Nouvelle pétition, nouvelle marche et nouveau recours en justice contre l’A480… la résistance passe une vitesse

sep article



EN BREF – La mobilisation contre l’élargissement de l’A480 s’accélère. Après un premier recours en justice, plusieurs marches et une pétition, un collectif d’association remet le couvert. En vue : une action non violente samedi, une nouvelle marche dimanche, un nouveau recours devant le tribunal administratif et une nouvelle pétition réclamant un moratoire et la mise en place d’une concertation.

 

 

L'A 480, concédée à Area (APRR/Eiffage) va être réaménagée et notamment pour passer en deux fois trois voies sur 7 kilomètres dans sa partie urbaine, dans la traversée de Grenoble © Area

L’A 480, concé­dée à Area (APRR/Eiffage) va être réamé­na­gée et notam­ment pour pas­ser en deux fois trois voies sur 7 kilo­mètres dans sa par­tie urbaine, dans la tra­ver­sée de Grenoble. © Area

La résis­tance s’or­ga­nise et passe la vitesse supé­rieure à Grenoble en réac­tion au pro­jet d’é­lar­gis­se­ment de l’A480 dans la tra­ver­sée de Grenoble. L’ultime feu vert donné au pro­jet par le pré­fet de l’Isère début jan­vier a semble-t-il donné le coup d’en­voi de la mobi­li­sa­tion.

 

Dans le sillage de la tri­bune signée par cent tente-cinq scien­ti­fiques locaux appe­lant les pou­voirs publics à faire machine arrière, les ini­tia­tives se mul­ti­plient pour ten­ter de faire bar­rage au pro­jet porté par la société Area de faire pas­ser ce tron­çon d’au­to­route de deux à trois voies.

 

Aujourd’hui, tout un ensemble d’ac­teurs majo­ri­tai­re­ment locaux réclament un mora­toire et l’ou­ver­ture d’une concer­ta­tion citoyenne autour des scé­na­rios alter­na­tifs : le col­lec­tif citoyen pour des alter­na­tives à l’é­lar­gis­se­ment de l’A480, Alternatiba Grenoble, le col­lec­tif « Il est encore temps », l’ADTC, l’u­nion de quar­tier des Eaux Claires, l’u­nion de quar­tier Berriat-Saint-Bruno-Europole, le réseau citoyen de Grenoble, l’Ades, le conseil citoyen indé­pen­dant de Grenoble – sec­teur 1 et les Amis de la Terre.

 

 

Une seconde pétition lancée ce 23 janvier

 

Déjà en octobre der­nier, le col­lec­tif citoyen pour des alter­na­tives à l’é­lar­gis­se­ment de l’A480 avait lancé une pre­mière péti­tion en ce sens. Et recueilli 549 signa­tures. Rebelote ? Une seconde péti­tion a été lan­cée le 23 jan­vier pour récla­mer cette fois un mora­toire.

 

Diffuseur du Vercors, construction d'un deuxième pont au sud de l'actuel. © Area

© Area

 

Le leit­mo­tiv, lui, reste le même. L’élargissement de l’A480 « ruine les efforts entre­pris par les collectivités depuis des années, pointe le col­lec­tif, et ​va clai­re­ment à l’encontre des objec­tifs du plan de déplacements urbains (PDU), en encou­ra­geant l’usage de la voi­ture au détriment des autres modes de trans­ports. Il est également ​en contra­dic­tion fla­grante avec la volonté de la métropole gre­no­bloise de maîtriser les émissions de gaz à effet de serre et les pol­luants atmosphériques​. »

 

Tout le monde n’est pas de cet avis. Si la Ville de Grenoble a émis de franches réserves au pro­jet d’Area, la Métropole de Grenoble applau­dit des deux mains, se féli­ci­tant que le pro­jet puisse venir à bout des bou­chons, flui­di­fier le tra­fic et ainsi… réduire la pol­lu­tion auto­mo­bile.

 

 

Une action non violente samedi et une marche dimanche

 

Alors que le coup d’en­voi des tra­vaux est prévu dès mars pro­chain, la grogne monte. Car si l’é­lar­gis­se­ment a reçu l’adhé­sion de nom­breux élus et de la grande majo­rité des acteurs éco­no­miques, nom­breux sont les asso­cia­tions, les rive­rains et les habi­tants de la cuvette à déplo­rer la voie choi­sie.

 

Quatre Grenoblois, Jean Jonot, Serge Bouyssi, Christine Bollaert et Xavier Bodin (de gauche à droite) ont en septembre dernier déposé un recours visant à l'annulation du projet de réaménagement de l'A480. D'ici la fin de l'année, un second recours, en référé-suspension, devrait suivre pour empêcher le démarrage des travaux

Quatre Grenoblois ont en sep­tembre déposé un recours visant à annu­ler le pro­jet sur l’A480. © Patricia Cerinsek

Eux plaident pour le pas­sage à deux fois fois trois voies sur l’A480 mais sans élar­gis­se­ment de la chaus­sée et en rédui­sant la vitesse à 70 km/h contre 90 actuel­le­ment.

 

Ils plaident aussi pour la mise en place de voies réser­vées aux trans­ports col­lec­tifs et au covoi­tu­rage sur les trois prin­ci­paux axes de l’Y gre­no­blois.

 

Pour se faire entendre, ils reprennent donc leur bâton de pèle­rin. Avec samedi matin une action non vio­lente *, et dimanche 27 jan­vier une nou­velle marche pour le cli­mat pré­vue dès 14 h 30 au départ de la tour Perret.

 

Enfin, un second recours, en référé-sus­pen­sion, devrait arri­ver sous peu à la barre du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif. Objectif : récla­mer l’ar­rêt en urgence des tra­vaux. Et pour cause, le recours en jus­tice déposé en sep­tembre pour faire annu­ler la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique ne sera pas exa­miné avant plu­sieurs mois .

 

Les rive­rains du quar­tier Vallier-Catane pour­ront, quant à eux, assis­ter à une réunion publique d’in­for­ma­tion, mardi 29 jan­vier à 19 heures à La Salle rouge, 15 rue des Arts et Métiers, en pré­sence de la Métropole et d’Area.

 

Patricia Cerinsek

 

 

*Rendez-vous est donné samedi devant le par­king-relais Catane, de 10 à 12 heures.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3541 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : Communiqué de presse relatif au projet d’élargissement de l’autoroute A480 – Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

  2. Les éco­los-bobos ont les connait. Toujours la même chose.
    Qu’ils conti­nuent à ne pas tenir les accords qu’ils passent en cou­lis­sez : ça fera sau­ter CVCM !

    sep article
  3. Tout cette belle équipe amies du Maire de Grenoble, des argu­ments dog­ma­tique, des contres véri­tés.
    La terre souffre de son sur­peu­ple­ment. Ces « mili­tants » sont ils pour s’ar­rê­ter de pro­créer afin de sau­ver l’hu­ma­nité ? Nous avons hâte de les lire sur le sujet.

    sep article
    • Tiens, voilà qu’il y a un lien entre élar­gis­se­ment de l’A480 et le sur­peu­ple­ment de la Terre. Pas moins ! Vous êtes vrai­ment épa­tant dans vos pro­pos, on devrait en tirer un bou­quin : « les perles de Pierre Misère ».

      Et sinon, ces contre-véri­tés, quelles sont-elles ? Pour l’ins­tant, à part brailler et appe­ler à la théo­rie du com­plot, vous ne savez faire que ça.

      sep article
  4. Bonjour, à la suite de la péti­tion (de l’Union de Quartier Berriat-St Bruno-Europole) sur l’exi­gence d’un mur anti-bruit et des cour­riers offi­ciels envoyés en fin d’an­née (de l’UQ B‑St B‑E).
    La ville orga­nise une réunion publique sur le pro­jet A480 en pré­sence de l’AREA (maître d’ouvrage) & Grenoble Alpes Métropole : Mardi 29 jan­vier à 19h Salle rouge (15 rue des Arts & Métiers).
    500 habi­tants ont signés cette péti­tion. Les habi­tants doivent par­ti­ci­per en nombre à la réunion afin de don­ner du poids à leur demande et défendre leur exi­gence
    Martin, un Habitant d’Europole

    sep article
  5. Pour que les habi­tants puissent man­ger, il faut bien que les com­merces se fassent livrer tous les jours… Comment fera-t-on si on empêche les camions de livrai­son de venir ???

    L’urgence (et le bons sens) est de ces­ser de béton­ner l’ag­glo­mé­ra­tion ultra-dense avec plus de 8000 habitants/km2.

    sep article
    • C’est un non sens absolu ce que vous dites là !
      1/ Il n’a jamais été ques­tion d’empêcher les camions de livrai­son de venir.
      2/ Si on arrête de « béton­ner » le centre de l’ag­glo, alors cela signi­fie qu’on ren­force l’é­ta­le­ment urbain et donc le recours à la voi­ture faute d’une effi­ca­cité des trans­ports en com­mun et de trop grandes dis­tances par­cou­rables à vélo.

      Sur toute la pla­nète, aucune (zéro, nada, nulle) nou­velle infra­struc­ture rou­tière ou agran­dis­se­ment s’est tra­duit par une baisse de la cir­cu­la­tion. Jamais. Et vous vou­driez nous faire croire que c’est sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise qu’en pas­sant de 2×2 voies à 2×3 voies la cir­cu­la­tion va bais­ser ? Mais c’est une belle conne­rie !

      En atten­dant, pour le confort de quelques auto­mo­bi­listes, des gens crèvent de cette pol­lu­tion et des gosses deviennent asth­ma­tiques dans les zones rive­raines de l’A480 et des grands axes. C’est de l’é­goïsme. Bande d’as­sas­sins !

      sep article