Sous le feu des critiques, Éric Piolle condamne les actions pro-burkini… tandis que la prochaine se prépare

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

FOCUS – Après plusieurs semaines et deux actions pro-burkini menées sur Grenoble par l’Alliance citoyenne, le maire Éric Piolle prend la parole pour condamner les actions militantes et appeler au respect du règlement intérieur des piscines. De quoi rassurer tous ceux qui, par voie de communiqués ou sur les réseaux sociaux, dénonçaient autant les actions en question que le silence du maire à leur égard ?

 

 

« La Ville de Grenoble a fait part de sa décision de ne pas faire évoluer le règlement intérieur des piscines cet été. » Par ces quelques lignes, le maire de Grenoble Éric Piolle indique – certains diront « enfin » – sa position sur les actions burkini qui ont récemment fait grand bruit dans la capitale des Alpes. Des actions menées les vendredi 17 mai et dimanche 23 juin par l’Alliance citoyenne de l’agglomération grenobloise.

 

Le drapeau de l'Alliance citoyenne déployé dans une piscine pendant une opération burkini à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le drapeau de l’Alliance citoyenne déployé dans une piscine pendant une action pro-burkini à Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« La Ville de Grenoble condamne ces atteintes au règlement intérieur, voté en conseil municipal et qui s’applique à tou-te-s », écrit encore le maire de Grenoble. Pour qui les actions militantes, et médiatiques, de l’Alliance citoyenne « perturbe[nt] le bon fonctionnement du service public, la tranquillité des usagers et expose[nt] les fonctionnaires à des tensions inacceptables ». De quoi instaurer, selon lui, un « climat de tension particulièrement préjudiciable » en période de canicule.

 

 

L’Alliance citoyenne prépare sa prochaine opération burkini

 

Le maire de Grenoble condamne également « la stratégie du choc qui est déployée », avant de plaider pour un débat « apaisé, contradictoire, méthodique ». Pour conclure, Éric Piolle indique avoir saisi le ministère des Sports, « afin que le gouvernement lève toute forme d’ambiguïté sur le statut du maillot de bain couvrant, relativement à l’hygiène et à la sécurité des usagers ». Le burkini, comme la sécurité, une compétence de l’État ?

 

La prise de position d’Éric Piolle ne va pas manquer d’être soumise très prochainement à l’épreuve des faits. L’Alliance citoyenne diffuse en effet un formulaire d’inscription pour une « sortie piscine en famille » le dimanche 30 juin. L’association fait dans ce cadre figurer le burkini parmi le choix des maillots… et propose même d’en prêter à qui n’en aurait pas. De quoi enlever tout doute quant à la nouvelle dimension militante de l’opération.

 

Conseil municipal de Grenoble. Les opérations burkinis irritent l'opposition de la Ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil municipal de Grenoble. Les opérations burkini irritent l’opposition de la Ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

L’ambiguïté, c’est le reproche qui a été fait ces dernières semaines à Éric Piolle concernant les actions pro-burkini de l’Alliance citoyenne. À commencer par Matthieu Chamussy, conseiller municipal d’opposition et président du groupe Réussir Grenoble, qui a dénoncé le silence du maire de Grenoble face à l’action du 17 mai. Un silence qui, en s’éternisant, a décuplé son irritation, alors même qu’il avait pris le temps d’exhumer des posts Facebook aux relents antisémites ou conspirationnistes d’une des meneuses.

 

Irritation toujours côté opposition de gauche. Le Rassemblement de gauche et de progrès de Grenoble condamne, lui aussi, les actions pro-burkini. Et demande au maire « de prendre toutes les mesures pour faire respecter le règlement des piscines municipales », ainsi que d’engager « toutes les actions en son pouvoir contre ces activistes ». Aucun doute pour les élus : ces actions ont pour but de « faire prévaloir des règles religieuses sur celles de la République ».

 

 

Des condamnations unanimes de tous bords

 

Sans surprise, Mireille d’Ornano condamne également l’action de l’Alliance citoyenne. La conseillère municipale Les Patriotes, anciennement Front national, estime que « cette opération ne sert malheureusement ni l’image des musulmans grenoblois, ni la lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes ». Et celle-ci de décrire les opérations burkini comme des « provocations » qui contreviennent aux règlements intérieurs des piscines municipales.

 

Le 23 juin, contrairement à la précédente opération burkini, la police a mis fin au mouvement de l'Alliance citoyenne. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le 23 juin, contrairement à la précédente opération burkini, la police a mis fin au mouvement de l’Alliance citoyenne. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les réactions affluent également en-dehors du cercle des élus grenoblois. Alain Carignon juge que les actions militantes « constituent une dérive supplémentaire qui dégrade encore le vivre-ensemble à Grenoble ». Et lde considérer qu’Éric Piolle ne veut « pas désigner la réalité, pour d’évidentes raisons de clientélisme électoral ».. Tandis que Stéphane Gemmani considère qu’un lieu public « est et doit rester réglementaire et en aucun cas voir apparaître le religieux ». Avant de considérer à son tour que la posture « tardive » du maire de Grenoble n’est « pas à la hauteur ».

 

« Si la carence du Maire à agir devait subsister, nous demandons au préfet de se substituer à lui afin que nul n’ignore le sens, la portée et la force de nos lois démocratiques », suggère de son côté sans sourciller le mouvement du Printemps républicain Grenoble. Et le socialiste Jean-Baptiste Caillet, secrétaire de section PS Meylan-Corenc-La-Tronche, écrit pour sa part craindre une offensive de « l’islam politique (…) aux endroits où il perçoit une faille ».

 

 

Le silence des députés En marche Olivier Véran et Émilie Chalas

 

N’en jetez plus ? Le blogueur Naëm Bestandji fustige, lui aussi, les opérations burkini… et ne se satisfait guère du dernier communiqué d’Éric Piolle. « Il condamne les actions des islamistes mais ne les nomme pas. Pas plus qu’il ne nomme le burkini. Il reprend le terme choisi par les islamistes pour le banaliser : « maillot de bain couvrant » », dénonce-t-il. Le même blogueur rappelait, quelques jours plus tôt, que l’Alliance citoyenne bénéficie depuis deux ans d’une subvention de 5 000 euros de la part de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Marlène Schiappa dénonce « l'ambiguité » du maire de Grenoble face aux opérations burkini © Assemblée nationale

Marlène Schiappa dénonce « l’ambiguité » du maire de Grenoble face aux opérations burkini © Assemblée nationale

 

À ce flot de paroles, il manquait celle de la Secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les hommes et les femmes. C’est chose faite via le Dauphiné libéré, où Marlène Schiappa voit, elle aussi, dans l’attitude du maire de Grenoble une « ambiguïté ». Elle reproche ainsi à Éric Piolle de ne pas « intervenir fermement pour défendre les droits des femmes et les valeurs de la République », face à une « très petite minorité qui multiplie des actions coup-de-poing ».

 

Par cette prise de parole, la ministre donne-t-elle le la de la position En marche sur la question ? Les députés de l’Isère Olivier Véran et Émilie Chalas gardent pour l’heure le silence sur les deux actions burkini de Grenoble. De même qu’Olivier Six, candidat à l’investiture En marche pour les municipales. Seule une autre candidate, Cécile Prost, aborde la question… en partageant sur Facebook l’article du Dauphiné libéré dans lequel s’exprime Marlène Schiappa.

 

 

Un débat enflammé sur les réseaux sociaux

 

Restent les réactions en-dehors de la sphère politique… et celles-ci sont particulièrement nombreuses. Sur les réseaux sociaux et dans les commentaires relayant les actions de l’Alliance citoyenne, le débat fait rage… pour le meilleur et pour le pire. Alors que des internautes revendiquent ou défendent le droit de chacun à s’habiller comme il l’entend, d’autres mettent en avant les questions d’hygiène, le règlement des piscines, ou simplement la laïcité.

 

Pour certains internautes, l'Alliance citoyenne est infiltrée par l'Islam politique avec ses opérations burkinis.

Pour certains internautes, l’Alliance citoyenne qui mène ces opérations burkini est infiltrée par l’Islam politique. DR

 

La comparaison avec Rosa Parks choque nombre de commentateurs, tandis que d’autres rappellent que des femmes se battent dans certains pays… pour ne plus avoir l’obligation de se couvrir le visage. « Si en France on force les femmes à porter le voile, on veut bien se battre pour que ça change », répond l’Alliance citoyenne. Mais l’association semble déjà considérée par certains comme infiltrée par l’Islam politique, sinon par les Frères musulmans.

 

« Je ne suis pas voilée, ma fille si, et jamais nous n irions faire ce genre de choses », nous écrit une personne de confession musulmane à titre de témoignage. Pour elle, les militantes « font du tort aux musulmanes qui veulent rester discrètes » et qui « jamais n iraient braver un Interdit et une réglementation ». Et cette personne de conclure en estimant qu’après de telles actions, « les Musulmanes voilées vont en prendre plein la tête ».

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
3631 visites | 17 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 17
  1. Le problème n’est pas la laïcité ou l’hygiène, mais l’inégalité homme/femme que symbolise ce maillot! Voit-on des hommes en burkini? L’hygiène est est juste une faille facile à exploiter par ce collectif, et ça marche puisque vous tombez dans le panneau!

    sep article
  2. Service minimum d’un Maire débordé par sa propre incapacité à anticiper ces réactions.
    Qu’il soit un peu courageux et non clienteliste en réagissant plus rapidement.

    sep article
  3. Une remise à l’heure des pendules par Mme Céline Pina, qui connait Grenoble où elle y a fait ses études.
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/burkini-a-grenoble-quand-les-tenantes-de-l-apartheid-sexuel-se-reclament-de-rosa-parks-20190626
    Elles se sont baptisées, en toute modestie, les «Rosa Parks Musulmanes» ; elles sont majoritairement membres de l’association Alliance citoyenne de Grenoble laquelle s’honore de défendre la «liberté de conscience» et le «libre accès aux services publics». On eût donc pu croire que ces femmes luttaient contre l’injustice, le racisme, les inégalités, qu’elles défendaient par exemple le droit de musulmans à changer de religion ou se déclarer athées, elles auraient pu lutter contre la montée des agressions d’homosexuels notamment dans les quartiers, elles auraient pu dénoncer ce nouvel antisémitisme qui puise son regain dans l’islam, elles auraient pu militer afin que le corps des femmes cesse d’être considéré comme impur en arrêtant de faire semblant de croire que le voile est un vêtement alors qu’il est un signe religieux ostentatoire, symbole de l’infériorité de la femme, autrement dit un marqueur de radicalité identitaire et politique pour les plus engagées. Voilà ce que devrait être une Rosa Parks musulmane ou non en France au XXIe siècle.
    … [La suite est sur internet]

    sep article
  4. Piolle commence bien,mais finit , sans surprise, par le bla bla-bla-bla gauchiste « bande-mou ». on n’a pas besoin de « dialogues apaisées » avec des provocateurs islamistes, on a besoin de police, arrestations et condamnations

    sep article
  5. Grenoble est la risée française.

    sep article
  6. Après le silence qui ne dit mot et qui consent, un communiqué volontairement truffé d’équivoques : « Dans ce contexte de tensions, la Ville de Grenoble a fait part de sa décision de ne pas faire évoluer le règlement intérieur des piscines cet été. »
    Pourquoi « dans ce contexte » ? Hors ce contexte la décision tombe ? Pourquoi la « Ville » et pas le Maire de Grenoble ? Parce que l’élection du Maire approche ? Pourquoi « cet été » ? Après cet été on oublie tout pour les élections ?
    Et le mot burkini, vrai nom de ce voile aquatique intégral (c’est même une marque déposée mondialement), remplacé par « maillot de bain couvrant » !

    sep article
    • Pour expliquer « dans ce contexte » il faut lire ce qui est écrit avant puisque cette expression reprend ce qui est au-dessus.
      Burkini est une marque, comme vous le dites, il y en a d’autres qui font dans le maillot de bain intégral
      https://www.modanisa.com/fr/maillot-de-bain-couvert.htm
      Donc, si on ne veut pas faire de pub pour une marque, il faut employer la périphrase : »maillot de bain couvrant »
      Bonne soirée

      sep article
      • sep article
        • Vous donnez le même site que moi, « modanisa », mais sur la page que vous proposez, il n’y a aucun vêtement de sport.
          La page des maillots est bien celle que j’ai donnée, où il est écrit en sous titre :
          « Maillot de bain entièrement couvert »

          sep article
          • Oui c’est la page d’accueil du même site, regardez bien.

            sep article
  7. Je trouve assez sioux de demander de trancher sur l’hygiène, parce que, s’il est reconnu que les burkinis ne posent pas de question d’hygiène, les hommes vont pouvoir se baigner en short, il n’y aurait aucune raison de le leur interdire.
    Donc, hygiène oui, burkini non
    On n’aborde pas ainsi les sujets qui peuvent fâcher sur le port d’un voile dans un lieu public où il est interdit par le règlement intérieur pour … des questions d’hygiène.
    Allez, les madames en burkinis, allez donc prosélyter ailleurs que dans les piscines de Grenoble. On verra quelle sera la réception à vos tenues.

    sep article
    • En fait le seul problème d’hygiène des shorts de bains c’est s’ils sont portés AVANT de venir à la piscine. En effet certains «  »s’habillent » » en short de bain l’été. Donc il faudrait s’assurer que ceux qui se baignent en short de bain ne soient pas venus avec ces mêmes shorts.
      Les burkinis étant des maillots de bains (ils sont fabriqués avec la même matière que les maillots « traditionnels » ne sont pas des vêtements d’extérieur donc oui, il n’y a aucun problème d’hygiène de ce côté. ( C’est juste que ça fait mal au yeux de certains…….mais bon passons sur ce détail)
      Perso je ne suis pas pour ces opérations coup-de-poing j’aurais préféré une action plus douce et respectueuse de la réglementation.
      Agir ainsi sous-entend que le dialogue n’est pas possible or si on n’a pas essayé le dialogue on ne peut pas savoir s’il est possible ou pas.
      Question laïcité il faudrait juste arrêter, à mon sens, de se voiler la face ( je n’ai pas voulu faire un jeu de mot) La laïcité par définition est le  » principe de séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse  » et « d’impartialité ou de neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses » et là, le fait qu’Eric Piolle saisisse le ministère des Sports pour qu’il atteste si oui ou non le maillot de bain couvrant est hygiénique, c’est être partial. Je salue son initiative.
      Faut faire les choses dans les règle, d’un côté comme de l’autre, et là, le tord revient à l’alliance citoyenne qui n’agit pas correctement.

      sep article
  8. Sans doute un oublie, mais il y avait eu aussi un communiqué de presse le 21 mai que vous ne mentionnez pas dans votre article. Le Focus ne serait il pas du coup un peu trop hameçonnage type tabloïds ? https://www.grenoble.fr/uploads/Externe/16/930_782_Reglement-interieur-des-piscines-les-conditions-d-un-dialogue-serein-ne-sont-pas-reunies.pdf

    Sur le fond, le débat est compliqué. D’un côté oui il faut faire appliquer le règlement. De l’autre, la laïcité de devrait elle pas inclure les différences plutôt que les gommer ? Une discussion complexe en ce moment de stigmatisation et de récupération religieuse et politique par pas mal de monde… Faudrait il alors faire évoluer le règlement municipale et avoir l’impression d’avoir perdu une bataille face à l’islamisme radicale ? Bref, le moins pire à ce jour, verbaliser et laisser le status quo !

    sep article
  9. Piolle a fait le service minimum, contraint et forcé par les circonstances. Mais en demandant au Gouvernement de trancher la question sur le plan de « l’hygiène », il se fait complice des islamistes qui ont trouvé là une faille et un point d’entrée! Alors que la seule et vraie question est l’égalité femme-homme, mise à mal par le projet islamiste dont le voile constitue une outil de propagande et de ségrégation sexuelle. Quand les « anti-racistes » bien-pensant de la ville de Grenoble auront compris que ségrégation raciale et sexuelle sont d’une même gravité… imagine-t-on une cagoule sur les personnes de couleur, une étoile jaune sur les personnes de confession juive?

    sep article
  10. Personnellement , je remercie le collectif de « tous à poil », d’avoir
    secoué la classe politique pas très courageuse et a fait réagir Monsieur
    Piolle et Madame Schiappa. C’est vrai que chacun se renvoie la balle .
    Il m’a toujours été interdit de porter un Bermuda à la piscine…

    sep article
    • Les bermudas de bains ne sont pas fait de la même matière que les maillots ou boxers de bain. C’est peut être à ce niveau que le problème d’hygiène se pose.

      sep article