Traçage d'une "pseudo" piste cyclable sur l'avenue Gabriel Péri à Saint-Martin-d'Hères, une opération de désobéissance civile non violente, organisée par Alternatiba/ ANVCop21 et Parlons-Y Vélo, samedi 26 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Tribune libre | « Liaison Chronovélo Grenoble – Fontaine : rien ne sert de crier », selon le col­lec­tif Parlons‑Y Vélo

Tribune libre | « Liaison Chronovélo Grenoble – Fontaine : rien ne sert de crier », selon le col­lec­tif Parlons‑Y Vélo

TRIBUNE LIBRE – La réunion publique orga­ni­sée le 18 octobre 2023, sur le pro­lon­ge­ment de la Chronovélo de Grenoble à Fontaine, a donné lieu à des débats hou­leux. Le pro­jet implique en effet la mise en sens unique du tron­çon Jaurès-Estacade du cours Berriat, que contestent vive­ment les unions de quar­tier Berriat, centre-ville et Championnet. Mais au sein de la popu­la­tion, les pro­po­si­tions de ces der­nières ne font pas l’u­na­ni­mité. Parlons‑Y Vélo, « col­lec­tif de citoyens et citoyennes du bas­sin de vie gre­no­blois » qui « uti­lisent le vélo au quo­ti­dien », a ainsi sou­haité faire entendre une autre voix sur ce dos­sier si polé­mique, dans une tri­bune dif­fu­sée jeudi 26 octobre.

[Article publié le 26 octobre 2023 à 19 h 51 et mis à jour le 2 novembre 2023 à 17 h 23 avec rec­ti­fi­ca­tif de « 60 mil­lions de pié­tons » en enca­dré] Depuis fin 2022, la Métropole a lancé une concer­ta­tion préa­lable, confor­mé­ment au code de l’ur­ba­nisme, sur le pro­jet de pro­lon­ge­ment de la Chronovélo entre le cours Berriat à Grenoble et La Poya à Fontaine (tout le calen­drier étant en ligne sur la pla­te­forme par­ti­ci­pa­tive de la Métropole de Grenoble). Le 18 octobre 2023, la Métropole a pré­senté une mise en débat de la syn­thèse de la concer­ta­tion à la mai­son des habi­tants Chorier Berriat.

Des mili­tants de Parlons‑Y Vélo et d’Alternatiba/ ANVCop21 lors d’une opé­ra­tion de déso­béis­sance civile non vio­lente, orga­ni­sée à Saint-Martin-d’Hères, en novembre 2022. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Cette syn­thèse per­met­tra par la suite le bilan de la concer­ta­tion par les élus du conseil métro­po­li­tain en décembre 2023. Des membres de Parlons‑Y Vélo étaient présent·e·s. Comme un grand nombre de participant.e.s, nous avons été sur­pris, voire cho­qués, par le ton annoncé et donné par cer­taines per­sonnes présentes.

« Les ate­liers s’é­taient dérou­lés dans une rela­tive bienveillance »

En effet, les ate­liers aux­quels Parlons‑Y Vélo avaient par­ti­cipé s’é­taient dérou­lés dans une rela­tive bien­veillance, avec le res­pect des opi­nions de chacun·e et dans le cadre fixé par les orga­ni­sa­teurs. Nous avions ainsi pu expri­mer nos attentes et nos craintes sur dif­fé­rents pas­sages clés du tracé pré­senté et les amé­na­ge­ments asso­ciés. Il en res­sor­tait majo­ri­tai­re­ment que cette piste cyclable était très attendue.

Les tra­vaux menés sur l’autre por­tion du cours Berriat, entre Lafontaine et Jean-Jaurès, ont été jugés très qua­li­ta­tifs, notam­ment la réa­li­sa­tion de la bande tam­pon entre la piste cyclable et le trot­toir sud. Celle-ci per­met en effet d’ac­cueillir des bancs, des pou­belles, des arceaux vélo… Ce qui libère le trot­toir et la piste cyclable de ces objets ô com­bien utiles mais consti­tuant si sou­vent des entraves à l’ac­ces­si­bi­lité. Le pro­jet de rem­blayer une par­tie du pas­sage sous la voie fer­rée, afin d’é­vi­ter une pente trop forte pour la piste cyclable, a éga­le­ment été très apprécié.

Chronovélo Grenoble - Fontaine: Parlons-Y Vélo détaille sa position

Le pro­jet de la Métropole et de la Ville sur le cours Berriat (entre le cours Jean-Jaurès et l’Estacade), avec un sens unique, une piste cyclable de 3,70 m, deux ran­gées d’arbres et des trot­toirs élar­gis. DR

Nous avons éga­le­ment alerté sur les risques de conflits d’u­sage avec les pié­tons là où la piste cyclable ne serait pas assez large pour accueillir tout le flux de vélos, notam­ment entre le pas­sage infé­rieur et la place Firmin-Gauthier.

« Nous avons été très déçus par la fai­blesse des contre-pro­po­si­tions éma­nant des unions de quar­tier et de l’as­so­cia­tion 60 mil­lions de pié­tons. »

Nous avons exprimé notre désac­cord sur la lar­geur pro­je­tée de la piste sur la por­tion fon­tai­noise : par­fois 2,80 mètres, alors que le Cerema (rat­ta­ché au minis­tère de la Transition éco­lo­gique) recom­mande un mini­mum de 3 mètres lorsque le flux de vélos reste infé­rieur à 1 500 cyclistes par jour, voire même 4 mètres quand le tra­fic sou­haité dépasse les 3 000 cyclistes par jour – et c’est le cas sur Berriat.

Nous avons com­mu­ni­qué sur la piètre qua­lité des amé­na­ge­ments connexes à l’é­chan­geur du Vercors, où les amé­na­ge­ment cycles et pié­tons sont conçus a minima. Nous le savons, ils seront rapi­de­ment satu­rés et les cyclistes se déca­le­ront… sur le peu de trot­toir res­tant sur le pont. Les conflits entre vélos et pié­tons sont pré­mé­di­tés, à côté de six voies rou­tières très confor­ta­ble­ment dimensionnées.

Chronovélo Grenoble - Fontaine: Parlons-Y Vélo détaille sa position

Michel Voilin, Bruno de Lescure et Jean-Pierre Gambotti, pré­si­dents des unions de quar­tier Championnet, Berriat et centre-ville, contestent la mise en sens unique du tron­çon Estacade-Jaurès du cours Berriat, pré­lude à la pro­lon­ga­tion de la Chronovélo n°1. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Nous avons été très déçus par la fai­blesse des contre-pro­po­si­tions éma­nant des unions de quar­tier et de l’as­so­cia­tion 60 mil­lions de pié­tons. Celles-ci visent uni­que­ment à main­te­nir un double-sens auto­mo­bile au détri­ment du confort des pié­tons et des capa­ci­tés de la piste cyclable.

« En pré­ten­dant défendre les pié­tons et les com­merces, mais en refu­sant les espaces néces­saires aux ter­rasses et les élar­gis­se­ments de trot­toirs, c’est in fine la place de la voi­ture qu’ils cherchent à main­te­nir. »

Nous avons été très sur­pris d’en­tendre que les arbres étaient inutiles s’ils étaient plan­tés sur le flanc sud du cours Berriat, alors qu’ils sont une réserve d’hu­mi­dité et donc de fraî­cheur. De plus, d’autres arbres sont aussi pré­vus au nord et appor­te­ront de l’ombre aux trot­toirs. Et sur­tout, nous sommes outrés d’au­tant d’hy­po­cri­sie de leur part.

Chronovélo Grenoble - Fontaine: Parlons-Y Vélo détaille sa position

Le pro­jet alter­na­tif de l’union de quar­tier Berriat conserve le double-sens auto­mo­bile en rédui­sant la Chronovélo à 3,05 m (sa lar­geur pré­vue rue du Vercors et à Fontaine) et en sup­pri­mant la ran­gée d’arbres côté sud. DR

En pré­ten­dant défendre les pié­tons et les com­merces, mais en refu­sant les espaces néces­saires aux ter­rasses et les élar­gis­se­ments de trot­toirs, c’est in fine la place de la voi­ture qu’ils cherchent à main­te­nir. C’est pour­tant sa pré­do­mi­nance dans l’es­pace public qui génère les conflits d’u­sage, l’in­sé­cu­rité rou­tière, les nui­sances et les pol­lu­tions, et les tra­vaux d’un nou­vel axe struc­tu­rant cyclable sont des oppor­tu­ni­tés de trans­for­ma­tion des envi­ron­ne­ments urbains.

« À aucun moment, nous n’a­vons haussé le ton »

Mais sur­tout, à aucun moment, nous n’a­vons haussé le ton. À aucun moment, nous n’a­vons menacé de quit­ter les concer­ta­tions, nous n’a­vons coupé la parole et nous n’a­vons avancé de faux chiffres. Nous avons joué dans les règles, et dans le res­pect. Ce qui n’a pas été le cas des oppo­sants au pro­jet lors de la réunion du 18 octobre, qui ont mono­po­lisé la parole de manière intempestive.

Ainsi, nous invi­tons les élu·e·s et technicien·ne·s de Grenoble Alpes Métropole, Grenoble et Fontaine à faire preuve de dis­cer­ne­ment sur la syn­thèse de la concer­ta­tion à venir. Nous leur deman­dons de regar­der vers l’a­ve­nir, d’i­ma­gi­ner ces espaces publics dans les 20 ans qui viennent. Nous leur deman­dons d’être ambi­tieux pour les modes actifs et les trans­ports col­lec­tifs, seuls capables de répondre à la crise cli­ma­tique, aux enjeux de santé publique.

« Ne pas cher­cher des amé­na­ge­ments a minima (…) mais viser l’excellence »

Nous deman­dons que ces mobi­li­tés soient acces­sibles à toutes les classes sociales pour leurs dépla­ce­ments du quo­ti­dien. Nous pré­co­ni­sons de ne pas cher­cher des amé­na­ge­ments a mimima pour conve­nir aux cyclistes d’au­jourd’­hui, mais de viser l’ex­cel­lence dans les réa­li­sa­tions qui ser­vi­ront à toutes et à tous à l’avenir.

Le col­lec­tif Parlons‑Y Vélo prône une poli­tique ambi­tieuse pour les Chronovélos, mais aussi plus glo­ba­le­ment concer­nant l’en­semble des dépla­ce­ments à vélo. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Nous les prions de ne pas céder aux chants des sirènes, de ne pas écou­ter celui qui crie le plus fort et qui claque la porte d’une réunion publique. Les tran­si­tions ne se font pas sans conflits, mais face à ces com­por­te­ments, une volonté poli­tique forte en faveur de l’in­té­rêt géné­ral et de l’a­pai­se­ment doit être affichée.

Et sur­tout, rien ne sert de crier : que l’on soit cycliste ou non, le réseau Chronovélo doit appor­ter confort et sécu­rité à tous et toutes.

Parlons‑Y Vélo

Droit de réponse de l’as­so­cia­tion 60 mil­lions de piétons

Mise en cause dans la tri­bune du col­lec­tif Parlons‑Y Vélo, l’as­so­cia­tion 60 mil­lions de pié­tons a sou­haité répondre à ces accu­sa­tions. Voici son rec­ti­fi­ca­tif, dif­fusé jeudi 2 novembre 2023.

« Contrairement à ce qui est allé­gué par le col­lec­tif de cyclistes Parlons‑Y Vélo, notre asso­cia­tion 60 mil­lions de pié­tons ne s’est pas encore pro­non­cée sur ce pro­jet de Chronovélo et a for­tiori n’a donc pas émis de « contre-pro­po­si­tion ».

Alors que ce col­lec­tif nous qua­li­fie « d’hy­po­crites », tout comme les trois unions de quar­tier, « en pré­ten­dant défendre les pié­tons », nous tenons alors à rec­ti­fier les trois élé­ments sui­vants dans l’article :

1 – L’élargissement des trottoirs

Contrairement à ce qu’affirme Parlons‑y Vélo – « En pré­ten­dant défendre les pié­tons et les com­merces, mais en refu­sant les espaces néces­saires aux ter­rasses et les élar­gis­se­ments de trot­toirs » -, notre asso­cia­tion observe qu’aucun élar­gis­se­ment de trot­toir n’est prévu dans le pro­jet pro­posé par la Métropole et la Ville de Grenoble, tout comme dans la pro­po­si­tion des unions de quar­tier, excepté un élar­gis­se­ment tota­le­ment mineur de 5 cm du trot­toir sud dans la pro­po­si­tion Métro-Ville. Les deux pro­jets conservent les trot­toirs dans leur lar­geur ini­tiale actuelle à 5cm près, res­pec­ti­ve­ment 3,15 et 3,2 m. Manifestement, le col­lec­tif a rédigé sa tri­bune sans avoir exa­miné le pro­jet Métro-Ville, ni celui des unions de quartier.

À ce pro­pos, nous rap­pe­lons notre scep­ti­cisme quant au « confort des pié­tons » au regard des ter­rasses, faute de contrôles effec­tués par la Ville de Grenoble.

2 – Au sujet des arbres

L’examen de la pro­po­si­tion des repré­sen­tants des habi­tants montre que les arbres seront bien pré­sents du côté enso­leillé du cours et pro­dui­ront l’ombre néces­saire, ce qui consti­tuera un béné­fice cer­tain pour les pié­tons. Ce sera un réel pro­grès par rap­port à l’aménagement Chronovélo pré­cé­dent du cours Berriat entre le bou­le­vard Gambetta et le cours Jean-Jaurès puisque, mal­gré les alertes des habi­tants à l’époque, les arbres ont été plan­tés du mau­vais côté, c’est-à-dire du côté tou­jours dans l’ombre quelle que soit la sai­son ou l’heure, y com­pris en été.

3 – Concernant les nuisances

Il nous paraît par­ti­cu­liè­re­ment pré­ju­di­ciable pour les pié­tons, notam­ment pour les per­sonnes à mobi­lité réduite et les sco­laires, de repor­ter la cir­cu­la­tion auto­mo­bile sur les rues alen­tour avec la mise en sens unique. Sur des axes rou­tiers étroits, chaus­sées et trot­toirs, notam­ment rues d’Alembert, Chorier, Condorcet, etc, « les conflits d’usage, l’insécurité rou­tière, les nui­sances et les pol­lu­tions » que veut évi­ter le col­lec­tif de cyclistes seront au contraire amplifiés.

Sans polé­mique inutile, tels sont alors nos réels pro­pos sur ce pro­jet, pour faci­li­ter et pro­mou­voir la marche tout en par­ta­geant au mieux l’es­pace public avec tous ses usagers. »

Michel Voilin, cor­res­pon­dant local « 60 Millions de Piétons » pour Grenoble et sa Métropole

Place Gre'net

Auteur

16 réflexions sur « Tribune libre | « Liaison Chronovélo Grenoble – Fontaine : rien ne sert de crier », selon le col­lec­tif Parlons‑Y Vélo »

  1. Les defen­seurs des bagnoles sont prêts à nier toutes les réa­li­tés. Leur vitesse réelle en ville est celle d’un vélo mais leur encom­bre­ment et dan­ger sont dix fous pire !

    Les per­sonnes inves­ties dans les unions de quar­tier sont agées et ne sai­sissent pas l’ur­gence à sor­tir du sys­tème voiture. 

    Le concept de chro­no­velo puni­tive, d’un sabot­tage des mesures de pol­lu­tion, dan­ger des bidi­rec­tion­nelles… ces com­men­taires agres­sifs et plein de contre-véri­tés donnent rai­sons à la tri­bune pro velo !

    sep article
  2. Les éco­los purs et durs veulent-ils vrai­ment la fer­me­ture des usines Renault, Peugeot etc… ?
    Qui peut croire que les com­merces peuvent être livrés à vélo ?
    Quand ces­sera-t-on de faire croire que tout le monde peut prendre un vélo pour aller n’im­porte où ?
    Faut-il rap­pe­ler que la libre cir­cu­la­tion est ins­crite aux Droits de l’Homme ?
    Bref, quand donc réflé­chira-t-on cal­me­ment à un équi­libre rai­son­nable entre auto­mo­biles et vélos ?

    Oui, les Unions de Quartiers et les rive­rains doivent être écou­tés. N’oublions pas le traf­fic de tran­sit ainsi que les véhi­cules de sécu­rité alors qu’une obs­truc­tion peut avoir de lourdes conséquences.

    sep article
  3. voilà ce que dit car­free de l’asso 60 mil­lions de pié­tons car​free​.fr/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​2​0​2​3​/​1​1​/​0​1​/​6​0​-​m​i​l​l​i​o​n​s​-​d​a​u​t​o​m​o​b​i​l​i​s​t​e​s​-​a​-​p​i​ed/ dont le cor­res­pon­dant local à Grenoble s’op­pose à de la végé­ta­li­sa­tion et à une piste cyclable capa­ci­taire pour ne pas enle­ver de la place à la voiture !
    Surtout ne pas tou­cher à l’es­pace dédié à la voiture !

    sep article
  4. Bon, l’as­so­cia­tion de défense du vélo sou­tien la mai­rie écolo qui amé­nage des pistes cyclables… Où es l’in­tox là dedans ?

    Je ne vois pas com­ment ces mili­tants pour le vélo pour­raient être du côté de Carignon ou de Chalas ! La posi­tion du com­plo­tiste est certes confor­table, mais il s’a­gi­rait pas de s’y complaire.
    je pré­cise, je ne suis pas élu ou sou­tien de la majo­rité muni­ci­pale. Bon j’a­voue j’ai pas voté à droite lors des der­nières municipales…

    sep article
    • Il y a une dif­fé­rence entre sou­tien et com­père en politique.
      Il y a aussi une dif­fé­rence entre sou­tien et ami subventionné.

      sep article
  5. Crétinement jus­qu’ici les voies pour les voitures
    sont uti­li­sés à des fins puni­tives envers les voies pour vélo et pié­ton . Les aya­tol­lahs de la bagnole, dont toi pier­rot, s’ac­crochent à leurs pri­vi­lèges en toute mau­vaise foie

    sep article
  6. C’est tel­le­ment simple de s’en prendre à la voi­ture, cou­pable tout dési­gné alors que :

    Les pics de pol­lu­tions les plus nocives PM 10, PM 2.5 en Isère et à Grenoble, ce n’est pas la voi­ture, il faut chan­ger d’Image et de musique avec ces fake-news ! 

    En Isère (source Atmo) 2019

    Transport rou­tier : PM10 = 11% & PM2,5 = 11 % 

    Chauffage au bois PM10 = 56% & PM 2,5 = 71% 

    Quant aux véhi­cules die­sel de der­nières géné­ra­tions, il sont ultra-per­for­mant , encore plus que les véhi­cules essences.

    Et puis l’af­fir­ma­tion par Gilles Namur que la pol­lu­tion a baissé en ville est une fake puis­qu’il n’y a pas de cap­teurs de pollution.
    D’ailleurs lui et la muni­ci­pa­lité ne retiennent rien, n’a­prennent rien ! Mettre en place le plan de cir­cu­la­tion Cvcm + Chronovelo d’Avril 2017 a fait explo­ser les embou­teillages et fait pas­ser Grenoble de la 10ème à la 4ème place des villes les plus embou­teillées de France.

    Des axes rou­lant déci­dés au doigt mouillé car sans études d’im­pacts sur les reports de cir­cu­la­tions, une réus­site envi­ron­ne­men­tale pour créer des embou­teillages, pour notre santé avec des nui­sances sonores et de pol­lu­tions, ainsi que pour le dyna­misme com­mer­ciale avec de nom­breuses affaires rui­nées et dis­pa­rues, Grenoble ou nous voyons tou­jours plus de rideaux baissés.

    Continuer ces caprices et renou­ve­ler ces erreurs en sup­pri­mer un axe rou­lant cours Berriat qui créera de nou­veaux embou­teillages et de nou­veaux reports de cir­cu­la­tions, c’est une marque de fabrique !👎

    Pour conclure, la muni­ci­pa­lité a été élue avec seule­ment 16169 voix, soit a peine 10% des Grenoblois !
    Qui est repré­sen­ta­tif des habi­tants ? Les unions de quar­tiers qui les défendent évidemment ! 👍

    sep article
    • Et sinon sur la place dis­pro­por­tionné de la voi­ture ville VS pié­ton et vélo un avis ? Parceque bon pour leiur en redon­ner à part prendre sur celle des voitures …

      sep article
    • « Et puis l’affirmation par Gilles Namur que la pol­lu­tion a baissé en ville est une fake puisqu’il n’y a pas de cap­teurs de pollution. »
      Revoyez l’é­tude Respire, qui a mesuré l’é­vo­lu­tion du taux de pol­lu­tion aux abords des éta­blis­se­ments sco­laires, et sur laquelle s’ap­puient les Unions de Quartiers dans cer­taines de leurs inter­ven­tions. Cette étude montre une nette baisse des taux de concen­tra­tion des PM10 et PM2.5 depuis 2015.

      sep article
  7. De mon côté, comme per­sonne habi­tant Grenoble non asso­ciée à des par­tis, je trouve que cet article est assez éclairant.

    L’argument prin­ci­pal est de pen­ser à une vision d’une ville future en lien avec une vision éco­lo­gique glo­bale. J’entends que pour l’au­teur, dans un futur éco­lo­gique dési­rable, la voi­ture doit avoir moins de place et il pro­pose de construire l’es­pace publique en lien avec ça. 

    Il reproche aux par­ties qui ont d’autres avis de ne pas por­ter une alter­na­tive étayée. 

    J’aimerai, dans les com­men­taires des per­sonnes oppo­sées, lire des argu­ments en lien avec leur vision de leur futur dési­rable. Pour l’ins­tant on est plu­tôt dans une rhé­to­rique de jeux poli­tiques qui me laissent un peu en frus­tra­tion sur le fond.

    A vos plumes !

    sep article
  8. Cette soit-disant tri­bune ou plu­tôt ce cour­rier visant à détailler dif­fé­rents points de ce pro­jet, res­semble étran­ge­ment dans la forme et le style, à une note pré­pa­rée par un conseiller muni­ci­pal de la muni­ci­pa­lité qu’à autre chose, per­sonnne pas­sée maître dans la mani­pu­la­tion afin de décré­di­bi­li­ser les unions de quar­tiers. J’ai une bonne idée de qui !

    sep article
    • Pour ma part, et sans aucune affi­lia­tion poli­tique ni asso­cia­tive, je me recon­nais tout à fait dans cette tri­bune qui vous déplaît, et suis satis­fait de voir ce point de vue dif­fé­rent du votre s’ex­pri­mer publiquement.
      J’ai en par­ti­cu­lier pu assis­ter à une oppo­si­tion sys­té­ma­tique de l’u­nion de quar­tier chor­rier-ber­riat à toute ini­tia­tive tou­chant de près ou de loin la posi­tion domi­nante de la voi­ture dans le quar­tier, depuis 10 ans que je l’habite.

      sep article
  9. Les auto­routes à vélo, c’est bien, que cela soit cré­ti­ne­ment uti­lisé à des fins puni­tives envers les auto­mo­bi­listes, beau­coup moins !

    Est-ce une bonne chose de ten­ter de mon­ter les Grenoblois les uns contre d’autres comme ici sans res­pects pour les unions de quar­tiers et donc pour les habi­tants qu’elles repré­sentent,? Ceci en ten­tant de les décré­di­bi­li­ser avec des argu­ments de pures mau­vaises fois, méthode bien connue des aya­tol­lahs de la pédales que sont l’ADTC et Parlons-y-Vélos, sou­tiens de la muni­ci­pa­lité rap­pe­lons le ?

    Alors que de tout faire, afin que toutes et tous puissent par­ta­ger l’es­pace publique serait la meilleure des déci­sions, sans oublier en consé­quences ceux qui vivent à Grenoble et qui subissent les reports de cir­cu­la­tions des chro­no­vé­los, reports cau­sés par l’ab­sence d’e­tudes d’im­pacts et par le refus total d’é­cou­ter les unions de quar­tier et toute co-construction ! 

    Sacrifier des rues voir des pans de quar­tiers avec leurs habi­tants, afin de satis­faire des caprices poli­tiques, c’est tout sauf responsable !

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronovélo Grenoble-Fontaine : trois unions de quar­tier refusent le futur sens unique cours Berriat, sans faire l’unanimité

FOCUS - Les unions de quartier Berriat, centre-ville et Championnet restent mobilisées contre la future mise en sens unique du cours Berriat sur le tronçon Lire plus

L'Union de quartier Berriat s'oppose à l'instauration du sens unique sur le tronçon Jaurès-Estacade dans le sillage d'une Chronovélo
L’Union de quar­tier Berriat s’op­pose à l’ins­tau­ra­tion du sens unique sur le tron­çon Jaurès-Estacade dans le sillage d’une Chronovélo

FOCUS - La mise en place d'une Chronovélo sur le cours Berriat puis l'avenue Pierre-Sémard inclut l'instauration d'un sens unique pour les voitures sur le Lire plus

Grenoble : un nou­veau tron­çon du réseau cyclable Chronovélo de la Métropole a été inauguré

FLASH INFO - Le réseau cyclable Chronovélo s'agrandit. La Métropole a ainsi inauguré 2,3 km supplémentaires de pistes cyclables, mardi 12 juillet 2022. Une nouvelle étape Lire plus

Une Chronovélo n°2 "en bonne voie" pour relier Saint-Égrève au campus, annonce la Métropole
Une Chronovélo n°2 « en bonne voie » pour relier Saint-Égrève au cam­pus, annonce la Métropole

FLASH INFO — Une nouvelle piste Chronovélo "en bonne voie". Jeudi 30 septembre, le président de la Métro Christophe Ferrari, le président du Smmag Sylvain Lire plus

Le nouveau tronçon de chronovélo axe 3. © Tim Buisson – Place Gre’net
Chronovélo : sept kilo­mètres de pistes cyclables sup­plé­men­taires entre Grenoble, Échirolles et Pont-de-Claix

  FOCUS - Les pistes cyclables s'enrichissent de sept kilomètres supplémentaires dans la Métropole de Grenoble avec la Chronovélo numéro 3. Reliant Grenoble, Échirolles et Lire plus

Inauguration de la station Chronovélo Antoine-Biboud à La Tronche
Inauguration de la sta­tion Chronovélo Antoine-Biboud à La Tronche

  FLASH INFO — Nouvelle station Chronovélo pour la commune de La Tronche. Mercredi 10 mars, son maire Bertrand Spindler et le président du Smmag Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !