Affaire Sciences Po : l’Unef Grenoble visée par une plainte pour dif­fa­ma­tion dépo­sée par l’un des pro­fes­seurs concernés

Affaire Sciences Po : l’Unef Grenoble visée par une plainte pour dif­fa­ma­tion dépo­sée par l’un des pro­fes­seurs concernés

FOCUS - La présidente de l'Unef Grenoble était convoquée mardi 28 février 2023 au tribunal judiciaire de Paris. En cause, une plainte pour diffamation visant un communiqué unitaire de mars 2021 et déposée par l'un des professeurs de Sciences Po Grenoble accusés par des étudiants d'islamophobie, mais depuis réhabilités dans un rapport3Rapport de l'Inspection générale de l’éducation. L'audition n'ayant pas débouché sur une mise en examen, le syndicat a été placé sous le statut de témoin assisté. Néanmoins, les signataires du communiqué y voient une attaque contre les libertés syndicales et s'étonnent que l'Unef soit la seule organisation ciblée.

Deux ans après, "l'affaire Sciences Po" n'en finit plus de rebondir sur le terrain judiciaire. Énième épisode, mardi 28 février 2023 : la convocation de la présidente de l'Unef Grenoble devant une juge d'instruction, au tribunal judiciaire de Paris, pour une audition préalable à une mise en examen.

En cause, une plainte pour diffamation visant un communiqué unitaire publié le 9 mars 2021 sur le compte Twitter de l'Unef Grenoble et signé par plusieurs syndicats étudiants et de personnels de l'Université Grenoble Alpes (UGA)4CGT, CNT, RER-A, Solidaires étudiant-e-s, Sud éducation, UEG, Unef, Union syndicale Sciences Po Grenoble.

Sciences Po : une plainte pour diffamation ciblant l'Unef Grenoble. Sciences Po : une plainte pour diffamation ciblant l'Unef Grenoble

Klaus Kinzler, enseignant à Sciences Po Grenoble, a déposé une plainte contre X pour diffamation visant un communiqué signé par plusieurs syndicats, le 9 mars 2021, mais seule l'Unef Grenoble a été convoquée pour une audition, le 28 février 2023. DR (photo d'illustration)

Finalement, l'Unef Grenoble n'a pas été mise en examen au terme de cette brève audition. L'organisation étudiante a donc été placée sous le statut de témoin assisté. Une décision qui lui "permettra d'avoir accès au dossier", indique sa présidente Emma.

Une plainte contre X mais "seule l'Unef est auditionnée"

Le titre du communiqué mis en cause ? "Sciences Po Grenoble : pour la liberté académique et pour les libertés syndicales des personnels et des étudiants". Les organisations signataires s'exprimaient alors sur la polémique naissante causée par les accusations d'islamophobie à l'encontre de Klaus Kinzler et Vincent Tournier. Deux enseignants de l'Institut d'études politiques (IEP) ciblés nommément par des collages sur les murs de l'établissement, le 4 mars 2021.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 59 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Une réflexion sur « Affaire Sciences Po : l’Unef Grenoble visée par une plainte pour dif­fa­ma­tion dépo­sée par l’un des pro­fes­seurs concernés »

  1. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Affaire de Sciences Po Grenoble : une ensei­gnante condam­née pour injure et dif­fa­ma­tion envers le pro­fes­seur Vincent Tournier [condam­na­tion infir­mée en appel le 2 octobre 2023]

[Note post publication: Claire Guéville a finalement été relaxée par la Cour d'appel de Grenoble dans un arrêt en date du 2 octobre 2023. La Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Tags hostiles contre une conférence sur les violences sexuelles à Sciences Po Grenoble
Des tags hos­tiles contre une confé­rence sur les vio­lences sexuelles à Sciences Po Grenoble

FLASH INFO — Une conférence-débat sur les violences sexistes et sexuelles accueillies par des tags hostiles? C'est la scène qui s'est déroulée à Sciences Po Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

FOCUS - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour dénoncer Lire plus

L'Europe (mais pas que) au centre d'un cycle de conférences à Sciences Po Grenoble
La direc­tion de Sciences Po Grenoble crée un « comité de per­son­na­li­tés » pour faire face aux polémiques

FOCUS - Après une année 2021 marquée par les polémiques, la direction de Sciences Po Grenoble annonce la création d'un "comité de personnalités". Son objectif Lire plus

© Benjamin Houry - Place Gre'net
L’Unef Grenoble dénonce une nou­velle pro­mo­tion d’é­tu­diants « sans fac »

FLASH INFO - L'Unef Grenoble a déposé, le 18 juillet 2022, à la présidence de l'Université Grenoble Alpes (UGA) six dossiers d'étudiants. Des jeunes étrangers, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !