A l'arrière-plan, la partie réservée au public est bondée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Débat sur la pétition du Cluq : la ville de Grenoble reste sur ses positions

Débat sur la pétition du Cluq : la ville de Grenoble reste sur ses positions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – Rentrée sous haute tension pour le conseil municipal de la ville de Grenoble, ce lundi 26 septembre. L’intersyndicale des agents territoriaux de la Ville s’était en effet invitée sur le parvis pour protester contre le plan de sauvegarde des services publics. Ce qui n’a pas empêché les conseillers municipaux de débattre à propos d’une pétition du Comité de liaison des unions de quartier (Cluq). L’enjeu : faire abroger l’augmentation des tarifs du stationnement.

 

 

 

Reprise hou­leuse du conseil muni­ci­pal, devant lequel l’in­ter­syn­di­cale des agents ter­ri­to­riaux de la ville de Grenoble avait mobi­lisé ses troupes, ce lundi 26 sep­tembre. Elle enten­dait ainsi pro­tes­ter contre le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics ini­tié par la Ville. En signe de sym­bole, des agents biblio­thé­caires avaient édi­fié un mur de livres bar­rant en par­tie le par­vis de la mai­rie. Le tout sous une ban­de­role « Territoriaux en lutte pour la défense des ser­vices publics grenoblois ».

 

Le mur de livres édifié par les bibliothécaires. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le mur de livres édi­fié par les biblio­thé­caires. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une manière sym­bo­lique de faire rem­part contre les sup­pres­sions de postes induites par le plan de sau­ve­garde de la muni­ci­pa­lité. Point d’é­chos de la mani­fes­ta­tion cepen­dant à l’in­té­rieur de la salle du conseil. Au pro­gramme, ce soir-là, un débat sur la péti­tion du Comité de liai­son des unions de quar­tier (Cluq) deman­dant aux élus de reve­nir sur l’aug­men­ta­tion des tarifs de sta­tion­ne­ment. Une pre­mière dans l’en­ceinte déli­bé­ra­tive gre­no­bloise qui allait enfin voir se concré­ti­ser le dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion et de vota­tion citoyenne mis en place par la majorité.

 

 

 

« Cachez ce public que je ne saurais voir »

 

 

Pour l’oc­ca­sion, ce nou­veau ren­dez-vous de la démo­cra­tie est éga­le­ment retrans­mis en direct dans la salle de confé­rence de la Maison des asso­cia­tions sise 6 rue Berthe de Boissieux. L’objectif ? Faire par­ta­ger l’é­vé­ne­ment au plus grand nombre de conci­toyens. En effet, la muni­ci­pa­lité crai­gnait que les quelque cin­quante places de la salle du conseil soient insuf­fi­santes pour accueillir le public… espéré (cf. encadré).

 

A l'arrière-plan, la partie réservée au public est bondée. © Joël Kermabon - Place Gre'net

A l’ar­rière-plan, la par­tie réser­vée au public est bon­dée. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Mais pas seule­ment, chat échaudé craint l’eau froide… Le main­tien de la séré­nité des débats – alors même qu’une mani­fes­ta­tion se déroule sur le par­vis –, n’est peut-être pas tota­le­ment étran­ger à la mise en place de ce dispositif.

 

Ce qui n’a pas man­qué de faire vive­ment réagir les oppo­si­tions de droite comme de gauche.

 

C’est ainsi que Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès fus­tige ce qu’elle estime être une « décen­tra­li­sa­tion du public », une manière, selon elle, d’é­ra­di­quer toute source de contra­dic­tion. « Cachez ce public que je ne sau­rais voir, tel pour­rait être votre slo­gan ! », lance l’élue.

 

Quant à Matthieu Chamussy, le pré­sident du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, il ne prend guère plus de gants. « Vous invo­quez le risque de troubles à l’ordre public. La mani­fes­ta­tion des Grenoblois par leur pré­sence ne sau­rait être un trouble à l’ordre public. À moins que vous ne consi­dé­riez que le peuple soit un trouble à l’ordre public ? », iro­nise l’élu.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

« La démocratie est une exigence quotidienne »

 

 

« Ce débat qui s’ouvre est une pre­mière. Il doit per­mettre de déter­mi­ner si le conseil muni­ci­pal sou­haite reve­nir sur sa déci­sion dans le cadre qui a été créé lorsque nous avons mis en place ce droit d’in­ter­pel­la­tion, ou bien de deman­der à l’en­semble des Grenoblois de se pro­non­cer sur ce sujet », expose Éric Piolle, le maire de Grenoble. Avant de pas­ser la parole à Pascal Clouaire, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la démo­cra­tie locale.

 

Pascal Clouaire, conseiller municipal délégué à la démocratie locale. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Pascal Clouaire, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la démo­cra­tie locale. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et ce der­nier de rap­pe­ler à l’as­sem­blée – dans une ambiance hou­leuse entre­te­nue prin­ci­pa­le­ment par Matthieu Chamussy – les règles « du dis­po­si­tif d’in­ter­pel­la­tion citoyenne [exploré] aujourd’­hui pour la pre­mière fois ». Tout en sou­li­gnant que « la démo­cra­tie, ce n’est pas un vote tous les six ans mais une exi­gence quo­ti­dienne ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 63 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Affiche 7e édition budget participatif
7e édition du budget participatif de Grenoble : les habitants en panne d’idées ?

FIL INFO - Doit-on y voir un manque d'intérêt des habitants pour l'appel à idées du budget participatif 2021 de Grenoble ? La participation semble Lire plus

Référendum d'initiative citoyenne à la Villeneuve mercredi 16 octobre 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
“Tout démolir” ou “réhabiliter” : à la Villeneuve, le Ric autogéré jusqu’à dimanche rencontre un relatif succès

  REPORTAGE - Alors qu'il reste encore tout le week-end pour voter, les organisateurs du Référendum d'initiative citoyenne (Ric) "Pour ou contre les démolitions de Lire plus

Tribunal administratif de Grenoble : une activité soutenue en 2018, marquée par l’explosion des contentieux des étrangers

FOCUS - Le tribunal administratif vient de dresser le bilan de son activité sur 2018. Une activité très soutenue, marquée par une véritable explosion du Lire plus

La députée de l'Isère Émilie Chalas inaugure un cycle de permanences mobiles sur les places et marchés de sa circonscription. La forme en attendant le fond?
La députée de l’Isère Émilie Chalas veut relancer le débat sur la démocratie participative (et annule sa réunion publique)

FIL INFO - Jugé anticonstitutionnel, le dispositif d'interpellation citoyenne initié par le maire de Grenoble Eric Piolle a été débouté par la justice. En attendant Lire plus

Les deux dissidents de la majorité municipale reprochent au maire de Grenoble Eric Piolle mensonges et rétention d'informations.
À Grenoble, deux ex-colistiers du maire accusent Eric Piolle de mensonges et de rétention d’information

FOCUS - À Grenoble, deux ex-colistiers du maire écologiste accusent Eric Piolle de mensonges et de rétention d'information. Devenus dissidents, ils portent la voix la Lire plus

Matthieu Chamussy et Jérôme Safar © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Renouer honnêtement avec l’esprit pionnier de la démocratie locale à Grenoble »

TRIBUNE LIBRE - Deux semaines après l'annulation par le tribunal administratif du dispositif de votation citoyenne à Grenoble, les conseillers municipaux d'opposition Matthieu Chamussy (Les Lire plus

Flash Info

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin