Le porte-parole du groupe d'analyse métropolitain re-porte plainte dans les dossiers des marchés de la Fête des tuiles et du bâtiment du Crédit agricole.

La fête des Tuiles, caillou dans la chaus­sure de la muni­ci­pa­lité écologiste ?

La fête des Tuiles, caillou dans la chaus­sure de la muni­ci­pa­lité écologiste ?

DÉCRYPTAGE - Pour sa troisième édition, la fête des Tuiles a changé son fusil d’épaule. Si le fil conducteur de la manifestation reste le même, l’organisation et la coordination de l’évènement ont cette année été confiés aux services de la ville. Mais la reprise en main pose question. Vise-t-elle à faire oublier les possibles impairs des deux premières éditions où les marchés ont été attribués à des prestataires extérieurs sans mise en concurrence, et notamment à l'association Fusées dont le co-directeur fut l'un des signataires de l'appel à voter Eric Piolle en 2014 ? La ville s'en défend. Et y voit une simple manœuvre politicienne…

 

 

 

La manifestation est populaire, assurément. Plutôt festive et bon enfant. Participative aussi. Et rassembleuse dans la mesure où, à la faveur de la fermeture des cours Jean Jaurès et Libération à la circulation, elle permet aux piétons de se réapproprier cet espace de la ville. La fête des Tuiles, troisième du nom, a sûrement été à la hauteur de ce qu’elle est  : une grande kermesse.

 

Fête des Tuiles 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Fête des Tuiles 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

 

Pour sa troisième édition, la manifestation a donc remis le couvert. On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait. Si, le principe – une grande fête avec stands, animations, concerts et défilé de chars – reste le même, entre les deux premières éditions et cette troisième mouture, les acteurs de cette partition jouée avec la ville ont changé. Après les éditions 2015 et 2016 confiées en partie à des prestataires extérieurs, la ville a décidé de reprendre la main. Une « internalisation » qui ne tombe peut-être pas tout à fait par hasard.

 

Exit l’association Fusées. Les deux premières années, c’est elle qui s’était vu attribuer la mise en œuvre de la fête. Un gros travail de défrichage et de coordination des animations qui a un prix. Ou plutôt un coût : sur les 128 000 euros de budget en 2016, 93 000 euros sont partis en frais de fonctionnement dont près de 65 000 euros en salaires et, accessoirement, 4 300 euros en notes de frais. Pour une manifestation intra-muros, faisant la part belle aux partenaires locaux, c’est cher payé...

 

 

36 000 euros pour la partie « spectacles » sur un budget de 128 000 euros

 

© Florent Mathieu

Trop cher ? Son co-directeur s'en défend. "Pour mobiliser les riverains, les Grenoblois et les associations de l’agglomération puis leur proposer des temps de créations partagées, l’association a embauché des personnes salariées à partir du mois de janvier 2016, argue Pascal Auclair. Ce budget inclut également les indemnités de stage des stagiaires accueillis par Fusées." Quant aux notes de frais, elles "correspondent à six mois de remboursement aux salariés susmentionnés plus les repas d’équipe à J-5 jours ».

 

La partie « spectacles » proprement dite s'est, elle, retrouvée réduite à la portion congrue : 36 000 euros en tout et pour tout, hors défilé. En effet, le "clou" de la fête avait lui été confié à une autre association, Afric’Impact, pour sensiblement le même montant.

 

Cette année, la ville a changé son fusil d’épaule. « La prestation artistique, c’est essentiellement celle du défilé des Tuiles », précise Olivier Bertrand, conseiller municipal en charge de l’animation à la ville de Grenoble. 89 000 euros attribués après conventionnement au collectif éponyme, héritier d’Afric ‘Impact. Et rien pour Fusées, la partie « spectacles » ayant atterri dans l’escarcelle du service évènementiel de la ville. Une « municipalisation » opportune ?

 

https://vimeo.com/221150942

 

 

Exit Fusées, la ville reprend en main l'organisation et la coordination de la fête

 

Officiellement, les attentats de Nice sont passés par là, les normes de sécurité sont plus draconiennes et rien ne garantissait qu’au dernier moment, la manifestation, organisée qui plus est la veille du premier tour des législatives, ne soit pas purement et simplement annulée au regard d’un potentiel risque attentat. Bref, la ville a préféré ne pas se mouiller...

 

« On ne voulait pas se retrouver avec un prestataire, Fusées, qui aurait dû être honoré si la fête devait être annulée, et qui aurait coûté très cher », justifie Olivier Bertrand. Pour la ville, en ces temps de restriction budgétaire, il n’y a pas de petites économies. C’est d’ailleurs pour continuer de serrer un peu plus la ceinture qu’elle a pris le relais de Fusées. « Après le gros travail de l’association les deux premières années, la fête est désormais maîtrisée et les services de la ville ont la capacité de la mettre en œuvre. Aujourd’hui, le travail n’est plus le même...»

 

Des jongleurs sur un mandala géant dessiné par des enfants lors de la Fête des Tuiles 2017. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des jongleurs sur un mandala géant dessiné par des enfants lors de la Fête des Tuiles 2017. © Florent Mathieu - Place Gre'net

 

Comme en 2015 et en 2016, le budget 2017 de la fête des Tuiles devrait, entre les spectacles, les dépenses liées à la sécurité, la communication, la propreté, la logistique, la police municipale, etc... avoisiner les 350 000 euros. Mais sans compter les dépenses de personnel.

 

Du coup, pour les oppositions municipales, droite comme gauche, le chiffre devrait davantage tourner autour du demi-million d'euros. Lesquelles déplorent, à l'instar de la Biennale des villes en transition, le manque de transparence. "Rien n’a été dit, regrette Marie-José Salat, conseillère municipale d’opposition (socialiste). Ce que l’on sait, c’est par indiscrétion."

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 53 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après avoir quitté la majorité grenobloise, Maude Wadelec annonce sa candidature sur la troisième circonscription de l'Isère
Après avoir quitté la majo­rité gre­no­bloise, Maude Wadelec annonce sa can­di­da­ture sur la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère

FLASH INFO - La conseillère municipale de Grenoble Maud Wadelec, qui a récemment quitté les rangs de la majorité sans donner d'explications officielles, a annoncé Lire plus

Mobilisation du comité de soutien à la MJC-théâtre Prémol, devant la mairie de Grenoble, à l'occasion d'une rencontre avec les élues aux Cultures et à la Jeunesse, lundi 10 juin 2024 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Grenoble : pour sau­ver la MJC-théâtre Prémol, son comité de sou­tien pro­pose de décro­cher le label « Éducation popu­laire pour la culture »

FOCUS - La MJC-théâtre Prémol à Grenoble va-t-elle devoir céder la gestion du théâtre à l'association Le centre des Arts du récit ? Il semblerait Lire plus

Le CHU Grenoble-Alpes présente ses douze engagements "pour une alimentation saine et durable"
Le CHU Grenoble-Alpes pré­sente ses douze enga­ge­ments « pour une ali­men­ta­tion saine et durable »

FLASH INFO - Le CHU Grenoble-Alpes annonce s'engager "pour une alimentation saine et durable" avec Mon restau responsable (déjà adopté par le Crous Grenoble-Alpes), une Lire plus

Grenoble : ras­sem­ble­ment le 15 juin 2024 à Alsace-Lorraine contre les fer­me­tures annon­cées de bureaux de poste

FOCUS - Des représentants d'unions de quartier et du collectif "J'aime ma poste" (qui regroupe des usagers et syndicats de postiers) ont de nouveau tiré Lire plus

Pompiers illustration (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
Deux trans­for­ma­teurs élec­triques incen­diés à La Tronche et Grenoble, des mil­liers de foyers pri­vés d’électricité

FLASH INFO - Deux transformateurs électriques ont été incendiés dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 juin 2024, à La Tronche et Grenoble, Lire plus

Chronique Place Gre'net - RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution
Chronique Place Gre’net – RCF : L’affaire Piolle-Martin sur fond de dissolution

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !