Constituée autour de la présidence de Christophe Ferrari, l'association Territoires singuliers prône la "réconciliation"

Christophe Ferrari, le pré­sident de la métro­pole gre­no­bloise, accusé d’a­bu­ser de sa voi­ture de fonc­tion avec chauffeur

Christophe Ferrari, le pré­sident de la métro­pole gre­no­bloise, accusé d’a­bu­ser de sa voi­ture de fonc­tion avec chauffeur

FOCUS – Le jour­nal sati­rique de la « cuvette gre­no­bloise » Le Postillon publie un article dénon­çant des pra­tiques jugées contraires à l’é­thique du pré­sident de la Métropole Christophe Ferrari. En cause ? L’utilisation qui serait faite de sa voi­ture de fonc­tion avec chauf­feur. La publi­ca­tion s’ap­puie sur le témoi­gnage de l’an­cien chef de cabi­net de l’élu.

C’est un article “choc” que publie Le Postillon, jour­nal sati­rique de la région gre­no­bloise, dans son édi­tion papier d’au­tomne 2022, sor­tie le mardi 4 octobre. Sous le titre « Ferrari se fait fla­sher », la publi­ca­tion dénonce des pra­tiques éthi­que­ment (très) dis­cu­tables de Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole de Grenoble et maire de Pont-de-Claix, concer­nant l’u­ti­li­sa­tion de sa voi­ture de fonc­tion avec chauffeur.

Christophe Ferrari est mis en cause dans un article du Postillon sur l'utilisation de sa voiture de fonction à tes fins personnelles. © Benjamin Houry

Christophe Ferrari est mis en cause dans un article du Postillon sur l’u­ti­li­sa­tion de sa voi­ture de fonc­tion à tes fins per­son­nelles. © Benjamin Houry

Le Postillon se base sur des élé­ments appor­tés par un dénommé « Pascal », ex-chef de cabi­net de Christophe Ferrari, qui explique ne pas avoir « la même notion de l’in­té­grité » que son ancien patron. Et se confie dans un long entre­tien, avec pré­sen­ta­tion de docu­ments pour étayer ses propos.

Si Le Postillon ne donne pas son nom com­plet, celui-ci peut se retrou­ver aisé­ment sur la Toile, ce qui indique que le témoin ne se cache pas.

Déplacements per­son­nels… et pêche au vif

En résumé ? Selon les infor­ma­tions du Postillon, Christophe Ferrari use­rait de sa voi­ture de fonc­tion pour des dépla­ce­ments per­son­nels. Par exemple pour se rendre à Polytech, où il donne des cours. Ou à des soi­rées au res­tau­rant, qui ne figurent pas sur son agenda institutionnel.

Le tout avec un chauf­feur dépas­sant le quota d’heures sup­plé­men­taires auto­ri­sées. Et garant son véhi­cule devant le domi­cile du pré­sident, pra­tique là encore interdite.

Fervent promoteur de Métrovélo, Christophe Ferrari préférerait de loin les déplacements en voiture, selon les informations du Postillon. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Fervent pro­mo­teur de Métrovélo, Christophe Ferrari pré­fé­re­rait de loin les dépla­ce­ments en voi­ture, selon les infor­ma­tions du Postillon. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Accusation plus grave encore, les amendes liées à l’u­ti­li­sa­tion de cette voi­ture de fonc­tion ne seraient pas rares. Des amendes – par exemple pour un « accès à une zone pié­tonne » en Italie le 26 décembre 2016 – la plu­part du temps payées par Christophe Ferrari, sou­ligne Pascal.

Mais pas tou­jours. Une amende de 450 euros aurait ainsi été réglée par la Métropole. De même que 600 euros de fran­chise, suite à un acci­dent sur­venu en-dehors des acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles du président.

L’ancien chef de cabi­net livre encore une anec­dote inso­lite : le chauf­feur aurait été chargé d’al­ler ache­ter des appâts vivants pour Christophe Ferrari, puis de les conser­ver dans le lavabo d’une salle de réunion de la Métropole.

Détail trou­blant alors que la majo­rité métro­po­li­taine a adopté en jan­vier 2021 un vœu appe­lant à l’in­ter­dic­tion de la pêche au vif, sur ini­tia­tive de l’é­lue ani­ma­liste Sandra Krief.

Une réponse de la Métropole sera « trans­mise prochainement »

Les accu­sa­tions por­tées par Le Postillon ne concernent pas seule­ment l’u­ti­li­sa­tion de la voi­ture de fonc­tion de Christophe Ferrari, mais aussi des repas rem­bour­sés par la Métro… Quitte, tou­jours selon le même témoin, à chan­ger les noms des convives pour leur don­ner l’ap­pa­rence de réunions de travail.

« J’ai réel­le­ment déjeuné deux fois avec lui, mais selon les notes de frais, ce serait au moins une dizaine », déclare Pascal.

Yann Mongaburu (à droite), rival malheureux de Christophe Ferrari, aurait signalé à la justice les abus présumés du président de la Métropole.. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yann Mongaburu (à droite), rival mal­heu­reux de Christophe Ferrari, aurait signalé à la jus­tice les abus pré­su­més du pré­sident de la Métropole.. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’ancien chef de cabi­net indique que, suite à un signa­le­ment de Yann Mongaburu, rival mal­heu­reux de Christophe Ferrari au poste de pré­sident de la Métropole, une enquête poli­cière aurait été ouverte en début d’an­née 2022.

Ouverte… et rapi­de­ment clas­sée sans suite. De quoi entraî­ner une prise de conscience de l’in­té­ressé ? Pas selon Pascal, qui affirme n’a­voir observé aucune remise en cause de la part de l’élu.

Le Postillon avait déjà eu maille à par­tir avec Christophe Ferrari, suite à un article sur la muni­ci­pa­lité de Pont-de-Claix qui lui avait valu une condam­na­tion pour « injure ». Cette fois, le jour­nal sati­rique explique avoir sol­li­cité le pré­sident de la Métropole, sans succès.

Contacté par Place Gre’net pour une demande de réac­tion, les ser­vices métro­po­li­tains font savoir qu’un com­mu­ni­qué « sera trans­mis pro­chai­ne­ment ».

L’article, l’en­tre­tien et les docu­ments cités et men­tion­nés ici sont à retrou­ver sur cinq pages dans le numéro 66 du Postillon, édi­tion papier d’au­tomne 2022, en vente chez les mar­chands de jour­naux de la région grenobloise.

La réac­tion du par­quet de Grenoble

Par voie de com­mu­ni­qué, le par­quet de Grenoble confirme qu’un signa­le­ment a été réa­lisé par Yann Mongaburu en décembre 2021. « Il s’agissait d’un fait unique dénoncé sans jus­ti­fi­ca­tif dans un contexte de fortes ten­sions poli­tiques. […] J’ai classé sans suite l’enquête pour absence d’infraction, ce dont j’ai tenu informé le signa­lant et le mis en cause », indique le pro­cu­reur de la République de Grenoble Éric Vaillant.

Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Éric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le magis­trat fait ensuite état d’un second signa­le­ment, adressé le 16 sep­tembre 2022, « plus détaillé cette fois », par « une autre per­sonne employée de la Métropole ». « Une enquête a été ordon­née le 30 sep­tembre, confiée au ser­vice de police judi­ciaire de Grenoble pour détour­ne­ment de bien par per­sonne dépo­si­taire ou char­gée d’une mis­sion de ser­vice public (article 432 – 15 du code pénal) », écrit Éric Vaillant.

Florent Mathieu

Auteur

2 réflexions sur « Christophe Ferrari, le pré­sident de la métro­pole gre­no­bloise, accusé d’a­bu­ser de sa voi­ture de fonc­tion avec chauffeur »

  1. Rappel de l’é­pi­sode précédent :

    Elu avec les voix de la #droite et de #LREM, le déshon­neur de la #gauche locale a désor­mais un visage : celui de M. Ferrari pic​.twit​ter​.com/​2​M​D​M​3​9​3​eJ1 — Antoine BACK ✊🌻🤘😎 (@abkgrenoble) July 17, 2020

    sep article
  2. C’est tout de même incroyable de faire un fro­mage d’une voi­ture pour un élu de ce niveau…derrière tout ça on découvre la haine de Mongaburu, le chef de cabi­net de Ferrari ayant été un proche col­la­bo­ra­teur de la tête de liste EELV de Paris, on devine bien le jeu de rôle porté par ce der­nier se fai­sant pas­ser pour un che­va­lier blanc…honteux.

    Sincèrement les chefs d’entreprise ayant des res­pon­sa­bi­li­tés moindres uti­lisent des véhi­cules de la même façon, que pen­ser de Macron qui prend la voi­ture pour aller à la Baule ? Bref une polé­mique pure­ment poli­tique, quand Piolle envoie ses propres sol­dats pour cou­ler ses oppo­sants par tous les moyens. Je ne sou­tiens pas Ferrari, mais je ne sup­porte plus du tout Piolle Mongaburu et leurs sol­dats posi­tion­nés même au cabi­net du pré­sident de la Métro. Ne nous trom­pons pas : c’est un règle­ment de comptes politiques

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Christophe Ferrari dénonce la suppression de la CVAE, qui représente 40 millions d'euros par an pour la Métropole
Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole de Grenoble : « La sor­tie du die­sel concerne 100 000 véhi­cules : c’est nor­mal qu’il y ait débat ! »

TROIS QUESTIONS À - Tous les établissements scolaires de la capitale verte européenne 2022 baignent dans un air pollué et nocif pour la santé de Lire plus

Un plan vélo métropolitain pour "démocratiser et sécuriser" la pratique cycliste sur l'agglomération et au-delà
Un plan vélo pour « démo­cra­ti­ser et sécu­ri­ser » la pra­tique cycliste sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et au-delà

FOCUS - La Métropole de Grenoble annonce l'adoption prochaine d'un plan vélo doté de 24 millions d'euros. Objectif? "Démocratiser l'usage du vélo" sur l'ensemble du Lire plus

Les VAE et trottinettes Dott (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
Les nou­veaux vélos et trot­ti­nettes élec­triques Dott atten­dus le 1er juillet dans la métro­pole de Grenoble

EN BREF - L'opérateur Dott va proposer une nouvelle flotte de VAE et trottinettes électriques dès le 1er juillet 2022 dans l'agglomération grenobloise. Une façon Lire plus

La Métropole de Grenoble en visite à Phoenix Mobility, l'entreprise qui entend industrialiser le rétrofit
Grenoble : Phoenix Mobility, l’en­tre­prise qui entend indus­tria­li­ser le rétro­fit pour conver­tir les véhi­cules à l’électrique

FOCUS - Le président de la Métropole de Grenoble visitait les locaux de Phoenix Mobility ce mardi 5 avril 2022, une entreprise qui achève son Lire plus

Christophe Ferrari dénonce la suppression de la CVAE, qui représente 40 millions d'euros par an pour la Métropole
Christophe Ferrari dénonce la sup­pres­sion de la Cotisation sur la valeur ajou­tée des entreprises

EN BREF - Alors que le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a confirmé la suppression prochaine de la contribution sur la Lire plus

La Ville de Grenoble demande à la Métropole de prendre en charge les piscines du territoire
Michel Savin et Christophe Ferrari s’as­so­cient pour deman­der au gou­ver­ne­ment un plan pis­cine national

FOCUS - Le sénateur de l'Isère Michel Savin (LR) et le président de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari (divers gauche), pourtant de sensibilités politiques Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !