Les interdictions de circulation des véhicules de livraison s’accélèrent dans l’agglomération grenobloise

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

FOCUS – Les premières interdictions de circuler des véhicules de livraison les plus polluants tomberont le 2 mai dans dix communes autour de Grenoble. Objectif d’ici 2025 : bouter le diesel hors des murs de l’agglomération. En 2020, le périmètre de cette interdiction, au départ limitée à Grenoble, englobera vingt-huit des quarante-neuf communes de la Métropole. Mais le contrôle de ce dispositif pêche encore. Théoriquement efficace sur la base des vignettes Crit’air, cette zone à faibles émissions n’a manifestement pas (encore) les moyens de ses ambitions.

 

 

L'actuelle zone à faibles émissions de Grenoble (jaune) sera élargie en février 2020 à 18 communes supplémentaires (en orange). N'apparait pas sur la carte, l'A 480, qui déroge aux interdictions de circuler.

L’actuelle zone à faibles émissions de Grenoble (jaune) sera élargie en février 2020 à 18 communes supplémentaires (en orange). N’apparaît pas sur la carte l’A480, qui déroge aux interdictions de circuler.

La zone à faibles émissions (ZFE) de Grenoble, ou zone à circulation restreinte, entre dans le vif du sujet. Le 2 mai prochain, les véhicules de livraison – utilitaires et poids lourds – les plus polluants n’auront ainsi plus le droit de circuler sur dix communes de l’agglomération.

 

Plus précisément, les véhicules professionnels estampillés CQA 5 seront bannis sur Saint-Égrève, Saint-Martin-le-Vinoux, La Tronche, Grenoble, Saint-Martin-d’Hères, Échirolles, Eybens, Poisat, Bresson et Le Pont-de-Claix. Une interdiction qui sera étendue aux certificats 4 en 2020, aux certificats 3 en 2022 et au certificats 2 en 2025.

 

Ce faisant, la mesure sera également élargie, géographiquement parlant, puisque dix-huit communes supplémentaires viendront rejoindre cette zone réglementée dès février 2020. Les communes de la rive gauche qui s’étaient élevées contre cette mise à l’écart, entrent donc dans la boucle mais aussi des communes au sud de l’agglomération ou sur les contreforts de la Chartreuse.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4445 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Le roi Midas changeait en or tout ce qu’il touchait. M Piolle à une rare capacité de merder tout ce qu’il touche et ceci dans n’importe quel domaine – écologie, sociale, économie, urbanisme et surtout déplacements

    sep article
    • En tant qu’individu, M. Piolle n’est ni tout gentil ni tout méchant. Mais pourquoi l’incriminer systématiquement sur des projets métropolitains ??? De l’anti-Piolle primaire ? Cela me rappelle des méthodes datant des années 1980 tout ça… La ville de Grenoble n’en est pas sortie grandie…

      sep article
  2. Mesure fort debile, car entraînera la perte d’emploi, les fermetures des magasins et la hausse des prix pour les consommateurs

    sep article