Pollution : dans une lettre ouverte, Grenoble à cœur charge une nouvelle fois le chauffage… et pas la voiture

sep article



FIL INFO — Suite à sa tribune publiée sur Place Gre’net, le collectif anti-CVCM Grenoble à cœur adresse une lettre ouverte au maire de Grenoble. Son objet ? Expliquer une nouvelle fois que la voiture est beaucoup moins responsable de la pollution atmosphérique que le chauffage, et appeler la Ville de Grenoble comme la Métropole à ne pas « se tromper d’ennemi ».

 

 

À Grenoble, cha­cun a son inter­pré­ta­tion du “monde d’a­près”… et des chiffres de la pol­lu­tion. Pour Éric Piolle et la majo­rité muni­ci­pale gre­no­bloise, le confi­ne­ment a occa­sionné une baisse de la pol­lu­tion liée à la dimi­nu­tion de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile.

 

Pour le col­lec­tif Grenoble à cœur au contraire, « la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines est tou­jours là ». Preuve selon lui que la cir­cu­la­tion auto­mo­bile n’est pas la cause prin­ci­pale de la mau­vaise qua­lité de l’air de Grenoble.

 

Gérald Dulac et Dominique Grand, membres du collectif Grenoble à cœur © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

Gérald Dulac et Dominique Grand, membres du col­lec­tif Grenoble à cœur. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

 

C’est la thèse que Grenoble à cœur déve­loppe dans un texte publié dans l’es­pace Tribunes de Place Gre’net. Et que les pour­fen­deurs de Cœurs de ville, cœurs de Métropole (CVCM) reprennent dans une lettre ouverte mise en ligne sur leur site. Une lettre adres­sée « à madame ou mon­sieur le maire de Grenoble, en fonc­tion actuel­le­ment ou après les élec­tions ». Quand bien même Éric Piolle en semble bien le prin­ci­pal des­ti­na­taire.

 

 

Le chauffage, vrai responsable de la pollution pour Grenoble à cœur

 

Le prin­cipe de la lettre ? Exposer « 4 demandes pré­cises pour le monde d’a­près ». Des demandes pré­cé­dées d’un long exposé sur la noci­vité des par­ti­cules en sus­pen­sion. Tant pour la santé humaine… que pour la pro­pa­ga­tion des virus.

 

Le res­pon­sable ? « Le chauf­fage », assure le col­lec­tif : « Les niveaux sont bien plus faibles hors [de] la période hiver­nale, alors qu’ils résultent du cumul des émis­sions de l’agriculture, de l’industrie, du ter­tiaire et des trans­ports ! »

 

Dans une lettre ouverte, Grenoble à coeur accuse une nouvelle fois le chauffage, et non la voiture, d'être responsable de la pollution à Grenoble.

En 2017 déjà, Grenoble à cœur disait tout le mal qu’il pen­sait de CVCM devant le conseil métro­po­li­tain. DR

 

La voi­ture serait-elle hors de cause ? « L’automobile ne peut être le cou­pable n°1 », lance en tout cas le col­lec­tif. Qui accuse la Ville comme la Métro de dés­in­for­mer les citoyens en ren­dant le die­sel res­pon­sable d’é­mis­sions de par­ti­cules éma­nant du chauf­fage au bois. Sans oublier de pour­fendre CVCM, qui aurait généré une hausse des émis­sions de tra­fic auto­mo­bile en même temps que des embou­teillages.

 

En conclu­sion, Grenoble à cœur appelle à « ne plus se trom­per d’ennemi n°1 » et à lut­ter en prio­rité contre la pol­lu­tion géné­rée par le chauf­fage. Mais aussi à flui­di­fier la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, et à « cor­rec­te­ment infor­mer les Grenoblois » sur les mesures de pol­lu­tion. Au final, des demandes et une démons­tra­tion proches… des nom­breuses inter­pel­la­tions pré­cé­dentes du col­lec­tif vis-à-vis de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise et de la Métropole de Grenoble.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4867 visites | 13 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 13
  1. sep article
  2. Comparées à la voi­ture, les voies réser­vées aux cycles gas­pillent beau­coup trop de notre espace public, pour une petite mino­rité de par­ti­sans et de per­sonnes for­cées d’employer ce mode de dépla­ce­ment pénible et incon­for­table, les res­pon­sables de cet acca­pa­re­ment per­sé­vèrent dans cette gabe­gie.
    Depuis 20 ans plus d’une dizaine de km de voies cyclables a été ins­tal­lées à la place de voies com­munes aux voi­tures, bus, 2 roues dans les rues et ave­nues à tra­fic moyen ou grand de Grenoble. Sur celles dont on connait les tra­fics à l’é­poque, l’a­mé­na­ge­ment de ces pistes pour des cyclistes à la place de voies com­munes pour tous, nuit à presque 10 fois plus de per­sonnes jus­qu’à les exclure, pour que 10 % de per­sonnes pédalent sur ces pistes réser­vées. Un gas­pillage dis­cri­mi­na­toire de notre espace public aug­men­tant les embou­teillages et leurs pol­lu­tions sur les autres voies.
    Cette poli­tique pousse plus de per­sonnes à uti­li­ser le vélo avec lequel elles meurent d’ac­ci­dent au rythme de 40 morts par mil­liard de km de 2006 à 2015 dans l’ag­glo­mé­ra­tion (chutes, col­li­sions aux car­re­fours, …), 20 fois plus que si elles allaient en voi­ture , sans que les res­pon­sables de cette poli­tique ne les informent de ces acci­dents.
    C’est cela la société de dés­in­for­ma­tion, oppres­sion, disette, mal­heur et morts sup­plé­men­taires que les res­pon­sables aux com­mandes veulent nous impo­ser.

    sep article
  3. L’article mets bien lumiere que pour la pol­lu­tion, la voi­ture ne soit le pre­mier res­pon­sable, alors qu’elle la cible de ce maire ecolo demago. Bien sur qu’il faut par­ta­ger l’es­pace publique, bien sur qu’il faut diver­si­fier les moyens de trans­ports. Mais pas avec des plan de cir­cu­la­tion sans etudes d’im­pact, sans mettre les uns contre les autres.

    sep article
  4. Bonjour,
    Je suis dans les classes moyennes et je sou­tiens la poli­tique anti voi­ture.
    Pas besoin d être pauvre ou migrant.
    Aucune lutte des classes, on peut pen­ser que la voi­ture a une place beau­coup trop grande sur l espace public et comme moi consi­de­rer que ce n’est plus un sym­bole de réus­site sociale.
    Pour moi c est dépassé. N importe quel véhi­cule me per­met­tant d aller d un point A à B me satis­fait d autant plus s il est peu pol­luant.
    Vos conclu­sions me semblent être des rac­cour­cis erro­nés.

    sep article
    • @Bigdams38
      Cher Monsieur, sans entrer en polé­mique avec vous sur vos pré­fé­rences poli­tiques et/ou en matières de dépla­ce­ment, j’at­tire votre atten­tion que mon opi­nion est for­cé­ment une géné­ra­li­sa­tion. Avec tout le res­pect .… les cas par­ti­cu­liers, comme le votre, ne m’in­te­ressent pas, la vie est trop courte pour s’in­té­res­ser aux ano­ma­lies élec­to­rales ou autres. Mon com­men­taire visait les gau­chistes achar­nés gre­no­blois qui pré­tendent être « écolo » pour se faire voter , mais en réa­lité s’en fichent big time des vraies causes de la pol­lu­tion. La preuve – qu’ils s’at­taquent tou­jours à la voi­ture, qui ne repré­sente que 7% de la pol­lu­tion actuelle à Grenoble. Tout le monde sait que d’ici 10 – 15 ans les voi­tures seront tel­le­ment propres, que leur part dans la pol­lu­tion tom­bera à 1% ou encore moins. Il est donc rai­son­nable de sup­po­ser que l’a­char­ne­ment des pas­tèques contre la voi­ture est com­plè­te­ment idéo­lo­gique et pas ration­nel du point de vue d’é­co­lo­gie et/ou santé des habi­tants de Grenoble. Sinon, j’ai dis­cuté avec les élus gre­no­blois – en conver­sa­tion pri­vées ils/elles ne le cachent même pas – la voi­ture est ciblée pas à cause de la pol­lu­tion, mais parce qu’elle est indis­pen­sable pour le mode de vie des familles (classes moyennes) habi­tant dans l’ag­glo­mé­ra­tion (hors Grenoble intra­mu­ros)

      sep article
  5. Les pas­tèques ne se trompent pas du tout d’ennemi . Elles s’en fichent de la pol­lu­tion, des par­ti­cules (fines ou grosses), du cli­mat etc. La voi­ture pour eux c’est le sym­bole de la bour­geoi­sie avec son mode de vie. C’est la lutte des classes : les pas­tèques savent que les classes moyennes ne votent pas pour eux, donc il faut pau­pé­ri­ser la popu­la­tion (vive la decrois­sance!) et inon­der la France avec des migrants pour élar­gir leur base élec­to­rale

    sep article
  6. @ habi­tant de la métro : Vous n’avez pas bien lu ce qu’ils ont dit ou vous faites exprès. Pourtant il y a le lien mais je vous le redonne.
    https://www.placegrenet.fr/2020/04/18/pollution-de-lair-le-confinement-montre-que-les-grenoblois-ont-ete-trompes/291237
    La défor­ma­tion de la réa­lité a été per­ma­nente, comme l’illustre par exemple la publi­ca­tion de masse de la parole offi­cielle, le maga­zine Gre.mag : « Le dioxyde d’azote (NOx) et les par­ti­cules fines (PM10) : deux pol­luants à l’origine de 48 000 décès en France chaque année et d’une mort tous les 3 jours sur le seul bas­sin gre­no­blois, soit 9 fois plus que le nombre de décès liés aux acci­dents de la route ! Les res­pon­sables sont connus : le tra­fic auto­mo­bile et le chauf­fage au bois non per­for­mant. »
    Où sont pas­sées les PM2,5 de l’étude scien­ti­fique gre­no­bloise ? Disparues. À leur place, le NO2 se retrouve dési­gné parmi les cou­pables, alors que l’étude ne le concer­nait pas. Un NO2 très utile pour accu­ser les auto­mo­biles d’être les pre­mières co-res­pon­sables « d’une mort tous les trois jours », CQFD pour ser­vir la poli­tique locale.
    Il en va exac­te­ment de même quant aux pré­ten­dus 48 000 décès en France : ce chiffre qui n’est pas réel mais issu d’un modèle mathé­ma­tique – aussi contes­table qu’il est contesté pour des man­que­ments métho­do­lo­giques – est un chif­fon rouge sorti d’une modé­li­sa­tion sur les méfaits des PM2,5. Il ne concerne pas « la pol­lu­tion » et abso­lu­ment pas le NO2 du tra­fic auto­mo­bile.

    sep article
  7. Dire un truc vrai, extra­po­ler pour en faire un truc faux
    1/ le chauf­fage au bois est néfaste passé une cer­tain volume (et l’ag­glo est clai­re­ment satu­rée),
    2/ je ne pense pas que le nbr de che­mi­nées indi­vi­duelles à Grenoble soit le sou­cis,
    3/ si on allait voir la val­lée du gré­si­vau­dan (par exemple) sur les che­mi­nées -> il faut taper le dépar­te­ment
    4/ la voi­ture pol­lue l’air, est bruyante (…) c’est prouvé comme la clope. Mais on en a besoin dans une cer­taine mesure. Essayons de réflé­chir plu­tôt que et dans un sens et dans l’autre être stu­pides (le com­merce doit évo­luer et l’offre de ser­vice en trans­port en com­mun aussi)
    5/ il va fal­loir apprendre à lâcher sa voi­ture dans de grands par­kings relais qui peuvent rejoindre des points d’attractivité rapi­de­ment en trans­port en com­mun,
    6/ le COVID va mettre un bazar sans nom
    7/il faut habi­ter près de son tra­vail…

    sep article
  8. C’est vrai et le pire c’est qu’on le sait depuis 20 ans, avec la fer­me­ture du tun­nel du Mont Blanc en 1999 – 2001. La file inin­ter­rom­pue de voi­tures et de camions avait dis­paru de la val­lée mais pas la pol­lu­tion aux par­ti­cules fines. C’est celle qui cause les can­cers.
    https://theconversation.com/pollution-de-lair-quand-respirer-devient-dangereux-129819
    Mais comme les écolo-bobos adorent leur feu de che­mi­née et accu­ser uni­que­ment le die­sel, 20 ans après rien n’a changé. La pol­lu­tion vient tou­jours à 65% du chauf­fage au bois.
    https://www.lessorsavoyard.fr/2591/article/2019 – 12-06/­pre­mier-pol­lueur-aux-par­ti­cules-fines

    sep article
    • ça tombe bien, dans le texte de Gre.Mag https://www.gre-mag.fr/actualites/respirer/ de mai 2018 cité par GaC le chauf­fage au bois appa­rait en pre­mier
      😉 et sinon le bruit, les NOx, l’in­sé­cu­rité rou­tière, l’es­pace public mas­sif occupé par la voi­ture, l’Ozone l’été, ça vient aussi du chauf­fage ?

      sep article
      • Cher Monsieur, moi même ama­teur de vélo, je connais per­son­nel­le­ment plu­sieurs per­sonnes qui ont eu des acci­dents graves en pra­ti­quant le vélo à Grenoble. Bras cas­sés, poi­gnées pul­vé­ri­sés, trau­ma­tismes cra­niens, abra­sions .… faut pas nous racon­ter que le vélo est moins dan­ge­reux que la voi­ture. Et si on fait le rap­port « nombre d’ac­ci­dents corporels/km par­cou­rus », le vélo appa­raît comme le moyen de trans­port le plus dan­ge­reux connu.

        sep article
  9. Grenoble à cœur pra­tique la dés­in­for­ma­tion : ils ne parlent pas du pol­luant Nox qui a consi­dé­ra­ble­ment baissé suite au confi­ne­ment et à la baisse tra­fic auto­mo­bile !

    sep article
  10. Ils sont mar­rants cette équipe Grenoble à cœur… Il y a 2 ans ils nous expli­quaient l’ex­plo­sion de la pol­lu­tion à cause de CVCM et du plan de cir­cu­la­tion (avec une méthode et des chiffres bidon­nés) et main­te­nant plus aucun sou­cis NOx…
    Et main­te­nant la pol­lu­tion n’est plus la faute des voi­tures mais du chauf­fage bois, encore une fois en regar­dant juste quelques semaines sans prendre en compte la constante de temps de la pol­lu­tion aux PMs, leurs dif­fu­sions et les phé­no­mènes plus macro­sco­piques à l’é­chelle Europe !

    Que d’in­co­hé­rences mais ils n’en n’ont rien à faire puisque leur but est juste de pro­té­ger leur libre cir­cu­la­tion pol­luante à moteur et en même temps de taper sur les élus actuels en mai­rie ou métro pour mieux se pré­sen­ter sur les listes concur­rentes ! Pffff, mais pour­quoi encore et tou­jours les lais­ser prendre cet espace média­tique sans contexte de lec­ture ? Et pour­quoi ne pas relayer aussi tous les rap­ports Air AURA qui reste neutre eux (par exemple https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/linfo-air-avril-2020) ! D’ailleurs l’ur­gence est aussi côté ozone pour cet été !

    sep article