Grand débat national : les parlementaires LREM de la métropole grenobloise montent au front

sep article



FOCUS – Cinq parlementaires LREM de l’Isère veulent « créer, susciter du débat » dans le cadre du Grand débat national. Ils invitent ainsi les métropolitains à venir échanger au cours de réunions publiques s’étalant du 1er au 22 février. L’idée ? Rassembler pour débattre autour des quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron. Le tout dans une « position d’écoute », assurent les parlementaires.

 

 

Olivier Véran, Émilie Chalas et Jean-Charles-Colas Roy. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Véran, Émilie Chalas et Jean-Charles-Colas Roy pré­sen­tant le Grand débat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les dépu­tés LREM Émilie Chalas, Jean-Charles Colas-Roy, Catherine Kamowski, Olivier Véran et le séna­teur Didier Rambaud montent au front dans le cadre du Grand débat natio­nal orga­nisé par le gou­ver­ne­ment.

 

Ces cinq élus pro­posent ainsi aux métro­po­li­tains d’é­chan­ger autour de quatre thèmes pro­po­sés par Emmanuel Macron : démo­cra­tie et citoyen­neté, pro­tec­tion sociale et accès aux soins, orga­ni­sa­tion de l’État et des ser­vices publics, sans oublier la tran­si­tion éco­lo­gique. À cet effet, quatre réunions publiques vont se dérou­ler du 1er au 22 février en dif­fé­rents points de l’ag­glo­mé­ra­tion. Quatre ago­ras et une gageure de taille pour nos cinq dépu­tés qui, tous, espèrent en l’oc­cur­rence « être le moins poli­tiques pos­sible ». L’avenir le dira.

 

 

« Se mettre dans une position d’écoute et créer des opportunités de débats »

 

« Nous avons décidé de répondre à l’ap­pel d’Emmanuel Macron pour créer, sus­ci­ter du débat », explique Émilie Chalas, dépu­tée de la 3e cir­cons­crip­tion. La pre­mière à pré­sen­ter, ce ven­dredi 25 jan­vier, l’i­ni­tia­tive des par­le­men­taires.

 

L'invitation aux 4 réunions organisée dans le cadre du Grand débat bational - DR

L’invitation aux 4 réunions orga­ni­sées dans le cadre du Grand débat natio­nal. DR

« Ce ne sera pas for­cé­ment au cours d’une grand-messe où nous dirions cha­cun ce que nous pen­sons, pré­cise-t-elle. [Ce sera] plu­tôt pour se mettre dans une posi­tion d’é­coute et créer des oppor­tu­ni­tés de débats qui ras­semblent des citoyens ». 

 

C’est jus­te­ment Émilie Chalas qui ouvrira le bal le 1er février à 18 heures, à l’Ancien musée de pein­ture, place de Verdun. Le thème de la soi­rée ? Démocratie et citoyen­neté. Un domaine dans lequel l’é­lue se sent un peu comme un pois­son dans l’eau puis­qu’elle porte la mis­sion “par­ti­ci­pa­tion locale” à la Commission des lois de l’Assemblée natio­nale.

 

« On ouvrira le débat sur la par­ti­ci­pa­tion natio­nale aussi, avec évi­dem­ment la ques­tion du réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive citoyenne (Ric) », pro­met la dépu­tée.

 

 

« En cas de fake news, nous rétablirons la vérité si ça doit être le cas »

 

Le for­mat de cette pre­mière réunion ? « Ni moi ni mes col­la­bo­ra­teurs allons gérer le débat. Ce sera un ani­ma­teur exté­rieur », s’empresse de sou­li­gner l’é­lue. Avant d’a­jou­ter : « Bien évi­dem­ment, si on nous pose des ques­tions, cela ne nous empê­chera pas de répondre ». Par ailleurs, Émilie Chalas est déter­mi­née à ne pas se lais­ser faire. « En cas de fake news, nous réta­bli­rons la vérité. Mais il faut que les gens puissent s’ex­pri­mer direc­te­ment. »

 

Une expres­sion directe qu’Émilie Chalas semble appe­ler de ses vœux. « Pour ce qui me concerne, je n’ai pas eu beau­coup d’in­te­rac­tions avec les gilets jaunes, n’ayant eu qu’un seul ren­dez-vous avec l’un d’entre eux. Les autres n’ayant pas donné suite à mes pro­po­si­tions », regrette la dépu­tée.

 

Olivier Véran et Émilie Chalas. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Véran et Émilie Chalas. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Sans sur­prise, Olivier Véran en charge de la 1re cir­cons­crip­tion va inves­tir les thèmes de la pro­tec­tion sociale et de l’ac­cès aux soins. Cette réunion publique aura lieu le lundi 11 février de 19 heures à 21 heures à la salle poly­va­lente de La Pallud* située à La Tronche.

 

« Les sujets choi­sis, ça va sous sur­prendre, ne font pas par­tie des quatre grands thèmes sélec­tion­nés pour le Grand débat », pré­vient le député. Qu’à cela ne tienne. « On s’a­che­mine vers près de 30 ou 40 % des mes­sages dans les cahiers des col­lec­ti­vi­tés en lien avec la pro­tec­tion sociale et la santé. On ne peut pas évi­ter ces sujets-là », affirme Olivier Véran.

 

 

De grands témoins pour répondre aux questions techniques

 

« Tout comme Émilie Chalas, j’ai pré­féré ne pas assu­rer moi-même l’a­ni­ma­tion. En ma qua­lité de par­le­men­taire, je ne veux pas être au pre­mier plan car cela risque de chan­ger la donne », estime l’élu. C’est donc, là aussi, un ani­ma­teur qui va gérer les prises de parole. « Quelqu’un qui ne sera pas un poli­tique ou qui soit connu pour être poli­tisé », assure Olivier Véran. Sans oublier, cerise sur le gâteau, la pré­sence de grands témoins capables de répondre à des ques­tions tech­niques. Notamment Monique Sorrentino, la nou­velle direc­trice géné­rale du CHU Grenoble Alpes.

 

Le député de l'Isère Olivier Véran à l'Assemblée nationale

Le député de l’Isère Olivier Véran à l’Assemblée natio­nale. © DR

« L’idée ce n’est pas de réunir des gens dans le mode : “votre député vous invite à débattre”. C’est  : “votre député par­ti­cipe à l’or­ga­ni­sa­tion de ce grand débat” », expose l’élu. Qui pour­suit : « Il est légi­time pour le faire. Ce n’est pas un dia­logue direct entre les citoyens et le député », tient à poser Olivier Véran.

 

 

En d’autres termes, il s’a­git d’é­vi­ter que ces réunions tournent à l’exutoire. Ce qui est sou­vent le cas ces der­niers temps lors­qu’un député, notam­ment de la majo­rité, est mis en avant, sou­ligne l’élu. Toujours est-il que l’in­té­rêt des citoyens pour le Grand débat prend de l’am­pleur, observe Olivier Véran. « Les choses bougent dans le bon sens, il n’y a plus qu’à… », se réjouit-il.

 

 

« Les gens ne connaissent pas, voire mésestiment l’organisation étatique »

 

Catherine Kamowski étant absente, c’est d’un télé­phone posé sur la table que nous enten­drons sa voix depuis Strasbourg. La dépu­tée de la 5e cir­cons­crip­tion suit en effet la réunion depuis le Conseil de l’Europe dont elle est membre. « L’ancienne maire et vice-pré­si­dente de la Métro que je suis s’est attri­bué l’or­ga­ni­sa­tion de la réunion sur l’État et les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales », rap­pelle-t-elle.

 

Un débat qui doit se dérou­ler le jeudi 21 février de 19 à 21 heures dans le cadre de la salle Visancourt, à Saint-Égrève. À la base de sa démarche, un constat. « Il res­sort des cahiers de par­ti­ci­pa­tion que les gens ne connaissent pas, voire més­es­timent l’or­ga­ni­sa­tion éta­tique », rap­porte l’é­lue.

 

Émilie Chalas converse avec Catherine Kamowski. En retrait : Olivier Véran. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Émilie Chalas converse avec Catherine Kamowski. En retrait : Olivier Véran. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans un pre­mier temps, « nous ferons très vite le point sur ces dif­fé­rentes strates », indique la dépu­tée. Ensuite, un tra­vail par petits groupes devrait per­mettre « de pro­duire effi­ca­ce­ment le plus de choses pos­sibles ». Comme ses col­lègues, Catherine Kamowskil n’a­ni­mera pas le débat. « Il y aura un ani­ma­teur. Je vais voir avec l’Association des maires de l’Isère (Ami) si son pré­sident peut venir », détaille-t-elle.

 

L’élue compte bien, elle aussi, désa­mor­cer toute contre-vérité qui pour­rait sur­gir à pro­pos des col­lec­ti­vi­tés. « Ne serait-ce que pour que le débat puisse se construire sai­ne­ment. […] Il faut que nous res­sor­tions de ce débat avec plus de clarté, peut-être moins de pro­po­si­tions, mais plus construites », espère l’é­lue.

 

 

Un débat pas uniquement destiné aux gilets jaunes

 

Redescendons vers le sud de l’ag­glo­mé­ra­tion, à Eybens. Là, Jean-Charles Colas-Roy, député de la 2e cir­cons­crip­tion, va par­ti­ci­per à la réunion sur la tran­si­tion éco­lo­gique. Pour l’oc­ca­sion, c’est l’es­pace cultu­rel de l’Odyssée qui sera mis à contri­bu­tion le 22 février, tou­jours de 19 à 21 heures.

 

« Ce n’est pas un débat que pour les gilets jaunes. C’est un débat pour les citoyens, y com­pris les gilets jaunes », com­mence par expli­quer l’élu. Pour Jean-Charles Colas-Roy, c’est très clair : « il faut que l’en­semble des citoyens puissent se par­ler, échan­ger. » Et de jus­ti­fier sa posi­tion. « Parfois, en dis­cu­tant, les gilets jaunes se rendent compte que leur avis n’est pas par­tagé par tous. »

 

Jean-Charles Colas-Roy © Capture d'écran Assemblée nationale

Jean-Charles Colas-Roy. © Capture d’é­cran Assemblée natio­nale

 

L’élu sou­haite, comme ses col­lègues, recou­rir à un média­teur pour ani­mer les débats et invi­ter des maires et des élus de sa cir­cons­crip­tion, mais aussi des experts de la thé­ma­tique abor­dée. Le tout « en leur deman­dant de ne pas faire d’in­ter­ven­tions tech­niques trop longues ».

 

Jean-Charles Colas-Roy tient en effet à se pré­mu­nir contre l’ef­fet de l’ex­pert qui, d’au­to­rité, explique un sujet aux citoyens. « C’est bien qu’il y ait un dia­logue et que cha­cun se fasse une idée à l’is­sue des échanges », pré­co­nise-t-il. Et pour ceux qui sont moins à l’aise à l’o­ral, le député a sa petite idée. « Nous pour­rons orga­ni­ser des remon­tées de contri­bu­tions écrites pour tous ceux qui ne se sentent pas de prendre la parole ».

 

 

« Il est très important de faire comme tout le monde et d’apporter nos contributions »

 

Des débats, certes mais quelles suites en attendre ? « Ça n’a aucun sens si nous ne fai­sons rien de ce qui est dit pen­dant ces réunions », appuie Émilie Chalas. Et donc ? Ces quatre réunions seront ins­crites sur la pla­te­forme du Grand débat. Ce au même titre que toutes celles orga­ni­sées par les maires, asso­cia­tions ou citoyens.

 

© Grand débat national

Page d’ac­cueil du site granddebat.fr © Grand débat natio­nal

« Ensuite, il y aura des comptes-ren­dus de ces réunions qui seront édi­tés par l’a­ni­ma­teur, l’un des dépu­tés ou un garant », pour­suit l’é­lue.

 

Pourquoi ? « Pour que les choses soient objec­ti­vées et le plus neutres pos­sibles », rétorque Émilie Chalas, convain­cue qu’il faut vrai­ment jouer le jeu.

 

« Il est très impor­tant de faire comme tout le monde et d’a­me­ner nos contri­bu­tions, comme le feraient d’autres », insiste-t-elle. Et de conclure. « Nous pro­fi­tons de notre noto­riété de dépu­tés pour mobi­li­ser les gens. Mais l’es­sen­tiel c’est d’ap­por­ter leurs contri­bu­tions et d’é­cou­ter ce qu’ils ont à nous dire. »

 

Joël Kermabon

 

 

* Le lieu indi­qué pour­rait être modi­fié en fonc­tion du nombre de per­sonnes inté­res­sées. Mieux vaut se ren­sei­gner avant de rejoindre la réunion, nous ont conseillé les orga­ni­sa­teurs.

 

 

« La colère c’est quand on ne veut pas vous entendre, sauf pour les casseurs ! »

 

On le sait, c’est sur un ter­rain pas­sa­ble­ment miné qu’é­vo­luent les cinq par­le­men­taires. Il y a par­fois eu, depuis le 17 novembre, des débor­de­ments vio­lents à leur endroit tout comme envers des jour­na­listes. Les élus LREM ne sont pas en odeur de sain­teté auprès des gilets jaunes et sus­citent de vives réac­tions chez cer­tains d’entre eux. Dès lors, ce Grand débat est-il sus­cep­tible d’at­té­nuer cette vio­lence ?

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Je crois que l’élé­ment essen­tiel dans la mon­tée de cette vio­lence c’est qu’il y a beau­coup plus de gens qui veulent par­ler, se faire entendre, que de cas­seurs », estime Émilie Chalas. Qui pour­suit. « L’expression de la colère c’est quand on ne veut pas vous entendre, sauf pour les cas­seurs ! », mar­tèle-t-elle.

 

La dépu­tée n’é­carte tou­te­fois pas la pos­si­bi­lité que cer­tains d’entre eux ne viennent trou­bler les débats. « Ils vien­dront peut-être secouer les réunions. Nous ver­rons… En tout cas, ils secouent les same­dis, pas par­tout, et je crois que tout ça, au bout d’un moment, va s’é­teindre aussi », veut-elle croire.

 

 

« À titre individuel, je n’ai reçu aucun mot, public ou privé, de soutien. Aucun ! »

 

Olivier Véran pour­fend quant à lui les extrêmes, notam­ment à gauche. « Il y a, de leur part, des vel­léi­tés de légi­ti­mer la vio­lence sociale en réponse à une autre vio­lence sociale », décode l’élu. « On a agressé des jour­na­listes, ils sont allés très loin contre des dépu­tés. Et l’é­pi­sode de l’Arc de triomphe a créé beau­coup d’é­moi dans l’es­prit du public », énu­mère-t-il. Après deux mois de rounds d’ob­ser­va­tion, « avec le Grand débat, ils ont l’oc­ca­sion de s’ex­pri­mer. Et l’on voit bien que ça s’est apaisé », constate l’élu.

 

Emilie Chalas votant au budget participatif 2018 Crédit DR

Émilie Chalas votant au bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. DR

Pour autant, Émilie Chalas en a gros sur le cœur. Elle n’a guère digéré cer­tains épi­sodes du mois de décembre. Notamment l’o­bli­ga­tion d’an­nu­ler une réunion publique après avoir reçu des menaces. « Je reste très cho­quée que mes col­lègues élus de la République aient aussi peu condamné, en local, ces vio­lences envers nous », déplore-t-elle.

 

« À titre indi­vi­duel, je n’ai reçu aucun mot, public ou privé, de sou­tien, aucun ! Et moi, ça, ça m’in­quiète », s’in­digne Émilie Chalas. Et d’en­fon­cer le clou. « Je me suis sen­tie par­ti­cu­liè­re­ment iso­lée avec cette pos­ture de nos oppo­santsDes élus, tout comme nous ! Et si ça leur était arrivé ? », ques­tionne-t-elle. « Bien évi­dem­ment, nous aurions tous été der­rière eux ! », appuie avec convic­tion la dépu­tée.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2524 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Il fau­dra que ces dépu­tés nous expliquent com­ment, après avoir voté des lois liber­ti­cides, sur le délit de soli­da­rité, par exemple, et/ou anti-sociales comme l’aug­men­ta­tion de la CSG pour les retrai­tés, ils pensent tenir compte des idées qui vont cer­tai­ne­ment res­sor­tir des débats et iront à l’en­contre de leurs votes.
    C’est bizarre, je n’y crois pas un seul ins­tant, sur­tout qu’ils ont comme une ten­dance à voter au par­le­ment sui­vant les desi­de­rata de leur men­tor.

    sep article