CVCM : la piétonnisation du centre de Grenoble entre dans sa phase finale… mais des interrogations demeurent

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

DÉCRYPTAGE – Deux ans après la mise en route de l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole dans le centre de Grenoble, les travaux de piétonnisation visant à restreindre un peu plus la circulation automobile touchent à leur fin. Mais on n’en sait guère plus des effets observés sur le trafic et la pollution de l’air. Pour le collectif Grenoble à cœur qui (re)monte au créneau, la congestion accrue est avérée. La Métropole de Grenoble, elle, entend voir plus large et plus loin.

 

 

Dans l'hyper-centre de Grenoble, l'opération Cœurs de ville, cœurs de métropole touche au but. Fin novembre, le chantier devrait avoir été mené à terme © Patricia Cerinsek

Dans l’hy­per-centre de Grenoble, l’o­pé­ra­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­pole touche à sa fin. © Patricia Cerinsek

C’est la der­nière ligne droite pour l’o­pé­ra­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­pole (CVCM). Fin novembre, les tra­vaux des­ti­nés à étendre la pié­ton­ni­sa­tion dans le centre de Grenoble et à pro­mou­voir l’u­sage du vélo tout en fai­sant un peu plus de place aux trans­ports en com­mun, devraient être bou­clés.

 

Depuis deux ans, l’o­pé­ra­tion a trans­formé le cœur de la ville en un chan­tier per­ma­nent. Objectif ? Bouter les véhi­cules de tran­sit du centre-ville, en tablant notam­ment sur l’é­lar­gis­se­ment de l’A480. Et orien­ter les autres vers les par­kings en ouvrage, en comp­tant là sur l’ef­fet dis­sua­sif de la hausse du tarif de sta­tion­ne­ment en voi­rie.

 

L’un dans l’autre, la Métropole et la Ville de Grenoble, mais aussi le syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC), espèrent ainsi faire rebrous­ser che­min à 10 000 voire 15 000 véhi­cules chaque jour. Tout en tri­plant, dans le même temps, la part modale du vélo.

 

 

Début avril, Atmo rendra publique sa campagne de mesures

 

Objectif atteint ? Deux ans après le lan­ce­ment de l’o­pé­ra­tion, dif­fi­cile d’y voir clair. L’observatoire des dépla­ce­ments mis en place par la Métropole n’a pas livré ses der­niers résul­tats. Alors, en atten­dant, après un pre­mier point réa­lisé à mi-par­cours, elle dresse un bilan au doigt mouillé. « Il faut à peu près deux ans pour qu’un plan de cir­cu­la­tion soit adopté », recon­naît Ludovic Bustos, le vice-pré­sident chargé à la Métro des espaces publics et de la voi­rie.

 

« Mais on observe une sta­bi­li­sa­tion de la fré­quen­ta­tion des trans­ports en com­mun, ce qui n’est pas si mal en période de tra­vaux. La part pié­tons a ten­dance à aug­men­ter, de même que la part des vélos. » Entre 2016 et 2017, l’aug­men­ta­tion du vélo a ainsi atteint 5 %, d’a­près l’ob­ser­va­toire des dépla­ce­ments. En deux ans, elle devrait tour­ner autour de 14 %.

 

Si cette hausse est sen­sible, ce n’est pour autant pas l’en­vo­lée espé­rée pour Grenoble à cœur, un col­lec­tif d’ha­bi­tants et de com­mer­çants qui se bat depuis deux ans pour récla­mer un mora­toire de CVCM.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
8237 visites | 24 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 24
  1. Et toc, les élus muni­ci­paux Grenoblois siègent a ma Métro, Piolle en tête, ce sont bien les mêmes.

    sep article
  2. A quoi a servi Cvcm voulu par Piolle, sa majo­rité muni­ci­pale et métro­po­li­taine ? Supprimer la cir­cu­la­tion pour quelques pri­vi­lé­giés sur 2 axes, pour créer d’autres axes de cir­cu­la­tions bien plus nom­breux, créer des rep­ports de cir­cu­la­tions et des embou­teillages par­tout à Grenoble et en péri­phé­rie, faire pas­ser notre ville de la 10ème à la 6ème ville la plus embou­teillée de france en une année (un tour de force) et fait aug­men­ter la pol­lu­tion au no2 de +15%? Et ce n’est pas les potes de Piolle der­rière leurs blogs à deux balles qui arg­mentent le contraire en mani­pu­lant les chiffres en leurs faveurs qui va chan­ger quoi que ce soit, les habi­tants ne sont pas dupes, ils subissent au quo­ti­dien les nui­sances de ce nou­veau plan de NON CIRCULATION : bruit, klaxons, odeurs, embou­teillages, énormes pertes de temps sur les axes domi­ciles tra­vail, affec­tions orl, etc etc

    sep article
    • - bruit : pro­vo­qué par les moteurs ther­miques et les pneu­ma­tiques des véhi­cules moto­ri­sés
      – klaxons : pro­vo­qué par des per­sonnes au volant d’en­gin moto­risé. L’utilisation du kalxon est inter­dit en agglo­mé­ra­tion sauf cas de dan­ger immé­diat (article R416‑1 du code de la route)
      – odeurs : géné­rés par les échap­pe­ments des véhi­cules moto­ri­sés.
      – embou­teillages (sous-entendu de véhi­cules moto­ri­sés) : pro­vient du trop-plein d’en­gins de 10 m² d’oc­cu­pa­tion au sol, pesant envi­ron 1,5 tonnes et trans­por­tant 1,25 per­sonnes en moyenne.
      – perte de temps sur les axes domi­cile-tra­vail : uni­que­ment pour les uti­li­sa­teurs d’en­gins moto­ri­sés coin­cés par eux-mêmes et pour les usa­gers des TC qui sont coin­cés par la pre­mière caté­go­rie.
      – affec­tions ORL : pro­vo­quées par la pol­lu­tion des engins moto­ri­sés ?

      On peut rajou­ter aussi l’in­sé­cu­rité rou­tière géné­rée par les engins moto­ri­sés.

      En conclu­sion : il faut abso­lu­ment dimi­nuer le nombre de voi­tures en ville. Merci pour l’é­ta­le­ment de tous ces argu­ments qui militent en faveur de cette action.

      sep article
  3. Ils s’en donne du mal les affi­dés de la muni­ci­pa­lité Piolle pour cou­vrir et « enfu­mer » à pro­pos de Cvcm, ce pro­jet insensé voulu par le « maire » de Grenoble et sa majo­rité Metropolitaine ; tout en argu­ments dog­ma­tiques, sim­plistes, à des fins mani­pu­la­toire des Grenoblois dont ils se moquent, tout en cré­di­tant un pro­jet imposé et monté de façon à échap­per à une etude étude d’im­pact au pro­fit des habi­tants et metro­po­li­tains qui y avait droit !

    sep article
    • Ha, mon cher Pierre Misère, tou­jours fidèle au poste ! Et si je vous annonce que je suis éga­le­ment un habi­tant gre­no­blois qui en a marre de la supré­ma­tie mor­ti­fère du tout-auto­mo­bile que notre agglo­mé­ra­tion subie depuis tant d’an­nées. Si je vous annonce que je ne suis pas un affidé de la muni­ci­pa­lité ni de la Métro. Si je vous annonce que je suis tout sim­ple­ment un citoyen, père de famille, qui essaie de réflé­chir et de voir un peu plus loin que des argu­ments aux relents for­te­ment dog­ma­tiques (le « tout-bagnole », le « no car, no busi­ness », le « bou­chon = pol­lu­tion »).
      Essayez de contrer les argu­ments mis en place plu­tôt que d’é­ta­ler sur la place publique votre logor­rhée (que je qua­li­fie­rais plu­tôt de diar­rhée ver­bale à ce niveau) sans queue ni tête, criant à la hue et à la dia au com­plot à lon­gueur de temps.
      Pathétique que vous êtes…

      sep article
  4. @desintox : oh, vrai­ment ? Des tra­vaux ont occa­sionné des bou­chons d’un sur­plus de voi­tures ??? Vraiment, noooooon, pas croyable ! Vous confon­dez à des­sein les tra­vaux néces­saire pour la mise en place de CVCM avec la réa­lité finale. J’imagine que vous allez ado­rer les tra­vaux de l’A480 avec le report de la cir­cu­la­tion sur les com­munes péri­phé­riques pen­dant toutes la durée des tra­vaux mais j’i­ma­gine que ce n’est pas grave pour vous, hein ?

    Donc, pour en reve­nir à CVCM, on a un dépla­ce­ment des bou­chons parce que cer­tains conti­nuent de s’ac­cro­cher à leur petit salon rou­lant, une pro­gres­sion de l’u­sage du vélo (non chif­frée), une légère baisse de l’u­sage des TC (où ? là où les lignes sont le plus char­gées ver­sion « trans­port de sar­dines » ?). Et de ça, vous concluez qu’on a une hausse de la pol­lu­tion mais sans don­ner de chiffres. Mais la pol­lu­tion, ce sont vos bagnoles qui conti­nuent d’auto-entre­te­nir vos bou­chons à la noix et elle se déplace avec. Sortez de vos caisses, tirez-vous des bou­chons en pre­nant les 3% de places sup­plé­men­taires dans les TC qui viennent de se libé­rer ou en uti­li­sant la bicy­clette, ces­sez de repor­ter votre manque de convic­tion pour chan­ge­ment de moyen de trans­port sur les autres en assu­mant vos choix per­son­nels. L’avenir des centres urbains, c’est moins de voi­tures pour une meilleure qua­lité de vie pour les habi­tants. C’est iné­luc­table. Arrêtez d’être à contre-cou­rant de l’é­vo­lu­tion ! Arrêtez de voir la ville comme un immense ter­rain de jeu où les voi­tures sont libres de se dépla­cer où bon leur semble !

    sep article
  5. Purée sau­cisse !!! Toujours les mêmes couillons qui beuglent sur la pol­lu­tion dans les rues sans se rendre compte qu’elle pro­vient du trop-plein de bagnoles qui nous tuent à petit feu !!!
    Mais ima­gi­nez un peu une ville avec *moins* de voi­tures ! Est-ce que la pol­lu­tion serait plus ou moins impor­tante ?
    Franchement, vos réflexions font pitié !

    sep article
    • La preuve que vous avez rai­son, vous qui n’êtes pas un couillon qui beugle et fait pitié, c’est que si la ville était à la cam­pagne, elle serait moins pol­luée. A condi­tion quand même d’é­teindre le chauf­fage mais je suis sûr que vous le faites déjà.

      sep article
      • Euh, la ville à la cam­pagne, cela donne quoi ? Vous m’ex­pli­quez parce que j’ai du mal à com­prendre le concept d’une agglo­mé­ra­tion de 400 000 habi­tants à la cam­pagne. Sérieux, c’est un argu­ment d’une débi­lité affli­geante !
        Je ne com­prends pas votre allu­sion sur le chauf­fage mais si vous le sou­hai­tez, l’hi­ver, il est réglé chez moi sur 19 degrés et éteint dans les chambres. Et là, il est tota­le­ment éteint depuis quelques temps qu’il fait beau, une petite veste chaude le soir suf­fi­sant pour évi­ter de ral­lu­mer le chauf­fage.
        Mais peut-être faites-vous par­tie de ces gens-là qui confondent moyenne d’un pol­luant sur l’en­semble de l’ag­glo­mé­ra­tion et concen­tra­tion sur des espaces res­treints comme des rues / bou­le­vards ? Je ne sais pas si vous avez déjà vu une carte de la pol­lu­tion mais ça a la fâcheuse ten­dance à être bien rouge là où il y a des voi­tures qui se déplacent. Vous voyez le prin­cipe de cau­sa­lité ? Vous ima­gi­nez des gosses jouant dans un parc urbain à proxi­mité d’un accès auto­rou­tier ou d’un gros bou­le­vard ? Vous ima­gi­nez les consé­quences que cela peut avoir ? J’ai une fille avec une insuf­fi­sance res­pi­ra­toire et une autre qui ne peut pas se bala­der ou faire du sport sans son tube de Ventoline parce que gamines, elles jouaient dans le seul petit parc urbain du quar­tier qui a le mal­heur d’être proche d’un accès de l’A480. Votre rai­son­ne­ment tout comme celui des autres per­sonnes de votre espèce est celui d’un assas­sin. Quand mes enfants me deman­de­ront plus tard si j’ai fait quelque chose pour lut­ter contre tous ces c.ns qui pol­luent pour leur petit confort per­son­nel, leur signe exté­rieur de richesse ou pour com­pen­ser un attri­but viril défi­cient, je pour­rai les regar­der en face et leur dire oui, que j’ai essayé. Pas sûr que vous puis­siez le faire…

        sep article
        • Et donc en conclu­sion c’est bien que CVCM aug­mente les embou­teillages et la pol­lu­tion ??? Je com­prends pas bien là.
          A part ça je vous féli­cite d’être un type bien, pas un couillon qui beugle et fait pitié, pas un débile affli­geant, pas un assas­sin, pas un c.n qui com­pense un attri­but viril défi­cient. Vos enfants peuvent être fiers de vous.

          sep article
          • Mais vous êtes obtus ou quoi ? C’est quoi un bou­chon sinon un assem­ble­ment de tas de tôles de 10 m² pour trans­por­ter 1,2 per­sonnes qui pro­duit des pol­lu­tions atmo­sphé­rique, sonore et spa­tiale ! Supprimez toutes les voi­tures en trop (je n’ai pas écrit toutes les voi­tures) et vous ver­rez que la pol­lu­tion va dimi­nuer.
            J’habite Grenoble et j’at­tends avec impa­tience la fin de CVCM pour pou­voir me dépla­cer avec plus de faci­li­ter que ce soit à pied ou à bicy­clette.
            Que ceux et celles qui prennent leur voi­ture réflé­chisse à deux fois avant de faire cet acte : tous les dépla­ce­ments n’ont pas besoin d’une voi­ture pour aller d’un point A vers un point B. Il y a un tas de solu­tions mais encore faut-il avoir le cou­rage de chan­ger ses habi­tudes et son petit confort per­son­nel.
            Et au pas­sage, mes enfants ne sont (pour l’ins­tant) pas fiers de moi car ils trouvent cela tout à fait nor­mal. Et c’est tant mieux comme ça.

            sep article
            • Une ques­tion dont vous devriez par­ve­nir à trou­ver la réponse, vous dont tout le monde voit que vous n’êtes pas obtus : Mettre des auto­routes à vélos dans des zones urbaines très denses et déjà for­te­ment des­ser­vies en trans­ports en com­muns fait bais­ser quoi ? Réponse 1 : les embou­teillages et la pol­lu­tion. Réponse 2 : l’u­ti­li­sa­tion des trans­ports en com­muns.

              sep article
              • Autoroutes à vélo.… C’est quoi ? J’imagine que ce sont des pistes cyclables bidi­rec­tion­nelles, non ? On va par­tir de cette défi­ni­tion parce que sinon, je ne sais pas ce que sont vos auto­routes à vélos (auto­route et vélo, c’est un peu anti­no­mique).

                Ensuite, zones urbaines très denses, cela cor­res­pond à quelle den­sité de popu­la­tion ? Comment défi­nit-on la limite entre très denses / denses / peu denses ? C’est très sub­jec­tif.
                Pour finir, mettre des amé­na­ge­ments cyclables à un endroit donné de l’es­pace public, ça veut dire que cet amé­na­ge­ment va *rem­pla­cer* un espace actuel­le­ment dédié à un autre mode de trans­port parce qu’au der­nières nou­velles, on n’a pas reculé les façades des immeubles dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise.

                Ceci posé, on va regar­der la lit­té­ra­ture scien­ti­fique. Par exemple dans le rap­port « consom­ma­tion d’es­pace-temps de divers modes de dépla­ce­ment en milieu urbain » (on doit pou­voir en trou­ver une ver­sion sur l’in­ter­net), le tableau 15 en page 34 donne le débit maxi­mal par mètre linéaire. Opposons donc l’au­to­mo­bile et la bicy­clette (car il faut oppo­ser les modes de trans­port en milieu urbain où l’es­pace est rare et c’est sur la voi­rie dédiée à Sainte-Bagnole qu’est pris l’es­pace recon­verti pour les cyclistes *et* les pié­tons) :
                – bicy­clette : 5 000 vélos / m / h / sens soit un débit horaire par mètre de lar­geur de 1667 per­sonnes (1 pers / vélo).
                – voi­ture : 900 autos / m / h / sens (cir­cu­la­tion urbain) soit un débit horaire par mètre de lar­geur de 375 (1,25 pers / auto).

                Une piste cyclable est donc 4,4 plus effi­cace qu’une voie pour les voi­tures en matière de per­sonnes trans­por­tées (en ville).
                Les auteurs écrivent ainsi : « De ces chiffres, on peut déduire, par exemple, qu’une 2×3 voies consa­crée au tra­fic auto-mobile n’écoule au maxi­mum que 9000 per­sonnes par sens à l’heure de pointe. Alors que si la voie de gauche est uti­li­sée par un tram­way, la voie cen­trale est uti­li­sée par les voi­tures et celle de droite par les cyclistes (cas que l’on peut ren­con­trer à Copenhague), l’infrastructure écoule 17000 per­sonnes, soit près du double ». C’est ce qu’on a eu au pas­sage sur les grands bou­le­vards ou sur Jean-Jaurès sauf que les poli­tiques ont décidé de mini­mi­ser l’es­pace dédié aux cyclistes en les met­tant sur les trot­toirs avec les pié­tons.

                Donc, rem­pla­cer une file de cir­cu­la­tion pour les voi­tures dans *un* sens par une file de cir­cu­la­tion dans *deux* sens pour les vélos est par­ti­cu­liè­re­ment intel­li­gent car cela per­met d’ab­sor­der un débit de per­sonnes beau­coup plus impor­tant et ce pour des tra­jets urbains dont les dis­tances sont tout à fait réa­li­sables en vélo. Cette mesure favo­rise donc la dimi­nu­tion du nombre de voi­tures dans les zones affec­tées par ces amé­na­ge­ments et donc aug­mente la sécu­rité rou­tière et la qua­lité de vie des habi­tants et contri­bue à un apai­se­ment de la cir­cu­la­tion pro­pice aux jeunes et aux per­sonnes plus âgés.

                Maintenant, les embou­teillages, une fois de plus, ce sont les voi­tures qui les pro­voquent. Utiliser 1,5 tonnes sur une sur­face de 10 m² pour trans­por­ter jus­qu’à 150 kg de bar­baque sur un tra­jet de moins de5 kilo­mètres n’est pas for­cé­ment le plus judi­cieux dans la plu­part des cas (voir les résul­tats de cer­tains Plans de Mobilité d’en­tre­prises qui voient pas­ser l’u­sage de la voi­ture dans les dépla­ce­ments domi­cile-tra­vail de 80% à 30%, preuve s’il en est qu’il y avait une uti­li­sa­tion irrai­son­nable de la voi­ture).
                Donc la réponse 1 est cor­recte, une fois que les gens intel­li­gents en auront pris conscience *et* que les poli­tiques auront com­plété les mesures actuelles d’autres mesures davan­tage contrai­gnantes (on est un peu au milieu du gué je trouve par rap­port à cer­taines villes beau­coup plus avan­cées sur le sujet que l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise).

                Après, si vous pen­sez que faire des amé­na­ge­ments cyclables à la place de file de cir­cu­la­tion est une héré­sie, on peut dis­cu­ter et je vous pro­pose de virer le sta­tion­ne­ment en sur­face sur voi­rie. Au choix. On est au XXIème siècle et l’ère du tout-bagnole chère à Pompidou est dépas­sée : c’é­tait dans les années 1960 / 1970.

                sep article
                • La réponse vraie, c’est que CVCM a fait grim­per les embou­teillages (+17%) donc la pol­lu­tion, et que la pro­gres­sion du vélo est accom­pa­gnée d’une baisse de fré­quen­ta­tion des trans­ports en com­mun (-3% pour le moment).

                  sep article
  6. L. Bustos a t‑il la notion du temps et sur quoi base t‑il ce qu’il raconte ? On y est au bout des 2 ans soit disant néces­saires pour que le plan de cir­cu­la­tion de CVCM soit adopté. Avec quel résul­tat ? Plus 17% d’embouteillages, for­cé­ment accom­pa­gnés de plus de pol­lu­tion.
    Sinon pour les troubles de la mémoire, prendre du Tanakan, ça pour­rait aider à se sou­ve­nir qu’il y a 2 ans le dis­cours était que ça se pas­se­rait sans pro­blèmes.

    sep article
  7. Et pen­dant ce temps, que fait Air Atmo à part faire copain copain avec la muni­ci­pa­lité Piolle et sa majo­rité Metropolitaine en concou­rant à leurs cam­pagnes de com et d’en­fu­mage habi­tuelle ? Si même Air atmo ne fait pas son job, sur qui comp­ter pour des mesures indé­pen­dantes de la pol­lu­tion dans et autour de Grenoble, autre­ment qu’a­vec des gad­gets non homo­lo­gués ?

    Campagne de mesure non réa­li­sée par les élus avant Cvcm et son plan de non cir­cu­la­tion, comme ils ont manoeu­vré pour échap­per à une étude d’im­pact pour ce pro­jet ?

    sep article
  8. Ça sera un échec cos­mique, comme tout à quoi touche M Piolle. La pol­lu­tion ne dépend pas des voi­tures (envi­ron 5% des par­ti­cules en hiver), mais d’absence du vent + du chauf­fage au bois autour de Grenoble. Dans 10 – 15 ans la majo­rité des voi­tures seront élec­triques, donc toutes les mesures d’acharnement anti voi­tures sont bidon. C’est du dog­ma­tisme pur et dur et ça sera un échec évident et c’est le nou­veau maire de Grenoble qui va défaire (avec notre argent !!) toutes les bêtises com­mises par Piolle y com­pris celle ‑là. Et je conti­nue­rai de rou­ler dans mon 4×4 , demain et en 2020 et bien après la dis­pa­ri­tion de M Piolle de Grenoble 🙂

    sep article
    • Bonjour,
      désolé de vous contre­dire, mais sur la carte de la pol­lu­tion de l’air pré­sen­tée dans l’ar­ticle (dans sa ver­sion inté­grale réser­vée aux abon­nés), le maxi­mum de la pol­lu­tion est situé sur les axes rou­tiers. Donc on ne peut pas dédoua­ner com­plè­te­ment le tra­fic auto­mo­bile, même si, comme vous le faite remar­quer, le chauf­fage et l’in­dus­trie repré­sentent une part non négli­geable de la pol­lu­tion (de mémoire, 1/3 cha­cun).
      Autre remarque, sur un plan géo­gra­phique, la pol­lu­tion rele­vée sur les axes rou­tiers com­mence dans les val­lées bien avant Grenoble : par consé­quent, on ne peut pas tout mettre sur le dos de CVCM ! Il fau­drait donc ques­tion­ner la res­pon­sa­bi­lité des péri­ur­bains qui convergent vers l’ag­glo­mé­ra­tion, dont vous faîtes peut-être par­tie avec votre 4×4 dont vous êtes si fier !

      Cordialement.

      sep article
      • appa­rem­ment vous n’êtes même pas capable de com­prendre le sens de mes argu­ments, moins encore de les « contre­dire »

        sep article
        • Si. Seulement, je pense que la voi­ture élec­trique n’est pas « propre », d’un point de vue glo­bal. De votre côté, répondre « voi­ture élec­trique » lors­qu’on parle de CVCM, c’est ne pas com­prendre que les poli­tiques actuelles ont pour objet prin­ci­pal de favo­ri­ser un report modal de la voi­ture indi­vi­duelle vers d’autres modes de trans­port. La fin des véhi­cules les plus pol­luants et donc indi­rec­te­ment, favo­ri­ser les voi­tures élec­triques vient en com­plé­ment. En pas­sant, le chiffre de 5% des par­ti­cules liées à la voi­ture est faux : les trans­ports, c’est 21% des par­ti­cules et 64% du dioxyde d’a­zote (source : Atmo). Certes, le chauf­fage au bois repré­sente 51% des par­ti­cules. Par ailleurs, la pol­lu­tion ce n »est pas « que » gre­noble et l’ab­sence de vent ; en effet il existe une pol­lu­tion de fond quasi per­ma­nente, et pas seule­ment à Grenoble mais dans toutes les métro­poles. Evoquer CVCM est donc vrai­ment réduc­teur. Aussi les seuils natio­naux sont lar­ge­ment insuf­fi­sants, car dépas­sant plus de 2 fois ceux recom­man­dés par l’OMS. Enfin, la pol­lu­tion de l’air tue­rait dans le monde deux fois plus que prévu, soit 8,8 mil­lions de per­sonnes chaque année. Personnellement, j’a­gis, en étant en bus et/ou tram et/ou en vélo pour mes tra­jets péri­ur­bains quo­ti­diens.

          sep article
    • sep article
    • « Et je conti­nue­rai de rou­ler dans mon 4×4 »
      Vous êtes vrai­ment un pauvre type com­plè­te­ment à côté de la plaque. Peut-être un pro­blème de pénis trop petit pour faire des dépla­ce­ments urbains en 4×4 ?

      Ceci dit, rem­pla­cer X voi­tures ther­miques par X voi­tures élec­triques ou auto­nomes ou ce que vous vou­lez, il est où le pro­grès ? En terme d’oc­cu­pa­tion spa­tiale, c’est pareil. Le bruit, qua­si­ment la même chose (les pneu­ma­tiques). La pol­lu­tion, délo­ca­li­sée pour la pro­duc­tion d’élec­tri­cité, tou­jours là pour les par­ti­cules dûes au frei­nage et à l’u­sure des pneu­ma­tiques. Non fran­che­ment, allez pol­luer ailleurs que dans nos rues avec votre foutu 4×4. Quand à la pol­lu­tion des voi­tures vs la pol­lu­tion issue du chauf­fage au bois, voir ma réponse « dés­in­tox ». Je pense que vous faites la paire.

      sep article
  9. Ce qui est inquié­tant, ceux qui sont en charge des réflexions sur le nou­veau centre ville de Grenoble, sont des élu(es) qui ne sont pas de Grenoble, mais d’autres col­lec­ti­vi­tés. Qu’est ce qui peuvent com­prendre aux pro­blèmes des Grenoblois ?

    sep article