Dans une lettre ouverte, Grenoble à coeur accuse une nouvelle fois le chauffage, et non la voiture, d'être responsable de la pollution à Grenoble.

Pollution de l’air : “le confi­ne­ment montre que les Grenoblois ont été trompés”

Pollution de l’air : “le confi­ne­ment montre que les Grenoblois ont été trompés”

TRIBUNE LIBRE – Pour Grenoble à cœur, le col­lec­tif de com­mer­çants et d’ha­bi­tants opposé au plan de cir­cu­la­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­pole (CVCM) dans l’hy­per-centre de Grenoble, la voi­ture a été injus­te­ment dési­gnée comme la cou­pable numéro 1 de la pol­lu­tion dans la cuvette. Le confi­ne­ment, avec ses effets sur la qua­lité de l’air dans l’ag­glo­mé­ra­tion, vient en appor­ter la preuve.

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives. crédit Patricia Cerinsek

Le col­lec­tif Grenoble à cœur conteste depuis ses débuts le pro­jet CVCM. © Patricia Cerinsek

ILS SAVAIENT - Des cher­cheurs gre­no­blois ont publié en 2016 une étude fai­sant appa­raître la res­pon­sa­bi­lité des par­ti­cules fines PM2,5 dans le décès pré­ma­turé de 114 per­sonnes par an sur le bas­sin grenoblois.

Le pou­voir poli­tique gre­no­blois s’en est immé­dia­te­ment emparé, à com­men­cer par le maire sor­tant et le pré­sident de la Métro. Une for­mule choc a été éla­bo­rée : « tous les trois jours, une per­sonne meurt à cause de la pol­lu­tion ». Une défor­ma­tion poli­ti­cienne qui dévoyait l’étude de deux manières : les PM2,5 deve­nues à elles seules toute « la pol­lu­tion », l’espérance de vie dimi­nuée deve­nue « une per­sonne meurt ».

Toutes les oppor­tu­ni­tés ont ensuite été bonnes pour assé­ner ce faux mes­sage, et tous les moyens ont été uti­li­sés : les pro­pos annon­çant « Cœur de Ville Cœur de Métropole » (CVCM), la vignette Crit’Air, le maga­zine Gre.mag, l’annonce de la zone à faibles émis­sions sur le site de la ville, les inter­views dans Le Dauphiné libéré, et bien sûr les dis­cours sur le vélo (Éric Piolle sur France 3 Alpes le 7 février 2020).

« Le die­sel, n’est res­pon­sable que de 7 % des émis­sions de PM2,5 »

ILS ONT FERMÉ LES YEUX - Les PM2,5 sont en pre­mier lieu émises par le chauf­fage au bois. Atmo Aura a récem­ment publié une illus­tra­tion qui montre quels sont les pol­luants de l’air dans notre région et quelles en sont les sources. Voir en page 4, repro­duite ci-dessous.

Elle montre qu’en Rhône-Alpes, les PM2,5 sont émises à 70 % par le sec­teur rési­den­tiel, avec pour source quasi exclu­sive le chauf­fage au bois. Elle montre aussi que l’accusé n°1 de cer­tains poli­ti­ciens à la mode, le die­sel, n’est res­pon­sable que de 7 % des émis­sions de PM2,5.

Tout ceci est connu depuis au moins le Plan de pro­tec­tion de l’atmosphère de Grenoble, signé début 2014.

Quelles ont été les mesures contre le chauf­fage au bois, dit éco­lo­gique bien qu’il soit le pre­mier contri­bu­teur aux pro­blèmes de santé cau­sés par la pol­lu­tion ? Aucune, juste une sou­riante inci­ta­tion à pol­luer moins fort, récom­pen­sée de 2 000 euros par la Métro.

48 000 décès en France ? Un chiffre qui n’est pas réel mais issu d’un modèle mathématique

L’épidémiologiste Rémy Slama, coor­di­na­teur de l’étude gre­no­bloise, avait pour­tant expli­qué sur Place Gre’net : « Les niveaux de par­ti­cules fines sont pro­ba­ble­ment le prin­ci­pal levier qui peut être actionné pour amé­lio­rer signi­fi­ca­ti­ve­ment la santé des popu­la­tions de zones urbaines comme Grenoble. »

ILS ONT FAIT CROIRE QUE C’ÉTAIT LA VOITURE - On l’a vu plus haut, toutes les décla­ra­tions du pou­voir poli­tique gre­no­blois ont été sys­té­ma­ti­que­ment orien­tées en ce sens. Il s’agissait pour lui d’embellir ou de faire ava­ler sa poli­tique : CVCM, vignette Crit’Air, zone faibles émis­sions, auto­routes à vélos.

“Le confinement révèle que les Grenoblois ont été trompés".La pollution en hausse dans certains quartiers de Grenoble, après la mise en place de CVCM ? Dominique Grand président de Grenoble à Coeur le démontre avec des chiffres recueillis auprès d'Atmo. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Dominique Grand, pré­sident de Grenoble à Cœur. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La défor­ma­tion de la réa­lité a été per­ma­nente, comme l’illustre par exemple la publi­ca­tion de masse de la parole offi­cielle, le maga­zine Gre.mag : « Le dioxyde d’azote (NOx) et les par­ti­cules fines (PM10) : deux pol­luants à l’origine de 48 000 décès en France chaque année et d’une mort tous les 3 jours sur le seul bas­sin gre­no­blois, soit 9 fois plus que le nombre de décès liés aux acci­dents de la route ! » 

« Les res­pon­sables sont connus : le tra­fic auto­mo­bile et le chauf­fage au bois non performant. »

Où sont pas­sées les PM2,5 de l’étude scien­ti­fique gre­no­bloise ? Disparues. À leur place, le NO2 se retrouve dési­gné parmi les cou­pables, alors que l’étude ne le concer­nait pas. Un NO2 très utile pour accu­ser les auto­mo­biles d’être les pre­mières co-res­pon­sables « d’une mort tous les trois jours », CQFD pour ser­vir la poli­tique locale.

Pour Grenoble à cœur, le chauf­fage au bois a béné­fi­cié de toutes les clémences

Il en va exac­te­ment de même quant aux pré­ten­dus 48 000 décès en France : ce chiffre qui n’est pas réel mais issu d’un modèle mathé­ma­tique – aussi contes­table qu’il est contesté pour des man­que­ments métho­do­lo­giques – est un chif­fon rouge sorti d’une modé­li­sa­tion sur les méfaits des PM2,5. Il ne concerne pas « la pol­lu­tion » et abso­lu­ment pas le NO2 du tra­fic automobile.

LA POLLUTION AUX PM N’A PAS BAISSÉ AVEC LE CONFINEMENT - Le confi­ne­ment a fait dis­pa­raître la presque tota­lité du tra­fic auto­mo­bile, mais la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines est tou­jours là. Rien d’étonnant, on l’a vu plus haut, mais cela rend le fait que les Grenoblois ont été trom­pés aussi visible que le nez (de Gribouille ou de Pinocchio ?) au milieu de la figure.

Tous les pro­jec­teurs ont été bra­qués pen­dant cinq ans vers la pol­lu­tion d’origine auto­mo­bile alors qu’elle n’est pas, loin s’en faut, la source prin­ci­pale des pro­blèmes de santé les plus graves. Pourquoi ? Par dog­ma­tisme pour cer­tains, par haine de l’automobile pour d’autres, par cal­cul politicien.

“Le confinement révèle que les Grenoblois ont été trompés".Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

CVCM ou le nou­veau plan de cir­cu­la­tion dans l’hy­per-centre de Grenoble. © Patricia Cerinsek

Cinq années pen­dant les­quelles la source de pol­lu­tion réel­le­ment res­pon­sable d’une durée de vie dimi­nuée pour 114 per­sonnes par an*, le chauf­fage au bois, a béné­fi­cié de toutes les clémences.

Cinq années pen­dant les­quelles la répres­sion s’est exclu­si­ve­ment abat­tue sur la voi­ture : fer­me­ture des accès, plan de cir­cu­la­tion impos­sible (et illé­gal), sup­pres­sion du sta­tion­ne­ment, inter­dic­tion de cir­cu­ler pour cer­tains véhi­cules mais aucune prime locale pour chan­ger de voiture.

Et rien en faveur des trans­ports en com­mun ou du covoi­tu­rage dans le plan CVCM-Chronovélo. Inutile puisqu’il était prévu 100 % de report sur le vélo, un moyen de trans­port qui dépend de la météo et ne convient ni à tous ni à tout. Chauffage au bois, trans­ports moto­ri­sés : deux poids, deux mesures selon le côté où penchent le dogme et les inté­rêts politiques.

« Le res­pect du seuil de NO2 a été repoussé de onze ans, en 2026 au lieu de 2015 »

CE QUE DÉMONTRE UN MOIS DE CONFINEMENT – Au terme des deux pre­mières semaines de confi­ne­ment, Atmo Aura a écrit qu’en Rhône-Alpes : « la ten­dance est beau­coup plus dif­fi­cile à éta­blir pour les par­ti­cules fines et très fines en milieu urbain sous influences mul­tiples. Pour quelques jour­nées, une baisse peut se faire res­sen­tir, mais sur l’ensemble des deux semaines, on observe une pro­gres­sion de 18 et 25 % pour les PM10 et PM2,5. »

Après un mois de confi­ne­ment, nos obser­va­tions des sta­tions de mesures gre­no­bloises le confirment. Le trait ver­ti­cal rouge indique le pre­mier jour du confinement.

Les particules fines ne baissent pas pendant le confinement

Les par­ti­cules fines ne baissent pas pen­dant le confinement…

... alors que le NO2 a chuté avec l’arrêt du trafic automobile.

… alors que le NO2 a chuté avec l’arrêt du tra­fic automobile.

AU MOINS, CETTE HAINE DE LA VOITURE A‑T-ELLE AMÉLIORÉ LA QUALITÉ DE L’AIR ? – Même pas (!), comme l’a écrit Atmo Grenoble dans son bilan pour­tant très com­plai­sant de CVCM. La situa­tion concer­nant la pol­lu­tion d’origine prin­ci­pa­le­ment auto­mo­bile s’est en réa­lité dégra­dée puisque le res­pect du seuil de NO2 a été repoussé de onze ans, en 2026 au lieu de 2015. Ainsi, le pou­voir en res­pon­sa­bi­lité depuis six ans s’est défaussé de l’engagement public du Plan de pro­tec­tion de l’atmosphère que la Ville et la Métro avaient signé en 2014.

LES GRENOBLOIS ONT LE DROIT DE SAVOIR – Le chauf­fage urbain a brûlé 100 000 tonnes de bois dans la sai­son 2018 – 2019. Une nou­velle cen­trale a été construite pour brû­ler 85 000 tonnes sup­plé­men­taires par an. Elle reven­dique d’être « peu pol­luante » car conforme aux der­nières normes. Mais ces normes disent que les cen­trales à bio­masse récentes peuvent reje­ter 4 à 6 fois plus de par­ti­cules fines que les cen­trales à gaz, sans par­ler des autres polluants.

« Le bilan de CVCM est désolant »

Que pen­ser alors des ins­tal­la­tions gre­no­bloises plus anciennes où dis­pa­raissent 100 000 tonnes d’arbres par an ? Et que pen­ser de toutes les ins­tal­la­tions indi­vi­duelles où le fil­trage des par­ti­cules est presque tou­jours inexistant ?

Les Grenoblois ont le droit de savoir : en matière de pol­lu­tion, à com­bien de dizaines de mil­liers de « bagnoles » qui rou­le­raient 24h/24 ce chauf­fage dit « vert » est-il équivalent ?

NOS POUMONS NE DISENT PAS MERCI – Concernant la pol­lu­tion de l’air, il y a eu faillite du pou­voir gre­no­blois aux mains de mes­sieurs É. Piolle, Y. Mongaburu, C. Ferrari.

1. La ques­tion de la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines PM10 et PM2,5, pre­mières res­pon­sables des atteintes les plus graves à la santé, n’a pas été trai­tée à la hau­teur du pro­blème sani­taire qu’elles représentent.

Les conditions estivales favorisent la pollution à l'ozone. Le Nord- Isère et le Bassin grenoblois sont placés en niveau Information et recommandation.

© Patricia Cerinsek

2. Le carac­tère prio­ri­taire de ce pro­blème sani­taire était par­fai­te­ment connu et docu­menté. Mais les yeux se sont fermés.

3. L’étude scien­ti­fique qui le disait a été tra­ves­tie et ins­tru­men­ta­li­sée pour dési­gner cou­pables l’automobiliste et son véhi­cule, alors que les par­ti­cules fines ont très majo­ri­tai­re­ment pour ori­gine le chauf­fage au bois.

4. Les mesures déci­dées selon ce dogme ont créé d’autres pro­blèmes, avec pour résul­tat une deuxième défaillance, cette fois concer­nant la pol­lu­tion d’origine majo­ri­tai­re­ment automobile.

5. Pollution aug­men­tée pour des mil­liers d’habitants, hausse record des embou­teillages, échec du report mas­sif sur le vélo, pro­blèmes éco­no­miques, le bilan de CVCM est déso­lant. Il est résumé dans cet article sur Médiapart.

6. Pourtant, aucune nou­velle sta­tion de mesure (ni fixe, ni mobile) n’a été allouée à l’évaluation de l’impact de CVCM. Atmo Grenoble a ins­tallé son unique nou­velle sta­tion… au cime­tière !

Il se dit que beau­coup de doc­trines seront à revoir après le Covid-19. Pour que Grenoble res­pire, c’est effec­ti­ve­ment très néces­saire. Pour l’instant, les résul­tats des cal­culs poli­ti­ciens et de l’incompétence sont dans les pou­mons des Grenoblois, même pen­dant le confinement.

Grenoble à cœur

* Et même 145 selon les der­niers chiffres des mêmes auteurs.

Rappel ce que nous avions dit, le 3 février 2017 devant le conseil métro­po­li­tain : « OUI nous avons Grenoble à Cœur, OUI nous vou­lons un pro­jet Cœurs de Ville Cœurs de Métropole réussi », mais aussi que « les bonnes inten­tions ne suf­fisent pas. La réa­li­sa­tion n’a fait l’objet d’aucune étude sérieuse de ses consé­quences. Tout montre pour­tant qu’elles seront néga­tives sur la pol­lu­tion, la santé, la flui­dité des dépla­ce­ments, la vita­lité économique. »

Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Démocratie locale : la par­ti­ci­pa­tion des habi­tants « dys­fonc­tionne » à Grenoble selon Bruno de Lescure

FOCUS - Lors du conseil municipal du 13 mai 2024, Bruno de Lescure du conseil citoyen indépendant du secteur 1 a tenu à revenir sur Lire plus

Éric Piolle et Christophe Ferrari signent la déclaration pour donner le droit de vote aux résidents étrangers
Éric Piolle et Christophe Ferrari ont signé la décla­ra­tion appe­lant au droit de vote pour les rési­dents étrangers

FLASH INFO - Le maire de Grenoble Éric Piolle et le président de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari (également maire de Pont-de-Claix) comptent parmi Lire plus

Le torchon brûle (encore) entre l'élue Anne-Sophie Olmos et la présidence de Grenoble-Alpes Métropole
Le tor­chon brûle (encore) entre l’é­lue Anne-Sophie Olmos et la pré­si­dence de Grenoble-Alpes Métropole

FOCUS - Les tensions entre Anne-Sophie Olmos et le président de la Métropole Christophe Ferrari perdurent. La vice-présidente au Cycle de l'eau et élue grenobloise Lire plus

Dominique Labbé, co-auteur du livre « Un autre regard sur le Covid-19 » : « Nous ne sommes plus dans un pays libre »

FOCUS - Ancien enseignant-chercheur à Sciences Po Grenoble, Dominique Labbé est venu présenter, le 10 avril 2024, à Grenoble, le livre collectif Un autre regard Lire plus

Perron de l'hôtel de police de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Affaire du « vio­leur à la trot­ti­nette » : le par­quet de Grenoble ouvre une infor­ma­tion judiciaire

FLASH INFO - Le parquet a ouvert une information judiciaire, vendredi 29 mars 2024, dans l'affaire dite du "violeur à la trottinette", qui sévit dans Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !