À Grenoble, une étude préconise d’abaisser le niveau de particules fines dans l’air… sur un large périmètre

sep article



 

FOCUS – Une baisse du niveau moyen de particules fines dans l’air de trois microgrammes par mètre cube ferait diminuer la mortalité d’un tiers à Grenoble comme à Lyon. C’est ce qu’avance une récente étude menée en Rhône-Alpes par une équipe de chercheurs. Mais celle-ci conclut aussi à la nécessité de mettre en place des actions sur un large périmètre. Et de se poser la question de la justice sociale… en amont.

 

 

Pollution atmosphérique observée depuis la vallée du Grésivaudan

Pollution atmo­sphé­rique obser­vée depuis la val­lée du Grésivaudan – © Véronique Serre

Baisser de 3 microgrammes/m3 le niveau moyen de par­ti­cules fines dans l’air per­met­trait de faire bais­ser la mor­ta­lité d’un tiers. C’est ce qu’af­firme une étude conduite à Grenoble et Lyon par des cher­cheurs de l’Inserm, du CNRS, de l’Inra, d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes et de l’Université Grenoble Alpes (UGA) sur ces pous­sières essen­tiel­le­ment émises par le chauf­fage au bois défec­tueux et le tra­fic rou­tier.

 

Si cette baisse était de 10 microgrammes/m3, soit conforme aux pré­co­ni­sa­tions de l’Organisation mon­diale de la santé (OMS), cette mor­ta­lité que les cher­cheurs attri­buent aux par­ti­cules fines serait même réduite de moi­tié. À condi­tion tou­te­fois de voir… large. En effet, notent les cher­cheurs qui ont passé en revue plu­sieurs scé­na­rios, ceux axés uni­que­ment sur les zones les plus expo­sées ont eu peu d’im­pact glo­bal.

 

 

L’étude souligne la nécessité d’atténuer les inégalités sociales d’exposition

 

« Les scé­na­rios de réduc­tion ciblant uni­que­ment les points chauds de la réduc­tion de la pol­lu­tion atmo­sphé­rique ont peu d’im­pact attendu sur la santé de la popu­la­tion, sou­lignent les auteurs de l’é­tude. Les scé­na­rios cher­chant à atteindre une expo­si­tion homo­gène dans l’en­semble de la zone d’é­tudes ont été plus effi­caces pour atté­nuer les inéga­li­tés sociales d’ex­po­si­tion. »

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Une nou­velle étude sur les par­ti­cules fines PM 2,5 a conclu à une baisse d’un tiers de la mor­ta­lité à Grenoble si le niveau moyen de pous­sières dans l’air dimi­nuait de 3 micro­grammes par mètre cube © Patricia Cerinsek

 

Objectif de l’é­tude, res­tée très dis­crète ? Guider les poli­tiques publiques alors que se mul­ti­plient les actions pour ten­ter de faire bais­ser les niveaux de pol­lu­tion et répondre aux injonc­tions de Bruxelles, la Commission euro­péenne ayant saisi la jus­tice. En effet, les cher­cheurs ont éga­le­ment estimé le coût de cette pol­lu­tion : à Grenoble et Lyon, ils l’ont chif­fré à 1 200 euros par an et par habi­tant.

 

 

Des actions plus ou moins larges à Grenoble

 

À Grenoble, cer­taines actions voient large, comme la prime air-bois ins­tau­rée sur la Métropole mais aussi sur le Grésivaudan et le Voironnais. Son mon­tant a été dou­blé dans la capi­tale des Alpes pour rendre plus effi­cace la conver­sion des trop anciennes ins­tal­la­tions de chauf­fage au bois.

 

D’autres actions gagne­raient à s’é­lar­gir. Grenoble est ainsi la seule ville en France avec Paris à avoir mis en place une zone à faibles émis­sions, alors que 227 ont été créés en Europe depuis les années 90. Mais cette zone est encore limi­tée et a quelque peine à englo­ber tous les axes dans son péri­mètre sans dis­po­ser de moyens de contrôle adé­quats.

 

D’autres actions encore sont, elles, très… cir­cons­crites. À Grenoble, l’i­dée était ainsi de faire bais­ser la pol­lu­tion dans l’hy­per-centre de la ville via l’o­pé­ra­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­pole (CVCM).

 

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

CVCM à Grenoble : quels impacts sur la qua­lité de l’air ?  © Patricia Cerinsek

Avec le risque que les nui­sances, pol­lu­tion et bruit, ne se reportent plus loin. Risque avéré ? Atmo a, tout au long de l’an­née 2018, réa­lisé une cam­pagne afin de ten­ter de cou­per court à la polé­mique qui a suivi la mise en place de cette opé­ra­tion. Laquelle s’est tra­duite par un chan­ge­ment du plan de cir­cu­la­tion dans le cœur de ville de Grenoble et la fer­me­ture de cer­tains axes aux voi­tures.

 

À ce jour, les résul­tats de l’é­tude n’ont tou­jours pas été ren­dus publics. D’après nos infor­ma­tions, ils devraient tou­te­fois confir­mer ce que de pre­mières éva­lua­tions avaient constaté fin 2017 : une hausse de la pol­lu­tion modé­rée au dioxyde d’a­zote, pol­luant rou­tier par excel­lence, coïn­ci­dant avec la mise en place de CVCM.

 

 

Se poser la question de la justice sociale en amont

 

Voir plus large et plus loin, c’est ce que pré­co­nisent les auteurs de l’é­tude publiée dans Environment inter­na­tio­nal. « Il serait per­ti­nent de com­pa­rer les scé­na­rios de réduc­tion de la pol­lu­tion en termes de jus­tice sociale, c’est-à-dire d’i­den­ti­fier a priori si cer­taines classes sociales béné­fi­cie­raient plus que d’autres d’un scé­na­rio de réduc­tion donné ou si un plan per­met­trait de réduire les inéga­li­tés d’ex­po­si­tion à la pol­lu­tion atmo­sphé­rique », sug­gèrent-ils.

 

La cité Mistral se compose de grandes tours depuis lesquelles sont jetés les projectiles sur les policiers. © Jules Peyron - Place Gre'net

La cité Mistral, par­ti­cu­liè­re­ment expo­sée aux par­ti­cules fines ? © Jules Peyron – Place Gre’net

 

« Pourtant, à notre connais­sance, aucune étude n’a exa­miné si des scé­na­rios hypo­thé­tiques de réduc­tion des PM 2,5 pour­raient modi­fier les inéga­li­tés sociales en cas d’ex­po­si­tion à la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. »

 

À Grenoble, une étude parue en 2016 sur les impacts sur la santé de la pol­lu­tion de l’air avait mis en cause les PM 2,5. Ces pous­sières, res­pon­sables de 3 à 10 % des nou­veaux cas de can­cer du pou­mon, touchent en effet sur­tout les quar­tiers défa­vo­ri­sés, proches des grands axes de cir­cu­la­tion, loin de CVCM…

 

Patricia Cerinsek

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
15027 visites | 11 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 11
  1. Ping : Une étude grenobloise préconise d'abaisser les concentrations en particules fines sur un large périmètre - APPA

  2. Explosion des embou­teillages à Grenoble depuis Avril 2017, soit le nou­veaux plan de NON-cir­cu­la­tion Cvcm, Grenoble pas­sée logi­que­ment de la 10 ème ville de France la plus embou­teillée à la 5ème, avec logi­que­ment l’aug­men­ta­tion de la pol­lu­tion (+ pol­lu­tion sonore) sur tout le péri­mètre Cvcm et au delà jusque sur les axes péri­phé­riques aussi impac­tés, comme quoi les verts en car­ton et rouges de la muni­ci­pa­lité d’Eric Piolle, ainsi que leurs alliés poli­tiques de la Metropole et autre Smtc et Adtc font des miracles pour les Grenoblois et leur santé.

    L’écologie mar­ke­ting qu’ont choisi ces poli­tiques n’a rien à voir avec cette noble cause qu’ils salissent au quo­ti­dien, tout en pour­ris­sant et dégra­dant la vie des habi­tants.

    sep article
  3. Ha, le GAM et Amigo, tou­jours fidèles au poste. A brailler que cvcm est une hausse de la pol­lu­tion alors qu’il s’a­git d’un dépla­ce­ment de la pol­lu­tion qui suit le tra­fic moto­risé. Et pas un pour avoir l’i­dée de pro­po­ser une baisse de ce tra­fic moto­risé dont la pol­lu­tion le long des axes de cir­cu­la­tion est tel­le­ment visible sur les cartes de pol­luants (en rouge ou en vio­let pour info).
    C’est clair qu’ac­tuel­le­ment, la qua­lité de l’air moyenne (59 ce 8 août) est dûe au chauf­fage au bois. Allez, un petit effort…

    sep article
  4. Cette étude date de quand ?
    De plu­sieurs mois ?
    Pourquoi per­sonne n’en a parlé avant qu’un jour­na­liste mette la main des­sus ?

    sep article
  5. sep article
  6. Et on est encore dans le délire le plus total !
    Faire bais­ser la mor­ta­lité ?
    Ces cher­cheurs ont donc accès à tous les cer­ti­fi­cats de décès qui éta­blissent tous les causes de la mort ?

    Par ailleurs, le tra­fic rou­tier n’est pas la deuxième cause d’é­mis­sion par­ti­cule fines, l’in­dus­trie et le bâti­ment sont bien devant.

    Et cette étude, d’im­pact, car c’est de ce dont il s’a­git, aurait du être faite bien avant l’im­po­si­tion de CVCM sans étude d’im­pact.
    Curieux comme elle confirme ce que Grenobleà Coeur et le GAM disent depuis plus de 3 ans…

    sep article
  7. Avec le micro cap­teur Airmatrix, il est pos­sible de mesu­rer la concen­tra­tion de par­ti­cules fines en quelques secondes. Les résul­tats s affichent en temps reel sur votre smart­phone.

    sep article
  8. au secours. De l’a­mi­na­zine ! Dans le meme panier : PM2.5, OMS, baisse de mor­ta­lité par un tiers (??!!!!!), jus­tice sociale .… Sans men­tion­ner le fait que la dimi­nu­tion des PM2.5 entraî­nera une aug­men­ta­tion de la cha­leur et donc une HAUSSE de mor­ta­lité, comme d’hab avec un impact néga­tif à la jus­tice sociale (on sait bien que toute la vie n’est pas juste, n’est ce pas ?) :))

    sep article
  9. en effet,
    …« touchent en effet sur­tout les quar­tiers défa­vo­ri­sés, proches des grands axes de cir­cu­la­tion, loin de CVCM… »

    à se deman­der qui récla­mait à cor et à cris l’é­lar­gis­se­ment de l’A480 pour y faire pas­ser plus de voi­tures, à côté des quar­tiers comme Mistral ?

    sep article