique de Grenoble : si le maire ne se mouille pas, les réactions affluent

sep article

Notre indépendance c

DÉCRYPTAGE – La brève trempette de femmes vêtues de burkini dans une piscine municipale de Grenoble n’en finit pas de faire des vagues. Alors que les réactions de tous bords se multiplient, le maire de Grenoble jusque-là silencieux s’est fendu d’un simple communiqué… où il botte en touche. De quoi faire enfler un peu plus la polémique qu’il dénonce. Et poser la question de l’incursion de l’islam politique dans les affaires grenobloises.

 

 

UNE Le groupe des femmes musulmanes qui revendiquent le droit de porter un burkini dans les piscines municipales de Grenoble, soutenues par l'Alliance citoyenne, mardi 21 mai 2019 © Séverine Cattiaux- Place Gre'net

Petit groupe des femmes reven­di­quant le droit de por­ter un bur­kini dans les pis­cines muni­ci­pales de Grenoble. © Séverine Cattiaux- Place Gre’net

À Grenoble, l’ir­rup­tion du bur­kini dans une des pis­cines muni­ci­pales de la ville n’en finit pas de faire des vagues. Le 17 mai, une dizaine de femmes vêtues de ce maillot très cou­vrant inter­dit par le règle­ment inté­rieur, avaient pu sans dif­fi­culté accé­der jus­qu’au bas­sin d’une des pis­cines de Grenoble et s’y ébattre. Le tout avec le sou­tien de l’Alliance citoyenne, asso­cia­tion connue pour ses actions d’in­ter­pel­la­tion face aux dis­cri­mi­na­tions et injus­tices dans l’ac­cès au ser­vice public.

 

Depuis, c’est le tollé. Car l’o­pé­ra­tion, annon­cée, avait mani­fes­te­ment obtenu si ce n’est l’a­val, la clé­mence du maire éco­lo­giste de Grenoble. Ce n’est que cinq jours plus tard, ce mardi 21 mai, à quelques heures d’une ren­contre entre la Ville et les pro­ta­go­nistes de l’o­pé­ra­tion qu’Eric Piolle est sorti de son silence. Dans un com­mu­ni­qué. Et… pour ne pas prendre posi­tion. « Les condi­tions d’un dia­logue serein ne sont pas réunies pour échan­ger en bonne intel­li­gence sur ce sujet », y indique-t-il, bot­tant ainsi en touche.

 

 

Eric Piolle dénonce une « stratégie du choc et du buzz »

 

En cause ? La « polé­mique » née, selon lui, de l’o­pé­ra­tion, la « stra­té­gie du choc et du buzz », qui serait fomen­tée par l’Alliance citoyenne d’un côté et ses adver­saires poli­tiques de l’autre. Et ce, « à une semaine d’une élec­tion qui exa­cerbe les frac­tures de notre société ».

 

Plus par­ti­cu­liè­re­ment visé ? Le chef de file de l’op­po­si­tion de droite répu­bli­caine à la Ville, et can­di­dat déclaré aux élec­tions muni­ci­pales à Grenoble en 2020. Matthieu Chamussy a en effet été le plus prompt et le plus viru­lent après l’o­pé­ra­tion menée à la pis­cine des Dauphins. Mais aussi face au “long” silence et à ce que d’au­cuns dénoncent comme le « lais­ser-faire » du maire.

 

Lui, per­siste et signe. Contre l’ac­tion – une infrac­tion au règle­ment muni­ci­pal – et contre le dis­cours qui l’ac­com­pagne.

 

Matthieu Chamussy lors du conseil municipal du 17 décembre 2018. © Place Gre'net

Matthieu Chamussy © Place Gre’net

« Ce stra­ta­gème d’inversion des rôles et des valeurs qui consiste à évo­quer un com­bat de “déso­béis­sance civile” et à se réfé­rer à la lutte conduite par Rosa Parks, pointe-t-il. Rosa Parks, per­son­na­lité emblé­ma­tique de lutte contre la ségré­ga­tion raciale, se bat­tait pour des droits uni­ver­sels et non pour frac­tu­rer la société. »

 

Contre, plus lar­ge­ment, l’i­déo­lo­gie que sous-ten­drait cette action. En l’oc­cur­rence, l’islamisme poli­tique, « qui vise, petit à petit, à impo­ser ses propres règles à la société ». Il n’est pas le seul à le pen­ser. Pour l’ex-maire de Grenoble Alain Carignon, can­di­dat lui aussi en 2020, l’o­pé­ra­tion bur­kini n’est rien d’autre qu”« une pro­vo­ca­tion orga­ni­sée par des tenants de l’islamisme inté­griste ».

 

« La tech­nique du mor­cel­le­ment de la société que favo­rise sys­té­ma­ti­que­ment la muni­ci­pa­lité en sou­te­nant toutes les reven­di­ca­tions indi­vi­duelles afin de satis­faire des clien­tèles exa­cerbe les ten­sions, éli­mine tout sen­ti­ment d’appartenance et des­tin col­lec­tif », accuse même l’ex-maire de Grenoble.

 

 

« Le maire de Grenoble a perdu toute boussole ! »

 

Contactés à plu­sieurs reprises, les ser­vices de la Ville n’ont jamais répondu à nos sol­li­ci­ta­tions. Mais la non prise de posi­tion du maire de Grenoble a aussi mis le feu aux poudres. Notamment lors­qu’il a déclaré voir « deux inter­pré­ta­tions pos­sibles de l’é­ga­lité répu­bli­caine ».

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
13116 visites | 30 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 30
  1. Un bug tech­nique (?) m’empêche de répondre à Caro.
    1. Je n’ai pas mieux que cet article du « Dauphiné ».
    2. Phrases tirées de leur contexte ? Mais pas besoin de contexte : les phrases sont par­lantes par elles-mêmes et atter­rantes. Je ne vais pas reve­nir sur ce qu’elles impliquent de grave.
    3. « On a échangé mardi avec ces dames ». Mais c’est bien là le pro­blème : il n’y a rien à dis­cu­ter ni a for­tiori à négo­cier avec ces dames !!!! On reçoit les acti­vistes isla­mistes mais on jette l’a­na­thème sur un élu répu­bli­cain.
    4. E.Piolle refuse d’a­li­men­ter un buzz qu’il fait explo­ser avec son silence puis sa com­plai­sance !!!! C’est bien parce que le maire de Grenoble tient des pro­pos inac­cep­tables que le souf­flé est monté à vitesse Grand V !
    Pire : si Gilce attri­bue la res­pon­sa­bi­lité de la mon­tée du FN/RN au PS, j’ai bien le sen­ti­ment, moi, que la sou­mis­sion active d’une « gauche » si atten­tive aux com­mu­nau­ta­rismes reven­di­ca­tifs et à ce qu’un essayiste contem­po­rain appelle « la dic­ta­ture des iden­ti­tés », n’est pas pour rien dans la mon­tée de l’ex­trême-droite.
    Piolle fait de la petite poli­tique à courte vue tota­le­ment contre-pro­duc­tive (ne don­nons pas de gages à l’ex­trême-droite – alors qu’on lui ouvre un bou­le­vard) en même temps qu’il révèle tout ce que son idéo­lo­gie « pro­gres­siste » repré­sente de menace pour le bien com­mun et le vivre ensemble.
    5. « Ce qui m’importe, c’est que le règle­ment inté­rieur des pis­cines ne soit pas modi­fié. » Grandiose vic­toire !
    Feignez-vous d’ou­blier illico tout ce qui s’est joué à par­tir de la pro­vo­ca­tion de « L” Alliance Citoyenne » ?
    Vous-même avez eu le cou­rage de dire tout le mal que vous pen­siez de cette asso­cia­tion et de ce qu’elle véhi­cule. Ayez donc celui de recon­naître que dans cette affaire Eric Piolle a com­mis, pour le moins, une mal­adresse mais plus sûre­ment encore une faute en n’ayant pas mani­festé (euphé­misme) la même intran­si­geance que vous.
    De votre part ce serait moins une preuve d’hon­nê­teté qu’une marque de logique.

    sep article
  2. Le bur­kini n’a pas été inventé récem­ment en Australie par une liba­naise qui l’aurait fait pour sa nièce, ça c’est la ver­sion Walt Disney de l’histoire. En réa­lité, le bur­kini n’est que la décli­nai­son aqua­tique de la « tenue de sport » créée et impo­sée depuis plus de 20 ans aux femmes par la « répu­blique » isla­mique d’Iran.
    Voici com­ment sont les spor­tives ira­niennes aujourd’hui :
    http://www.iran-daily.com/News/168359.html?catid=3&title=168359
    Voilà com­ment elles étaient avant :
    http://www.parstimes.com/sports/women/history/
    Chez les bar­bus d’Iran, c’est 38 ans de pri­son et 148 coups de fouet si on est l’avocate de femmes qui ont retiré leur voile en public.
    https://www.hrw.org/fr/news/2019/03/12/iran-une-militante-des-droits-des-femmes-condamnee-une-lourde-peine-de-prison
    Alors le cirque vic­ti­maire de Taous Hammouti orga­nisé par cette « alliance citoyenne » bidon, c’est juste indé­cent. Et le maire qui parle d’interprétations de l’égalité répu­bli­caine !

    sep article
  3. Trois ans après…
    .…
    l’été du bur­kini,
    les affaires Décathlon et Etam,
    le tes­ting-hap­pe­ning-guet-apens du res­tau­ra­teur de Tremblay-en-France,
    les actions en jus­tice du CCIF faci­li­tées par un Conseil d’Etat qui assume sa vision très libé­rale de la laï­cité (les étu­diantes des écoles d’infirmerie auto­ri­sées à por­ter le hijab en cours),
    les tri­bunes dans les médias,
    Mennel à The Voice,
    les décla­ra­tions devant les ins­tances Onusiennes ou de l’UE fai­sant de la France un pays hos­tile aux femmes musul­manes et à l’islam,
    la com­mu­ni­ca­tion de l’islam ludique et fun de Lallab,
    le hijab day à Sciences Po,
    les ate­liers de confec­tion de hijabs de l’association quasi évan­gé­liste Coexister,
    la média­ti­sa­tion de l’étudiante voi­lée mili­tante syn­di­cale, dont l’UNEF a fait un sym­bole pour raco­ler de nou­veaux membres et signer un chan­ge­ment de ligne idéo­lo­gique,
    la condam­na­tion ridi­cule de la France par une com­mis­sion aux pré­ro­ga­tives limi­tées de l’ONU dans l’affaire de la crèche Baby-Loup, avant cela le rap­port Tuot si odieux sur la grande nation inclu­sive,
    l’activisme inter­sec­tion­nel et cette trou­vaille oxy­mo­rique de fémi­nisme isla­mique,
    la séna­trice Benbassa qui ne trouve pas le voile plus alié­nant que la mini-jupe,
    Castaner assi­mi­lant le voile à la man­tille catho­lique,
    Juppé au fichu de sa grand-mère,
    Nathalie Loiseau qui ne trouve rien à y redire…
    etc, etc.…
    … le voile est tou­jours au centre du débat poli­tique !

    Voici l’o­pi­nion sur le voile d’un col­lec­tif de femmes et d’hommes de culture ou d’o­ri­gine musul­mane ( lalibre.be)
    https://www.lalibre.be/debats/opinions/le-hijab-est-une-prison-sexiste-mortifere-alienante-5cc07c819978e2534785bf6d

    Ce n’est pas un hasard si le voile se déve­loppe au même rythme que l’islamisme. Ce n’est pas défendre les musul­mans, ce n’est pas trai­ter l’autre en égal, que de se taire ou de céder sur la ques­tion du voile.

    Ces der­nières années, chaque sai­son est l’occasion d’un nou­vel épi­sode dans la saga du voile. Ce der­nier mois par exemple, une affiche du Parlement jeu­nesse Wallonie pré­sen­tait l’image d’une jeune fille voi­lée, tan­dis que Décathlon pro­po­sait à la vente un hijab de run­ning. Gageons qu’à l’approche de l’été, c’est le bur­kini qui refera sur­face. À chaque sai­son, la ques­tion du voile res­sur­git ; le voile à l’école, le voile au tra­vail, le voile à la plage et le voile en poli­tique.

    Il est désor­mais banal de voir des femmes et des filles voi­lées dans la rue, les publi­ci­tés ou les maga­zines, quand ce n’est pas sur des listes élec­to­rales ou au sein même des ins­ti­tu­tions, comme ce fut le cas avec l’élection de Mahinur Ozdémir en 2009 (CDH).
    Des supré­ma­tistes blancs, des assas­sins sèment la mort en Nouvelle-Zélande et, immé­dia­te­ment, la Première ministre néo-zélan­daise arbore le voile.

    Pourtant, dès que quelqu’un ose inter­ro­ger sa signi­fi­ca­tion pro­fonde, il est sommé de se taire, par­fois avec une vio­lence extrême. « Raciste ! », « isla­mo­phobe ! », les mots sont lâchés et il n’est plus pos­sible de se par­ler. Sous cou­vert de tolé­rance, cer­tains imposent une véri­table omerta. Pourtant, ce n’est pas un hasard si le voile se déve­loppe au même rythme que l’islamisme.

    Quelle est la signi­fi­ca­tion du hijab ?
    Le hijab est un tissu qui couvre les che­veux, le cou et les oreilles. Il pose l’impureté du corps entier de la femme et ne se retire pas, quelle que soit l’occasion.
    Le hijab per­met de pro­té­ger les hommes, qui seraient inca­pables de se maî­tri­ser. Appelons un chat un chat : dans cette logique, les femmes sont des ten­ta­trices, des salopes, les hommes sont des faibles et des libi­di­neux.
    Le voi­le­ment des petites filles, par­fois bébés, sert à les habi­tuer à avoir honte de leur corps et les pré­pare à se main­te­nir dans le sta­tut d’objet sexué.
    Le hijab est une pri­son sexiste, mor­ti­fère, alié­nante. Et son déve­lop­pe­ment est direc­te­ment lié à l’islamisation des socié­tés.
    Avant la vague isla­miste, les musul­manes, pour la plu­part, ne por­taient pas le voile. Rappelons-nous la célèbre vidéo du chef de l’État égyp­tien Nasser qui, en 1953, sus­ci­tait l’hilarité de l’assemblée en nar­rant sa réponse aux Frères musul­mans sou­hai­tant qu’il impose le voile aux femmes : « Je lui ai répondu que c’était reve­nir à l’époque où la reli­gion gou­ver­nait et où on ne lais­sait les femmes sor­tir qu’à la tom­bée de la nuit. »

    Le voile s’est imposé paral­lè­le­ment à l’islamisme, l’Iran d’abord, puis l’Algérie, la Tunisie…
    Vous êtes-vous demandé pour­quoi le pre­mier acte des isla­mistes est d’imposer le voile, alors que celui des femmes libé­rées de Daech, de l’esclavagisme sexuel, est de brû­ler les hijabs ?

    Des résis­tants au péril de leur vie
    Des femmes et des hommes résistent, au péril de leur vie. Et sont fouetté(e)s, enfermé(e)s, assassiné(e)s pour avoir refusé le voi­le­ment des femmes ! Des hommes aussi car le voile, ce n’est pas qu’une his­toire de femmes : c’est une ques­tion poli­tique.
    Il y a quelques semaines, l’avocate Nasrin Sotoudeh, qui défend les Iraniennes qui ont osé reti­rer leur voile, s’est fait condam­ner à des coups de fouets et à une peine d’emprisonnement pour conspi­ra­tion et pro­pa­gande contre le sys­tème. Sa peine ini­tiale fut aggra­vée pour indé­cence, car elle s’est pré­sen­tée tête nue à son propre pro­cès.
    Pourquoi une femme serait-elle prête à se faire fouet­ter et enfer­mer, si ce n’était qu’une his­toire de che­veux ?

    Pourquoi Décathlon a‑t-il appelé son acces­soire de run­ning « hijab » et non « cagoule de course » ? Soyons réa­listes, c’est un pro­duit à des­ti­na­tion des pays où le voile n’est pas imposé. Dans les pays isla­mistes, les femmes n’en ont pas besoin puisqu’elles n’ont pas le droit de cou­rir, nager, faire du vélo.

    L’introduction du hijab dans nos socié­tés est l’acte poli­tique d’un islam poli­tique.
    Ce n’est pas défendre les musul­mans ; ce n’est pas trai­ter l’autre en égal que de se taire ou de céder sur la ques­tion du voile. De par le monde, ce sont les musul­mans les pre­mières vic­times des isla­mistes !

    Écoutez les voix
    Du Maroc à l’Algérie, en pas­sant par le Canada, l’Iran, la France, la Belgique ou le Soudan, de nom­breuses voix s’élèvent pour dénon­cer l’extrémisme poli­tique dont le hijab est le sym­bole. Il est temps de les entendre !
    Nous, femmes et hommes de culture ou d’origine musul­manes, ayant vécu ou subi l’islamisation de nos socié­tés, sommes inquiets de voir se déve­lop­per un argu­men­taire iden­ti­taire au fur et à mesure que se déve­loppe en paral­lèle un isla­misme ram­pant, à l’instar de ce que l’on a vu et vécu dans nos pays d’origine.
    Nous deman­dons que notre voix et nos expé­riences quant à la ques­tion du voile et de ce qu’il pré­fi­gure comme pro­jet poli­tique, soient enten­dues et recon­nues.
    Nous deman­dons à tous – jour­na­listes, poli­tiques, citoyens, et ce, quels que soient vos ori­gines ou enga­ge­ments – de vous mêler à ce débat. Il vous appar­tient autant qu’à nous, par idéal et convic­tions mais éga­le­ment parce que la contra­dic­tion est ce que craignent le plus les extré­mistes de tous bords.
    Titre et chapô sont de la rédac­tion.
    Titre ori­gi­nal : « Encore une his­toire de voile ! »

    Liste des signa­taires :
    Djemila Benhabib, poli­to­logue et écri­vaine
    Fatiha Boudjahlat, ensei­gnante essayiste
    Jamila Si M’Hammed ; pré­si­dente du Comité belge de Ni putes ni sou­mises
    Omar Gousmi, ensei­gnant ;
    Bahareh Dibadj, psy­cho­logue sexo­logue
    Fadila Maaroufi, anthro­po­logue, tra­vailleuse sociale
    Daoud Azam Daimoussi, mili­tant laïque
    Mouna Messaoudi artiste
    Latifa Drissi, autoen­tre­pre­neuse
    Amir Dibadj, comp­table
    Guitty Nassery ; Yeter Celili ; indé­pen­dante
    Waleed Al-Husseini, essayiste et écri­vain
    Chemsi Cheref-khan, ini­tia­teur du Mouvement citoyen de soli­da­rité avec les démo­crates musul­mans
    Hamid Zanaz, libre-pen­seur et essayiste
    Salwa Tazi, écri­vain et confé­ren­cière
    Hamid Benichou, cofon­da­teur du centre citoyen belge Musulmans laïques
    Fathi Nouhad, jour­na­liste
    Mahyne Nasseri Manzar Banal, indé­pen­dante
    Youcef Hadbi, archi­tecte
    Mohammed Guerroumi, délé­gué régio­nal à l’Instance natio­nale de dia­logue avec l’islam-Nantes
    Sémira Tlili, mili­tante laïque et pré­si­dente de l’association #Reseau1905
    Mohammed Louizi, ingé­nieur-essayiste ;
    Khaled Slougui, consul­tant for­ma­teur ;
    Kamel Bencheikh, écri­vain ;
    Abdel Serghini, révi­seur d’entreprises ;
    Sam Touzani, artiste-citoyen.

    sep article
  4. Le « com­mu­nity orga­ni­zing » est un truc importé des USA, c’est le credo de cette soit disante « alliance citoyenne ».
    Voici un nou­veau pro­jet bien dans leurs cordes : quelle tenue de bain pour les nudistes qui en ont font une « reli­gion » ?
    https://www.dailymotion.com/video/x1csh4c

    sep article
  5. Je crois que je vais aller dans une pis­cine d’Afrique en maillot de bain 2 pièces, je vais fil­mer toutes les réac­tions et après, je vais por­ter plainte pour dis­cri­mi­na­tion et fran­co­pho­bie.

    sep article
  6. Parfois, il vaut mieux se mon­trer au-des­sus de la mêlée que de jeter de l’huile sur le feu …
    Cela ne veut abso­lu­ment pas dire que le règle­ment inté­rieur des pis­cines sera modi­fié.
    L’alliance citoyenne a mon­tré ses limites du « vivre ensemble » et du res­pect de ses concitoyen.ne.s.

    sep article
    • Réaction iden­tique à celle du maire. Ce qui fait que ce col­lec­tif va conti­nuer. Or il aurait dû a minima faire un rap­pel au règle­ment et aux prin­cipes répu­bli­cains : c’est cela qui l’au­rait grandi et mis au des­sus de la mêlée ! Au lieu de cela, il a assi­milé Chamussy le répu­bli­cain à l’ex­trême-droite, le met­tant sur le même plan que l’ex­trême-droite isla­miste fas­ciste et sexiste, anti­sé­mite et raciste ! Encore un renon­ce­ment…

      sep article
    • Non Eric Piolle ne s’est pas mon­tré « au-des­sus de la mêlée ».
      Des élus ont reçu ces acti­vistes et lui-même a tenu des pro­pos inac­cep­tables.

      sep article
      • On a beau être contre les bur­qui­nis, je ne vois pas pour­quoi des élus ne rece­vraient pas des habi­tants gre­no­blois. Là il y aurait eu dis­cri­mi­na­tion en cas de refus de ren­contre.
        Les rece­voir ne veut pas dire accep­ter leurs dires et reven­di­ca­tions.

        sep article
        • Piolle aurait-il reçu Renaud Camus, Marine Le Pen, Soral, Dieudonné, des racistes assu­més ou des homo­phobes ? Alors pour­quoi rece­voir des isla­mistes fai­sant l’a­po­lo­gie d’at­ten­tats, du sexisme et par inci­dence de la vio­lence et du racisme ? A l’é­poque la gauche « ne pac­ti­sait pas avec le diable » ! Dans notre cas, les rece­voir envoie un mes­sage très ambigü et leur donne une cer­taine légi­ti­mité alors qu’ils savaient TRES BIEN être sur une pente dan­geu­reuse ! La mai­rie avait la pos­si­bi­lité d’af­fir­mer un mes­sage répu­bli­cain fort, tout en disant que si elles n’é­taient pas contentes, elles fasaient un recours juri­dic­tion­nel ! Au sur­plus, rien que le com­mu­ni­qué du maire est scan­da­leux!!!!

          sep article
          • Gilce a répondu deux fois à ma place !
            J’avais d’ailleurs envoyé ma réponse à Caro avant d’a­voir eu connais­sance de son retour.
            Tout est excel­lem­ment dit.
            TOUT : assi­mi­ler Chamussy, gaul­liste social à l’ex­trême-droite, rece­voir ou faire rece­voir des acti­vistes isla­mistes alors qu’il a tout fait pour inter­dire un spec­tacle de Dieudonné, etc.…
            Oui, Gilce a rai­son, c’est indé­cent, scan­da­leux.
            Si parmi les inter­ve­nants à qui PlaceGre’Net accorde la parole se trouvent quelques ner­vis nos­tal­giques de l’ère Carignon, qui ne voit que se mani­feste ici un vrai front répu­bli­cain qui ne veut, à la tête de Grenoble, ni d’un vieux che­val de retour, ni d’un « idiot utile » du tota­li­ta­risme du 3ème mil­lé­naire.

            sep article
            • Je suis un peu éton­née que vous mélan­giez tout, comme Gilce.
              Demander l’in­ter­dic­tion d’un spec­tacle de Dieudonné, c’est deman­der l’in­ter­dic­tion de la tenue sur scène de pro­pos anti­sé­mites, contraires à la loi.
              Le bur­quini à la pis­cine est inter­dit dans le règle­ment inté­rieur, mais pas dans la loi, donc on peut en dis­cu­ter. Ca m’ar­rache le cla­vier d’é­crire ça alors que je suis fon­ciè­re­ment contre le bur­quini et le voile. Il a écrit :
              « Force est de consta­ter que les condi­tions d’un dia­logue serein ne sont pas réunies pour échan­ger en bonne intel­li­gence sur ce sujet. Dans ce contexte, la prio­rité de la Ville de Grenoble est de tout faire pour évi­ter d’alimenter la « mon­tée aux extrêmes » au moment où notre société doit se tour­ner vers ce qui la ras­semble et la réunit. »
              C’est quand même assez clair que, contrai­re­ment à ce qu’a affirmé Carignon, il n’a pas accepté le bur­quini. Les voi­lées bur­qui­niennes sont cor­na­quées par « l’al­liance citoyenne » qui a pignon sur rue, elles ne sont pas venues toutes seules.
              Faut-il inter­dire cette asso­cia­tion ?
              Avez-vous le com­mu­ni­qué de E. Piolle ? je ne l’ai pas trouvé.

              sep article
              • https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/05/21/pour-eric-piolle-les-conditions-d-un-dialogue-serein-ne-sont-pas-reunies

                Extraits : « J’entends la contro­verse, sur deux inter­pré­ta­tions pos­sibles de l’égalité répu­bli­caine, qui nous est pré­cieuse à toutes et à tous ici. Pour cer­tains, la régle­men­ta­tion actuelle, à Grenoble, qui est la même que par­tout dans la Métropole et essen­tiel­le­ment la même par­tout en France, est jugée dis­cri­mi­nante. Pour d’autres, la régle­men­ta­tion actuelle, à Grenoble, dans la Métropole, en France, pro­tège l’égalité en tenant à dis­tance les signes d’appartenance reli­gieux. »
                Cela s’ap­pelle du RELATIVISME : « deux inter­pré­ta­tions pos­sibles ».… Ce qui signi­fie = « qui se valent » ! « Pour cer­tains »/« Pour d’autres ».
                Des « INTERPRÉTATIONS » !!!!!
                La pre­mière comme la seconde !
                Bref, la Loi d’un côté ou à tout le moins une régle­men­ta­tion admi­nis­tra­tive s’ap­puyant sur le droit, et de l’autre une OPINION, une idée, une thèse, une théo­rie qui n’a pas plus de légi­ti­mité qu’une autre, eh bien pour Piolle, c’est pareil.
                « C’est un sujet sen­sible qui a déjà embrasé le débat public plus d’une fois par le passé ailleurs dans notre pays. Je regrette que les deux acteurs de la polé­mique par­tagent une même stra­té­gie du choc et du buzz. D’un côté en expo­sant des agents du ser­vice public, des usa­gers du ser­vice public, et en pré­fé­rant le buzz au débat. De l’autre côté, en jouant la cari­ca­ture, le péril, la peur, avec cer­tains pro­pos qui débordent du cadre répu­bli­cain. »
                Moi Piolle je ren­voie dos à dos les « deux acteurs de la polé­mique » puis­qu’ils « par­tagent une même stra­té­gie du choc et du buzz ».
                « cer­tains pro­pos qui débordent du cadre répu­bli­cain » ????? Le com­mu­ni­qué de Chamussy qui rap­pelle le com­plo­tisme et les posts Facebook indignes de la meneuse ?????
                Bref, je per­siste et signe : sur cette affaire, Eric Piolle a défi­ni­ti­ve­ment perdu la face. Il fait rece­voir des acti­vistes objec­ti­ve­ment dan­ge­reux mais cherche à faire inter­dire un spec­tacle dont je rap­pelle que la jus­tice a auto­risé la tenue !
                Faut-il rap­pe­ler ce que signi­fie « Etat de droit » ?
                Et si vous, Caro, pre­nez la défense du maire alors que vous êtes une farouche oppo­sante au voile et au bur­kini, moi-même j’a­bo­mine Dieudonné et ses thèses ignobles, mais j’es­time que le maire de Grenoble a outre­passé ses pré­ro­ga­tives.
                J’ai long­temps cru Eric Piolle un écolo géné­reux et naïf.
                Au fil de son man­dat, c’est l’i­déo­logue en lui qu’il donne à voir, le dog­ma­tique aveugle.

                sep article
                • j’ai lu cet article. Ce n’est pas le com­mu­ni­qué et je me méfie tou­jours des phrases tirées de leur contexte.
                  Les pos­si­bi­li­tés de com­men­taires du D.L. ont été désac­ti­vés …
                  E. Piolle aurait dit aussi
                  « On a échangé mardi avec ces dames, qui sont des com­munes alen­tour. Mais on ne va pas ali­men­ter le buzz à une semaine d’un scru­tin où le RN est annoncé en tête. On n’est pas sur une évo­lu­tion du règle­ment – qui est d’ailleurs le même ailleurs en France – dans ces condi­tions-là »
                  Ce qui m’im­porte, c’est que le règle­ment inté­rieur des pis­cines ne soit pas modi­fié.

                  sep article
  7. Eric Piolle doit ces­ser d’ins­tru­men­ta­li­ser pour atti­rer les votes des mino­ri­tés, encore plus en pro­ve­nance d’ex­tré­mistes reli­gieux. Cesser aussi de sur­fer sur la misère des hommes.

    sep article
  8. Les gen­tilles inte­gristes qui font du pro­sé­ly­tisme poli­tico reli­gieux pour tou­jours gri­gno­ter plus nos valeurs et liber­tés, notre culture et nos lois.

    sep article
  9. Nous ne sommes dans un pays musul­man, ce n’est pas la reli­gion qui dirige, qu’elles arrêtent avec leurs conne­ries, res­pect pour le pays qui les a accueillies

    sep article
  10. Tout le monde connaît le pro­verbe : qui ne dit mot consent.
    Il arrive qu’à ne pas se mouiller on se retrouve sans un poil de sec …

    sep article
  11. L’alliance citoyenne n’existe plus : dés­union et com­mu­nau­ta­risme est son vrai nom. Ont ils été orga­ni­sa­teurs ou com­plices ou idiots utiles ? Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit ils sont car­bo­ni­sés.

    sep article
  12. Cher Monsieur, les par­ti­sans dans votre genre fini­ront par faire repas­ser Piolle et c’est à ça qu’on les recon­naî­tra.
    Vous m’é­cri­vez « condamné à quoi », comme si j’in­ven­tais un ver­dict attesté dans tous les livres d’his­toire.
    30 ans donc amnis­tie ?
    Mais pas amné­sie.
    Qu’Alain Carignon soit un des rares à avoir effec­ti­ve­ment payé ses fautes n’empêche pas qu’il en ait com­mis.
    Je fais par­tie des gens qui pensent que Bertrand Cantat a le droit de faire de la musique mais que ça gêne qu’il puisse faire de grandes scènes.
    Pour Carigon, que je suis loin d’a­bo­mi­ner [nuance qui vous échap­pera comme elle échap­pera aux obtus de tous bords], je crois, ou plu­tôt je suis per­suadé que sa cam­pagne est vouée à l’é­chec le plus total et que le résul­tat le plus solide qu’il soit capable d’as­su­rer, c’est la réélec­tion de Piolle.
    Quant à ce qui est des « don­neurs de leçons », je vous invite à aller vite voir ailleurs, ce n’est pas trop mon genre.
    C’est même que je ne cesse de dénon­cer ici !
    Bien sûr que j’ai fauté.
    C’est quand votre horaire de confes­sion­nal, que je me confesse ?
    Mais je n’ai jamais été maire de Grenoble ni n’ai tru­qué ou trompé, ni n’ai été condamné ni n’ai connu la fraî­cheur des pri­sons.
    En tout cas, merci pour votre inter­ven­tion : dans le com­bat contre Piolle, il serait peu oppor­tun de béné­fi­cier d’un sou­tien tel que le vôtre.
    Ni Piolle, ni Carignon obli­gera à se comp­ter et j’espère qu’on finira par gagner.

    sep article
  13. C’est quoi c’est BFMtv qui parle ?! C’est quoi cette conclu­sion xéno­phobe ? Il est plus que temps que les femmes musul­manes aient des droits comme tout le monde !

    sep article
    • MB

      24/05/2019
      8:35

      De quelle conclu­sion par­lez-vous ? Quand on pro­fère de telles accu­sa­tions mieux vaut être pré­cis et étayer ses pro­pos…

      sep article
    • Elles ont les mêmes droits. Pas plus pas moins.

      sep article
    • TR

      24/05/2019
      12:16

      Mêmes droits et mêmes devoirs.

      sep article
  14. Scandale à double détente.
    1. Le coup de force des acti­vistes isla­mistes.
    2. La passivité/complaisance/complicité de la muni­ci­pa­lité Piolle.
    Que le maire de Grenoble ose ren­voyer dos à dos les­dits acti­vistes et un élu de l’op­po­si­tion répu­bli­caine, assi­milé à un fac­tieux fas­ci­sant, alors qu’il se borne à rap­pe­ler les posts dou­teux (c’est un euphé­misme) de la meneuse du groupe, c’est fort de café (nou­vel euphé­misme).
    Personnellement, ce sera désor­mais mon che­val de bataille, conforme à mon pseudo : Ni Carignon le condamné, ni Piolle le sou­mis.

    sep article
    • Condamné à quoi, cela fait plus de 30 ans votre his­toire. Regardez un pro­gramme et la capa­cité a assu­mez le tra­vail à faire sur Grenoble. Marre des don­neurs de leçon, n’a­vez vous jamais fauté, vous êtes le père la pudeur ?

      sep article
      • Condamné pour cor­rup­tion, abus de biens sociaux, et subor­na­tion de témoins.
        Entre tra­ver­ser hors des clous et ça… il y a un monde. Mais peut être que la toute puis­sance aveugle ou que piquer dans la caisse ce n est pas grave pour vous. Être hon­nête à un sens,
        Il y a besoin d’un renou­veau à Grenoble, pas d’un ancien tol­lard (qui a béné­fi­cié des lar­gesses de la jus­tice, il n’as pas fait toutes ses années de pri­son) pour s’oc­cu­per de la délin­quance.
        Et oui, il y a un GROS pro­blème à Grenoble

        sep article
  15. Il y en a qu’on n’en­tend pas du tout : le PS. Pas éton­nant que le peuple se détourne d’un parti inca­pable de pro­té­ger la par­tie de la popu­la­tion en état d’in­sé­cu­rité éco­no­mique, sociale, cultu­relle, envi­ron­ne­men­tale. Et ce depuis 2002. La mon­tée du FN et du RN, c’est de leur faute !

    sep article
    • PC

      24/05/2019
      14:12

      Un repré­sen­tant du PS s’est exprimé et a pris posi­tion (Jean-Baptiste Caillet, secré­taire de la sec­tion du parti socia­liste de Meylan-Corenc-La Tronche, délé­gué fédé­ral du PS 38 à l’Europe); ses pro­pos sont d’ailleurs en par­tie repris dans l’ar­ticle.

      sep article