Privatisation des barrages : le sénateur de l’Isère Guillaume Gontard tire la sonnette d’alarme

sep article

FIL INFO – Le sénateur rouge-vert de l’Isère Guillaume Gontard interpelle le gouvernement sur l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques. Et craint qu’une privatisation des barrages soit nuisible au « sens du service public » autant qu’aux factures d’eau des collectivités locales.

 

 

À l’occasion d’une visite de son comité sénatorial sur le chantier de l’usine de Gavet et au barrage du Livet, le sénateur de l’Isère Guillaume Gontard interpelle l’État sur l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques. Une « privatisation des barrages » dénoncée à plusieurs reprises dans la région par des élus d’opposition du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, lors d’une manifestation du PCF ou par la députée socialiste de l’Isère Marie-Noëlle Battistel.

 

Visite du comité sénatorial de Guillaume Gontard sur le site du barrage du Livet © Guillaume Gontard

Visite du comité sénatorial de Guillaume Gontard sur le site du barrage du Livet. © Guillaume Gontard

 

Les coupables, pour le sénateur rouge-vert ? L’Europe… et le gouvernement « À la suite de la mise en demeure de la France par la Commission européenne en 2015, le gouvernement a annoncé en février réfléchir à l’ouverture à la concurrence du secteur hydroélectrique », écrit-il. Un « renoncement coupable face aux injonctions de la Commission », poursuit Guillaume Gontard, qui traduit selon lui la philosophie néolibérale du gouvernement Philippe.

 

 

Une explosion des prix pour les collectivités ?

 

Et le sénateur ne cache pas ses inquiétudes. La mise en concurrence représente à ses yeux « le risque de perdre le sens du service public », autant que « l’ancrage territorial », et pourrait déboucher sur une explosion du prix de l’eau. Exemple cité par Guillaume Gontard : EDF cède à un prix raisonnable l’eau potable écoulée des barrages aux collectivités locales. Qu’en sera-t-il avec un concessionnaire privé ?

 

Barrage du Livet © Laurent Genin

Barrage du Livet. © Laurent Genin

 

« Nous disposons d’un savoir-faire français et d’une expertise exceptionnelle que nous devons impérativement préserver », juge le sénateur. Qui rappelle son engagement contre la suppression de plusieurs centaines d’emplois sur le site de GE Hydro. Et insiste sur l’importance stratégique de l’hydroélectrique, mode de production électrique « le plus compétitif et le plus durable », qui évite chaque année l’émission de plus de 3 milliards de tonnes de CO2.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3126 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Il est intéressant d’entendre qu’EDF fait payer l’eau aux collectivités, alors que l’entreprise ne cesse de clamer qu’elle apporte gratuitement aux territoires un grand nombre de services… Pas sûr que d’autres producteurs ne soient pas plus vertueux !

    sep article
  2. Dire que la Grande Bretagne veut renationaliser tout ce qui a été privatisé ! La France et le macronisme toujours en retard d’une guère.
    Aucune confiance non plus, en cas de privatisation, dans une maintenance à la hauteur d’une sécurité maximale.

    sep article