CVCM : la piétonnisation du centre de Grenoble entre dans sa phase finale… mais des interrogations demeurent

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

DÉCRYPTAGE – Deux ans après la mise en route de l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole dans le centre de Grenoble, les travaux de piétonnisation visant à restreindre un peu plus la circulation automobile touchent à leur fin. Mais on n’en sait guère plus des effets observés sur le trafic et la pollution de l’air. Pour le collectif Grenoble à cœur qui (re)monte au créneau, la congestion accrue est avérée. La Métropole de Grenoble, elle, entend voir plus large et plus loin.

 

 

Dans l'hyper-centre de Grenoble, l'opération Cœurs de ville, cœurs de métropole touche au but. Fin novembre, le chantier devrait avoir été mené à terme © Patricia Cerinsek

Dans l’hyper-centre de Grenoble, l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole touche à sa fin. © Patricia Cerinsek

C’est la dernière ligne droite pour l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM). Fin novembre, les travaux destinés à étendre la piétonnisation dans le centre de Grenoble et à promouvoir l’usage du vélo tout en faisant un peu plus de place aux transports en commun, devraient être bouclés.

 

Depuis deux ans, l’opération a transformé le cœur de la ville en un chantier permanent. Objectif ? Bouter les véhicules de transit du centre-ville, en tablant notamment sur l’élargissement de l’A480. Et orienter les autres vers les parkings en ouvrage, en comptant là sur l’effet dissuasif de la hausse du tarif de stationnement en voirie.

 

L’un dans l’autre, la Métropole et la Ville de Grenoble, mais aussi le syndicat mixte des transports en commun (SMTC), espèrent ainsi faire rebrousser chemin à 10 000 voire 15 000 véhicules chaque jour. Tout en triplant, dans le même temps, la part modale du vélo.

 

 

Début avril, Atmo rendra publique sa campagne de mesures

 

Objectif atteint ? Deux ans après le lancement de l’opération, difficile d’y voir clair. L’observatoire des déplacements mis en place par la Métropole n’a pas livré ses derniers résultats. Alors, en attendant, après un premier point réalisé à mi-parcours, elle dresse un bilan au doigt mouillé. « Il faut à peu près deux ans pour qu’un plan de circulation soit adopté », reconnaît Ludovic Bustos, le vice-président chargé à la Métro des espaces publics et de la voirie.

 

« Mais on observe une stabilisation de la fréquentation des transports en commun, ce qui n’est pas si mal en période de travaux. La part piétons a tendance à augmenter, de même que la part des vélos. » Entre 2016 et 2017, l‘augmentation du vélo a ainsi atteint 5 %, d’après l’observatoire des déplacements. En deux ans, elle devrait tourner autour de 14 %.

 

Si cette hausse est sensible, ce n’est pour autant pas l’envolée espérée pour Grenoble à cœur, un collectif d’habitants et de commerçants qui se bat depuis deux ans pour réclamer un moratoire de CVCM.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
6070 visites | 24 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 24
  1. Et toc, les élus municipaux Grenoblois siègent a ma Métro, Piolle en tête, ce sont bien les mêmes.

    sep article
  2. A quoi a servi Cvcm voulu par Piolle, sa majorité municipale et métropolitaine? Supprimer la circulation pour quelques privilégiés sur 2 axes, pour créer d’autres axes de circulations bien plus nombreux, créer des repports de circulations et des embouteillages partout à Grenoble et en périphérie, faire passer notre ville de la 10ème à la 6ème ville la plus embouteillée de france en une année (un tour de force) et fait augmenter la pollution au no2 de +15%? Et ce n’est pas les potes de Piolle derrière leurs blogs à deux balles qui argmentent le contraire en manipulant les chiffres en leurs faveurs qui va changer quoi que ce soit, les habitants ne sont pas dupes, ils subissent au quotidien les nuisances de ce nouveau plan de NON CIRCULATION: bruit, klaxons, odeurs, embouteillages, énormes pertes de temps sur les axes domiciles travail, affections orl, etc etc

    sep article
    • – bruit : provoqué par les moteurs thermiques et les pneumatiques des véhicules motorisés
      – klaxons : provoqué par des personnes au volant d’engin motorisé. L’utilisation du kalxon est interdit en agglomération sauf cas de danger immédiat (article R416-1 du code de la route)
      – odeurs : générés par les échappements des véhicules motorisés.
      – embouteillages (sous-entendu de véhicules motorisés) : provient du trop-plein d’engins de 10m2 d’occupation au sol, pesant environ 1,5 tonnes et transportant 1,25 personnes en moyenne.
      – perte de temps sur les axes domicile-travail : uniquement pour les utilisateurs d’engins motorisés coincés par eux-mêmes et pour les usagers des TC qui sont coincés par la première catégorie.
      – affections ORL : provoquées par la pollution des engins motorisés ?

      On peut rajouter aussi l’insécurité routière générée par les engins motorisés.

      En conclusion : il faut absolument diminuer le nombre de voitures en ville. Merci pour l’étalement de tous ces arguments qui militent en faveur de cette action.

      sep article
  3. Ils s’en donne du mal les affidés de la municipalité Piolle pour couvrir et « enfumer » à propos de Cvcm, ce projet insensé voulu par le « maire » de Grenoble et sa majorité Metropolitaine; tout en arguments dogmatiques, simplistes, à des fins manipulatoire des Grenoblois dont ils se moquent, tout en créditant un projet imposé et monté de façon à échapper à une etude étude d’impact au profit des habitants et metropolitains qui y avait droit!

    sep article
    • Ha, mon cher Pierre Misère, toujours fidèle au poste ! Et si je vous annonce que je suis également un habitant grenoblois qui en a marre de la suprématie mortifère du tout-automobile que notre agglomération subie depuis tant d’années. Si je vous annonce que je ne suis pas un affidé de la municipalité ni de la Métro. Si je vous annonce que je suis tout simplement un citoyen, père de famille, qui essaie de réfléchir et de voir un peu plus loin que des arguments aux relents fortement dogmatiques (le « tout-bagnole », le « no car, no business », le « bouchon = pollution »).
      Essayez de contrer les arguments mis en place plutôt que d’étaler sur la place publique votre logorrhée (que je qualifierais plutôt de diarrhée verbale à ce niveau) sans queue ni tête, criant à la hue et à la dia au complot à longueur de temps.
      Pathétique que vous êtes…

      sep article
  4. @desintox : oh, vraiment ? Des travaux ont occasionné des bouchons d’un surplus de voitures ??? Vraiment, noooooon, pas croyable ! Vous confondez à dessein les travaux nécessaire pour la mise en place de CVCM avec la réalité finale. J’imagine que vous allez adorer les travaux de l’A480 avec le report de la circulation sur les communes périphériques pendant toutes la durée des travaux mais j’imagine que ce n’est pas grave pour vous, hein ?

    Donc, pour en revenir à CVCM, on a un déplacement des bouchons parce que certains continuent de s’accrocher à leur petit salon roulant, une progression de l’usage du vélo (non chiffrée), une légère baisse de l’usage des TC (où ? là où les lignes sont le plus chargées version « transport de sardines » ?). Et de ça, vous concluez qu’on a une hausse de la pollution mais sans donner de chiffres. Mais la pollution, ce sont vos bagnoles qui continuent d’auto-entretenir vos bouchons à la noix et elle se déplace avec. Sortez de vos caisses, tirez-vous des bouchons en prenant les 3% de places supplémentaires dans les TC qui viennent de se libérer ou en utilisant la bicyclette, cessez de reporter votre manque de conviction pour changement de moyen de transport sur les autres en assumant vos choix personnels. L’avenir des centres urbains, c’est moins de voitures pour une meilleure qualité de vie pour les habitants. C’est inéluctable. Arrêtez d’être à contre-courant de l’évolution ! Arrêtez de voir la ville comme un immense terrain de jeu où les voitures sont libres de se déplacer où bon leur semble !

    sep article
  5. Purée saucisse !!! Toujours les mêmes couillons qui beuglent sur la pollution dans les rues sans se rendre compte qu’elle provient du trop-plein de bagnoles qui nous tuent à petit feu !!!
    Mais imaginez un peu une ville avec *moins* de voitures ! Est-ce que la pollution serait plus ou moins importante ?
    Franchement, vos réflexions font pitié !

    sep article
    • La preuve que vous avez raison, vous qui n’êtes pas un couillon qui beugle et fait pitié, c’est que si la ville était à la campagne, elle serait moins polluée. A condition quand même d’éteindre le chauffage mais je suis sûr que vous le faites déjà.

      sep article
      • Euh, la ville à la campagne, cela donne quoi ? Vous m’expliquez parce que j’ai du mal à comprendre le concept d’une agglomération de 400 000 habitants à la campagne. Sérieux, c’est un argument d’une débilité affligeante !
        Je ne comprends pas votre allusion sur le chauffage mais si vous le souhaitez, l’hiver, il est réglé chez moi sur 19 degrés et éteint dans les chambres. Et là, il est totalement éteint depuis quelques temps qu’il fait beau, une petite veste chaude le soir suffisant pour éviter de rallumer le chauffage.
        Mais peut-être faites-vous partie de ces gens-là qui confondent moyenne d’un polluant sur l’ensemble de l’agglomération et concentration sur des espaces restreints comme des rues / boulevards ? Je ne sais pas si vous avez déjà vu une carte de la pollution mais ça a la fâcheuse tendance à être bien rouge là où il y a des voitures qui se déplacent. Vous voyez le principe de causalité ? Vous imaginez des gosses jouant dans un parc urbain à proximité d’un accès autoroutier ou d’un gros boulevard ? Vous imaginez les conséquences que cela peut avoir ? J’ai une fille avec une insuffisance respiratoire et une autre qui ne peut pas se balader ou faire du sport sans son tube de Ventoline parce que gamines, elles jouaient dans le seul petit parc urbain du quartier qui a le malheur d’être proche d’un accès de l’A480. Votre raisonnement tout comme celui des autres personnes de votre espèce est celui d’un assassin. Quand mes enfants me demanderont plus tard si j’ai fait quelque chose pour lutter contre tous ces c.ns qui polluent pour leur petit confort personnel, leur signe extérieur de richesse ou pour compenser un attribut viril déficient, je pourrai les regarder en face et leur dire oui, que j’ai essayé. Pas sûr que vous puissiez le faire…

        sep article
        • Et donc en conclusion c’est bien que CVCM augmente les embouteillages et la pollution ??? Je comprends pas bien là.
          A part ça je vous félicite d’être un type bien, pas un couillon qui beugle et fait pitié, pas un débile affligeant, pas un assassin, pas un c.n qui compense un attribut viril déficient. Vos enfants peuvent être fiers de vous.

          sep article
          • Mais vous êtes obtus ou quoi ? C’est quoi un bouchon sinon un assemblement de tas de tôles de 10m2 pour transporter 1,2 personnes qui produit des pollutions atmosphérique, sonore et spatiale ! Supprimez toutes les voitures en trop (je n’ai pas écrit toutes les voitures) et vous verrez que la pollution va diminuer.
            J’habite Grenoble et j’attends avec impatience la fin de CVCM pour pouvoir me déplacer avec plus de faciliter que ce soit à pied ou à bicyclette.
            Que ceux et celles qui prennent leur voiture réfléchisse à deux fois avant de faire cet acte : tous les déplacements n’ont pas besoin d’une voiture pour aller d’un point A vers un point B. Il y a un tas de solutions mais encore faut-il avoir le courage de changer ses habitudes et son petit confort personnel.
            Et au passage, mes enfants ne sont (pour l’instant) pas fiers de moi car ils trouvent cela tout à fait normal. Et c’est tant mieux comme ça.

            sep article
            • Une question dont vous devriez parvenir à trouver la réponse, vous dont tout le monde voit que vous n’êtes pas obtus : Mettre des autoroutes à vélos dans des zones urbaines très denses et déjà fortement desservies en transports en communs fait baisser quoi ? Réponse 1 : les embouteillages et la pollution. Réponse 2 : l’utilisation des transports en communs.

              sep article
              • Autoroutes à vélo…. C’est quoi ? J’imagine que ce sont des pistes cyclables bidirectionnelles, non ? On va partir de cette définition parce que sinon, je ne sais pas ce que sont vos autoroutes à vélos (autoroute et vélo, c’est un peu antinomique).

                Ensuite, zones urbaines très denses, cela correspond à quelle densité de population ? Comment définit-on la limite entre très denses / denses / peu denses ? C’est très subjectif.
                Pour finir, mettre des aménagements cyclables à un endroit donné de l’espace public, ça veut dire que cet aménagement va *remplacer* un espace actuellement dédié à un autre mode de transport parce qu’au dernières nouvelles, on n’a pas reculé les façades des immeubles dans l’agglomération grenobloise.

                Ceci posé, on va regarder la littérature scientifique. Par exemple dans le rapport « consommation d’espace-temps de divers modes de déplacement en milieu urbain » (on doit pouvoir en trouver une version sur l’internet), le tableau 15 en page 34 donne le débit maximal par mètre linéaire. Opposons donc l’automobile et la bicyclette (car il faut opposer les modes de transport en milieu urbain où l’espace est rare et c’est sur la voirie dédiée à Sainte-Bagnole qu’est pris l’espace reconverti pour les cyclistes *et* les piétons) :
                – bicyclette : 5 000 vélos / m / h / sens soit un débit horaire par mètre de largeur de 1667 personnes (1 pers / vélo).
                – voiture : 900 autos / m / h / sens (circulation urbain) soit un débit horaire par mètre de largeur de 375 (1,25 pers / auto).

                Une piste cyclable est donc 4,4 plus efficace qu’une voie pour les voitures en matière de personnes transportées (en ville).
                Les auteurs écrivent ainsi : « De ces chiffres, on peut déduire, par exemple, qu’une 2×3 voies consacrée au trafic auto-mobile n’écoule au maximum que 9000 personnes par sens à l’heure de pointe. Alors que si la voie de gauche est utilisée par un tramway, la voie centrale est utilisée par les voitures et celle de droite par les cyclistes (cas que l’on peut rencontrer à Copenhague), l’infrastructure écoule 17000 personnes, soit près du double ». C’est ce qu’on a eu au passage sur les grands boulevards ou sur Jean-Jaurès sauf que les politiques ont décidé de minimiser l’espace dédié aux cyclistes en les mettant sur les trottoirs avec les piétons.

                Donc, remplacer une file de circulation pour les voitures dans *un* sens par une file de circulation dans *deux* sens pour les vélos est particulièrement intelligent car cela permet d’absorder un débit de personnes beaucoup plus important et ce pour des trajets urbains dont les distances sont tout à fait réalisables en vélo. Cette mesure favorise donc la diminution du nombre de voitures dans les zones affectées par ces aménagements et donc augmente la sécurité routière et la qualité de vie des habitants et contribue à un apaisement de la circulation propice aux jeunes et aux personnes plus âgés.

                Maintenant, les embouteillages, une fois de plus, ce sont les voitures qui les provoquent. Utiliser 1,5 tonnes sur une surface de 10m2 pour transporter jusqu’à 150 kg de barbaque sur un trajet de moins de5 kilomètres n’est pas forcément le plus judicieux dans la plupart des cas (voir les résultats de certains Plans de Mobilité d’entreprises qui voient passer l’usage de la voiture dans les déplacements domicile-travail de 80% à 30%, preuve s’il en est qu’il y avait une utilisation irraisonnable de la voiture).
                Donc la réponse 1 est correcte, une fois que les gens intelligents en auront pris conscience *et* que les politiques auront complété les mesures actuelles d’autres mesures davantage contraignantes (on est un peu au milieu du gué je trouve par rapport à certaines villes beaucoup plus avancées sur le sujet que l’agglomération grenobloise).

                Après, si vous pensez que faire des aménagements cyclables à la place de file de circulation est une hérésie, on peut discuter et je vous propose de virer le stationnement en surface sur voirie. Au choix. On est au XXIème siècle et l’ère du tout-bagnole chère à Pompidou est dépassée : c’était dans les années 1960 / 1970.

                sep article
                • La réponse vraie, c’est que CVCM a fait grimper les embouteillages (+17%) donc la pollution, et que la progression du vélo est accompagnée d’une baisse de fréquentation des transports en commun (-3% pour le moment).

                  sep article
  6. L. Bustos a t-il la notion du temps et sur quoi base t-il ce qu’il raconte ? On y est au bout des 2 ans soit disant nécessaires pour que le plan de circulation de CVCM soit adopté. Avec quel résultat ? Plus 17% d’embouteillages, forcément accompagnés de plus de pollution.
    Sinon pour les troubles de la mémoire, prendre du Tanakan, ça pourrait aider à se souvenir qu’il y a 2 ans le discours était que ça se passerait sans problèmes.

    sep article
  7. Et pendant ce temps, que fait Air Atmo à part faire copain copain avec la municipalité Piolle et sa majorité Metropolitaine en concourant à leurs campagnes de com et d’enfumage habituelle? Si même Air atmo ne fait pas son job, sur qui compter pour des mesures indépendantes de la pollution dans et autour de Grenoble, autrement qu’avec des gadgets non homologués?

    Campagne de mesure non réalisée par les élus avant Cvcm et son plan de non circulation, comme ils ont manoeuvré pour échapper à une étude d’impact pour ce projet?

    sep article
  8. Ça sera un échec cosmique, comme tout à quoi touche M Piolle. La pollution ne dépend pas des voitures (environ 5% des particules en hiver), mais d’absence du vent + du chauffage au bois autour de Grenoble. Dans 10-15 ans la majorité des voitures seront électriques, donc toutes les mesures d’acharnement anti voitures sont bidon. C’est du dogmatisme pur et dur et ça sera un échec évident et c’est le nouveau maire de Grenoble qui va défaire (avec notre argent !!) toutes les bêtises commises par Piolle y compris celle -là. Et je continuerai de rouler dans mon 4×4 , demain et en 2020 et bien après la disparition de M Piolle de Grenoble 🙂

    sep article
    • Bonjour,
      désolé de vous contredire, mais sur la carte de la pollution de l’air présentée dans l’article (dans sa version intégrale réservée aux abonnés), le maximum de la pollution est situé sur les axes routiers. Donc on ne peut pas dédouaner complètement le trafic automobile, même si, comme vous le faite remarquer, le chauffage et l’industrie représentent une part non négligeable de la pollution (de mémoire, 1/3 chacun).
      Autre remarque, sur un plan géographique, la pollution relevée sur les axes routiers commence dans les vallées bien avant Grenoble: par conséquent, on ne peut pas tout mettre sur le dos de CVCM! Il faudrait donc questionner la responsabilité des périurbains qui convergent vers l’agglomération, dont vous faîtes peut-être partie avec votre 4×4 dont vous êtes si fier!

      Cordialement.

      sep article
      • apparemment vous n’êtes même pas capable de comprendre le sens de mes arguments, moins encore de les « contredire »

        sep article
        • Si. Seulement, je pense que la voiture électrique n’est pas « propre », d’un point de vue global. De votre côté, répondre « voiture électrique » lorsqu’on parle de CVCM, c’est ne pas comprendre que les politiques actuelles ont pour objet principal de favoriser un report modal de la voiture individuelle vers d’autres modes de transport. La fin des véhicules les plus polluants et donc indirectement, favoriser les voitures électriques vient en complément. En passant, le chiffre de 5% des particules liées à la voiture est faux: les transports, c’est 21% des particules et 64% du dioxyde d’azote (source: Atmo). Certes, le chauffage au bois représente 51% des particules. Par ailleurs, la pollution ce n »est pas « que » grenoble et l’absence de vent; en effet il existe une pollution de fond quasi permanente, et pas seulement à Grenoble mais dans toutes les métropoles. Evoquer CVCM est donc vraiment réducteur. Aussi les seuils nationaux sont largement insuffisants, car dépassant plus de 2 fois ceux recommandés par l’OMS. Enfin, la pollution de l’air tuerait dans le monde deux fois plus que prévu, soit 8,8 millions de personnes chaque année. Personnellement, j’agis, en étant en bus et/ou tram et/ou en vélo pour mes trajets périurbains quotidiens.

          sep article
    • sep article
    • « Et je continuerai de rouler dans mon 4×4 »
      Vous êtes vraiment un pauvre type complètement à côté de la plaque. Peut-être un problème de pénis trop petit pour faire des déplacements urbains en 4×4 ?

      Ceci dit, remplacer X voitures thermiques par X voitures électriques ou autonomes ou ce que vous voulez, il est où le progrès ? En terme d’occupation spatiale, c’est pareil. Le bruit, quasiment la même chose (les pneumatiques). La pollution, délocalisée pour la production d’électricité, toujours là pour les particules dûes au freinage et à l’usure des pneumatiques. Non franchement, allez polluer ailleurs que dans nos rues avec votre foutu 4×4. Quand à la pollution des voitures vs la pollution issue du chauffage au bois, voir ma réponse « désintox ». Je pense que vous faites la paire.

      sep article
  9. Ce qui est inquiétant, ceux qui sont en charge des réflexions sur le nouveau centre ville de Grenoble, sont des élu(es) qui ne sont pas de Grenoble, mais d’autres collectivités. Qu’est ce qui peuvent comprendre aux problèmes des Grenoblois?

    sep article