La ligne Illicov entre Lans-en-Vercors et Seyssins reprend du service, trois autres lignes depuis le Vercors en prévision

Covoiturage, trans­ports en com­mun, par­kings-relais… Le Département de l’Isère ver­dit sa poli­tique de mobilité

Covoiturage, trans­ports en com­mun, par­kings-relais… Le Département de l’Isère ver­dit sa poli­tique de mobilité

FOCUS — Entre dis­po­si­tifs d’in­ci­ta­tion aux trans­ports en com­mun, déve­lop­pe­ment de réseaux de covoi­tu­rage et construc­tion annon­cée de par­kings-relais, le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère se fixe pour objec­tif de ver­dir consi­dé­ra­ble­ment sa poli­tique de mobilité.

Covoiturage, voi­ture par­ta­gée, par­kings-relais… En annon­çant ses objec­tifs en matière de mobi­lité sur son ter­ri­toire, le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère a clai­re­ment mis en avant les modes de dépla­ce­ments dits “ver­tueux”. Objectif assumé ? Souligner que les pré­oc­cu­pa­tions envi­ron­ne­men­tales ne sont pas l’a­pa­nage de la Métro ou de la Ville de Grenoble.

De gauche à droite : Jean-Claude Peyrin, vice-président du Département en charge des Transports, et Jean-Pierre Barbier, président du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Claude Peyrin, vice-pré­sident du Département en charge des Transports, et Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« On veut lais­ser à pen­ser que le Département ne se pré­oc­cupe pas d’en­vi­ron­ne­ment. C’est faux dans les faits, et dans ce que nous vou­lons faire dans cette deuxième par­tie de man­dat », clame ainsi Jean-Pierre Barbier. Pas ques­tion pour autant de comp­ter le pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal dans les rangs des décrois­sants. L’enjeu ? « Continuer à se déve­lop­per tout en étant res­pec­tueux », en pre­nant en compte la dimen­sion « envi­ron­ne­men­tale, sociale et éco­no­mique » du déve­lop­pe­ment durable.

Et Jean-Pierre Barbier de rap­pe­ler que le Département a réta­bli la gra­tuité des trans­ports en com­mun au début de son man­dat « pour évi­ter les trans­ports indi­vi­duels de 40 000 col­lé­giens ». Sans oublier de van­ter son plan THD (très haut débit), sus­cep­tible de per­mettre le déve­lop­pe­ment du télé­tra­vail et, ainsi, de limi­ter un cer­tain nombre de dépla­ce­ments d’employés. Y com­pris à tra­vers le déve­lop­pe­ment de centres dédiés au télé­tra­vail sur le département.

Un pro­gramme de fidé­li­sa­tion au réseau Transisère

Quid des per­sonnes qui, pour leur part, devront conti­nuer à se dépla­cer ? Jean-Claude Peyrin, vice-pré­sident du Département en charge des Transports et de la Mobilité, veut mettre l’ac­cent sur des réa­li­tés de ter­rain : « Quand vous êtes au centre d’une agglo­mé­ra­tion, la mobi­lité ce n’est pas un souci. Le souci, ce sont dans les zones peu denses ! » Et des solu­tions de mobi­lité doivent par­fois s’en­vi­sa­ger sur de faibles ampli­tudes géographiques.

En pre­mier lieu, le Département sou­haite inci­ter les Isérois à prendre les trans­ports en com­mun. Ainsi, à l’i­mage du pro­gramme AvanTag mis en place par les Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise en cette ren­trée 2018, un dis­po­si­tif bap­tisé Libravoo aura pour voca­tion de fidé­li­ser les uti­li­sa­teurs du réseau Transisère. À comp­ter du 1er octobre, les abon­nés du réseau rece­vront des points à chaque vali­da­tion d’un ticket, y com­pris les scolaires.

Avec Libravoo, prendre un car Transisère permettra de cumuler des points et de bénéficier d'avantages auprès d'un certain nombre de structures commerciales © Loïc Perrin

Avec Libravoo, prendre un car Transisère per­met­tra de cumu­ler des points et de béné­fi­cier d’a­van­tages auprès d’un cer­tain nombre de struc­tures com­mer­ciales. © Loïc Perrin

En échange de ces points ? Des cadeaux ou des bons de réduc­tion à faire valoir auprès de chaînes telles que Go Sport, le Club Med ou Darty, mais aussi auprès de com­merces locaux tels le Comptoir de Mathilde à Grenoble, l’Escape Game de Voiron ou encore le Vienne Fitness Club. Et si Libravoo ne concerne, dans un pre­mier temps, que le réseau Transisère, il devrait impli­quer par la suite les dis­po­si­tifs de covoi­tu­rage déve­lop­pés sur le département.

Avant même son lan­ce­ment offi­ciel, Libravoo pre­nait déjà une bonne direc­tion. Le pro­jet figure en effet parmi les lau­réats de l’ap­pel à pro­jets French Mobility 2018, lancé par le minis­tère des Transports, et dont les résul­tats ont été déli­vrés le 26 sep­tembre. Un appel à pro­jets saluant les dis­po­si­tifs des­ti­nés à favo­ri­ser la mobi­lité « pour tous les ter­ri­toires », tout en déve­lop­pant une mobi­lité active, plus propre et acces­sible à tous les publics.

Covoiturage et voi­ture partagée

Le plu­riel est en effet de mise car le Conseil dépar­te­men­tal accom­pagne deux pla­te­formes de covoi­tu­rage dif­fé­rentes. D’une part, Mov’ici, ini­tié par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et relayé en Isère par le Département. D’autre part, Illicov, actuel­le­ment déployé sur une ligne Vercors-Grenoble en atten­dant peut-être d’autres par­cours. Autant de ser­vices com­pa­rables à un Blablacar, mais se vou­lant adap­tés à des dis­tances courtes et des par­cours du quotidien.

Un arrêt Illicov, service de covoiturage en ligne © Illicov

Un arrêt Illicov, ser­vice de covoi­tu­rage en ligne. © Illicov

Le Département annonce éga­le­ment son adhé­sion à Rezo Pouce, une nou­velle façon de conce­voir l’au­tos­top qui ne se dis­tingue que très sub­ti­le­ment des autres pla­te­formes de covoi­tu­rage. Enfin, Jean-Claude Peyrin men­tionne une phase de test de voi­tures par­ta­gées entre par­ti­cu­liers, notam­ment sur le ter­ri­toire de Bièvre-Valloire. « On est dans l’ordre de quelques dizaines de véhi­cules, mais cela rend des ser­vices fon­da­men­taux entre hameaux, et cela peut per­mettre de régler des pro­blèmes de cir­cu­la­tion impor­tants », estime-t-il.

Dernière solu­tion pour favo­ri­ser la voi­ture par­ta­gée ? La mise en place d’une dégres­si­vité des tarifs aux péages des auto­routes, en fonc­tion du nombre de pas­sa­gers dans la voi­ture. Une idée qui s’ins­crit dans le cadre du pro­jet euro­péen Samba, déployé sur l’es­pace alpin pour pro­mou­voir une mobi­lité durable. Il fau­dra tou­te­fois comp­ter quelques semaines, voire quelques mois, avant de payer moins cher son péage. Le temps, pour le Département, de bou­cler les négo­cia­tions avec l’ex­ploi­tant des auto­routes Area.

Des par­kings-relais à venir

Au-delà de ces dif­fé­rents dis­po­si­tifs d’in­ci­ta­tion, le Département annonce la créa­tion de nou­velles infra­struc­tures. Et tacle volon­tiers la majo­rité dépar­te­men­tale pré­cé­dente. « Pendant quinze ans, on a souf­fert du manque de pro­jets d’infrastructure ! », juge Jean-Claude Peyrin. Des par­kings-relais sont ainsi dans les tuyaux pour favo­ri­ser les offres de covoi­tu­rage. Un appel d’offres pour leur réa­li­sa­tion sera lancé en 2019, pré­cise Jean-Pierre Barbier. Sans chif­frer encore l’in­ves­tis­se­ment prévu.

Jean-Claude Peyrin et Jean-Pierre Barbier visitent un car au gaz naturel © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Claude Peyrin et Jean-Pierre Barbier visitent un car au gaz natu­rel. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Côté pra­tique encore, le cal­cu­la­teur d’i­ti­né­raires du site Itinisère devrait pro­po­ser pro­chai­ne­ment de nou­velles dis­po­ni­bi­li­tés. « Pour les temps de tra­jet, nous allons prendre en compte les embou­teillages, don­ner le temps réel et pas un temps théo­rique », indique Jean-Claude Peyrin. Sans oublier l’in­té­gra­tion de nou­velles options de dépla­ce­ment avec les offres de covoi­tu­rage, ainsi que les pistes cyclables et leurs dénivelés.

L’objectif final : per­mettre à tous ces dis­po­si­tifs d’at­teindre cha­cun une masse cri­tique d’u­ti­li­sa­teurs pour fonc­tion­ner et se com­plé­ter har­mo­nieu­se­ment. « Les nou­velles mobi­li­tés c’est un nuage. En den­si­fiant le nuage, on peut arri­ver à faire quelque chose », résume ainsi Jean-Claude Peryin. Un nuage sus­cep­tible de rem­pla­cer celui de par­ti­cules fines qui, régu­liè­re­ment, vient empoi­son­ner l’at­mo­sphère du département ?

Florent Mathieu

EXPÉRIMENTATION DE CARS “VERTS” SUR LE RÉSEAU VFD

Le réseau VFD uti­li­sera-t-il bien­tôt des cars élec­triques ou fonc­tion­nant au GNV (gaz natu­rel pour véhi­cules) ? Une expé­ri­men­ta­tion vient en tout cas d’être réa­li­sée, du 17 au 21 sep­tembre der­nier, sur le réseau des trans­ports isé­rois dans le cadre de la Semaine euro­péenne de la Mobilité.

Électricité et gaz pour faire rouler les prochains cars VFD ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Électricité et gaz pour faire rou­ler les pro­chains cars VFD ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

Deux fabri­cants, Iveco Bus et Yutong, ont ainsi fait cir­cu­ler leurs véhi­cules “verts” sur les lignes Grenoble-Crolles et Grenoble-Villard-de-Lans. « Ces par­te­na­riats ont ouvert la pos­si­bi­lité de tes­ter en condi­tions réelles des véhi­cules inno­vants sur des lignes régu­lières inter­ur­baines en Isère », sou­ligne le transporteur.

Une expé­ri­men­ta­tion utile pour de pro­chains appels d’offre

De fait, le but de l’o­pé­ra­tion était bien de recueillir les retours des pas­sa­gers, à tra­vers des enquêtes de ter­rain ou sur des avis expri­més en ligne, autant que des équipes techniques.

Confort, mania­bi­lité et condi­tions de cir­cu­la­tions sur cer­taines routes pen­tues ou sinueuses sont autant de cri­tères pris en compte. Et ont jus­ti­fié le choix des deux lignes d’ex­pé­ri­men­ta­tion, pré­sen­tant toutes deux des carac­té­ris­tiques variées au long de leurs par­cours respectifs.

Si les véhi­cules tes­tés ne font désor­mais plus par­tie de la flotte VFD, l’ex­pé­ri­men­ta­tion doit per­mettre à la société de mieux appré­hen­der ses pro­chains appels d’offre.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre du collectif Stop Métrocâble: "Cette séquence du métrocâble n'a que trop duré. Il est urgent de la clore."
Tribune libre du col­lec­tif Stop Métrocâble : « Cette séquence du métro­câble n’a que trop duré. Il est urgent de la clore. »

TRIBUNE LIBRE - Alors que des "acteurs économiques grenoblois" ont publié une tribune dans Le Dauphiné libéré pour soutenir le projet de Métrocâble malgré l'avis Lire plus

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Viol en réunion d’une étu­diante à Bordeaux : le pro­cès aux assises des cinq ex-rug­by­men du FCG sera-t-il reporté ?

FOCUS - Cinq anciens joueurs du FCG doivent comparaître à partir de lundi 17 juin 2024 devant la cour d'assises de la Gironde, sept ans Lire plus

Été sur les quais, Été Oh ! Parc, la Ville de Grenoble déploie sa programmation d'animations estivales
Été sur les quais, Été Oh ! Parc, 14 juillet… Le retour des ani­ma­tions esti­vales à Grenoble

ÉVÉNEMENT - La Ville de Grenoble a préparé comme à l'accoutumé des animations estivales, qu'il s'agisse de l'Été sur les quais dès le samedi 15 Lire plus

Aux Bouffes pon­toises : le fes­ti­val gas­tro­no­mique de retour à Pont-de-Claix avec l’Allemagne en invité d’honneur

ÉVÈNEMENT - Pont-de-Claix accueille la deuxième édition du festival gastronomique international Aux Bouffes pontoises, samedi 15 juin 2024, de 16 heures à 22 h 30, sur Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !