Ni nudistes ni burkinis dans les piscines de Grenoble ce dimanche… mais le sujet, devenu politique, clive toujours autant

sep article

FOCUS – Pas de nouvelle opération burkini ni de nudisme sauvage dans les piscines municipales de Grenoble, dimanche 30 juin. L’Alliance citoyenne et le collectif « Tous à poil » n’ont pas investi les bassins. L’association a tout de même engagé le dialogue avec les usagers de la piscine Jean-Bron, avec la volonté de « calmer le jeu », tandis que la polémique libère une parole outrancière.

 

 

Ni “culs-nus”, ni burkinis : la journée du dimanche 30 juin avait tout du cauchemar annoncé pour les agents des piscines municipales de Grenoble, mais s’est finalement déroulée sans accrocs. D’une part, l’Alliance citoyenne a renoncé à une troisième opération burkini pourtant annoncée sur les réseaux sociaux. D’autre part, l’appel à se baigner « tous à poil » pour faire obstacle à « l’Islam radical » n’a pas non plus trouvé preneur.

 

Les piscines municipales de Grenoble ont connu une journée (presque) normale dimanche 30 juin, après des semaines d'une polémique toujours vivace.La piscine Jean-Bron ouverte le dimanche sous surveillance policière. © Photo prélevée sur le compte Facebook de Stéphane Gemmani

La piscine Jean-Bron ouverte le dimanche sous surveillance policière. © Photo prélevée sur le compte Facebook de Stéphane Gemmani

 

Une journée comme les autres ? Pas exactement. Les horaires des piscines des Dauphins et Jean-Bron sont toujours revus à la baisse, suite au droit de retrait exercé par le personnel, le mardi 26 juin. Et si elle l’Alliance citoyenne n’a pas tenté une nouvelle fois d’imposer des burkinis dans le bassin de la piscine Jean-Bron, ses militants n’en étaient pas moins devant la piscine pour échanger avec les usagers, avec la volonté de « calmer le jeu ».

 

 

Éric Piolle appelle l’État à trancher

 

C’est peu dire en effet que les opérations burkini de l’association ont focalisé l’attention. Largement reprises dans les médias, elles ont mené à de nombreuses prises de paroles. Ainsi que beaucoup de condamnation de la part de la classe politique, allant jusqu’à celle du premier ministre Édouard Philippe. Après plusieurs semaines de silence, le maire de Grenoble a pour sa part indiqué que le règlement des piscines ne serait pas modifié… tout en appelant l’État à trancher.

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération burkini de l’Alliance citoyenne. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« Édouard Philippe doit dire si les piscines sont un lieu sanctuarisé comme les écoles, ou si c’est un service public et, auquel cas, ce sont les règlements de base qui s’appliquent », a ainsi déclaré Éric Piolle devant la caméra de France Bleu. Et d’ajouter : « Il ne peut pas y avoir 36 000 versions de l’égalité. Ce n’est pas à chaque maire de définir ce que c’est que l’égalité face aux droits de la République, c’est le travail du gouvernement ! »

 

Quant aux prises de positions de Marlène Schiappa ou encore de Nicole Belloubet, le maire de Grenoble les accueille avec une certaine acrimonie. La secrétaire d’État à l’Égalité entre les hommes et les femmes en prend pour son grade : « On a compris tout et son contraire dans [sa] position », assène Éric Piolle. Tandis que la ministre de la Justice est accusée de « se cacher derrière le règlement, ce qui n’est finalement pas sa responsabilité ».

 

 

« Des religieux qui veulent faire de la politique »

 

Piqué au vif ? Dans les rangs de ses adversaires de droite comme de gauche, les voix ne manquent pas pour reprocher au maire de Grenoble une forme d’ambigüité vis-à-vis de la question soulevée par l’Alliance citoyenne. De quoi, peut-être, amener Éric Piolle à durcir encore le ton vis-à-vis d’une association par ailleurs subventionnée par la Métro. « Il est hors de question de discuter de ces règlements avec ces religieux qui veulent faire de la politique », lance-t-il ainsi.

 

La piscine Jean-Bron ,n'a ouvert ses portes que quatre heures le dimanche 30 juin © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

La piscine Jean-Bron n’a ouvert ses portes que quatre heures le dimanche 30 juin. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

L’Alliance citoyenne n’avait pas manqué de répondre au maire de Grenoble quelques jours plus tôt aux premières critiques. Dans un texte diffusé sur les réseaux sociaux, l’association conteste tout communautarisme ou appartenance à « l’Islam politique », et cite le politologue Olivier Roy pour qui le burkini est « une tenue moderne, qui n’a rien de traditionnel ou de fondamentaliste ». Tout en contestant les arguments d’hygiène ou de sécurité avancés contre le burkini.

 

 

« Porcs blancs kouffar » contre « Rentrez chez vous »

 

Très critiquée pour ses actions, l’Alliance citoyenne a également reçu beaucoup de marques de soutien, et notamment de l’Unef, l’UNL ou encore les Jeunes Insoumis. Mais aussi de nombreux internautes… dont quelques-uns ne masquent guère leur radicalisme religieux. « On est ensemble avec les sœurs contre les kouffars [pluriel de kafir, terme désignant l’incroyant, l’infidèle, le mécréant, ndlr] », écrit ainsi une femme voilée sur le compte Facebook de l’association. Un message depuis retiré mais toujours visible via Google.

 

Le message de soutien à l'Alliance citoyenne qui entretient la polémique.

Le message de soutien à l’Alliance citoyenne qui entretient la polémique.

 

La même personne signe un autre commentaire tout aussi remarquable, et qui circule désormais sur les réseaux sociaux : « Bientôt la piscine sera à nous on sera pas obligée de se baigner avec les porcs blancs »… En retour, l’Alliance citoyenne invite chacun à ne pas généraliser. Tout en mettant parfois elle-même dans un même panier de « fachos » les opposants à ses actions, comme s’en émeut Stéphane Gemmani cité par Le Figaro.

 

Il n’en demeure pas moins réel que les opérations burkini de l’Alliance citoyenne déchaîne sur les réseaux sociaux une parole ouvertement raciste, à grands renforts d’insultes et de « rentrez chez vous ». Si l’Alliance est la première concernée dans les commentaires de ses publications, les modérations des sites d’actualité relayant ses actions et leurs répercussions sont, elles aussi, soumises à rude épreuve. Une raison de plus de « calmer le jeu » ?

 

Florent Mathieu

 

 

DES BURKINIS À GRENOBLE… AU TOPLESS À ANNECY

 

Par temps de canicule, les piscines municipales deviennent-elles le lieu de toutes les revendications ? Alors que l’Alliance citoyenne milite à Grenoble pour le droit au port du burkini, des habitantes d’Annecy revendiquent la liberté… de se baigner seins nus. À l’appel d’un événement baptisé Free the nipple Libérez le téton »), six femmes ont ainsi fait du topless au cœur de la piscine des Marquisats, le samedi 29 juin, relate le Dauphiné libéré.

 

Visuel de l'événement Free the nipple à Annecy.

Visuel de l’événement Free the nipple à Annecy.

 

À l’origine du mouvement, Céline Saint-Julien. Une Annécienne qui explique avoir découvert cette année que le règlement de la piscine interdisait aux femmes les seins nus dans son enceinte. « Pendant ce temps là, les hommes peuvent se promener tranquillement les tétons à l’air », proteste-t-elle, en jugeant la mesure « discriminatoire et sexiste ». Avant de déplorer que, en 2019, le corps des femmes « dérange encore ».

 

commentez lire les commentaires
3303 visites | 20 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 20
  1. Retour de Jean Bron, piscine que je fréquente depuis 60 ans (soit depuis que je suis né) et dont je suis un utilisateur régulier pour nager et lire au soleil depuis une trentaine d’années.
    J’y retournais pour la première fois depuis les « événements ».
    A l’entrée, deux nervis qui vous somment de vider l’intégralité de votre sac dans un bac.
    J’ai eu le malheur de « plaisanter » en suggérant qu’ils cherchaient peut-être une bombe, mais le nervi qui s’occupait de moi s’est énervé. Il est vrai que ce personnel n’est pas recruté pour son sens de l’humour. M’étant moi-même un peu agacé, le nervi m’a menacé de m’interdire l’accès de la piscine si je ne me montrais pas plus coopératif.
    Ambiance.
    J’imagine le temps que doivent prendre ces procédures aux heures de grande affluence.
    Sinon, tout autour des bassins, désormais autant d’agents de sécurité que de maîtres-nageurs.
    Ambiance.
    La morale de tout cela ?
    Nous voilà désormais partout soumis à des formes de contrôle qui ont des retentissements concrets sur nos vies.
    Leur origine ? L’Etat policier ?
    Non, des minorités agissantes qui, par leurs attentats ou leurs coups de force, cherchent à provoquer la répression et le durcissement.
    Or, tout cela aurait été rendu bien plus difficile, si, dès le départ, soit l’intrusion à la piscine des Dauphins, en mai, les édiles s’étaient montrés plus fermes.
    A mes yeux, leur complaisance ou complicité leur a ôté toute légitimité pour conduire les affaires de la ville.

    sep article
  2. sep article
  3. sep article
  4. Pour info place gre’net, tous les peupliers sur la photo ont été abbattus il y a au moins 2 ans

    sep article
    • FM

      04/07/2019
      18:01

      Bonsoir, si vous parlez de la photo de une, il s’agit d’une photo d’archive.

      sep article
  5. Repondre à Caro : non vous ne comprenez pas , je suis en train de dire que vous avez raison dans votre raisonnement. Vous ne comprenez pas, tant pis. Amigo, vous avez besoin de sommeil

    sep article
  6. Politique aussi le soutien de Fabien Malbet, adjoint au maire, à une manifestation pro-voile dans le cadre scolaire.
    https://www.placegrenet.fr/2019/06/14/sorties-scolaires-femmes-voilees/247326
    D’autant plus qu’on savait qu’une même manifestation avait eu lieu la semaine précédente, menée par Taous Hammouti, la porte parole de l’alliance citoyenne qui roule pour l’islam fasciste des frères musulmans.
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/echirolles-ces-mamans-voilees-refusent-d-etre-privees-de-sorties-scolaires?fbclid=IwAR0EZt-KMuOCYym5P30tGgwhSadaMuTfD3xsUHMKyHmyYGN_K17CNGnWNlk

    sep article
    • Vous avez raison. D’ici que certaines femmes musulmanes veuillent accompagner les enfants des écoles en burquini (sujet de l’article), y’a pas loin !!!
      😉

      sep article
  7. Repondre à Caro : vous avez entièrement raison. Piolle se defausse sur le gouvernement, il ferait mieux de dormir un peu et de prendre ses responsabilités en tant que maire

    sep article
  8. Je trouve hilarant le fonctionnement de notre personnel politique.
    Si j’ai bien compris la situation,Monsieur Eric Piolle,demande au
    gouvernement de lever l’ambiguïté sur le statut du Burkini.
    De son côté Madame Marlène Schiappa, reproche à E Piolle,
    son ambiguïté en matière des droits des femmes.
    Personnellement , je pense que nos deux serviteurs du peuple,
    sont de « grands diseux et de petits faiseux  » ,qui préfèrent le
    discours à l’action et sont tous les deux de beaux spécimens
    de l’ambiguïté passive …

    sep article
  9. Traiter publiquement les autres de « porcs blancs kouffars » relève de l’incitation à la haine! Que fait le procureur? J’espère que cette personne va prendre cher! Que n’aurait-on pas dit si un « blanc » avait été aussi abject à l’égard, par exemple, de « musulmans » ou « d’Arabes? »

    sep article
    • C’est si facile de se cacher derrière un mail et de distiller la haine. Attention, certains sont animés de provocations et ne sont pas toujours ce qu’ils veulent faire croire. Et cela fonctionne bien, la preuve.

      sep article
      • Votre réponse me fait penser à l’épisode de la traque de Mohamed Merah, lorsque tout le monde pensait que le tueur était un illuminé d’extrême-droite, avant que l’on se rende compte qu’il s’agissait d’un terroriste islamiste (mais de toute façon, l’islamisme est d’extrême-droite). Tous les messages de haine doivent être condamnés, qu’ils proviennent d’une « vraie » islamiste ou d’un petit nazillon caché derrière son écran. Ainsi, doivent être condamnés l’idéologie islamiste, laquelle est haineuse et totalitaire, de même que les messages confinant à l’apologie du terrorisme émis par la porte parole de cette Alliance « non » citoyenne (subventionnée par la Métro ce qui est tout de même abracadabrantesque!). Le fait est que beaucoup relativisent la portée des actions pro-burkinis et la progression et la dangerosité de l’islamisme politique en général, dont le véritable objectif est d’adapter, pour ne pas dire soumettre, les lois à leur idéologie. Beaucoup, en reprenant leurs arguments (liberté de conscience, absence de problème d’hygiène lié au « maillot de bain couvrant »), font preuve d’une naïveté déconcertante ! Et cela fonctionne bien, la preuve, puisqu’ils ne voient pas, ou ne veulent pas voir, qu’est à l’œuvre un islamisme haineux, totalitaire, inégalitaire, patriarcal, violent, antisémite, raciste, qui progresse par petits pas en pratiquant la dissimulation! Alors que le problème de fond relève d’une certaine vision de la civilisation et que se pose une question centrale: acceptons-nous une société inégalitaire fondée sur la primauté de la religion, accepterons-nous que se développe un apartheid sexuel qui finira par devenir social? Ainsi voulons-nous vraiment balancer par la fenêtre tout ce que la philosophie des Lumières nous a apporté? Le seul moyen de combattre les obscurantistes islamistes de manière non violente est de ne rien leur concéder, et en voyant les tentatives de justification des politiques locaux, à commencer par le premier d’entre-eux, c’est très mal parti! Il ne faut pas oublier que la défait de 1940 avait commencé par un certain renoncement!

        sep article
  10. Les femmes voilées d’Alliance citoyenne disent vouloir lutter contre les discriminations qu’elles subissent du fait qu’elles portent un voile.
    Eln portant un voile, en voulant introduire le burquini à la piscine, elles se trompent. Elles se discriminent toutes seules en tenant à exhiber devant tout le monde leurs attributs religieux et en refusant de se plier aux lois et règlements, comme le font tous les citoyens dignes de ce nom.
    Certains jeunes politiques se trompent de combat en les soutenant, ils ne soutiennent pas l’égalité.

    sep article
  11. Piolle est un [modéré, injure]. Il a sauté sur cette occasion pour se médiatiser encore une fois. Interpeller la Ministre, après Macron – tout pour ne pas se mettre au dos sa clientèle gauchiste et islamo-politique qui votent pour lui

    sep article
  12. sep article
  13. Sujet d’autant plus politique qu’il y a des liens entre la mairie et l’alliance citoyenne.
    https://www.placegrenet.fr/2015/11/03/la-democratie-participative-a-grenoble-cest-pas-du-gateau/68396
    Pascal Clouaire est un des adjoints au maire. Adrien Roux est fondateur et président de cette alliance aussi faussement citoyenne qu’ultra active dans le prosélytisme du burqini. Il a pour porte parole cette Taous Hammouti qui se présente en simple maman alors qu’elle est en vrai une militante aguerrie de la mouvance extrémiste des frères mulsumans. Voir absolument les révélations sur CNEWS de la journaliste Zineb El Rhaoui.
    https://www.youtube.com/watch?v=S7OnvvvxNmY

    sep article
    • A sa création, en 2012, Alliance citoyenne était une association qui luttait contre toutes les discriminations, par exemple dans l’habitat. Elle a aidé d’autres associations à organiser des activités, comme un bal folk, au bénéfice d’une asso de soutien aux migrants
      https://agendatrad.org/e_2014-10/bal-folk-profit-apardap_7389.html
      Dans ce cadre stricte de lutte pour l’égalité, l’asso a reçu une fois en 2017 une subventions de la Ville de Grenoble, mais n’en a plus jamais demandé (et donc reçu) pour, dit elle, rester libre. En revanche, elle ne crache pas sur une subvention de la Métro.

      sep article
  14. Il est clair que toir cela est téléguidé depuis l’Arabie.

    sep article