Actualité

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire : “À 2000 signa­tures, aucune péti­tion ne pas­sera aux oubliettes”

Pascal Clouaire : “À 2000 signa­tures, aucune péti­tion ne pas­sera aux oubliettes”

ENTRETIEN – C’est une pre­mière dans la vie démo­cra­tique fran­çaise : Grenoble lance un “droit d’interpellation” facile d’accès, pour qui­conque veut faire bou­ger sa ville. Une mesure inédite qui mise sur l’intelligence col­lec­tive… Quels peuvent en être les béné­fices, les risques et aussi les coûts pour Grenoble ? En marge des Assises citoyennes (acte 2), nous sommes allés à la ren­contre de Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale.

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il est le plus grand des élus de l’équipe muni­ci­pale gre­no­bloise, par la taille. Pascal Clouaire se tient en revanche, avec ses 49 ans, dans la moyenne d’âge de la majo­rité arri­vée aux manettes en avril 2014. Il n’est issu d’aucun parti poli­tique – carac­té­ris­tique qu’il par­tage avec quelques autres nou­veaux élus de Grenoble.

Avant de rejoindre la liste de l’écologiste Eric Piolle, Pascal Clouaire milite dans le « Réseau citoyen de Grenoble » qui envi­sage, un temps, de se pré­sen­ter aux élec­tions muni­ci­pales. Ce direc­teur infor­ma­tique dans la vie civile est éga­le­ment passé par Go citoyen­neté, mou­ve­ment poli­tique local de gauche « construit avec les citoyens gre­no­blois enga­gés ». A l’époque où il n’est encore qu’un simple mili­tant asso­cia­tif, l’adjoint d’Eric Piolle « par­ti­cipe à la créa­tion d’une asso­cia­tion dans son quar­tier pour défendre les inté­rêts des habi­tants », apprend-on dans une courte bio offi­cielle. Bref, Pascal Clouaire semble bien « avoir la fibre démo­cra­tie participative ».

Aujourd’hui élu, il déclare lui-même situer son action dans le pro­lon­ge­ment de celle d’Hubert Dubedout, maire de Grenoble de 1965 à 1983 qui a fondé dans les années 60 « les groupes d’actions muni­ci­paux ». A quasi mi-man­dat, Pascal Clouaire n’a pas perdu de temps : créa­tion des conseils citoyens indé­pen­dants, lan­ce­ment du bud­get par­ti­ci­pa­tif.

Il lui res­tait à faire abou­tir, le troi­sième pilier – et non le moindre – de cette démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive réin­ven­tée pro­mise par l’é­quipe d’Eric Piolle : le droit d’interpellation (enga­ge­ment 6 du pro­gramme). « Déjà vu ! », com­men­te­ront les esprits bla­sés. En fait, non : c’est bien une nou­veauté en France. A la dif­fé­rence du “clas­sique” droit d’interpellation qui débouche, au mieux, sur un débat en conseil muni­ci­pal – celui de Grenoble « lie » la péti­tion à un sys­tème de vota­tion. D’où son nom : « dis­po­si­tif d’interpellation et de vota­tion d’initiatives ». Contacté par nos soins pour authen­ti­fier le carac­tère “inédit” de l’ob­jet, Loïc Blondiaux, pro­fes­seur de sciences poli­tiques et expert de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive (récem­ment venu à Grenoble), est affir­ma­tif et com­mente à chaud : « Je trouve que c’est assez fort. Cela peut modi­fier réel­le­ment les équi­libres politiques. »

Vous tra­vaillez depuis plu­sieurs mois à la mise en place d’un “droit à l’in­ter­pel­la­tion”. Avez-vous levé tous les obstacles ?

Oui, nous avons tra­vaillé pen­dant de longs mois avec des uni­ver­si­taires gre­no­blois, des spé­cia­listes en Droit public, en Sciences politiques.

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Acte 2. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ils nous ont accom­pa­gnés, tout au long de la mise en place de ce dis­po­si­tif, de manière très opé­ra­tion­nelle, pour à chaque fois essayer de lever au maxi­mum les impos­si­bi­li­tés ou les com­pli­ca­tions juri­diques, évi­ter tous les recours qui pour­raient appa­raître, nous ins­crire com­plè­te­ment dans la loi !

Il faut aussi rap­pe­ler qu’une col­lec­ti­vité en France n’a pas le droit de déci­der de la façon dont décident les citoyens ! C’est une pré­ro­ga­tive de l’État. Partant de là, nous avons mis en place un sys­tème d’interpellation citoyenne, qui soit le plus souple pos­sible, le plus ouvert possible…

Comment fonc­tion­nera ce droit à l’in­ter­pel­la­tion dans les grandes lignes ?

Il y a deux chiffres à rete­nir : 2 000 et 20 000. Le prin­cipe est le sui­vant : tout Grenoblois de plus de 16 ans peut faire une péti­tion. Le péti­tion­naire dépose sa pétition.

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Actes 2 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint de la Démocratie locale à Grenoble, lors des Assises citoyennes Acte 2. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Tout type de péti­tion peut être lancé, à trois condi­tions. Il faut que l’objet de la péti­tion soit bien dans les com­pé­tences de la com­mune, qu’il soit bien légal et qu’il ne pré­sente pas d’élément dis­cri­mi­nant ou dif­fa­ma­toire. Ce sont des réserves répu­bli­caines et aucu­ne­ment politiques.

Si cette péti­tion recueille 2.000 signa­tures de Grenoblois, elle est débat­tue en conseil muni­ci­pal. Et ensuite il n’y a que deux choix pos­sibles. C’est cela qu’il est impor­tant à com­prendre, et c’est cela qui est puis­sant ! Soit le conseil muni­ci­pal la prend pour lui et dit « Bon, écou­tez : c’est une bonne idée, on accepte ! », et dans ce cas-là, le conseil muni­ci­pal a trois mois pour pré­pa­rer une déli­bé­ra­tion qui valide et qui fait pas­ser la péti­tion. Soit le conseil muni­ci­pal ne veut pas se pro­non­cer et fait pas­ser la péti­tion à la votation !

Si l’ob­jet de la vota­tion recueille 20.000 « oui » mini­mum, alors nous serons obli­gés de l’appliquer, même si nous ne sommes pas d’accord. Aucune péti­tion ne peut pas­ser aux oubliettes. Cela per­met de dire aux Grenoblois : « Tout cela, c’est pour de vrai : vous avez du pou­voir ! » On ren­force vrai­ment le pou­voir d’agir.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 55 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Séverine Cattiaux

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Fête de la musique 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fête de la musique 2024 : les bons plans à ne pas rater à Grenoble et dans l’agglo

ÉVÈNEMENT - Jour du solstice d'été, le vendredi 21 juin 2024 marque cette année la 43e édition de la Fête de la musique instituée par Lire plus

François Bayrou à Voiron pour sou­te­nir Élodie Jacquier-Laforge, can­di­date à sa réélec­tion dans la 9e cir­cons­crip­tion de l’Isère

FOCUS - Le président du MoDem François Bayrou s'est rendu à Voiron, mercredi 19 juin 2024, pour soutenir Élodie Jacquier-Laforge, députée sortante de la 9e Lire plus

Lancement d'une souscription pour financer le projet de restauration de la chapelle Notre-Dame-de-Parizet
Seyssinet-Pariset : une sous­crip­tion pour finan­cer le pro­jet de res­tau­ra­tion de la cha­pelle Notre-Dame-de-Parizet

FLASH INFO - La Ville de Seyssinet-Pariset, en partenariat avec l’association Pierres, Terres et Gens de Parizet ainsi que la Fondation du patrimoine, a lancé Lire plus

Sur la première circonscription de l'Isère, le candidat LR-RN Alexandre Lacroix appelle à "l'union des droites républicaines"
Sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, le can­di­dat LR-RN Alexandre Lacroix appelle à « l’u­nion des droites républicaines »

FLASH INFO - Alexandre Lacroix annonce officiellement sa candidature aux élections législatives sur la première circonscription de l'Isère, dans un communiqué en date du mardi 18 juin Lire plus

Alain Carignon demande à être désigné partie civile dans le cadre de l'affaire (présumée) Piolle-Martin
Alain Carignon demande à être dési­gné par­tie civile dans le cadre de l’af­faire (pré­su­mée) Piolle-Martin

FLASH INFO - Le conseiller municipal d'opposition de Grenoble Alain Carignon annonce demander à être désigné partie civile dans le cadre de l'affaire Piolle-Martin. Soit Lire plus

Treize maires de la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère appellent à sou­te­nir Cyrielle Chatelain, can­di­date du Nouveau Front populaire

FOCUS - À l'approche des législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet 2024, treize maires de gauche de la deuxième circonscription de l'Isère ont Lire plus

Flash Info

|

19/06

17h16

|

|

19/06

11h28

|

|

19/06

8h08

|

|

18/06

21h58

|

|

18/06

14h24

|

|

18/06

10h25

|

|

14/06

8h26

|

|

13/06

18h43

|

|

13/06

16h07

|

|

13/06

15h43

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Des élec­tions légis­la­tives… sous le signe de la confusion ?

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution

Politique| Hugo Prévost, can­di­dat Nouveau Front popu­laire sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère : « une démons­tra­tion de force républicaine »

Agenda

Je partage !