Grenoble : plusieurs milliers de personnes ont défilé contre la loi « sécurité globale »

sep article

 

REPORTAGE – Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 28 novembre, pour protester contre la loi dite de « sécurité globale ». Plus de 70 marches des libertés se déroulaient alors partout en France avec le même mot d’ordre. Un rassemblement massif en ce premier jour de déconfinement.

 

 

« C’est juste into­lé­rable, cette loi ! Il faut que les gens bougent et des­cendent dans la rue », clame Line, au milieu de la place de Verdun à Grenoble. Tout comme son frère et sa mère, la jeune femme arbore une pan­carte rouge vif avec des slo­gans écrits en noir. Elle s’é­tait déjà mobi­li­sée lors des marches pour le cli­mat, l’an der­nier.

 

Caroline et ses deux enfants Line et Raphaël sur la place Verdun. © Tim Buisson – Place Gre’net

Caroline et ses deux enfants Line et Raphaël sur la place de Verdun. © Tim Buisson – Place Gre’net

Beaucoup de jeunes sont ainsi pré­sents, ce samedi 28 novembre. « C’est main­te­nant qu’il faut les stop­per. Après, ça sera trop tard », ajoute Caroline, la mère de Line. Tous s’in­quiètent de la loi « sécu­rité glo­bale » et ont ainsi répondu à l’appel d’as­so­cia­tions et de par­tis situés à gauche de l’é­chi­quier poli­tique. Parmi leurs reven­di­ca­tions, la défense du droit à l’in­for­ma­tion, tout comme une tren­taine de socié­tés de jour­na­listes et de rédac­teurs ayant signé une tri­bune dans Libération le 9 novembre.

 

Également dans le viseur des mani­fes­tants, la loi de Programmation de la recherche. Ces deux lois, qui cris­tal­lisent les oppo­si­tions depuis plu­sieurs semaines, feraient en effet peser de nom­breuses menaces sur les liber­tés indi­vi­duelles selon leurs détrac­teurs.

 

 

Manifestation de grande envergure contre la loi « Sécurité globale »

 

Une chose est sûre, la mani­fes­ta­tion d’en­vi­ron 300 per­sonnes orga­ni­sée pour le même motif le mardi 17 novembre en plein confi­ne­ment fai­sait bien pâle figure com­pa­rée à celle de ce samedi et ses mil­liers de per­sonnes. Parti de 14 heures place de Verdun, le cor­tège a des­cendu la rue Lesdiguères avant de bifur­quer en direc­tion de la place Victor-Hugo. Les mani­fes­tants ont ensuite remonté les quais pour se ras­sem­bler place Saint-André. Un par­cours qui visait à évi­ter le centre-ville, le pré­fet sou­hai­tant ne pas péna­li­ser la reprise éco­no­mique en ce jour de réou­ver­ture de nom­breux com­merces non essen­tiels.

 

La manifestation a rassemblé plusieurs milliers de manifestants. © Tim Buisson – Place Gre’net

La mani­fes­ta­tion a ras­sem­blé plu­sieurs mil­liers de mani­fes­tants. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

Certains sont venus de loin pour mani­fes­ter. À l’i­mage d’Antoine, habi­tant de Prapoutel, sta­tion de ski des 7 Laux située à trois quarts d’heure de voi­ture, ce qui n’a pas freiné ses ardeurs. « Nos liber­tés sont mena­cées presque de semaine en semaine, s’in­quiète-t-il. On a de nou­velles lois qui sortent et qui sont à peine débat­tues et rati­fiées beau­coup trop rapi­de­ment. Sous cou­vert de l’é­tat d’ur­gence sani­taire, on est en train de tuer la liberté de cir­cu­ler, de par­ler et de mani­fes­ter », s’in­surge le méde­cin géné­ra­liste.

 

Raphaël s'étonne de la jeunesse des personnes mobilisées pour protester contre ce texte. © Tim Buisson – Place Gre’net

Raphaël s’é­tonne de la jeu­nesse des per­sonnes mobi­li­sées pour pro­tes­ter contre ce texte. © Tim Buisson – Place Gre’net

Sur la cen­taine de pan­cartes bran­dies dans la foule, les mes­sages riva­lisent d’in­gé­nio­sité : « Floutage de gueule »« Outrage à gens » ou encore « Souriez, vous êtes fil­més ». Les slo­gans scan­dés sont, pour leur part, moins ori­gi­naux. Un « Grenoble, sou­lève-toi ! » s’é­lève le long des quais de l’Isère.

 

« Quantitativement, c’est une grosse manif. On n’a pas vu ça depuis le mou­ve­ment contre les retraites, ana­lyse Raphaël. Qualitativement aussi ». Il bat le pavé régu­liè­re­ment à Grenoble. Et la jeu­nesse du cor­tège l’a mar­qué :

 

 

 

L’article 24 de la loi « sécurité globale » : la pierre d’achoppement

 

L’article 24 de la loi concentre toutes les atten­tions et les ten­sions. Celui-ci per­met de punir « d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de dif­fu­ser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le sup­port, dans le but qu’il soit porté atteinte à son inté­grité phy­sique ou psy­chique, l’image du visage ou tout autre élé­ment d’identification d’un fonc­tion­naire de la police natio­nale ou d’un mili­taire de la gen­dar­me­rie natio­nale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opé­ra­tion de police. »

 

Grenoble : Plusieurs milliers de personnes ont défilé contre la loi "sécurité globale"

L’article 24 de la loi cris­tal­lise les ten­sions chez les mani­fes­tants, mais éga­le­ment dans la majo­rité gou­ver­ne­men­tale. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

Seuls 103 des 271 dépu­tés La République en marche ont voté cet article. Cinq ont voté contre et les autres se sont abs­te­nus. Le Premier ministre, Jean Castex, a par ailleurs annoncé jeudi qu’une com­mis­sion indé­pen­dante allait « réécrire » cet article. Mais cette com­mis­sion n’est pas du tout du goût de Richard Ferrand. Le pré­sident de l’Assemblée natio­nale rap­pelle que c’est une pré­ro­ga­tive du Parlement, donc soit de l’Assemblée soit du Sénat. De quoi fra­gi­li­ser la cohé­rence gou­ver­ne­men­tale. « Le groupe LREM est en train d’ex­plo­ser », com­mente Raphaël dans le cor­tège gre­no­blois.

 

 

La goutte d’eau

 

« Je veux sou­te­nir le mou­ve­ment anti loi-sécu­rité glo­bale qui est plus un droit à l’op­pres­sion qu’autre chose », s’a­gace Danielle. Elle aussi vient de loin, en l’oc­cur­rence de Miribel-les-Échelles à la limite entre l’Isère et la Savoie. Cette ancienne pro­fes­seur de fran­çais a passé qua­rante ans de sa vie en Australie. Et son retour en France a été bru­tal.

 

« Il faut qu’on sur­veille la police pour véri­fier qu’il n’y ait pas de bavures. Enfin, je ne sais pas si on peut par­ler de bavure, si ce n’est pas struc­tu­rel », s’in­quiète-t-elle. Les images de Michel Zeckler, ce pro­duc­teur de musique tabassé par la police, l’ont pro­fon­dé­ment cho­quée. Idem pour Antoine. « La goutte d’eau ça a été la vidéo du pro­duc­teur de musique », s’in­surge-t-il.

 

Grenoble : Plusieurs milliers de personnes ont défilé contre la loi "sécurité globale"

Les images de l’a­gres­sion du pro­duc­teur de musique Michel Zeckler, passé à tabac par la police a été la goutte de trop pour ces deux amis. © Tim Buisson – Place Gre’net

Dans le cor­tège, Margot Belair défile sous les dra­peaux d’Europe éco­lo­gie – Les Verts. « Je m’in­quiète beau­coup pour toutes les per­sonnes qui ont pu subir des vio­lences et qui n’ont pas été fil­mées, déplore la 9e adjointe au maire de Grenoble. Il doit y avoir des sanc­tions ». Éric Piolle, qui milite éga­le­ment ardem­ment contre cette loi, était pour sa part à Lyon afin de défi­ler en com­pa­gnie de son homo­logue lyon­nais Gregory Doucet.

 

Dans la foule gre­no­bloise, on dis­tingue par contre le séna­teur de l’Isère Guillaume Gontard et plu­sieurs élus de la majo­rité : Antoine Back, Nicolas Kada ou encore Anabelle Bretton.

 

Émilie Chalas, dépu­tée LREM de l’Isère, a pour sa part voté en faveur du texte et s’en expli­quée, affir­mant que « l’ar­ticle 24 ne remet pas en cause la liberté d’in­for­mer ». Sa col­lègue isé­roise du groupe Modem, Élodie Jacquier-Laforge, a fait de même tout en émet­tant plu­sieurs réserves sur le texte.

 

Quoi qu’il en soit, « le gou­ver­ne­ment doit entendre cette mobi­li­sa­tion », insiste Margot Belair. En tout, 133 000 per­sonnes ont défilé par­tout en France selon le minis­tère de l’Intérieur. Difficile pour le gou­ver­ne­ment de fer­mer les yeux.

Tim Buisson

 

Les gilets jaunes également mobilisés ce samedi 28 novembre

 

Une cen­taine de gilets jaunes se sont ras­sem­blés samedi 28 novembre aux alen­tours de 9 heures au rond-point du Raffour de Crolles. Celui-là même qui avait été éva­cué mardi 10 novembre, après près de deux ans d’oc­cu­pa­tion.

 

Les gilets-jaunes se sont rassemblés à Crolles et ont marché en direction de la mairie. © Photo DR

Les gilets jaunes se sont aussi ras­sem­blés à Crolles, samedi. DR

La cen­taine de per­sonnes pré­sentes a mar­ché en direc­tion de la mai­rie. Une marche dans le calme et sans heurts.

 

Certains mani­fes­tants se sont ensuite ren­dus à Grenoble. Il y étaient déjà pré­sents le mardi 17 novembre pour fêter leur deux ans d’exis­tence. À cette occa­sion, leur cor­tège avait rejoint la pre­mière mani­fes­ta­tion contre la loi « sécu­rité glo­bale ».

 

 

Réouverture des musées
commentez lire les commentaires
3016 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : Novembre 2020

  2. Stop aux men­songes de l’ex­trême gauche et à la mani­pu­la­tion de l’o­pi­nion.
    La loi inter­dit que les visages soient inden­ti­fiables, il suf­fit donc de flou­ter avant dif­fu­sion. Montrer ce qui s’est passé ne néces­site pas que les visages soient iden­ti­fiables. Et s’il y a eu fautes, alors ces mêmes images sans le flou­tage peuvent être four­nies à la jus­tice.

    sep article
  3. Lancer des mani­fes­ta­tions COVIDPARTY pen­dant 4 semaines (tout en empê­chant le com­merce de tra­vailler) et reprendre le confi­ne­ment dès le 2 Janvier ?

    Surtout avec l’ex­treme gauche et des islamo-gau­chiste comme le NPA pour ne citer qu’eux sans oublier leurs sou­tiens verts & LFI ?

    Elle est pas bonne cette idée?🤔

    sep article