Lettre aux Français : David Queiros, le maire de Saint-Martin-d’Hères, répond à Emmanuel Macron

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FIL INFO – Le maire PCF de Saint-Martin-d’Hères David Queiros adresse une lettre de six pages au président de la République. Son objet ? Répondre à sa « Lettre aux Français ». Mais aussi contester le choix des questions abordées dans le cadre du Grand débat, tout en plaidant pour une démocratie basée sur la proximité avec les citoyens.

 

 

« Mettre en débat les vraies questions » : c’est l’objectif poursuivi par David Queiros, maire PCF de Saint-Martin-d’Hères, dans sa lettre adressée à Emmanuel Macron. Et réagir à l’organisation du Grand débat, qu’il désigne avec ironie comme « une tentative de calmer la contestation pour gagner du temps ». Une missive de six pages, mise en ligne sur le compte Facebook de l’élu, en réponse à la « Lettre aux Français » du président de la République.

 

David Queiros, Maire de Saint-Martin-d'Hères © Giovanna Crippa - Place Gre'net

David Queiros, Maire de Saint-Martin-d’Hères © Giovanna Crippa – Place Gre’net

 

Premier motif de frustration ? L’absence, dans cette lettre, des questions portant sur l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ou l’augmentation des salaires. Il ne semble, en effet, pas « raisonnable » à David Queiros d’exclure ces deux items, « au cœur des mouvements sociaux de ces derniers mois ». Et l’élu d’appeler au droit « de chacune et de chacun à pouvoir vivre dignement de son travail ». Ainsi qu’à l’inclusion des notions de justice sociale et de répartition des richesses dans le Grand débat.

 

 

Réinventer la démocratie dans la proximité

 

Le maire de Saint-Martin-d’Hères veut ensuite rappeler à Emmanuel Macron le « malaise des maires de France ». Au président, qui loue le « rôle essentiel » des municipalités dans l’organisation du Grand débat, David Queiros remet en mémoire son absence lors du dernier congrès des maires, en novembre 2018. « Vous n’avez pas voulu entendre nos craintes et nos revendications », écrit l’édile. Avant de dénoncer la diminution du pouvoir d’action des élus locaux.

 

Les députés LREM de l'Isère Olivier Véran, Émilie Chalas et Jean-Charles-Colas Roy, en ordre de marche pour le Grand débat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les députés LREM de l’Isère Olivier Véran, Émilie Chalas et Jean-Charles-Colas Roy, en ordre de marche pour le Grand débat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

C’est pourtant, juge David Queiros, « dans la proximité que notre démocratie se réinventera ». La solution ? Une VIe République qui donnerait plus de poids aux parlementaires, au sein d’une Assemblée nationale « réellement représentative des courants politiques qui traversent le pays ». Et qui renforcerait « le pouvoir des citoyens » autant que des syndicats, des associations ou des partis politiques.

 

 

Services publics et écologie

 

La question des services publics est également abordée par l’élu. « Ce n’est […] pas de suppressions dont notre service public a besoin, mais bien de créations de postes, de nouveaux moyens financiers, de la réouverture de lieux de proximité », écrit David Queiros. Qui souligne le « sentiment d’abandon » que génèrent les fermetures de bureaux de poste, d’antennes Caf, CPAM et autres services de l’État.

 

Manifestation du PCF sur le barrage du Sautet en avril 2018 © PCF Isère

Manifestation du PCF sur le barrage du Sautet en avril 2018. © PCF Isère

 

Reste l’écologie. « Les Gilets jaunes ne sont pas anti-écologie », assure le maire. Mais une politique écologique ne peut s’incarner que dans des taxes, aux lourdes conséquences pour les plus pauvres. « Il ne peut pas y avoir une transition écologique sans une répartition égalitaire des richesses », juge David Queiros. Avant de condamner l’ouverture à la concurrence de l’exploitation des barrages et d’appeler de ses vœux un monopole public de la production d’énergie.

 

C’est enfin sur l’évocation du Conseil national de la Résistance que le maire communiste conclut son propos. « Droit au travail et droit au repos », « rajustement important des salaires », « garantie du pouvoir d’achat », « syndicalisme indépendant »… David Queiros égrène les points essentiels à ses yeux, pour mieux « tenir [son] rôle de porte-voix et d’élu du peuple ». Reste à savoir si « l’élu du peuple » qui réside à Matignon répondra à cette lettre au vitriol.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1968 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Conclure sur le Conseil National de la Résistance il y a 70 ans!
    Et pourquoi pas la révolution française?

    sep article
  2. Bon, et maintenant qu’il a écrit 6 pages à Macron, il va se mettre à écouter les citoyens ou il va continuer à vouloir démolir Grenoble avec son projet Neyrpic ?

    sep article