Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et de diffamation envers Vincent Tournier, maître de conférences à Sciences Po Grenoble. En cause, une série de tweets visant, en mars 2021, l'un des deux enseignants de l'IEP - avec Klaus Kinzler - alors accusés d'islamophobie. Des messages que cette militante syndicale au Snes-FSU nie catégoriquement avoir écrits. Faute de preuves, le parquet a requis la relaxe. Le jugement a été mis en délibéré au 11 janvier 2023.

"Raciste", "négationniste", "raciste et négationniste", "sectaire et intolérant". Voici en substance les qualificatifs polémiques des quatre tweets figurant au cœur de l'affaire jugée, ce lundi 28 novembre 2022, devant le tribunal judiciaire de Grenoble. Des messages visant Vincent Tournier, maître de conférences à Sciences Po Grenoble, qui poursuivait pour injure et diffamation leur auteur présumée, Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen.

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits.

Claire Guéville, professeur d'histoire-géo à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Aux sources de ce procès, la très médiatique polémique ayant touché l'Institut d'études politiques (IEP) de Grenoble durant une grande partie de l'année 2021. Car si son nom a moins défrayé la chronique que celui de son collègue Klaus Kinzler, Vincent Tournier - absent à l'audience - était lui aussi ciblé par les accusations d'islamophobie. Une affaire dont la présidente a dressé les contours, après un échange introductif sur un point de procédure.

Des tweets publiés deux jours après les collages ciblant les deux professeurs

Le dépôt de plainte remonte au 3 juin 2021, soit environ trois mois après les faits. Le 4 mars 2021, des collages étaient ainsi placardés sur le bâtiment de Sciences Po Grenoble, accusant nommément deux professeurs de l'école d'être "fascistes" et "islamophobes". Klaus Kinzler et Vincent Tournier se voyaient notamment reprocher des propos tenus dans un échange de mails mais également dans leurs cours.

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits.

Les tweets mis en cause ont été publiés le 6 mars 2021, soit deux jours après les collages sur les murs de Sciences Po Grenoble visant les professeurs Klaus Kinzler et Vincent Tournier. DR

Maître de conférences en science politique, ce dernier anime un module dénommé "Islam et musulmans de France", dont le contenu était vivement critiqué par ses détracteurs. La controverse a rapidement enflé ensuite, illustrée par de multiples épisodes, dont celui à l'origine du procès du jour. Bien sûr, Claire Guéville n'est nullement accusée des faits précités, comme l'a rappelé le tribunal, mais impossible d'éluder ce contexte.

La série de tweets mis en cause, publiés sur un fil de discussion, date en effet du 6 mars 2021, au surlendemain des collages. Dans ces quatre messages - pour certains retweetés -, l'auteur déclarait par exemple : "Les racistes n'ont pas leur place à l'Université", ou encore "De mon point de vue, ces collègues [sous-entendu Klaus Kinzler et Vincent Tournier] sont négationnistes".

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 72 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La direction de Science Po Grenoble crée un "comité de personnalités" pour faire face aux polémiques
La direc­tion de Sciences Po Grenoble crée un « comité de per­son­na­li­tés » pour faire face aux polémiques

FOCUS - Après une année 2021 marquée par les polémiques, la direction de Sciences Po Grenoble annonce la création d'un "comité de personnalités". Son objectif Lire plus

Sciences Po Grenoble signe l'Accord de Grenoble, pour la sensibilisation aux enjeux de transition "socio-écologique"
Sciences Po Grenoble : une péti­tion de plus de 11 400 signa­tures en faveur du pro­fes­seur Klaus Kinzler, sus­pendu par sa hiérarchie

FLASH INFO - Une pétition en ligne destinée à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, demandant le retour du professeur de Sciences Po Grenoble (IEP) Lire plus

Sciences Po Grenoble : des étu­diants mani­festent contre « l’is­la­mo­pho­bie » après des col­lages visant deux professeurs

  REPORTAGE – Une cinquantaine de personnes ont manifesté contre "l'islamophobie" devant Sciences Po Grenoble mardi 9 mars. Quelques jours plus tôt, des collages accusant Lire plus

Sciences-Po salue la mémoire de son ancien directeur et professeur Jean-Louis Quermonne
Sciences Po Grenoble perd les finan­ce­ments de la Région pour sou­tien à des « pra­tiques communautaristes »

FOCUS - Laurent Wauquiez a suspendu l'ensemble des financements versés à Sciences Po Grenoble (IEP), qu'il accuse de soutenir des « pratiques communautaristes », a-t-on Lire plus

Accusations d'islamophobie à Sciences Po Grenoble: l'Inspection générale livre un rapport sans concession
Accusations d’is­la­mo­pho­bie à Sciences Po Grenoble : l’Inspection géné­rale livre un rap­port sans concession

  FOCUS – Le rapport mandaté par la ministre de l'Enseignement supérieur à l'IGÉSR suite aux accusations d'islamophobie contre deux enseignants de Sciences Po Grenoble Lire plus

Accusations d'islamophobie à Sciences Po: relaxe (quasi) générale pour les étudiants en conseil de discipline
Accusations d’is­la­mo­pho­bie à Sciences Po : relaxe (quasi) géné­rale pour les étu­diants en conseil de discipline

FLASH INFO — Une relaxe quasi-générale. C'est ce qui ressort des décisions rendues le 25 novembre par la section disciplinaire de l’Université Clermont-Auvergne, en charge Lire plus

Flash Info

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Flash info| Explosion pos­si­ble­ment d’o­ri­gine cri­mi­nelle dans une épi­ce­rie ita­lienne de Grenoble dans la nuit du 29 au 30 jan­vier 2023

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Agenda

Je partage !