Nouvelle opération des pro-burkinis à Grenoble… qui s’est conclue par une intervention de la police municipale

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Ce dimanche, des femmes musulmanes soutenues par l’Alliance citoyenne se sont de nouveau baignées en burkini dans une piscine municipale à Grenoble. L’action de « désobéissance citoyenne » s’est cette fois déroulée à la piscine découverte Jean-Bron dans le centre-ville. Mais à la différence de leur première incursion à la piscine des Dauphins, les militantes devraient écoper d’une amende… de 30 euros.

 

Des femmes musulmanes soutenues par l'Alliance citoyenne ont dérogé une fois encore au réglèment en se baignant en burkini dans une piscine à GrenobleAction de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Action de « déso­béis­sance civile » orga­ni­sée par l’Alliance citoyenne : des femmes musul­manes en bur­kini se sont bai­gnées à la pis­cine Jean-Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Bis repe­tita, à Grenoble, une petite dizaine de femmes musul­manes ont violé le règle­ment des pis­cines muni­ci­pales à Grenoble, et se sont bai­gnées en maillot de bain cou­vrant – le fameux bur­kini –, ce dimanche 23 juin, à la pis­cine décou­verte Jean Bron.

 

Celles-ci étaient accom­pa­gnées de quelques hommes ainsi que de femmes en maillot auto­risé. Plus nom­breuses que lors de la pre­mière opé­ra­tion du même genre à la pis­cine des Dauphins, les mili­tantes sont res­tées éga­le­ment plus long­temps dans l’eau, envi­ron une heure.

 

Un évé­ne­ment très cou­vert par la presse. De fait, celle-ci avait été pré­ve­nue en amont par un com­mu­ni­qué lui deman­dant de ne pas dif­fu­ser l’in­for­ma­tion avant la tenue de cette action. L’intitulé de ce der­nier ? « Action des Rosa Parks musul­manes à la pis­cine du 23 juin » du nom de la figure emblé­ma­tique de la lutte contre la ségré­ga­tion raciale aux États-Unis. Une ins­tru­men­ta­li­sa­tion selon leurs détrac­teurs, tels le mili­tant fémi­niste laïc Naëm Bestandji qui y voit « une insulte à sa mémoire ».

 

 

 

La police municipale est intervenue… après leur baignade

 

« Cela s’est bien passé, com­mente l’un des par­ti­ci­pants à l’ac­tion, qui se montre satis­fait du dérou­le­ment des opé­ra­tions. Le per­son­nel de la pis­cine a pré­féré l’a­pai­se­ment à la ten­sion. Les femmes en bur­kini ont pu côtoyer des femmes avec un bikini, et tout le monde a passé un bon moment. »

 

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Intervention de la police muni­ci­pale suite à la bai­gnage de femmes en bur­kini à la pis­cine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Les choses se sont tou­te­fois un peu gâtées par la suite pour les pro­ta­go­nistes. Les femmes en bur­kini n’é­tant pas sor­ties de l’eau mal­gré la mis en garde de la res­pon­sable de l’é­ta­blis­se­ment, celle-ci a pré­venu la police muni­ci­pale.

 

Peu après, une dizaine d’a­gents sont arri­vés, escor­tés par des CRS res­tés à l’ex­té­rieur de la pis­cine. Les poli­ciers ont patiem­ment attendu que les per­sonnes sortent de l’eau.

 

Postés devant les ves­tiaires, les agents muni­ci­paux ont alors demandé aux femmes en bur­kini de décli­ner nom, pré­nom et adresse, dans le but de leur adres­ser une amende pour avoir enfreint le règle­ment. En signe de soli­da­rité, des mili­tantes en maillot de bain ont tenu, elles aussi, à don­ner leurs coor­don­nées.

 

Les contre­ve­nantes devraient rece­voir une amende de 30 euros… mais ne la paie­ront pas for­cé­ment. Et pour cause : L’Alliance citoyenne compte orga­ni­ser une col­lecte pour les sou­te­nir.

 

 

Une opération burkini « plus stressante que la première »

 

Avant de se sépa­rer en toute fin d’a­près-midi, les mili­tants ont passé en revue l’o­pé­ra­tion du jour. Avec des appré­cia­tions miti­gées sur l’é­vé­ne­ment. Ils semblent d’a­bord agréa­ble­ment sur­pris d’a­voir pu se bai­gner aussi faci­le­ment.

 

Des femmes musulmanes ont dérogéau réglèment en se baignant en burkini dans une piscine à Grenoble Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Les mili­tantes inter­ro­gées à la sor­tie de la pis­cine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

« L’effet de groupe pro­tège, ana­lyse Taous Hammouti, l’une des lea­ders du groupe, qui a par­ti­cipé à la pré­cé­dente action à la pis­cine des Dauphins*. Toute seule, j’ai déjà par le passé tenté de me bai­gner à Échirolles, mais ça n’a pas mar­ché ».

 

En revanche, les mili­tants ne s’at­ten­daient pas à l’in­ter­ven­tion de la police muni­ci­pale. À tel point que deux femmes en bur­kini n’a­vaient sur elles aucun papier d’i­den­tité à pré­sen­ter.

 

L’une d’elles a, durant quelques ins­tants, pani­qué à l’i­dée de se retrou­ver au poste. « Cela aurait été dis­pro­por­tionné » juge Adrien Roux, direc­teur de l’Alliance citoyenne de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Au final, les poli­ciers ont sim­ple­ment demandé aux per­sonnes accom­pa­gnant les deux mili­tantes de confir­mer leur iden­tité.

 

La vue des CRS a aussi cho­qué cer­taines d’entre elles. Et glo­ba­le­ment, les par­ti­ci­pantes ont trouvé cette opé­ra­tion « plus stres­sante que la pre­mière ». L’un d’elle qui s’est bai­gnée en bur­kini redoute que « la pro­chaine fois, ce soit encore plus dif­fi­cile ».

 

 

Sur place, des nageurs globalement bienveillants

 

« Préparez-vous main­te­nant à du cybe­rhar­cè­le­ment », a lancé Léa Gallois, coor­di­na­trice à l’Alliance citoyenne, s’a­dres­sant aux femmes en bur­kini, un peu avant que le groupe ne se sépare. Force est en effet de consta­ter que les pho­tos de femmes en bur­kini se bai­gnant à la pis­cine sus­citent beau­coup de réac­tions d’in­ter­nautes sur les réseaux sociaux, le plus sou­vent hos­tiles.

 

Action de "désobéissance civile" organisée par l'Alliance citoyenne : des femmes musulmanes en burkini se sont baignées à la piscine Jean Bron à Grenoble, ce dimanche 23 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

© Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

A contra­rio, ceux qui ont assisté en direct à la bai­gnade des femmes en bur­kini se sont mon­trés plu­tôt indif­fé­rents, si ce n’est bien­veillants.

 

« À par­tir du moment où cela ne dérange pas l’ordre public, pour­quoi les pri­ver de la pis­cine ? », inter­roge une dame d’en­vi­ron cin­quante ans ; son mari et ses enfants, par­ta­geant son avis.

 

Quelques per­sonnes se sont mêmes décla­rées cho­quées d’ap­prendre que les femmes en bur­kini n’a­vaient pas le droit de se bai­gner à la pis­cine. « Je ne me rends pas bien compte de ce qui pose pro­blème, déclare pour sa part un jeune tren­te­naire. Je suis plu­tôt pour. Il y a des sujets plus graves que celui-là. »

 

Une sexa­gé­naire et sa fille ont tout de même mani­festé leur désap­pro­ba­tion. « Ces femmes n’ont pas à être là. Le règle­ment, c’est le règle­ment. C’est comme les shorts pour les hommes, ils sont inter­dits. »

 

Séverine Cattiaux 

 

 

* Suite à quoi des inter­nautes avait rendu publics plu­sieurs de ses posts Facebook jus­ti­fiant notam­ment l’at­ten­tat contre Charlie Hebdo ou à teneur com­plo­tiste.

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
9747 visites | 19 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 19
  1. Si on les auto­rise les bur­ki­nis à la pis­cine alors dans ce cas auto­ri­sons les natu­ristes (là pas de pro­blème d’hy­giène)

    sep article
  2. Que faites vous de l’hy­giène ?? Si les règle­ments inter­disent les shorts et autres tenues amples c’est avant tout une ques­tion d’hy­giène, n’ou­blions pas que les pis­cines sont des lieux où se pro­pagent les microbes, eau, cha­leur tout est réuni. Il existe un règle­ment il suf­fit de l’ap­pli­quer.

    sep article
  3. I je suis CONTRE les bur­ki­nis à TOUS les pis­cines muni­ci­paux !!! Sinon, elles res­tent chez eux donc !!!

    sep article
  4. Ceux qui se pre­lassent dans la pis­cine et ne voient pas ou est le pro­blème sont aveugle, on com­mence par le bur­kini à la pis­cine et on finit par faire fer­mer les bars pen­dant le rama­dan ou a inter­dire porc et alcool, alors désolé mais non, ‚et uti­li­ser Rosa Parks, une femme cou­ra­geuse, c est une honte, plus que une honte, Rosa parks s est battu pour ses droits, posi­ti­ve­ment, ces femmes sont des ségré­ga­tion­nistes, si elles veulent jouer à Rosa Parks qu’elles aillent deman­der à boire une bière en Arabie séou­dite

    sep article
  5. La démarche a été orga­ni­sée par une asso­cia­tion « alliance citoyenne », qui affiche un effec­tif de 3 – 5 employés. Pour 3 employés il faut comp­ter 82 K€ par an Minimum , sans comp­ter le loyer, comp­table, charges etc. Qui paie pour la fête ?! Certes, la ville de Grenoble les a versé envi­ron 7000€ en 2017 (ça nous étonne pas de la part de M Piolle), mais c’est loin de la somme néces­saire pour finan­cer cette alliance. Si j’étais le pré­fet de l’Isere , je regar­de­rais d’ou vient le finan­ce­ment de ces Messieurs-Dames

    sep article
  6. sep article
  7. Voilà du vrai bon sens. Mais dom­mage que ces « dames « « reli­gieuses  » soient bien bel­li­queuses et risibles

    sep article
  8. Inadmissible que le ser­vice de sécu­rité de la pis­cine Jean Bron ait laissé ces isla­mistes accé­der aux bas­sins, ils sont donc com­plices de ces agi­ta­trices pro­vo­ca­trices radi­ca­li­sées.
    Quand à la police muni­ci­pale qui les a juste atten­dues à la sor­tie plu­tôt que de les delo­ger.
    Eric Piolle doit des expli­ca­tions aux Grenoblois.

    sep article
  9. dis­cri­mi­na­tion : les hommes n’ont pas le droit de se bai­gner en short !!! et puis quelle hygiène !!!

    sep article
  10. Fraternité, éga­lité, liberté, laï­cité !
    Ce qui est impor­tant dans cette his­toire que cer­tains exploitent, c’est ce mou­ve­ment jamais achevé de créa­tion d’une société qui tend vers le repli sur soi, le com­mu­nau­ta­risme. Un mou­ve­ment reli­gieux des désirs et des idées qui s’enferme d’une tra­di­tion à la « Française », alors que d’autres pays se libèrent de ce poids reli­gieux. Il n’y a pas de bonne société, de société juste et libre une fois pour toutes. Les citoyens ont la pos­si­bi­lité de remettre en ques­tion leurs lois et leurs ins­ti­tu­tions pour la faire évo­luer, mais tou­jours dans un échange et non par la pro­vo­ca­tion et par la vio­lence.
    De ces prin­cipes découlent ce que nous pou­vons et devons appe­ler la démo­cra­tie : l’exercice du pou­voir, sans inter­mé­diaire essen­tiel, par le peuple, c’est à dire par le corps entier des citoyens, ce qui implique l’idée d’une fra­ter­nité humaine, d’une col­lec­ti­vité d’égaux, et d’une liberté com­mune, la laï­cité l’emporte lar­ge­ment !

    sep article
  11. Partout en France, du Nord au Sud, les jour­naux s’emparent de l’ac­tion qui a
    pour seul but le res­pect des femmes ‚il est évident qu’elles n’ont aucun
    parti pris reli­gieux ou poli­tique . Elles sont tout sim­ple­ment à la recherche
    de l’é­ga­lité Femmes/hommes???
    Elles se reven­diquent de la figure emblé­ma­tique de la lutte contre la ségré­ga­tion
    raciale aux Etats-Unis .Rosa Parks. Son action (ni politique,ni reli­gieuse) avait
    pour but de cas­ser les lois ségré­ga­tion­nistes dans les trans­ports en com­muns.
    Avec son cou­rage et sa dignité ‚elle a réussi a obte­nir l’é­ga­lité noirs/blancs…
    https://www.lavoixdunord.fr/603384/article/2019 – 06-23/des-femmes-s-invitent-en-bur­kini-la-pis­cine-pour-une-ope­ra­tion-coup-de-poing

    sep article
    • …à la (petite) dif­fé­rence près qu’en France, la loi n’est pas ségré­ga­tion­niste. Les femmes, qu’elle que soit leur confes­sion peuvent déjà aller à la pis­cine et il n’existe pas de bas­sins sépa­rés noirs/blancs, hommes/femmes, musulmans/non musul­mans. Par contre, si nous cédons à la logique de ces isla­mistes-fas­cistes, tôt ou tard il y aura des horaires sépa­rés pour les femmes. Et là vous l’au­rez, votre ségré­ga­tion et il sera trop tard pour convo­quer Rosa Parks. Et ils vous auront bien eu, pour res­ter poli !

      sep article
  12. sep article
  13. Ca sent mau­vais cette his­toire.
    Je n’au­rai jamais ima­giné que le chan­ge­ment de culture se passe par la manière forte.
    Il n’y a plus de vivre ensemble… et j’i­ma­gine la réac­tion si une opé­ra­tion topless ou natu­riste se fai­sait à la pis­cine des Dauphins:D (juste mettre en pers­pec­tive la rela­tion au corps).
    Il faut que la puis­sance publique fixe des règles res­pec­tées, le reli­gieux n’a rien à faire ici. Déjà pour les deux pauvres gamins tués lors de l’ac­ci­dent en scoo­ter cela avait été édi­fiant.
    A pola­ri­ser la situa­tion ces mili­tants font le jeux des natio­na­listes.… a qui je dois don­ner un peu hélas rai­son sur le vivre ensemble… ca sent mau­vais comme situa­tion…

    sep article
  14. Il n’y a pas eu d’in­ter­ven­tion de la police muni­ci­pale puis­qu’elle s’est conten­tée de rele­ver les inden­ti­tés, la Police muni­ci­pale, plu­tôt que de faire sor­tir manu mli­li­tari ces isla­mistes.

    sep article
  15. Pourquoi les hommes qui accom­pa­gnaient ces femmes en bur­kini n’ont pas exigé la liberté de se bai­gner en short ? Ah, c’est vrai, le short n’est pas un vête­ment reli­gieux alors que le bur­kini l’est.
    Faut-il donc lais­ser enter la reli­gion dans les pis­cines contre­ve­nant ainsi aux règles d’hy­giène ?
    Et si les femmes de mésal­liance soli­daire essayaient les pis­cines des muni­ci­pa­li­tés des alen­tours, comme Meylan ou Echirolles his­toire de com­pa­rer les réac­tions …

    sep article
  16. L’hygiène et la pro­preté des pis­cines gre­no­bloises étant.…. dis­cu­tables, mieux vaut ne pas les fré­quen­ter de toute façon.

    sep article
  17. Ce Si j’ai bien compris,il y a une régle­men­ta­tion inté­rieure aux pis­cines
    qui inter­dit la bai­gnade en Bermuda par hygiène.Cette inter­dic­tion ne
    men­tionne pas d’une manière claire le Burkini.
    Il ne faut pas qu’un vide juri­dique s’ins­talle, ne serait-il pas sou­hai­table
    qu’un mes­sage clair soit donné au Burkini.
    Est-ce que le Burkini est plus hygié­nique que le Bermuda ? Si la réponse
    est oui et bien pour­quoi ne pas l’autoriser.Si la réponse et non et bien
    il faut l’interdire,comme on inter­dit le ber­muda …

    sep article