Les interdictions de circulation des véhicules de livraison s’accélèrent dans l’agglomération grenobloise

sep article



FOCUS – Les premières interdictions de circuler des véhicules de livraison les plus polluants tomberont le 2 mai dans dix communes autour de Grenoble. Objectif d’ici 2025 : bouter le diesel hors des murs de l’agglomération. En 2020, le périmètre de cette interdiction, au départ limitée à Grenoble, englobera vingt-huit des quarante-neuf communes de la Métropole. Mais le contrôle de ce dispositif pêche encore. Théoriquement efficace sur la base des vignettes Crit’air, cette zone à faibles émissions n’a manifestement pas (encore) les moyens de ses ambitions.

 

 

L'actuelle zone à faibles émissions de Grenoble (jaune) sera élargie en février 2020 à 18 communes supplémentaires (en orange). N'apparait pas sur la carte, l'A 480, qui déroge aux interdictions de circuler.

L’actuelle zone à faibles émis­sions de Grenoble (jaune) sera élar­gie en février 2020 à 18 com­munes sup­plé­men­taires (en orange). N’apparaît pas sur la carte l’A480, qui déroge aux inter­dic­tions de cir­cu­ler.

La zone à faibles émis­sions (ZFE) de Grenoble, ou zone à cir­cu­la­tion res­treinte, entre dans le vif du sujet. Le 2 mai pro­chain, les véhi­cules de livrai­son – uti­li­taires et poids lourds – les plus pol­luants n’au­ront ainsi plus le droit de cir­cu­ler sur dix com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion.

 

Plus pré­ci­sé­ment, les véhi­cules pro­fes­sion­nels estam­pillés CQA 5 seront ban­nis sur Saint-Égrève, Saint-Martin-le-Vinoux, La Tronche, Grenoble, Saint-Martin-d’Hères, Échirolles, Eybens, Poisat, Bresson et Le Pont-de-Claix. Une inter­dic­tion qui sera éten­due aux cer­ti­fi­cats 4 en 2020, aux cer­ti­fi­cats 3 en 2022 et au cer­ti­fi­cats 2 en 2025.

 

Ce fai­sant, la mesure sera éga­le­ment élar­gie, géo­gra­phi­que­ment par­lant, puisque dix-huit com­munes sup­plé­men­taires vien­dront rejoindre cette zone régle­men­tée dès février 2020. Les com­munes de la rive gauche qui s’é­taient éle­vées contre cette mise à l’é­cart, entrent donc dans la boucle mais aussi des com­munes au sud de l’ag­glo­mé­ra­tion ou sur les contre­forts de la Chartreuse.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5292 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Le roi Midas chan­geait en or tout ce qu’il tou­chait. M Piolle à une rare capa­cité de mer­der tout ce qu’il touche et ceci dans n’importe quel domaine – éco­lo­gie, sociale, éco­no­mie, urba­nisme et sur­tout dépla­ce­ments

    sep article
    • En tant qu’in­di­vidu, M. Piolle n’est ni tout gen­til ni tout méchant. Mais pour­quoi l’in­cri­mi­ner sys­té­ma­ti­que­ment sur des pro­jets métro­po­li­tains ??? De l’anti-Piolle pri­maire ? Cela me rap­pelle des méthodes datant des années 1980 tout ça… La ville de Grenoble n’en est pas sor­tie gran­die…

      sep article
  2. Mesure fort debile, car entraî­nera la perte d’emploi, les fer­me­tures des maga­sins et la hausse des prix pour les consom­ma­teurs

    sep article