Opérations burkini : les piscines municipales restent fermées, la polémique reste ouverte

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

FOCUS – Les piscines municipales des Dauphins et Jean-Bron de Grenoble sont restées portes closes jeudi 27 juin. Le personnel a exercé son droit de retrait suite à une altercation survenue le mardi précédent, mais aussi et surtout suite aux deux opérations burkini des 17 mai et 23 juin. Si la polémique ne retombe pas, des organisations politiques et syndicales font savoir leur soutien aux actions de l’Alliance citoyenne.

 

 

« Pour l’heure, les conditions ne sont pas réunies pour permettre une réouverture des piscines jeudi 27 Juin ». En une phrase, par voie de communiqué, la Ville de Grenoble a fait savoir que les piscines municipales des Dauphins et Jean-Bron seraient fermées pour une deuxième journée consécutive. Pour quel motif ? Les personnels des deux établissements ont fait valoir leur droit de retrait, suite à un incident survenu mardi 25 juin.

 

La piscine Jean-Bron de Grenoble © Ville de Grenoble

La piscine Jean-Bron de Grenoble. © Ville de Grenoble

 

Mais l’incident en question, une algarade avec un usager insistant pour se baigner en short malgré le règlement intérieur, semble surtout la goutte d’eau qui a mis le feu au lac. Le droit de retrait des employés témoigne en effet avant tout d’un ras-le-bol, suite aux deux opérations burkini menées par l’Alliance citoyenne les vendredi 17 mai et dimanche 23 juin. Des manifestations largement médiatisées, dont la deuxième s’est conclue par une intervention de la police municipale.

 

 

Les piscines rouvriront « dès que possible »

 

La Ville de Grenoble ne s’y trompe pas. Dans son communiqué, celle-ci évoque des piscines « actuellement la cible d’opérations communautaristes et [qui] ont fait l’objet ces derniers jours de nombreuses incivilités ». Un cran de plus dans la condamnation de ces actions burkini ? C’est la première fois que le terme « communautariste » apparaît sous la plume de la municipalité, son maire Éric Piolle évoquant jusqu’ici des « actions militantes et médiatiques ».

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération burkini de l’Alliance citoyenne. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Mais si la Ville assure « se [mobiliser] pour assurer la sécurité de toutes et tous [et] permettre à ses agents d’exercer leurs fonctions dans les meilleures conditions », les agents en question n’ont pas encore l’intention de reprendre le chemin des bassins. Une issue en vue ? Les services municipaux préfèrent ne pas s’engager : « Les discussions se poursuivront demain [jeudi 27 juin, ndlr] pour rouvrir les piscines dès que possible. »

 

Difficile en effet de savoir si la tension peut rapidement retomber. En particulier lorsque l’Alliance citoyenne annonce publiquement une nouvelle action le dimanche 30 juin, via diffusion d’un formulaire sur les réseaux sociaux. En prétextant une « sortie piscine en famille », l’association propose ainsi de prêter des burkinis aux participantes qui le désireraient. Le lieu de rendez-vous de la nouvelle action n’est, pour sa part, pas précisé.

 

 

Quand la parole publique s’empare de l’affaire des burkinis de Grenoble

 

La fermeture de deux piscines municipales en pleine période de canicule a de quoi susciter des réactions. Sur les réseaux sociaux d’une part, où les uns blâment et moquent les « fonctionnaires », quand les autres reprochent à l’Alliance citoyenne de pénaliser l’ensemble de la population. Mais aussi dans les prises de parole publique, alors que la presse nationale s’est largement emparée de l’affaire des burkinis de Grenoble.

 

La première action de l'Alliance citoyenne a eu lieu à la piscine des Dauphins en mai 2019 © Alliance citoyenne

La première action de l’Alliance citoyenne a eu lieu à la piscine des Dauphins en mai 2019 © Alliance citoyenne

 

Pour exemple, une chronique de Cécile Pina dans les colonnes du Figaro, où l’essayiste tire à boulets rouges contre ce qu’elle estime « une stratégie à la fois de conquête de l’espace public comme de désaveu ou de soumission des institutions ». Ou les prises de parole du blogueur militant Naëm Bestandji, pour qui « Alliance citoyenne et ses alliées islamistes ont réussi à faire bouger les choses : cliver (c’était leur but) et faire fermer les piscines ».

 

Des critiques qui n’épargnent jamais Éric Piolle, dont la position est souvent jugée « ambiguë ». Pour enfoncer le clou, Stéphane Gemmani partage un extrait de vidéo dans lequel le maire de Grenoble note : « D’un côté on va se retrouver dans pas longtemps à promouvoir de plus en plus des maillots couvrants pour se protéger du soleil, mais par contre si c’est le même maillot couvrant mais que vous le faîtes avec une intention religieuse, à ce moment-là ça ne va pas ! »

 

 

L’Alliance citoyenne soutenue par les jeunes NPA et Insoumis

 

Si la grande majorité des réactions politiques condamne les opérations burkini de l’Alliance citoyenne, l’association ne compte pas moins des soutiens. À commencer par la section Jeunes du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) qui, dans un premier communiqué, criait dès le 24 juin « Non à la discrimination raciste dans les piscines municipales ». Et qualifiait l’intervention de la police municipale le 23 juin à Jean-Bron de « campagne raciste et sexiste ».

 

Pour le NPA Jeunes, l'intervention de la police municipale à Jean-Bron représente une « campagne raciste et sexiste » © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pour le NPA Jeunes, l’intervention de la police municipale à Jean-Bron représente une « campagne raciste et sexiste » © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Le NPA Jeunes fait de nouveau entendre sa voix dans un second communiqué, cette fois coécrit avec les Jeunes communistes de l’Isère, les Jeunes insoumis Grenoble, l’Unef, l’UNL et la structure Village 2 santé d’Échirolles. Des signataires qui jugent « injuste de demander aux femmes de renier leur religion pour accéder à un équipement municipal ». Et invitent Éric Piolle à « garantir l’égalité d’accès aux services publics ».

 

Et les organisations de dénoncer « une approche liberticide et islamophobe [qui] s’est diffusée dans de nombreuses organisations de gauche où de nombreuses personnes sont passées de la critique de la religion qui est légitime (…) au rejet d’un groupe social à cause de sa religion ». Les adjoints ou conseillers municipaux Insoumis de la Ville de Grenoble apprécieront-ils cette prose, à laquelle souscrit la section Jeunes de leur propre mouvement ?

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2469 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Merci et bravo à Mme Zineb El Rhaoui pour son grand courage et pour tout ce qu’elle nous apprend aux infos sur CNEWS.
    Notamment le fait que Taous Hamouti, la porte parole de ces opérations burqini, se présente comme une maman alors qu’elle est une militante islamiste ultra qui a (entre autres) porté le deuil lors du décès de Mohamed Morsi, ex frère musulman du premier rang.
    REPLAY de CNEWS : https://www.youtube.com/watch?v=S7OnvvvxNmY

    sep article
  2. Paroles de maire :
    « Je me refuse d’entrer dans un dialogue avec des revendications communautaristes. Le règlement des piscines est fait avec un regard technique et continuera d’être fait ainsi comme l’ensemble du service public. Ça ne veut pas dire qu’on ne le bouge pas parce qu’on questionne en permanence l’ensemble de l’accueil dans un service public. Mais par contre, il n’y aura pas de dialogue avec des revendications communautaristes ». Quant à la promesse d’Alliance citoyenne de stopper ses actions (la prochaine est prévue ce dimanche) en l’absence de rendez-vous avec le maire, Eric Piolle tacle : « Tout ceci est un leurre car la stratégie du buzz, on la connaît. Qu’Alliance citoyenne fasse son buzz toute seul, on continuera d’appliquer le règlement. »
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/28/eric-piolle-sur-l-affaire-des-burkinis-qu-alliance-citoyenne-fasse-son-buzz-toute-seule

    sep article
    • C’est tardif, mais ça va incontestablement dans le bon sens, après un trop long silence et divers propos ambigus.
      « pas de dialogue avec des revendications communautaristes » ? Très bien, ça me va.

      sep article
  3. Désunion et manipulation des citoyens est le vrai nom de cette fausse « alliance citoyenne ».
    Bas les masques, elle réunit l’extrême gauche avec l’extrême droite islamiste, l’une des pires qui soit …
    Qu’ont-ils en commun ? Une seule chose, qui est donc d’évidence la vraie raison d’être de l’ « alliance citoyenne » : dynamiter les fondamentaux. Quelles que soient les compromissions, quel que soit le prix pour la République. C’est parfaitement détestable en plus d’être gravement stupide.

    sep article
  4. L’alliance citoyenne a réussi ce qu’elle voulait, rallumer la guerre de religion, sous prétexte de parler d’égalité. Bravo à tous ces jeunes politiques qui ne voient pas l’emprise de certaines musulmanes et certains musulmans sur la vie publique pour faire croire que le voile et le burkini sont des éléments de liberté !
    Le règlement intérieur n’a pas à s’adapter à la religion, une piscine est un établissement laïc où on laisse ses attribut religieux au vestiaire ou bien on ne vient pas.
    Il faut s’en tenir à la question d’hygiène, si non, c’est aussi la porte ouverte aux shorts pour les hommes et autres maillots couvrants.
    J’espère que ceux qui ont prévu de se baigner nus vont bien venir faire une démo dimanche. Là, il n’y aura pas de problème d’hygiène et ce sera un peu plus rigolo.

    sep article
    • D’habitude en désaccord avec Caro, je souscris entièrement à son post.
      Preuve qu’il existe à Grenoble un front républicain d’une importance extraordinaire.
      Pourtant, ce qu’il convient d’appeler une « minorité agissante » a réussi le tour de force de faire fermer les deux piscines de Grenoble, dont Jean Bron.
      Du jamais vu de toute ma vie de Grenoblois, d’ailleurs utilisateur assidu de Jean Bron aux bonnes heures, celles des nageurs et des bronzeurs, depuis plus de 30 ans.
      Mesure-t-on la gravité de l’événement ???
      A court terme : priver une ville entière qu’un équipement ouvert seulement l’été alors que nous souffrons de la canicule.
      A moyen ou long terme : une brèche ouverte dans le « vivre ensemble », déjà bien fragile.
      Je suis plus qu’inquiet.

      sep article
  5. L’ultra gauche et insoumise compte combien d’élus à la municipalité #Grenobloise d’#Eric Piolle dont certain qui se cachent derrière une étiquette écologiste? Pour qui roulent-ils en fait?

    sep article
  6. Il faut que le procureur de l’Isere lance une investigation sur les sources de financement de cette “alliance citoyenne”. Ils affichent 3-5 employés, même s’ils bossent au SMIC, 3 employés ça fait 60 K€ an loins 7000€ de subvention de la part de Piolle. D’ou vient le reste ?
    Qatar ?

    sep article
  7. Je suis écolo, mais c’est bien parce-que EELV et les Insoumis n’ont rien dans le crâne à propos de la stratégie de conquête islamiste contre les valeurs républicaines que je ne voterai jamais Piolle à la mairie de Grenoble. Ils devraient s’enquérir des tribunes rédigées par des penseurs arabes avant de crier au racisme!

    sep article
  8. piscine fermée ? par canicule?
    DEBILE!
    il faut arrêter les bêtises.
    C est tout le monde qui est puni.
    Des gamins qui seraient bien allés se baigner.
    Si il y a un soucis / altercation -> police direct et interdiction d’entrée pendant X temps (avec photo à l’appuie).
    Mais il faut arrêter les bêtises… Grenoble vire vraiment mal…

    sep article