Nouvelle opération des pro-burkinis à Grenoble… qui s’est conclue par une intervention de la police municipale

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Ce dimanche, des femmes musulmanes soutenues par l’Alliance citoyenne se sont de nouveau baignées en burkini dans une piscine municipale à Grenoble. L’action de « désobéissance citoyenne » s’est cette fois déroulée à la piscine découverte Jean-Bron dans le centre-ville. Mais à la différence de leur première incursion à la piscine des Dauphins, les militantes devraient écoper d’une amende… de 30 euros.

 

Des femmes musulmanes soutenues par l'Alliance citoyenne ont dérogé une fois encore au réglèment en se baignant en burkini dans une piscine à GrenobleAction de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Action de « désobéissance civile » organisée par l’Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean-Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Bis repetita, à Grenoble, une petite dizaine de femmes musulmanes ont violé le règlement des piscines municipales à Grenoble, et se sont baignées en maillot de bain couvrant – le fameux burkini –, ce dimanche 23 juin, à la piscine découverte Jean Bron.

 

Celles-ci étaient accompagnées de quelques hommes ainsi que de femmes en maillot autorisé. Plus nombreuses que lors de la première opération du même genre à la piscine des Dauphins, les militantes sont restées également plus longtemps dans l’eau, environ une heure.

 

Un événement très couvert par la presse. De fait, celle-ci avait été prévenue en amont par un communiqué lui demandant de ne pas diffuser l’information avant la tenue de cette action. L’intitulé de ce dernier ? « Action des Rosa Parks musulmanes à la piscine du 23 juin » du nom de la figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis. Une instrumentalisation selon leurs détracteurs, tels le militant féministe laïc Naëm Bestandji qui y voit « une insulte à sa mémoire ».

 

 

 

La police municipale est intervenue… après leur baignade

 

« Cela s’est bien passé, commente l’un des participants à l’action, qui se montre satisfait du déroulement des opérations. Le personnel de la piscine a préféré l’apaisement à la tension. Les femmes en burkini ont pu côtoyer des femmes avec un bikini, et tout le monde a passé un bon moment. »

 

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Intervention de la police municipale suite à la baignage de femmes en burkini à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Les choses se sont toutefois un peu gâtées par la suite pour les protagonistes. Les femmes en burkini n’étant pas sorties de l’eau malgré la mis en garde de la responsable de l’établissement, celle-ci a prévenu la police municipale.

 

Peu après, une dizaine d’agents sont arrivés, escortés par des CRS restés à l’extérieur de la piscine. Les policiers ont patiemment attendu que les personnes sortent de l’eau.

 

Postés devant les vestiaires, les agents municipaux ont alors demandé aux femmes en burkini de décliner nom, prénom et adresse, dans le but de leur adresser une amende pour avoir enfreint le règlement. En signe de solidarité, des militantes en maillot de bain ont tenu, elles aussi, à donner leurs coordonnées.

 

Les contrevenantes devraient recevoir une amende de 30 euros… mais ne la paieront pas forcément. Et pour cause : L’Alliance citoyenne compte organiser une collecte pour les soutenir.

 

 

Une opération burkini « plus stressante que la première »

 

Avant de se séparer en toute fin d’après-midi, les militants ont passé en revue l’opération du jour. Avec des appréciations mitigées sur l’événement. Ils semblent d’abord agréablement surpris d’avoir pu se baigner aussi facilement.

 

Des femmes musulmanes ont dérogéau réglèment en se baignant en burkini dans une piscine à Grenoble Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Les militantes interrogées à la sortie de la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

« L’effet de groupe protège, analyse Taous Hammouti, l’une des leaders du groupe, qui a participé à la précédente action à la piscine des Dauphins*. Toute seule, j’ai déjà par le passé tenté de me baigner à Échirolles, mais ça n’a pas marché ».

 

En revanche, les militants ne s’attendaient pas à l’intervention de la police municipale. À tel point que deux femmes en burkini n’avaient sur elles aucun papier d’identité à présenter.

 

L’une d’elles a, durant quelques instants, paniqué à l’idée de se retrouver au poste. « Cela aurait été disproportionné » juge Adrien Roux, directeur de l’Alliance citoyenne de l’agglomération grenobloise. Au final, les policiers ont simplement demandé aux personnes accompagnant les deux militantes de confirmer leur identité.

