La Métropole de Grenoble généralise la collecte des déchets alimentaires

sep article



FOCUS – Après une année d’expérimentation réussie auprès d’habitants, de commerçants et autres professionnels, Grenoble-Alpes Métropole va généraliser la collecte des déchets alimentaires sur 80 % du territoire d’ici 2022. Et s’apprête à renforcer, dans le même temps, la promotion du compostage individuel à domicile et collectif. La solution de recyclage la plus écologique selon la Métro.

 

 

De gauche à droite : Pascal Clouaire, Georges Oudjaoudi, Christophe Ferrari, Mme Incardona et Daniel Bessiron. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Pascal Clouaire, Georges Oudjaoudi, Christophe Ferrari, Mme Incardona et Daniel Bessiron. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« On peut se féli­ci­ter des résul­tats encou­ra­geants de cette expé­rience de col­lecte des déchets ali­men­taires », estime Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole.

 

L’élu a ainsi fait part de sa satis­fac­tion, fin 2018, au sein du res­tau­rant gre­no­blois La Côtelette. Un éta­blis­se­ment qui a par­ti­cipé à l’o­pé­ra­tion lan­cée un an plus tôt, tout comme 67 autres : com­merces de bouche, super­mar­chés ou res­tau­rants col­lec­tifs. Sans comp­ter 3 500 foyers tes­teurs dans les quar­tiers de la Capuche à Grenoble et de la Commanderie à Échirolles.

 

 

Faire « maigrir les poubelles grises » et obtenir un compost de qualité

 

Cette expé­rience, qui a concerné 2 % des Métropolitains, a per­mis de récol­ter 110 tonnes de déchets ali­men­taires chez les par­ti­cu­liers et 120 tonnes chez les com­mer­çants. Des “déchets” qui ont tous fini au centre de com­pos­tage de Murianette. Face à ces résul­tats convain­cants, la Métropole a décidé de géné­ra­li­ser cette col­lecte sur 80 % du ter­ri­toire métro­po­li­tain d’ici 2022.

 

Poubelles grises entassées suite à la grève des éboueurs de la Métro

Poubelles grises entas­sées suite à la grève des éboueurs de la Métro. © Véronique Serre – Place Gre’net

Autre point mar­quant : la qua­lité du tri* effec­tué au cours de cette phase expé­ri­men­tale. « Ce point clé prouve, une fois de plus, l’ex­trême impli­ca­tion des Métropolitains et leur moti­va­tion à s’ap­pro­prier cette nou­velle pra­tique de tri », se réjouit Grenoble-Alpes Métropole. « Notre objec­tif com­mun est de faire mai­grir les pou­belles grises et de valo­ri­ser ces déchets pour obte­nir un com­post de qua­lité uti­li­sable sur le ter­ri­toire », ajoute Christophe Ferrari.

 

Après les sec­teurs de Grenoble et d’Échirolles en mars 2019, Eybens, Gières, Poisat, Seyssins, Claix, Domène et Murianette rejoin­dront pro­gres­si­ve­ment le dis­po­si­tif jus­qu’à début 2020. Dans le même temps, tous les pro­fes­sion­nels pour­ront béné­fi­cier de la col­lecte des déchets ali­men­taires, en se calant sur le calen­drier de déploie­ment pour les par­ti­cu­liers.

 

 

« Il ne fallait pas que le dispositif vienne accroître leurs difficultés »

 

« Nous avons beau­coup appris puis­qu’il a fallu entrer dans les cui­sines, maî­tri­ser le voca­bu­laire, connaître les débits et toutes les dis­po­si­tions à prendre, se sou­vient Georges Oudjaoudi, vice-pré­sident délé­gué à la pré­ven­tion, la col­lecte et la valo­ri­sa­tion des déchets de la Métropole. Autant de choses aux­quelles le ser­vice public n’est pas habi­tué, étant la plu­part du temps dans la rue à ramas­ser les conte­neurs. » Et l’élu de sou­li­gner « le volon­ta­risme » des expé­ri­men­ta­teurs, tout en rap­pe­lant qu”« il ne fal­lait pas que le dis­po­si­tif vienne accroître leurs dif­fi­cul­tés ».

 

Des poubelles "marrons" destinées aux déchets alimentaires devant un restaurant de la place Notre Dame à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net.

Des pou­belles « mar­rons » des­ti­nées aux déchets ali­men­taires devant un res­tau­rant de la place Notre-Dame à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net.

 

Seul 1 % des foyers sol­li­ci­tés ont refusé de prendre part à l’ex­pé­rience, ce qui dénote une « sen­si­bi­li­sa­tions forte », juge la Métropole. Les par­ti­cu­liers volon­taires ont reçu gra­tui­te­ment bio-seaux et sacs com­pos­tables, à dépo­ser une fois pleins dans de nou­velles pou­belles mar­rons. Les 10 à 20 tonnes de déchets ainsi récol­tés, puis com­pos­tées chaque mois à Murianette, ont ensuite servi de fer­ti­li­sants natu­rels sur les sur­faces agri­coles de la val­lée du Grésivaudan.

 

 

Trente huit tonnes de cartons également collectées auprès des professionnels

 

Commerçants et autres pro­fes­sion­nels ont qua­si­ment reçu les mêmes maté­riels pour une col­lecte s’o­pé­rant une à deux fois par semaine, selon les besoins. Le deuxième pas­sage étant pour sa part fac­turé, la plu­part des pro­fes­sion­nels n’ont tou­te­fois sous­crit qu’à une seule col­lecte heb­do­ma­daire.

 

Jean-Jacques Incardona du restaurant La Côtelette a fait partie des professionnels impliqués dans l'expérimentation © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Jacques Incardona du res­tau­rant La Côtelette a fait par­tie des pro­fes­sion­nels impli­qués dans l’ex­pé­ri­men­ta­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Autre pan de l’ex­pé­ri­men­ta­tion menée par la Métropole auprès des pro­fes­sion­nels : les car­tons, embal­lages ô com­bien encom­brants.

 

Plus de 110 com­mer­çants ont ainsi uti­lisé, depuis novembre 2017, quatre points de dépôts tem­po­raires amé­na­gés pour y dépo­ser leurs embal­lages. Soit au total, pas moins de 38,5 tonnes col­lec­tées.

 

Les éplu­chures, reliefs de repas, pain ras­sis, marc de café et pro­duits péri­més repré­sentent de leur côté 30 % du poids de nos ordures ména­gères. L’équivalent de 18 000 tonnes par an dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, soit envi­ron 80 kg de déchets par habi­tant.

 

D’où l’im­por­tance de bien trier ses déchets pour les trans­for­mer en com­post mais aussi en bio­gaz, une éner­gie renou­ve­lable. Cette der­nière, qua­si­ment inex­ploi­tée aujourd’­hui, pour­rait cou­vrir les besoins en éner­gie de 700 loge­ments de 100 m2 ou ali­men­ter en car­bu­rant des bus ou des bennes à ordures ména­gères. « Une manne qu’il s’a­git aujourd’­hui de récu­pé­rer pour la valo­ri­ser », concluent les ser­vices de la Métropole.

 

Joël Kermabon

 

 

  • * La loi de tran­si­tion éner­gé­tique de 2015 impose la « sépa­ra­tion à la source » des bio-déchets, c’est-à-dire les déchets ali­men­taires et végé­taux. Objectif ? En Valoriser 65 % d’ici 2025.

 

 

Des composteurs gratuits depuis le 1er mai

 

Le dis­po­si­tif de col­lecte des déchets ali­men­taires mis en place par la Métropole va lar­ge­ment s’ap­puyer sur leur com­pos­tage à domi­cile. « Cette solu­tion reste la plus éco­lo­gique et la plus éco­no­mique puis­qu’elle n’entraîne aucun frais ni pol­lu­tion liés au trans­port », rap­pellent les ser­vices de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Atelier de découverte du lombricompostage lors de la semaine européenne de la réduction des déchets. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Atelier lom­bri­com­pos­tage lors de la semaine euro­péenne de la réduc­tion des déchets. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

C’est ce qui a motivé la col­lec­ti­vité à ren­for­cer ses actions en matière « d’ac­com­pa­gne­ment à la pro­mo­tion du com­pos­tage indi­vi­duel et col­lec­tif en copro­priété ». Tout autant qu’au sein des éta­blis­se­ments sco­laires, des rési­dences pour per­sonnes âgées ou autres lieux col­lec­tifs.

 

Pour par­ve­nir à cet objec­tif, les usa­gers dis­posent depuis le 1er mai de com­pos­teurs de jar­din et de lom­bri­com­pos­teurs spé­cia­le­ment adap­tés aux appar­te­ments, mis gra­tui­te­ment à leur dis­po­si­tion sur demande.

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
7296 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.