A Grenoble, le ministre de la Transition écologique a dit espérer que les efforts de la France lui épargneront les sanctions de Bruxelles. Pas gagné...

Pollution de l’air : Nicolas Hulot conquis par le modèle gre­no­blois… mais peut-être pas Bruxelles

Pollution de l’air : Nicolas Hulot conquis par le modèle gre­no­blois… mais peut-être pas Bruxelles

REPORTAGE – À Grenoble, le ministre de la Transition éco­lo­gique et soli­daire a vanté le modèle gre­no­blois. Mais la feuille de route tra­cée en Isère, comme dans treize autres zones par­ti­cu­liè­re­ment pol­luées en France, va-t-elle convaincre Bruxelles de la bonne volonté de l’État fran­çais de lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air ? Car si les col­lec­ti­vi­tés ont fait un mor­ceau de la route, la régle­men­ta­tion vient encore sou­vent se mettre en tra­vers de leur chemin.

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018 pour saluer la feuille de route sur la pollution de l'air

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018 pour saluer la feuille de route sur la pol­lu­tion de l’air de l’Isère et de Grenoble © Patricia Cerinsek

Il y a urgence. D’ici la fin du mois d’a­vril, la Commission euro­péenne devrait se pro­non­cer sur le sort de la France au regard de ses efforts pour com­battre la pol­lu­tion de l’air. Et déci­der ou non de défer­rer l’Hexagone devant la cour de jus­tice de l’Union euro­péenne. À la clé, une amende d’une cen­taine de mil­lions d’euros.

Comment convaincre Bruxelles mais aussi le Conseil d’État qui, en juillet der­nier, a enjoint l’État de revoir ses plans de pro­tec­tion de l’air (PPA) ? Le gou­ver­ne­ment a tracé des feuilles de route. Quatorze exac­te­ment, cor­res­pon­dant aux qua­torze zones en France dans le col­li­ma­teur de l’Europe qui ne res­pectent pas les seuils régle­men­taires de pol­lu­tion au dioxyde d’a­zote et aux par­ti­cules fines PM 10*.

Les qua­torze feuilles de route ont été trans­mises à Bruxelles. Verdict fin avril

C’est la der­nière ligne droite. Les qua­torze feuilles de routes, publiées, ont été trans­mises à Bruxelles le 31 mars. Il ne reste donc plus rien à faire, si ce n’est croi­ser les doigts ? À croire que non… Le ministre de de la Transition éco­lo­gique et soli­daire est, lui, parti en croi­sade, plus vrai­ment pour convaincre, mais plu­tôt pour faire bonne figure. Et décer­ner les bons points. À Grenoble ce 13 avril, il a ren­con­tré les acteurs du pro­jet Grenoble Alps Together, posé la pre­mière pierre de Biomax aussi. Grenoble, bon élève ?

Reportage Joël Kermabon

« Grenoble et l’Isère ont pris leur part de contri­bu­tion et je vou­lais les féli­ci­ter », a sou­li­gné Nicolas Hulot devant un par­terre d’é­lus locaux et natio­naux dans les salons de la pré­fec­ture. Leur feuille de route est celle qui me semble le plus ins­pi­rer les autres ter­ri­toires. Elle me semble complète. »

Cette feuille de route**, ses neuf fiches-actions et sa soixan­taine de mesures, pas sou­vent nou­velles, n’a pour­tant pas com­plè­te­ment convaincu les élus gre­no­blois qui poin­taient lors du der­nier conseil muni­ci­pal un réel manque d’ambition.

L’opération de pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville de Grenoble, à l’i­mage de la fer­me­ture des berges à la cir­cu­la­tion à Paris, laisse scep­tique quant à sa capa­cité à endi­guer la pol­lu­tion de l’air ; la gra­tuité des trans­ports publics n’est ni abor­dée ni même envi­sa­gée ; les moyens pré­vus pour boos­ter la prime air-bois res­tent à trou­ver et l’a­mé­lio­ra­tion de l’offre de trans­ports en com­mun jugée pas assez conséquente.

Un groupe de tra­vail mis­sionné par le Sénat pour éva­luer la démarche du gouvernement

Pas convain­cus ? Le ministre si. Méthode Coué ? Les élus ne sont pour­tant pas les seuls à tiquer. Le Sénat a, le 11 avril, mis­sionné un groupe de tra­vail pour éva­luer la démarche du gou­ver­ne­ment et voir si les mesures ins­crites dans les feuilles de route régio­nales sont à la hau­teur. C’est aussi ce que réclament, au niveau local, deux élus métro­po­li­tains qui demandent une éva­lua­tion de l’ef­fi­ca­cité des mesures déjà mises en œuvre. Et des asso­cia­tions n’en finissent de tirer la son­nette d’a­larme, récla­mant que conti­nuent de se déve­lop­per les infra­struc­tures de transport.

Statues de Grenoble affublées de masques anti-pollution, action d'Alternatiba, Greenpeace et ANV-Cop 21, samedi 31 mars 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Des sta­tues de Grenoble ont été affu­blées de masques anti-pol­lu­tion – action d’Alternatiba, Greenpeace et ANV-Cop 21, samedi 31 mars 2018 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

D’autant que la France n’a pas de quoi pavoi­ser. Certes, des ter­ri­toires ont pris les choses en main. À Grenoble, la zone basses émis­sions, la pre­mière de France et qui a impulsé le dis­po­si­tif de cir­cu­la­tion dif­fé­ren­ciée au moyen des vignettes Crit’air, devrait ainsi s’é­tendre à une poi­gnée puis une ving­taine de villes dans l’Hexagone. Dans la val­lée de l’Arve, le fonds air-bois a aussi fait ses preuves et devrait être géné­ra­lisé sur tout le territoire.

Mais, au niveau natio­nal, ça patine encore. La France est la cham­pionne des primes. Prime air-bois, prime à la conver­sion, prime vélo… sauf qu’on ne s’y retrouve plus. « Entre les aides des col­lec­ti­vi­tés et les aides de l’État, on a des dis­po­si­tifs fran­che­ment utiles et effi­caces mais sous-uti­li­sés parce que les gens ne le savent pas », a concédé le ministre. S’agit-il seule­ment de faire œuvre de pédagogie ?

Les ini­tia­tives se mul­ti­plient en région mais la régle­men­ta­tion ne suit pas

Le che­min semble encore long. La France vise l’in­ter­dic­tion à la vente des véhi­cules émet­teurs de gaz à effet de serre… mais à l’ho­ri­zon 2040, et à sup­po­ser que rien ne vienne se mettre en tra­vers du che­min. Si les zones basses émis­sions émergent en France – avec retard sur de nom­breux pays en Europe – la régle­men­ta­tion pour en élar­gir le péri­mètre reste contrai­gnante. Les véhi­cules de livrai­son les plus pol­luants, s’ils sont inter­dits de cir­cu­ler dans le centre-ville élargi de Grenoble, et dans huit autres com­munes en 2019, conti­nuent de rou­ler sur l’A480…

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018 pour saluer la feuille de route sur la pollution de l'air

Nicolas Hulot à Grenoble le 13 avril 2018 © Patricia Cerinsek

Reste aussi à faire res­pec­ter ces zones basses émis­sions. Or, en matière de contrôle, rien n’est prêt. « Il faut des sys­tèmes auto­ma­ti­sés, a abondé Nicolas Hulot. Cela demande des inves­tis­se­ments. J’ai bien reçu le mes­sage. » Même retard à l’al­lu­mage du côté du chauf­fage au bois. Alors que la Métropole, le Grésivaudan et le Pays voi­ron­nais poussent avec la prime air-bois au renou­vel­le­ment des appa­reils défec­tueux, rien n’in­ter­dit de mettre à la vente des équi­pe­ments tout aussi peu performants…

« Cette situa­tion, c’est qua­rante ans d’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire, de poli­tique des trans­ports et du loge­ment qui n’ont pas pris en compte la ques­tion de la pol­lu­tion de l’air. Maintenant, on sait la rela­tion de cause à effet. On doit prendre des mesures locales, res­tric­tives, des mesures inci­ta­tives pour par exemple favo­ri­ser le covoi­tu­rage… Encore faut-il don­ner les accès à cer­taines voies pour les véhi­cules opti­mi­sés en termes de nombre de per­sonnes à bord. »

Les voies réser­vées au covoi­tu­rage ? « Il faut qu’on y réfléchisse »

Des voies réser­vées au covoi­tu­rage, des voies à occu­pa­tion mul­tiple, c’est ce que réclament a minima la ville et la Métropole de Grenoble en amont et en aval de l’A480 dans sa tra­ver­sée de Grenoble. « Ce sont des choses aux­quelles il faut qu’on réflé­chisse, a abondé Nicolas Hulot. Il faut que l’État fasse son tra­vail ainsi que les indus­triels de l’au­to­mo­bile. » Bruxelles devra-t-elle et va-t-elle se conten­ter de quelques mesures et beau­coup de bonnes inten­tions alors que la pre­mière mise en garde de la Commission euro­péenne remonte à 2009 ?

« Tout ne va pas se régler du jour au len­de­main, recon­nais­sait le ministre. La volonté est là. Elle ne vaut pas effi­ca­cité mais c’est déjà un préa­lable. » Pas sûr que tous ces argu­ments plaident suf­fi­sam­ment en la faveur de la France pour que Bruxelles lève l’é­pée de Damoclès qui s’ap­proche de la tête de Paris…

Patricia Cerinsek

* Grenoble, Lyon, val­lée du Rhône, Marseille-Aix, Montpellier, Nice, Paris, Reims, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Vallée de l’Arve.

** Les contri­bu­teurs à la feuille de route : le dépar­te­ment de l’Isère, la Métropole de Grenoble, le Pays voi­ron­nais, le Grésivaudan, la ville de Grenoble, le syn­di­cat mixte des trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, l’é­ta­blis­se­ment public Scot, la société auto­rou­tière Area.

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvelle labellisation Grand Insep, dédiée à la performance sportive de haut niveau, pour le campus de la Brunerie de Voiron
Nouvelle label­li­sa­tion Grand Insep, dédiée à la per­for­mance spor­tive de haut niveau, pour le cam­pus de la Brunerie de Voiron

FLASH INFO - Le campus de la Brunerie de Voiron a vu son label Grand Insep renouvelé vendredi 27 janvier 2023, à l'occasion d'une cérémonie Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Entre 11 500 et 27 000 manifestants se sont mobilisés contre la réforme des retraites le 7 février 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestation du 7 février contre la réforme des retraites : mobi­li­sa­tion tou­jours sou­te­nue mais en baisse à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 11 500 et 27 000 manifestants ont défilé à Grenoble, mardi 7 février 2023, pour la troisième grande journée de mobilisation contre Lire plus

GHM de Grenoble : la Métropole vote un vœu au gou­ver­ne­ment, à l’ARS et aux mutuelles sur fond de chan­ge­ment de direction

FOCUS - Le conseil métropolitain a adopté à l'unanimité, vendredi 3 février 2023, un vœu sur le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (GHM). Celui-ci fait Lire plus

Pourras-tu changer la photo stp ? Il y en dans la bib dont une avec une banderole sur la mixité.
Découverte de tags racistes, anti­sé­mites et homo­phobes au col­lège Aimé-Césaire de Grenoble

FLASH INFO - Des tags racistes, antisémites et homophobes ont été découverts au collège Aimé-Césaire de Grenoble, comme l'indique la Direction départementale de la sécurité Lire plus

La Ville de Grenoble annonce céder la totalité de ses actions Grenoble habitat à la CDC Habitat pour la fin 2023
La Ville de Grenoble annonce céder la tota­lité de ses actions Grenoble habi­tat à la CDC Habitat pour la fin 2023

FOCUS - Grenoble habitat doit rejoindre le groupe CDC Habitat à la fin de l'année. C'est ce qu'annonce la Ville de Grenoble par voie de Lire plus

Flash Info

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !