Dispositifs d'interpellation citoyenne : Grenoble innove. unesignaturepetitionbibiliotheque14dec2016creditsc

Dispositifs d’interpellation et de votation citoyennes : la majorité d’Éric Piolle creuse son sillon, au grand dam des oppositions

Dispositifs d’interpellation et de votation citoyennes : la majorité d’Éric Piolle creuse son sillon, au grand dam des oppositions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – « Médiation d’initiative citoyenne », « atelier d’initiative citoyenne » et « dispositif d’interpellation et de votation citoyennes » nouvelle formule sont désormais accessibles aux Grenoblois. L’intention de la majorité d’Éric Piolle, derrière cela ? Prendre mieux en compte les propositions, remarques et critiques des citoyens. De leur côté, les oppositions l’accusent de créer une usine à gaz ne s’adressant qu’aux initiés. Quant à la nouvelle formule, à peine modifiée, du dispositif d’interpellation et de votation citoyennes, est-elle si intouchable sur le plan juridique que le prétend la Ville ?

Mobilisation du collectif contre la fermeture de 3 bibliothèques en 2016 devant la maire de Grenoble. DR

Mobilisation du col­lec­tif contre la fer­me­ture de 3 biblio­thèques en 2016 devant la maire de Grenoble. DR

Courriers, appels télé­pho­niques, péti­tions, mani­fes­ta­tions, mobi­li­sa­tions sur le par­vis de l’hô­tel de ville, tri­bunes dans la presse… La Ville de Grenoble, ses ser­vices et ses élus sont très régu­liè­re­ment inter­pel­lés par les citoyens. Pour mieux prendre en compte les demandes, récla­ma­tions et pro­po­si­tions des citoyens, Grenoble a voté en conseil muni­ci­pal, le lundi 14 juin 2021, trois nou­veaux dis­po­si­tifs de par­ti­ci­pa­tion citoyenne : la média­tion d’initiative citoyenne, l’atelier d’initiative citoyenne et une ver­sion modi­fiée du dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyennes. Dispositif dont la pre­mière ver­sion, rap­pe­lons-le, avait été annu­lée par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif en 2018.

Annabelle Bretton, coprésidente du groupe Grenoble en commun, samedi 25 juillet 2020 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Annabelle Bretton, copré­si­dente du groupe Grenoble en com­mun, samedi 25 juillet 2020. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’adjointe à la démo­cra­tie ouverte Annabelle Bretton voit dans cette évo­lu­tion une nou­velle avan­cée pour la démo­cra­tie locale : « Grâce aux expé­ri­men­ta­tions pas­sées, nous sommes en mesure aujourd’hui de pro­po­ser des dis­po­si­tifs encore plus ambi­tieux, en par­ti­cu­lier dans la mise en place d’un cadre serein pour assu­rer les condi­tions d’un débat construc­tif à par­tir d’interpellations sur des sujets conflic­tuels (…) »

« Au cœur de ces dispositifs, c’est davantage la délibération que la participation »

À quoi vont ser­vir ces nou­veaux dis­po­si­tifs ? La média­tion d’initiative citoyenne va per­mettre à des citoyens de tra­vailler, pen­dant deux mois, avec des élus et des ser­vices pour trou­ver un ter­rain d’entente. Si des citoyens veulent abor­der un sujet plus épi­neux, l’atelier d’initiative citoyenne, sorte de jury citoyen déjà expé­ri­menté à Grenoble, est plus indi­qué. Il débouche sur des pré­co­ni­sa­tions pré­sen­tées et reprises en par­tie ou tota­le­ment dans une déli­bé­ra­tion votée en conseil municipal.

Dispositifs d'interpellation citoyenne : Grenoble innove. Dépouillement votation citoyenne - Pascal Clouaire © Florent Mathieu - Place Gre'net

Dépouillement vota­tion citoyenne – Pascal Clouaire © Florent Mathieu – Place Gre’net

Enfin, le dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyennes conduit, lui, à la vota­tion de l’ensemble des rési­dents gre­no­blois de plus de 16 ans. Une vota­tion pré­cé­dée, comme il se doit, de débats contra­dic­toires pour infor­mer la popu­la­tion. Par contre, il ne devrait plus y avoir d’in­ter­ven­tion des péti­tion­naires dans le conseil muni­ci­pal, à l’ins­tar du pré­cé­dent dis­po­si­tif. La vota­tion sera orga­ni­sée, une fois par an, en même temps que le vote du bud­get participatif.

Dans les trois dis­po­si­tifs, la demande sera rece­vable, insiste la Ville, à condi­tion qu’elle soit por­tée par au moins deux habi­tants âgés de plus de 16 ans, qu’elle concerne l’intérêt col­lec­tif, ne soit pas dis­cri­mi­nante, et relève d’une com­pé­tence com­mu­nale. « Ce qui est au cœur de ces trois dis­po­si­tifs, c’est davan­tage la déli­bé­ra­tion que la par­ti­ci­pa­tion, c’est-à-dire le pro­ces­sus au cours duquel des membres de la col­lec­ti­vité com­mu­niquent entre eux en équité dans l’accès au débat avant de par­ve­nir à une déci­sion », pré­cise doc­te­ment Pascal Clouaire, conseiller muni­ci­pal, délé­gué à l’innovation, mais aussi ex-adjoint à la démo­cra­tie locale.

Des dispositifs faciles d’accès selon Annabelle Bretton

Pour acti­ver ces trois dis­po­si­tifs, un même mode opé­ra­toire. Les citoyens devront recueillir un nombre suf­fi­sant de signa­tures. Il en fau­dra 50, à col­lec­ter en un mois, pour obte­nir une média­tion d’initiative citoyenne ; 1000 en trois mois pour la mise en place d’un ate­lier d’initiative citoyenne ; et 8000 sou­tiens soit 5% de la popu­la­tion, à ras­sem­bler en douze mois, pour acti­ver le dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyenne. Un seuil net­te­ment plus haut que dans l’an­cien dis­po­si­tif, où 2000 signa­tures suf­fi­saient.

« Ces dis­po­si­tifs ont des seuils bas, consi­dère néan­moins l’ad­jointe Annabelle Bretton. Ils ont été conçus pour être acces­sibles à tous, à des parents d’élèves, à des voi­sins, des usa­gers d’un lieu et ne sont pas réser­vés seule­ment à des acteurs orga­ni­sés ou des pro­fes­sion­nels de la par­ti­ci­pa­tion citoyenne », pour­suit-elle.

Signature de la pétition contre les démolitions à la Villeneuve, le 8 mars 2017 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Signature de la péti­tion contre les démo­li­tions à la Villeneuve, le 8 mars 2017. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il est vrai que pour rem­por­ter la vota­tion, les péti­tion­naires ne devront plus réunir « que » 16 000 voix majo­ri­taires – soit l’é­qui­valent de 10% de la popu­la­tion gre­no­bloise –, au lieu des 20 000 aupa­ra­vant. Ce fai­sant, la majo­rité conserve sa logique ini­tiale. Il faut en effet se sou­ve­nir que la bar­rière des 20 000 voix cor­res­pon­dait au nombre de suf­frages qui avaient per­mis à Éric Piolle d’ac­cé­der à la mai­rie en 2014. Le nou­veau seuil se rap­proche du score réa­lisé, de 16169 voix, au second tour des muni­ci­pales de 2020.

La majorité complexifie la démocratie locale, critiquent les opposants

En total déca­lage avec l’enthousiasme des élus du groupe majo­ri­taire Grenoble en com­mun, les oppo­si­tions n’ont pas été tendres vis-à-vis de ces nou­veaux dis­po­si­tifs. Pour Émilie Chalas (NR), ces der­niers ont le tort de rendre plus « illi­sible » la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive à Grenoble. Et « noient » les acteurs his­to­riques de la par­ti­ci­pa­tion, tels que les unions de quar­tier et le conseil de déve­lop­pe­ment à l’échelle métropolitaine.

Intervention du collectif Touchez pas à nos bibliothèques, au conseil municipal du lundi 22 mai, à la faveur du droit d'interpellation et de votation lancée par la Ville de Grenoble © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

A droite, Cécile Ceniatempo, aujourd’­hui conseillère muni­ci­pale de l’op­po­si­tion Nasa. Intervention du col­lec­tif Touchez pas à nos biblio­thèques, au conseil muni­ci­pal du lundi 22 mai 2017, à la faveur du droit d’in­ter­pel­la­tion et de vota­tion lan­cée par la Ville de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La Ville veut en outre main­te­nir le dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyenne annulé par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif en 2018, s’in­digne la conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion, par ailleurs dépu­tée LREM. Il est pour­tant en l’é­tat, « mal barré », bro­carde Émilie Chalas, puisque la muni­ci­pa­lité per­siste à vou­loir faire voter les mineurs, alors que la Constitution ne le per­met pas.

Pour Alain Carignon (OSCDC), ces dis­po­si­tifs sont trop « sophis­ti­qués » et vont exclure les « deux tiers des Grenoblois ». Pire, ils « ins­ti­tu­tion­na­lisent » la dis­tance entre les élus et les Grenoblois, fus­tige encore l’an­cien maire RPR de Grenoble.

S’inquiétant, pour sa part, de cette « super­po­si­tion » des dis­po­si­tifs qui ne tou­che­ront pour autant pas les « sans-voix », Cécile Ceniatempo du groupe Nasa invite plu­tôt les élus de quar­tier à être davan­tage pré­sents sur le ter­rain. Abondant dans ce sens, Anne Roche, conseillère muni­ci­pale dans l’op­po­si­tion, ex-colis­tière du groupe d”​Alain Carignon, appré­cie­rait que les élus répondent aux doléances des habi­tants qui s’expriment dans les réunions publiques.

La préfecture de l’Isère consultée sur la légalité des dispositifs

Nullement ébran­lée par les cri­tiques de ses oppo­sants, Annabelle Bretton a réaf­firmé, peu avant le vote de la déli­bé­ra­tion, sa confiance en la capa­cité des tous les Grenoblois à mobi­li­ser ces outils.

Dispositifs d'interpellation citoyenne : Grenoble innove. Les premiers signataires de l'appel citoyen pour Grenoble en commun entourent Éric PIolle. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Eric Piolle, en cos­tume, Annabelle Bretton à sa droite. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant aux doutes por­tés par Émilie Chalas sur la léga­lité de la nou­velle ver­sion du dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyenne, l’adjointe les a rapi­de­ment balayés. Adossé au code des rela­tions entre le public et l’administration de 2015, le dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion citoyennes est désor­mais solide juri­di­que­ment, garan­tit Annabelle Bretton. Et celle-ci d’a­jou­ter que la pré­fec­ture de l’Isère a éga­le­ment été consul­tée. Celle-là même qui avait porté un coup fatal à l’ancien dispositif.

Comme attendu, la déli­bé­ra­tion a été adop­tée. Les groupes Nouveau Regard (NR), Nouvel Air socia­listes et appa­ren­tés (Nasa) et la conseillère muni­ci­pale Anne Roche se sont abs­te­nus, tan­dis que le groupe d’op­po­si­tion Société civile, divers droite et du centre (OSCDC) a voté « contre ».

« LE TERME DE « VOTATION » GÉNÈRE DE l’AMBIGUÏTÉ »
 
Maîtresse de confé­rence en droit public, Camille Morio apporte son éclai­rage sur le « nou­veau » dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion et de vota­tion citoyennes de la Ville de Grenoble.

Camille Morio, Docteure en droit public et chargée d'enseignement à la Faculté de droit de Grenoble DR

Camille Morio DR

« Par rap­port à l’ancien dis­po­si­tif, la Ville rat­tache son nou­veau dis­po­si­tif à l’article L‑131 – 1 du code des rela­tions entre le public et l’administration et au cadre de la « consul­ta­tion ouverte facul­ta­tive ». Elle prend soin, aussi, dans la tour­nure de son règle­ment, de bien mettre en exergue, le carac­tère non déci­soire de son dis­po­si­tif… C’est ce qui avait posé pro­blème, entre autres, pour le pré­cé­dent dis­po­si­tif (…) Malgré tout, elle conti­nue à appe­ler son dis­po­si­tif « vota­tion », ce qui génère une cer­taine ambi­guïté. Il serait plus rigou­reux de par­ler d’une consul­ta­tion citoyenne et d’être clair dans le mes­sage vis-à-vis des habi­tantes et habitants (…)

Sur le plan juri­dique, le risque demeure, en cas de conten­tieux, que le juge consi­dère qu’il y a un détour­ne­ment des règles très contrai­gnantes du code géné­ral des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales. Pour évi­ter la cen­sure, la ville devra veiller à se démar­quer dans sa démarche des règles du réfé­ren­dum local par l’o­ri­gi­na­lité de l’ob­jet de la consul­ta­tion et la por­tée de cette dernière.

Sur le papier, la fron­tière semble bien mar­quée. Ainsi, l’originalité de l’objet de la consul­ta­tion est mani­feste : on se trouve dans un dis­po­si­tif gra­duel, glo­bal, com­pre­nant cer­taines étapes, où les péti­tion­naires sont asso­ciés au trai­te­ment de leur pro­po­si­tion. Sur la por­tée du vote, dif­fé­rentes moda­li­tés sont pro­po­sées, ce qui n’est pas prévu dans le cadre du réfé­ren­dum local. »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Séverine Cattiaux

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Après avoir survolé le Tour 2021, le Slovène Tadej Pogačar (vainqueur ici à Luz Ardiden) sera de nouveau le grand favori du Tour du France 2022. © ASO - Charly Lopez
Tour de France 2022 : les Alpes, plat de résistance du parcours

FOCUS - Le parcours du Tour de France 2022, qui s'élancera le 1er juillet 2022 de Copenhague, a été dévoilé ce jeudi 14 octobre 2021. Lire plus

Avec plus de huit mille affaires traitées chaque année, le tribunal administratif de Grenoble est un des plus importants de France.
Bruno Lasserre, vice-président du Conseil d’État : “Le tribunal administratif de Grenoble ne bougera pas“

  FOCUS - Avec plus de huit mille affaires traitées chaque année, le tribunal administratif de Grenoble est l'un des plus importants de France. Il Lire plus

Environnement, urbanisme, droit des étrangers... le contentieux est à la hausse sur le ressort du tribunal administratif de Grenoble. Réformes en vue...
Le tribunal administratif de Grenoble va expérimenter la médiation préalable… obligatoire

FOCUS - Pour tenter de juguler la hausse du contentieux administratif, tout en réglant certains litiges de manière plus « apaisée », le tribunal administratif Lire plus

La Ville de Grenoble organise trois réunions publiques sur le Budget 2018 durant le mois de novembre, en présence d'Élisa Martin et de Hakim Sabri.
A quasi j‑30, la pétition sur la Maison des habitants Bajatière est loin du compte

A environ un mois de l'échéance, la pétition en faveur du « maintien de la gestion directe du centre social Bajatière par la Ville de Grenoble » Lire plus

Le collectif Touchez pas à nos bibliothèques ne change pas son fusil d'épaule, malgré l'annonce du maintien de la bibliothèque Alliance par Eric Piolle.
“La bibliothèque Alliance va bien fermer !”, assure le collectif Touchez pas à nos bibliothèques

EN BREF - En dépit de l’annonce faite par le maire de Grenoble, Eric Piolle, vendredi 2 décembre, de non-fermeture de la bibliothèque Alliance, le Lire plus

Le collectif "Touchez pas à nos bibliothèques !" saisit le dispositif d'interpellation et de votation citoyenne de Grenoble. Etape 1 : la pétition....
Le collectif “Touchez pas à nos bibliothèques !” lance une pétition “officielle”

FOCUS - Le collectif « Touchez pas à nos bibliothèques ! » lance une pétition dans le cadre du dispositif mis en place par la Ville de Lire plus

Flash Info

|

18/10

18h56

|

|

18/10

11h04

|

|

17/10

22h06

|

|

16/10

22h21

|

|

16/10

14h42

|

|

16/10

7h48

|

|

15/10

23h27

|

|

15/10

10h12

|

|

15/10

9h14

|

|

14/10

12h03

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin