Deux piscines municipales de Grenoble fermées ce mercredi 26 juin : le personnel fait valoir son droit de retrait

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

FIL INFO — Le personnel des piscines municipales de Grenoble est à bout. Après deux opérations burkini dans les piscines des Dauphins et Jean-Bron, une bousculade avec un usager est survenue mardi 25 juin dans l’après-midi. La goutte d’eau qui fait déborder le bassin : les personnels des deux établissements ont fait valoir leur droit de retrait le lendemain. 

 

 

Le personnel des piscines municipales de Grenoble serait-il sous pression ? Après un nouvel incident survenu dans l’après-midi du mardi 25 juin, les salariés de la piscine Jean-Bron ont décidé d’exercer leur droit de retrait. Suivis par leurs collègues de la piscine des Dauphins. Les portes des deux établissements nautiques sont ainsi restées closes le mercredi matin, alors que Grenoble entre dans la phase des températures les plus chaudes de la semaine.

 

La piscine Jean-Bron de Grenoble © Ville de Grenoble

La piscine Jean-Bron de Grenoble. © Ville de Grenoble

 

À l’origine de ce droit de retrait ? Une altercation entre le personnel et un usager insistant pour se baigner en short. Une tenue qui va à l’encontre du règlement intérieur des piscines municipales. Celui-ci proscrit ainsi « caleçon, short cycliste, maillot de bain jupe ou robe, boxer long, pantalons de toutes longueurs, jupe, robe, paréo, string, tee-shirt, tee-shirt de bain (matière lycra), sous-vêtements [et] combinaisons intégrales ».

 

 

Une nouvelle opération burkini prévue dimanche 30 juin

 

Si l’incident a produit une bousculade sans gravité, il n’en constitue pas moins la goutte d’eau qui fait déborder le bassin. Le personnel était en effet en première ligne dimanche 23 juin lors de la deuxième opération burkini menée par l’Alliance citoyenne qui s’est conclue par l’intervention de la police municipale. Un mois plus tôt, le vendredi 17 mai, c’est à la piscine des Dauphins que les militantes s’étaient déjà donné rendez-vous pour un premier coup d’éclat.

 

Opération burkini de l'Alliance citoyenne © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Opération burkini de l’Alliance citoyenne. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Après plusieurs semaines de silence, le maire de Grenoble a dénoncé mardi 25 juin une « campagne d’actions militante et médiatique » qui « expose les fonctionnaires à des tensions inacceptable ». Des tensions susceptibles de perdurer, puisque l’Alliance citoyenne prévoit d’ores et déjà une nouvelle opération burkini dimanche 30 juin. De son côté, la Ville indique qu’une réunion avec le personnel est prévue mercredi 26 juin en fin de journée.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1626 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Voilà où on en arrive lorsqu’un minorité ne respecte pas le règlement. Et lorsque des politiques laissent faire. Les burkinis auraient dû être sortis de l’eau immédiatement, comme cette personne en short!

    sep article
  2. merci l’Alliance Citoyennogauchislamiste, merci les petits calculs politiciens du pouvoir grenoblois

    sep article
  3. L’action polito-religieuse et prosélyte de ces Islamistes ont de fâcheuses conséquences sur tous les #Grenoblois y compris de confession musulmane.
    De plus cette association aux objectifs de créer des conflits, l’#Alliance citoyenne de la Métropole Grenobloise, devrait etre interdite et dissoute. Quand au laxisme et laisser faire permanent sur ce sujet comme d’autres d’#Eric Piolle à la recherche de voies partout même ou il ne faut surtout pas aller, tout a été dit ou presque, donnant une fois de plus une sale image à notre ville. .

    sep article