Gaz naturel pour véhicules : GEG va créer deux autres stations GNV dans l’agglomération

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

FOCUS – GEG mise sur le déploiement du gaz naturel pour véhicules dans la métropole grenobloise, en 2018. D’ici l’automne, deux nouvelles stations de ravitaillement en GNV verront ainsi le jour à La Tronche et Saint-Égrève. Un carburant alternatif que l’opérateur énergétique grenoblois propose à tous types de véhicules. Avec l’objectif de réduire, à court terme, la pollution de l’air dans la cuvette et ses alentours.

 

 

En plein essor* dans l’Hexagone, le gaz naturel pour véhicules a-t-il également le vent en poupe dans l’agglomération grenobloise ? Le groupe Gaz et Électricité de Grenoble (GEG), qui investit dans le déploiement de la filière GNV à l’échelle locale depuis presque vingt ans, n’a aucun doute à ce propos.

 

Opérationnelles à l’automne 2018, les deux nouvelles stations GNV seront destinées aux poids lourds et aux véhicules légers. DR

Afin d’accélérer l’usage de ce carburant naturel dans la région, le fournisseur grenoblois prévoit ainsi de créer deux nouvelles stations publiques d’avitaillement en GNV, qui devraient ouvrir leurs portes sur le territoire de Saint-Égrève et de La Tronche à l’automne 2018.
« Une localisation permettant de répondre aux besoins de nos clients », souligne Thierry Jacquin, directeur commercial au sein de GEG. À savoir, précise-t-il, les transporteurs de fret, les entreprises locales et les collectivités.

 

 

Un pari commun aux collectivités et aux entreprises locales

 

De fait, les deux infrastructures, proches de l’autoroute et implantées sur les axes allant vers Lyon et Chambéry, seront facilement accessibles non seulement en voitures, motos et utilitaires, mais aussi en cars, camions et bennes à ordures ménagères.

 

La flotte de véhicules de service ramassage des déchets de Grenoble-Alpes Métropole pourra ainsi faire halte à la future station de La Tronche, qui sera construite à quelques kilomètres de distance du centre de tri et d’incinération d’Athanor.

 

« Depuis une année, on constate au niveau national qu’il y a la volonté de développer des solutions alternatives pour le transport routier des marchandises », explique Thierry Jacquin. Une tendance qui, d’après lui, semblerait de plus en plus s’affirmer, y compris parmi les acteurs économiques locaux.

 

camion toupie "écoresponsable"

En novembre dernier, le groupe Vicat et GEG se sont associés pour promouvoir le déploiement du GNV dans la région grenobloise. DR

 

En novembre dernier, par exemple, la société Vicat – groupe cimentier français exploitant diverses carrières de calcaire en Isère – s’associait à GEG pour promouvoir le développement du gaz naturel pour véhicules dans la région grenobloise. Son pari ? « Concilier transport et préservation de l’environnement » à travers le lancement du premier camion-toupie alimenté par du bio-GNV (cf. encadré).

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2804 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Pas très cohérent tout ça, le GNV reste fossile, à l’heure où la réduction des gaz à effet de serre est la première priorité…

    sep article
    • MB

      03/01/2018
      10:28

      Voilà pourquoi, comme mentionné dans l’article, GEG s’engage à long terme à remplacer le GNV, qui est une ressource épuisable, par le bio-GNV. Un carburant vert 100 % renouvelable (notamment issu de la méthanisation au sein de la station d’épuration Aquapole) qui sera disponible dans l’agglomération grenobloise à compter de ce premier trimestre 2018.

      sep article