 

La vue des CRS a aussi choqué certaines d’entre elles. Et globalement, les participantes ont trouvé cette opération « plus stressante que la première ». L’un d’elle qui s’est baignée en burkini redoute que « la prochaine fois, ce soit encore plus difficile ».

 

 

Sur place, des nageurs globalement bienveillants

 

« Préparez-vous maintenant à du cyberharcèlement », a lancé Léa Gallois, coordinatrice à l’Alliance citoyenne, s’adressant aux femmes en burkini, un peu avant que le groupe ne se sépare. Force est en effet de constater que les photos de femmes en burkini se baignant à la piscine suscitent beaucoup de réactions d’internautes sur les réseaux sociaux, le plus souvent hostiles.

 

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

© Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

A contrario, ceux qui ont assisté en direct à la baignade des femmes en burkini se sont montrés plutôt indifférents, si ce n’est bienveillants.

 

« À partir du moment où cela ne dérange pas l’ordre public, pourquoi les priver de la piscine ? », interroge une dame d’environ cinquante ans ; son mari et ses enfants, partageant son avis.

 

Quelques personnes se sont mêmes déclarées choquées d’apprendre que les femmes en burkini n’avaient pas le droit de se baigner à la piscine. « Je ne me rends pas bien compte de ce qui pose problème, déclare pour sa part un jeune trentenaire. Je suis plutôt pour. Il y a des sujets plus graves que celui-là. »

 

Une sexagénaire et sa fille ont tout de même manifesté leur désapprobation. « Ces femmes n’ont pas à être là. Le règlement, c’est le règlement. C’est comme les shorts pour les hommes, ils sont interdits. »

 

Séverine Cattiaux 

 

 

* Suite à quoi des internautes avait rendu publics plusieurs de ses posts Facebook justifiant notamment l’attentat contre Charlie Hebdo ou à teneur complotiste.

commentez lire les commentaires
7768 visites | 18 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 18
  1. Que faites vous de l’hygiène ?? Si les règlements interdisent les shorts et autres tenues amples c’est avant tout une question d’hygiène, n’oublions pas que les piscines sont des lieux où se propagent les microbes, eau, chaleur tout est réuni. Il existe un règlement il suffit de l’appliquer.

    sep article
  2. I je suis CONTRE les burkinis à TOUS les piscines municipaux !!! Sinon, elles restent chez eux donc !!!

    sep article
  3. Ceux qui se prelassent dans la piscine et ne voient pas ou est le problème sont aveugle, on commence par le burkini à la piscine et on finit par faire fermer les bars pendant le ramadan ou a interdire porc et alcool, alors désolé mais non, ,et utiliser Rosa Parks, une femme courageuse, c est une honte, plus que une honte, Rosa parks s est battu pour ses droits, positivement, ces femmes sont des ségrégationnistes, si elles veulent jouer à Rosa Parks qu’elles aillent demander à boire une bière en Arabie séoudite

    sep article
  4. La démarche a été organisée par une association « alliance citoyenne », qui affiche un effectif de 3-5 employés. Pour 3 employés il faut compter 82 K€ par an Minimum , sans compter le loyer, comptable, charges etc. Qui paie pour la fête ?! Certes, la ville de Grenoble les a versé environ 7000€ en 2017 (ça nous étonne pas de la part de M Piolle), mais c’est loin de la somme nécessaire pour financer cette alliance. Si j’étais le préfet de l’Isere , je regarderais d’ou vient le financement de ces Messieurs-Dames

    sep article
  5. sep article
  6. Voilà du vrai bon sens. Mais dommage que ces « dames «  »religieuses  » soient bien belliqueuses et risibles

    sep article
  7. Inadmissible que le service de sécurité de la piscine Jean Bron ait laissé ces islamistes accéder aux bassins, ils sont donc complices de ces agitatrices provocatrices radicalisées.
    Quand à la police municipale qui les a juste attendues à la sortie plutôt que de les deloger.
    Eric Piolle doit des explications aux Grenoblois.

    sep article
  8. discrimination : les hommes n’ont pas le droit de se baigner en short !!! et puis quelle hygiène !!!

    sep article
  9. Fraternité, égalité, liberté, laïcité !
    Ce qui est important dans cette histoire que certains exploitent, c’est ce mouvement jamais achevé de création d’une société qui tend vers le repli sur soi, le communautarisme. Un mouvement religieux des désirs et des idées qui s’enferme d’une tradition à la « Française », alors que d’autres pays se libèrent de ce poids religieux. Il n’y a pas de bonne société, de société juste et libre une fois pour toutes. Les citoyens ont la possibilité de remettre en question leurs lois et leurs institutions pour la faire évoluer, mais toujours dans un échange et non par la provocation et par la violence.
    De ces principes découlent ce que nous pouvons et devons appeler la démocratie : l’exercice du pouvoir, sans intermédiaire essentiel, par le peuple, c’est à dire par le corps entier des citoyens, ce qui implique l’idée d’une fraternité humaine, d’une collectivité d’égaux, et d’une liberté commune, la laïcité l’emporte largement !

    sep article
  10. Partout en France, du Nord au Sud, les journaux s’emparent de l’action qui a
    pour seul but le respect des femmes ,il est évident qu’elles n’ont aucun
    parti pris religieux ou politique . Elles sont tout simplement à la recherche
    de l’égalité Femmes/hommes???
    Elles se revendiquent de la figure emblématique de la lutte contre la ségrégation
    raciale aux Etats-Unis .Rosa Parks. Son action (ni politique,ni religieuse) avait
    pour but de casser les lois ségrégationnistes dans les transports en communs.
    Avec son courage et sa dignité ,elle a réussi a obtenir l’égalité noirs/blancs…
    https://www.lavoixdunord.fr/603384/article/2019-06-23/des-femmes-s-invitent-en-burkini-la-piscine-pour-une-operation-coup-de-poing

    sep article
    • …à la (petite) différence près qu’en France, la loi n’est pas ségrégationniste. Les femmes, qu’elle que soit leur confession peuvent déjà aller à la piscine et il n’existe pas de bassins séparés noirs/blancs, hommes/femmes, musulmans/non musulmans. Par contre, si nous cédons à la logique de ces islamistes-fascistes, tôt ou tard il y aura des horaires séparés pour les femmes. Et là vous l’aurez, votre ségrégation et il sera trop tard pour convoquer Rosa Parks. Et ils vous auront bien eu, pour rester poli!

      sep article
  11. sep article
  12. Ca sent mauvais cette histoire.
    Je n’aurai jamais imaginé que le changement de culture se passe par la manière forte.
    Il n’y a plus de vivre ensemble… et j’imagine la réaction si une opération topless ou naturiste se faisait à la piscine des Dauphins:D (juste mettre en perspective la relation au corps).
    Il faut que la puissance publique fixe des règles respectées, le religieux n’a rien à faire ici. Déjà pour les deux pauvres gamins tués lors de l’accident en scooter cela avait été édifiant.
    A polariser la situation ces militants font le jeux des nationalistes…. a qui je dois donner un peu hélas raison sur le vivre ensemble… ca sent mauvais comme situation…

    sep article
  13. Il n’y a pas eu d’intervention de la police municipale puisqu’elle s’est contentée de relever les indentités, la Police municipale, plutôt que de faire sortir manu mlilitari ces islamistes.

    sep article
  14. Pourquoi les hommes qui accompagnaient ces femmes en burkini n’ont pas exigé la liberté de se baigner en short ? Ah, c’est vrai, le short n’est pas un vêtement religieux alors que le burkini l’est.
    Faut-il donc laisser enter la religion dans les piscines contrevenant ainsi aux règles d’hygiène ?
    Et si les femmes de mésalliance solidaire essayaient les piscines des municipalités des alentours, comme Meylan ou Echirolles histoire de comparer les réactions …

    sep article
  15. L’hygiène et la propreté des piscines grenobloises étant….. discutables, mieux vaut ne pas les fréquenter de toute façon.

    sep article
  16. Ce Si j’ai bien compris,il y a une réglementation intérieure aux piscines
    qui interdit la baignade en Bermuda par hygiène.Cette interdiction ne
    mentionne pas d’une manière claire le Burkini.
    Il ne faut pas qu’un vide juridique s’installe, ne serait-il pas souhaitable
    qu’un message clair soit donné au Burkini.
    Est-ce que le Burkini est plus hygiénique que le Bermuda ? Si la réponse
    est oui et bien pourquoi ne pas l’autoriser.Si la réponse et non et bien
    il faut l’interdire,comme on interdit le bermuda …

    sep article