En Isère, un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame la mise en place d'un observatoire des violences policières - Image extraite vidéo Joël Kermabon - Place Gre'net

Un col­lec­tif d’as­so­cia­tions réclame la créa­tion d’un obser­va­toire des vio­lences poli­cières en Isère

Un col­lec­tif d’as­so­cia­tions réclame la créa­tion d’un obser­va­toire des vio­lences poli­cières en Isère

FOCUS – Alors que le pro­jet de loi « anti-cas­seurs » ins­piré de la droite séna­to­riale doit être voté le 5 février, en Isère, un col­lec­tif d’as­so­cia­tions et de par­tis poli­tiques de gauche s’é­lève contre la mon­tée des répres­sions en tous genres. Et réclame notam­ment la créa­tion d’un obser­va­toire des vio­lences policières.

Violences policières : un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame un observatoire en Isère- Image extraite vidéo Joël Kermabon - Place Gre'net

En Isère, un col­lec­tif réclame la créa­tion d’un obser­va­toire des vio­lences poli­cières. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En Isère, un col­lec­tif d’as­so­cia­tions et de par­tis poli­tiques de gauche réclame la mise en place, dans le dépar­te­ment, d’un obser­va­toire des vio­lences poli­cières et de soli­da­rité avec les vic­times*. Alors que les dépu­tés exa­mi­naient, ce mardi 29 jan­vier, le pro­jet de loi « anti-cas­seurs », le col­lec­tif est monté au cré­neau, dénon­çant dans une décla­ra­tion com­mune les répres­sions et vio­lences en tous genres.

La vio­lence “visible” mais aussi la vio­lence sociale envers les plus dému­nis. « Il y a une véri­table demande d’é­ga­lité sociale, a sou­li­gné Stéphane Garac de La France insou­mise. Or, la seule réponse de l’État, c’est une répres­sion poli­cière et judi­ciaire et un grand débat ! La réponse est tota­le­ment dérisoire. »

Dans leur texte, la Ligue des droits de l’Homme, la CGT, le Centre d’in­for­ma­tion inter-peuples, le col­lec­tif de sou­tien aux réfu­giés poli­tiques algé­riens, le réseau de lutte contre le fas­cisme, Solidaires, Sortir du nucléaire, Europe Écologie – Les Verts, La France insou­mise, le NPA 38, le parti com­mu­niste, le parti de gauche mais aussi l’Unef et l’UNL pointent les « mani­fes­ta­tions empê­chées », « les dis­po­si­tifs poli­ciers déme­su­rés » ainsi que « les humi­lia­tions » comme la mul­ti­pli­ca­tion des per­qui­si­tions et des gardes à vue. Tous reven­diquent la liberté de mani­fes­ter alors qu’en paral­lèle les textes de loi por­tant atteinte à la liberté d’ex­pres­sion et aux liber­tés col­lec­tives se multiplient.

Un pro­jet de loi « anti-mani­fes­tants » et non « anti-cas­seurs » pour le collectif

« Ce sont des textes ini­tiés pour des motifs de cir­cons­tance, que ce soit le ter­ro­risme ou l’im­mi­gra­tion, sou­ligne Denis Fabre, le pré­sident de la Ligue des droits de l’Homme.

Un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame la création d'un observatoire des violences policières en Isère.Denis Fabre, le président de la Ligue des droits de l'Homme à Grenoble réclame la mise en place d'un observatoire des violences policières en Isère

Denis Fabre, le pré­sident de la Ligue des droits de l’Homme à Grenoble. © Patricia Cerinsek

« Mais, au bout du compte, ces textes sont extra­or­di­nai­re­ment bana­li­sés et visent tout un chacun. »

Dernier en date ? Le pro­jet de loi « anti-cas­seurs » porté par le Premier ministre Édouard Philippe et ins­piré de la droite séna­to­riale par la voix de Bruno Retailleau. Un pro­jet de loi « anti-mani­fes­tants » pour le col­lec­tif isérois.

Mercredi 31 jan­vier, au terme de deux jours d’exa­men du texte et de ses mul­tiples amen­de­ments, l’Assemblée natio­nale a donné son feu vert à une dis­po­si­tion par­ti­cu­liè­re­ment contro­ver­sée du pro­jet de loi. Si elle est vali­dée telle quelle lors du vote le 5 février, cette mesure per­met­tra aux pré­fets de pro­non­cer des inter­dic­tions de mani­fes­ter. De quoi ouvrir la voie – aux côtés des inter­dic­tions judi­ciaires jusque-là seules per­mises – aux inter­dic­tions admi­nis­tra­tives préa­lables. Ce sur la base « d’actes vio­lents » com­mis précédemment.

« Une atteinte grave à la sépa­ra­tion des pouvoirs »

La mesure inquiète le col­lec­tif. « Normalement, c’est la jus­tice qui peut condam­ner à une inter­dic­tion d’al­ler à une mani­fes­ta­tion, sou­ligne Joëlle Vernet du syn­di­cat des avo­cats de France. Cela fait par­tie des peines alter­na­tives pos­sibles. Là, en empê­chant avant la mani­fes­ta­tion, c’est une atteinte grave à la sépa­ra­tion des pou­voirs ! On est en train de tout mélan­ger pour empê­cher la liberté de mani­fes­ter ! Depuis 2015, toutes les lois suc­ces­sives ne sont que des lois de répres­sion. L’arsenal est déjà énorme. »

En Isère, un collectif d'associations et de partis politiques de gauche réclame la mise en place d'un observatoire des violences policières - Image extraite vidéo Joël Kermabon - Place Gre'net

Image extraite d’une vidéo. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le col­lec­tif n’en­tend pas seule­ment dénon­cer ce pro­jet de loi. Il réclame éga­le­ment l’a­ban­don des pour­suites et l’am­nis­tie des mani­fes­tants et des mili­tants condam­nés, la fin de l’im­pu­nité des vio­lences poli­cières et la recherche des res­pon­sa­bi­li­tés dans la chaîne de com­man­de­ment. Il demande aussi l’in­ter­dic­tion des flash-balls, des lan­ceurs de balles de défense (LBD) et des gre­nades de désen­cer­cle­ment. Des dis­po­si­tifs que peu de pays en Europe auto­risent encore.

Le 7 mars, le groupe Communiste, répu­bli­cain, citoyen et éco­lo­giste dépo­sera d’ailleurs au palais du Luxembourg une pro­po­si­tion de loi visant à inter­dire l’u­sage des LBD dans le cadre d’o­pé­ra­tions de main­tien de l’ordre. Les séna­teurs réclament éga­le­ment que soit acces­sible au public le fichier de suivi de l’u­sage des armes (TSUA) créé en 2012 ainsi qu’un rap­port détaillé sur les stra­té­gies de désescalade.

Patricia Cerinsek

* Une réunion publique devrait être orga­ni­sée en mars pro­chain où la parole sera don­née à des vic­times des mou­ve­ments sociaux.

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

"Arabes de service": deux élues grenobloises portent plainte contre une troisième pour injure raciste
« Arabes de ser­vice » : deux élues gre­no­bloises portent plainte contre une troi­sième pour injure raciste

FOCUS - La Ville de Grenoble a validé l'octroi de la protection fonctionnelle en faveur de ses élues Salima Djidel et Kheira Capdepon contre une Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !