Élodie Jacquier-Laforge, députée de l’Isère, a voté la Loi « sécurité globale » mais émet plusieurs réserves

sep article



 

FLASH INFO – La loi dite de « sécurité globale » n’en finit pas de susciter la polémique. La députée Modem de l’Isère Élodie Jacquier-Laforge a voté ce texte lors de son passage à l’Assemblée nationale le mardi 24 novembre. Mais elle souhaite lever les ambiguïtés sur l’article 24 qui cristallise les tensions.

 

388 voix pour, 104 voix contre et 66 abs­ten­tions. Le vote a été sans appel mardi 24 novembre lors du vote du pro­jet de loi « sécu­rité glo­bale » à l’Assemblée natio­nale. Un pre­mier pas avant l’a­dop­tion défi­ni­tive du texte qui devrait arri­ver au Sénat début jan­vier 2021. Le 17 novembre, plus de 300 per­sonnes avaient mani­festé dans les rues de Grenoble pour mar­quer leur oppo­si­tion à cette loi. Quant au maire de Grenoble, Éric Piolle, il s’est vive­ment opposé à ce texte dans une vidéo pos­tée sur Twitter, redou­tant une « atteinte à nos valeurs ».

 

Élodie Jacquier-Laforge a voté la loi "sécurité globale".Élodie Jacquier-Laforge à l'Assemblée nationale. © Photo DR

Élodie Jacquier-Laforge à l’Assemblée natio­nale. DR

La dépu­tée Modem de l’Isère Élodie Jacquier-Laforgue a voté en faveur du texte, tout comme Émilie Chalas. Mais contrai­re­ment à sa col­lègue par­le­men­taire, elle émet plu­sieurs réserves des­sus. En pre­mier lieu sur l’article 24 qui pré­voit de péna­li­ser d’une peine de pri­son et d’une amende la dif­fu­sion d’i­mages d’un poli­cier dans l’in­ten­tion de por­ter « atteinte à son inté­grité phy­sique ou psy­chique ».

 

Un point dont la dépu­tée sou­hai­tait la réécri­ture lors des débats en com­mis­sion des lois. « La rédac­tion de cet article 24 doit conci­lier la liberté de la presse, la liberté d’ex­pres­sion et la pro­tec­tion des forces de l’ordre », insiste la dépu­tée. Le Premier ministre a de son côté annoncé qu’il va sai­sir le Conseil consti­tu­tion­nel sur ce point pré­cis.

 

 

La loi sécurité globale permet « plusieurs avancées » selon la députée

 

Élodie Jacquier-Laforge émet éga­le­ment des réserves sur la créa­tion d’un régime spé­ci­fique pour les camé­ras embar­quées dans les véhi­cules des forces de l’ordre. Elle pro­po­sait « de les asso­cier aux camé­ras indi­vi­duelles, dont le régime est mieux et déjà enca­dré ».

 

Enfin, elle sou­ligne plu­sieurs « avan­cées » dans ce texte : le ren­for­ce­ment du rôle de proxi­mité de la police, l’en­ca­dre­ment du port d’arme par décret et non pas par arrêté du ministre de l’Intérieur, la struc­tu­ra­tion du sec­teur privé, « tout en déve­lop­pant les condi­tions d’une rela­tion de confiance en par­te­na­riat avec les force réga­liennes », ou encore l’in­ter­dic­tion d’exer­cice d’ac­ti­vité dans la sécu­rité pri­vée si un indi­vidu a une ins­crip­tion au casier B2.

 

TB

 

commentez lire les commentaires
1613 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.