Le confinement : « une épreuve de plus à traverser » pour les parents d’enfants autistes

sep article

 

TRIBUNE LIBRE – Sarah Loraux-Chiffard souhaite ici partager le quotidien très difficile des parents d’enfants autistes en cette période de confinement. Alors que ceux-ci souffraient déjà d’isolement, de préjugés et d’un système éducatif peu inclusif, l’arrêt des soins a eu un effet désastreux sur leurs enfants hypersensibles et angoissés qui ont besoin de journées très structurées.

 

 

Le confinement : "une épreuve de plus à traverser" pour les parents d'enfants autistes.Photo pour illustrer la tribune de Sarah Loriaux-Chiffard, Sarah Loraux-Chiffard et son fils Raphaël DR

Sarah Loraux-Chiffard et son fils Raphaël. DR

Faire école à la maison, devoir arrêter de travailler ou continuer à travailler tout en s’occupant de son enfant, se couper de toute vie sociale, se sentir isolé…

 

Voilà une situation que nous, parents d’enfants autistes, connaissions déjà que trop bien, bien avant le confinement… C’est notre quotidien depuis des années pour beaucoup. Ce n’est qu’une épreuve de plus à traverser, qui a un goût de déjà vu.

 

Notre vie est déjà un combat quotidien : combattre les préjugés, combattre le système peu inclusif, combattre jour après jour pour le bien-être de nos enfants. Depuis le début du confinement, les témoignages de parents épuisés au bout de quinze jours se sont multipliés : épuisés du quotidien avec leurs enfants, de devoir faire école à la maison tout en gérant le télétravail…

 

C’est avec un sourire un peu ironique que nous constatons qu’enfin les parents vivent un peu de notre quotidien. Un sourire amer également quand nous constatons que très rapidement les aides se débloquent, l’Éducation nationale s’adapte, les livres et supports pédagogiques gratuits affluent, les numéros verts et aides psychologiques également… C’est aussi avec joie que nous constatons que certains parents découvrent la joie de passer du temps avec leurs enfants, de mettre le temps sur pause, de prendre le temps…

 

 

Pour beaucoup de familles d’enfants autistes, le confinement est catastrophique

 

Un air de déjà vu mais, pour autant, bien différent… Pour beaucoup de familles d’enfants autistes le confinement est catastrophique, le changement radical des habitudes a un effet désastreux. Perte de repères, routine altérée, incompréhension…

 

Photo pour illustrer la tribune de Sarah Loriaux-Chiffard, Raphaël 2 DR

Raphaël Loriaux-Chiffard. DR

Les autistes ont besoin de routine et de rituels, il est vital pour eux d’avoir un emploi du temps structuré, tout cela est nécessaire à leur bien-être. Ils sont également hypersensibles et angoissés. Il a fallu recréer des rituels et habitudes, restructurer les journées dans un espace parfois exigu.

 

Les troubles du comportement et crises quotidiennes se multiplient, parfois violentes, les angoisses sont prédominantes. Ils vivent dans un stress permanent, une situation pesante et épuisante pour toute la famille.

 

 

L’arrêt des soins a également un effet désastreux sur les enfants autistes

 

L’arrêt des soins a également un effet désastreux. Des comportement qui avaient été améliorés grâce aux soins et suivis depuis des années réapparaissent, et souvent démultipliés. Les parents doivent se transformer en éducateurs, psychomotriciens, orthophonistes, psychologues, afin de combler le manque nécessaire à leur bien-être. Tout cela parfois en assurant l’école à la maison pour le reste de la fratrie, mission presque impossible.

 

Enfants autistes et confinement : "une épreuve de plus". Raphaël. DR

Raphaël. DR

 

Même si les règles se sont assouplies pour les personnes en situation de handicap, après une annonce gouvernementale, pas question de mettre un pied dehors pour autant. Très respectueux des règles, si on ne peut pas sortir, on ne sort pas. Leur logique différente ainsi que leur besoin de compréhension rendent, pour certains, les sorties presque impossibles face à un virus invisible et inexplicable.

 

Les parents sont épuisés, à bout, mais obligés de tenir le coup, de rester calmes, d’être forts et rassurants, avec pourtant cette éternelle angoisse, exacerbée par ce virus : « si je n’étais plus là, que deviendrait mon enfant ? » Nous qui sommes les seuls à déchiffrer leurs comportements si « bizarres » aux yeux des autres.

 

 

Que le monde d’après ne soit pas un copier-coller du monde d’avant

 

Lorsque le monde retrouvera sa “normalité”, nous resterons encore en marge de celle-ci, la plupart du temps. Notre combat continuera, mais avec de nouvelles difficultés qui se seront ajoutées : conséquences de la rupture dans les prises en charge et soins, conséquences des traumas qu’ils ont subis ces derniers mois.

 

Notre souhait est qu’une fois cette pandémie derrière nous, les gens n’oublient pas ce qu’ils ont traversé, ce qu’était la solitude, que le monde d’après ne soit pas un copier-coller du monde d’avant.

 

Nous l’avons vu, nous sommes tous capables de tolérance, d’empathie, de combativité et de solidarité !

 

Sarah Loraux-Chiffard

 

 

 

Les tribunes publiées sur Place Gre’net ont pour vocation de nourrir le débat et de contribuer à un échange constructif entre citoyens d’opinions diverses. Les propos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opinions des journalistes ou de la rédaction et n’engagent que leur auteur.

 

Vous souhaitez nous soumettre une tribune ? Merci de prendre au préalable connaissance de la charte les régissant.

 

 

Comptoir de prêt retour : reprise du prêt de documents dans les bibliothèques municipales de Grenoble le 27 mai 2020
commentez lire les commentaires
1716 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.