© Manuel Pavard - Place Gre'net

Fête des Tuiles : Éric Piolle ne se pour­voit pas en cas­sa­tion, contrai­re­ment aux trois autres pré­ve­nus condamnés

Fête des Tuiles : Éric Piolle ne se pour­voit pas en cas­sa­tion, contrai­re­ment aux trois autres pré­ve­nus condamnés

EN BREF – Condamné en appel pour « favo­ri­tisme » à 8 000 euros d’a­mende avec sur­sis, le 6 sep­tembre 2023, dans l’af­faire de la fête des Tuiles, Éric Piolle a décidé de ne pas se pour­voir en cas­sa­tion. Le maire de Grenoble l’a annoncé ce jeudi 14 sep­tembre, dans un com­mu­ni­qué. En revanche, les trois autres pré­ve­nus condam­nés ont formé un pourvoi.

Il avait cinq jours pour le faire, une fois noti­fié l’ar­rêt de la chambre cor­rec­tion­nelle de la cour d’ap­pel de Grenoble. Condamné à 8 000 euros d’a­mende avec sur­sis, pour « favo­ri­tisme », dans l’af­faire de la fête des Tuiles, le 6 sep­tembre 2023, Éric Piolle a fina­le­ment choisi de ne pas se pour­voir en cassation.

« Même si j’estime que ce juge­ment repré­sente un réel dan­ger pour la com­mande artis­tique dans notre pays, après mûre réflexion, j’ai décidé de ne pas me pour­voir en cas­sa­tion », annonce ainsi le maire EELV de Grenoble, dans un com­mu­ni­qué dif­fusé jeudi 14 septembre.

« Je ne sou­haite pas ajou­ter deux à trois années de pro­cé­dure sup­plé­men­taire ni à mon quo­ti­dien de maire ni à la vie poli­tique gre­no­bloise. (…) Je n’embouteillerai donc pas les tri­bu­naux de ma pré­sence. »

« Cela fait en effet main­te­nant près de six ans que la pro­cé­dure est enga­gée pour un débat pure­ment tech­nique », rap­pelle l’é­dile. « Je ne sou­haite pas ajou­ter deux à trois années de pro­cé­dure sup­plé­men­taire ni à mon quo­ti­dien de maire ni à la vie poli­tique gre­no­bloise. »

Fête des Tuiles : Éric Piolle ne se pourvoit pas en cassation. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Éric Piolle (ici à la sor­tie du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Valence), condamné en appel pour favo­ri­tisme dans l’af­faire de la fête des Tuiles, a fina­le­ment décidé de ne pas se pour­voir en cas­sa­tion. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Éric Piolle l’ad­met, il gar­dera « un vrai goût d’i­na­chevé ». Mais éga­le­ment, nuance-t-il, « la satis­fac­tion d’avoir pu démon­trer que ni [sa] pro­bité, ni [son] hon­nê­teté, ni celle de [ses] ser­vices n’étaient en cause dans cette affaire très poli­ti­sée ». Et d’ex­pli­quer alors : « Je n’embouteillerai donc pas les tri­bu­naux de ma pré­sence. »

« Pas de favo­risé » et « pas de pré­ju­dice », selon Éric Piolle

Avant cela, le maire de Grenoble, pour­suivi pour l’at­tri­bu­tion, sans appel d’offres, de l’or­ga­ni­sa­tion des édi­tions 2015 et 2016 de la fête des Tuiles à l’asso­cia­tion Fusées, mais relaxé en pre­mière ins­tance – comme les six autres pré­ve­nus – par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Valence en octobre 2022, est revenu sur le juge­ment de la cour d’ap­pel.

Celui-ci « conclut qu’il n’y a pas eu de favo­risé, pas de pré­ju­dice pour qui­conque ni d’intentionnalité de qui que ce soit », sou­ligne Éric Piolle, comme il l’a fait à plu­sieurs reprises depuis la déci­sion. « Le carac­tère artis­tique de la pres­ta­tion est éga­le­ment reconnu », se féli­cite-t-il, esti­mant que « cela lève les reproches de la chambre régio­nale des comptes qui avait ini­tié la pro­cé­dure ».

Erwan Lecœur, François Langlois et Paul Coste se pour­voient en cassation

L’élu éco­lo­giste a enfin un mot pour les trois autres pré­ve­nus condam­nés en appel, l’an­cien direc­teur de la com­mu­ni­ca­tion de la Ville de Grenoble Erwan Lecœur, l’ex-direc­teur géné­ral des ser­vices (DGS) François Langlois et l’ad­joint de ce der­nier Paul Coste. Contrairement à lui, tous trois ont en effet décidé de se pour­voir en cassation.

L’ancien DGS de la Ville François Langlois ainsi qu’Erwan Lecoeur et Paul Coste, tous trois condam­nés éga­le­ment à 8000 euros d’a­mende avec sur­sis, se pour­voient en revanche en cas­sa­tion. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Éric Piolle leur sou­haite donc « du cou­rage », tout en leur témoi­gnant sa « soli­da­rité ». Avant de conclure : « Je sui­vrai avec atten­tion les pro­chaines déci­sions de jus­tice, comme l’ensemble des res­pon­sables de col­lec­ti­vi­tés, qui uti­lisent toutes très régu­liè­re­ment la pro­cé­dure de mar­ché de pres­ta­tion artis­tique sans mise en concur­rence. »

Pour rap­pel, les trois autres pré­ve­nus pour­sui­vis, l’as­so­cia­tion Fusées, son direc­teur artis­tique et met­teur en scène Pascal Auclair, et une ancienne sala­riée du ser­vice achats de la Ville, ont quant à eux été relaxés par la cour d’ap­pel. Laquelle avait ainsi confirmé le juge­ment du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Valence, qui avait pro­noncé une relaxe géné­rale en octobre 2022.

Manuel Pavard

Auteur

3 réflexions sur « Fête des Tuiles : Éric Piolle ne se pour­voit pas en cas­sa­tion, contrai­re­ment aux trois autres pré­ve­nus condamnés »

  1. Poussé dans ses retran­che­ments, par ses adver­saires Mr Piolle ne connait
    qu’une parade : LA MENACE !!
    À quand la DÉMISSION Mr le Maire à Grenoble ????
    Êtes ‑vous , OUI ou NON , cou­pable de cette magouille avec Me E. Martin ?

    sep article
  2. Ben si il se casse.
    Il se casse à Rio en avion, bon­soir la planète.
    Il se casse dans des stages, bon­soir nos impôts aug­men­tés de 32% qui le payent pour rien faire.

    sep article
  3. « … qui uti­lisent toutes très régu­liè­re­ment la pro­cé­dure de mar­ché de pres­ta­tion » dit-il. S’il est condamné c’est bien parce que Mr Piolle n’a pas res­pecté la pro­cé­dure contrai­re­ment à sa déclaration !

    Mr Piolle n’a visi­ble­ment aucun élé­ment pro­bant à appor­ter. C’est presque un aveu de culpabilité.

    Tandis que les autres pro­ta­go­nistes ont pro­ba­ble­ment eu à lui obéir.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Piolle révèle avoir réalisé son second stage, cette fois dans les services de la propreté urbaine d'Échirolles
Fête des Tuiles : Éric Piolle condamné en appel à 8000 euros d’a­mende avec sur­sis, l’as­so­cia­tion Fusées relaxée

FOCUS - Jugés en appel les 19 et 20 juin 2023, Éric Piolle et trois autres prévenus (Erwan Lecœur, François Langlois et Paul Coste) ont Lire plus

"Supprimer les fêtes religieuses du calendrier républicain", la proposition d'Éric Piolle crée la polémique
Condamnation d’Éric Piolle pour favo­ri­tisme : les réac­tions se suc­cèdent dans la classe poli­tique grenobloise

FOCUS - Éric Piolle a été condamné en appel, mercredi 6 septembre 2023, à 8 000 euros d'amende avec sursis pour favoritisme dans l'affaire de Lire plus

Affaire de la Fête des Tuiles : lourde amende requise contre Éric Piolle mais pas d’i­né­li­gi­bi­lité, déci­sion le 6 sep­tembre 2023

REPORTAGE - Relaxés en première instance par le tribunal correctionnel de Valence, Éric Piolle et six autres prévenus comparaissaient, lundi 19 et mardi 20 juin Lire plus

Affaire de la Fête des Tuiles : Éric Piolle, jugé en appel avec six autres pré­ve­nus à Grenoble, charge le par­quet général

REPORTAGE - Le procès en appel d'Éric Piolle et de six autres prévenus, dans l'affaire de la Fête des Tuiles, s'est ouvert ce lundi 19 Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Fête des Tuiles : « tout est dégueu­lasse dans cette affaire », selon l’as­so­cia­tion Fusées qui lance un appel aux dons

FOCUS - L'avocate générale a requis, le 20 juin 2023, la relaxe1rendu du jugement le 6 septembre 2023 pour l'association Fusées et son metteur en Lire plus

Taxe foncière: le collectif Demain Grenoble accuse Éric Piolle de "tromperies" et de "mensonges"
Affaire de la Fête des Tuiles : Éric Piolle et les six autres pré­ve­nus relaxés par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Valence

FOCUS - Le maire de Grenoble Éric Piolle et les six autres prévenus jugés dans l'affaire de la Fête des Tuiles ont été relaxés par Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !