Grenoble : Éric Piolle grand favori pour le second tour face à Alain Carignon, Émilie Chalas et Olivier Noblecourt

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

 

DÉCRYPTAGE — Les résultats définitifs pour les municipales de Grenoble sont tombés tard dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 mars. Dépassant les scores déjà généreux promis par les sondages, le maire sortant Éric Piolle obtient 46,67 % des voix. Loin devant Alain Carignon avec 19,80 % des suffrages exprimés. Tandis que la candidature d’Olivier Noblecourt réalise une contre-performance en se classant quatrième derrière celle d’Émilie Chalas.

 

 

Cette fois, les sondages ne se sont pas (totalement) trompés. Donné loin devant ses concurrents par trois sondages successifs, le maire sortant de Grenoble Éric Piolle est le grand gagnant des urnes au soir du dimanche 15 mars 2020. Selon les résultats définitifs diffusés par la préfecture de l’Isère aux alentours d’une heure du matin, la tête de liste Grenoble en commun enregistre un score de 46,67 % des voix exprimés.

 

Déclaration d'Éric Piolle arrivé en tête au premier tour

Éric Piolle est arrivé en tête du premier tour des #élections municipales de #Grenoble en obtenant 46,67 % des suffrages. « Les Grenoblois ont voulu manifester que nous voulions rester des pionniers » a-t-il déclaré lors d'une courte allocution prononcée devant la presse dans son local de campagne.

Publiée par Place Gre'net sur Dimanche 15 mars 2020

 

Si le score d’Éric Piolle est supérieur à ce que lui promettaient les sondages successifs, le score de son meilleur ennemi Alain Carignon est pour sa part conforme aux prévisions. L’ancien maire de Grenoble se classe en seconde position du scrutin avec un score de 19,80 %. Pour rappel, les sondages successifs réalisés en octobre 2019, février et mars 2020 plaçaient invariablement le candidat à 20 % des intentions de vote.

 

 

Olivier Noblecourt en quatrième position derrière Émilie Chalas

 

En troisième position, Olivier Noblecourt ne concrétise pas la dynamique tant espérée par son équipe de campagne. Pire encore : alors que le candidat Grenoble nouvel air semblait se détacher de sa concurrente investie par LREM Émilie Chalas, son score le place finalement… en quatrième position. Émilie Chalas enregistre ainsi 13,75 % des voix, tandis qu’Olivier Noblecourt n’en recueille que 13,31.

 


Les deux candidats sont désormais chacun en position de se maintenir au second tour. Une alliance sera-t-elle à l’ordre du jour en prévision du second tour ? Durant la fin de campagne, les relations se sont pour le moins tendues entre les deux listes. Les partisans d’Olivier Noblecourt manquant rarement l’occasion de railler une campagne LREM en perte de souffle, et appelant les supporters d’Émilie Chalas à rejoindre les rangs de Grenoble nouvel air.

 

Dans un communiqué émis vers une heure du matin, la liste menée par Noblecourt ne cache pas sa déception. « Nous prendrons le temps d’analyser les causes de cet échec, mais ce soir, c’est l’intérêt de la ville qui doit primer », écrit Grenoble nouvel air. Pour qui « des enjeux nationaux et de santé publique […] ont rendu [leur] offre politique moins audible ». Et favorisé au passage une très forte abstention (cf. encadré).

 

 

Quant aux appels du pied du candidat PS à l’égard d’Éric Piolle, ceux-ci semblent plus que jamais de l’histoire ancienne. En position de force, le maire sortant semble avoir toutes les cartes en main pour une victoire au second tour. À moins d’un “front anti-Piolle” alliant électeurs des candidats Chalas, Noblecourt… et Carignon ? Totalement improbable : « Nous ne participerons à aucun rassemblement avec la droite », prévient d’ores et déjà Grenoble Nouvel air.

 

 

Les adieux de Guy Tuscher et Mireille d’Ornano au conseil municipal

 

Quid des trois autres candidats ? Les chiffres enregistrés sont très en-deça des quatre têtes d’affiche des élections grenobloises. Liste tardive cherchant à mordre la campagne d’Éric Piolle sur sa gauche, La Commune est à nous obtient 3,23 % des voix. « Déçu mais pas surpris », commente l’un de ses colistiers Guy Tuscher. Un élu “dissident” de la Ville de Grenoble qui ne retrouvera pas son poste de conseiller municipal.

 

 

Au sein de leur QG (improvisé de campagne), les membres de La Commune est à nous n’en sont pas moins amers. Et étrillent de nouveau le bilan d’un maire à leurs yeux « totalement libéral et totalement croissant ». Tout en promettant, fidèle à l’esprit des Gilets jaunes dont certains ont rejoint la liste, une « étincelle de révolte populaire » si le maire sortant, en cas de réélection, continue de mener la même politique sociale.

 

Côté gauche de la gauche toujours, la liste Lutte ouvrière menée par Catherine Brun obtient environ 1,20 % des suffrages. La candidate signe ainsi un score similaire à ceux enregistrés en 2014 et 2008. Pas une surprise probablement pour la liste « 100 % issue du monde du travail ». Une candidature voulant avant tout « porter la voix des travailleurs », tout en prônant la révolution par la rue plutôt que par les urnes.

 

Mireille d'Ornano ne sera plus conseillère municipale de Grenoble © Laure Gicquel - Place Gre'net

Mireille d’Ornano ne sera plus conseillère municipale de Grenoble © Laure Gicquel – Place Gre’net

 

Mireille d’Ornano ne sera pour sa part plus conseillère municipale. Sous les couleurs du Front national, la candidate avait été en mesure de se maintenir au second tour lors des précédentes municipales. Exclue du parti puis ralliée aux Patriotes, c’est finalement à la tête d’une liste sans étiquette que se présentait l’ex-députée européenne. Le résultat des urnes lui donne 2,01 % des suffrages exprimés… soit 10 points de moins qu’en 2014.

 

Florent Mathieu

 

UNE ABSTENTION QUI ATTEINT DES SOMMETS SUR FOND DE CORONAVIRUS

 

Ce n’est qu’une demi-surprise, et les chiffres diffusés par la préfecture de l’Isère durant la journée du dimanche 15 mars venaient le confirmer : l’abstention a atteint des sommets pour le premier tour des municipales 2020.

 

L’appel au confinement lancé par le premier ministre la veille afin de lutter contre la propagation du coronavirus n’a pas contribué à rassurer les électeurs. Et ceci malgré les mesures sanitaires mises en place dans les bureaux de vote.

 

Éric Piolle très largement en tête devant Alain Carignon Bureau de vote à Grenoble dimanche 15 mars 2020 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bureau de vote à Grenoble dimanche 15 mars 2020 © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

L’abstention à Grenoble s’élève ainsi à… 57, 75 %. Soit un taux d’abstention de 10 points supérieurs au premier tour des municipales de 2014 comme de 2008. La tenue normale du second tour prévu dimanche 22 mars est-elle envisageable ? Des acteurs politiques n’ont pas manqué de demander le report du premier tour, et risquent fort de demander celui du second. Quitte à poser des questions institutionnelles d’importance quant à la validité des résultats présentés le 15 mars.

 

commentez lire les commentaires
4408 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Bonjour
    Il aurait fallu combattre le misérabilisme qui s’est emparé des quartiers populaires et d’une grande partie du centre ville.
    Qu’est-ce que vous voulez faire avec ces candidats
    1)Mr NOBLECOURT est son bilan plus que catastrophique
    2)une candidate elue députée avec un cv et une lettre de motivation,qui pensait etre plus grosse que le boeuf…..
    Malheureusement pour les Grenobloises et Grenoblois le virus du misérabilisme politique sera tres dur à éradiquer….

    MATHIEU Marjorie

    sep article
  2. C’est très simple. Les jeunes sont allés voter parce qu’ils ne se sentent pas concernés par le coronavirus, l’abstention a surtout été chez les autres.
    Ajoutez à cela l’excellent marketing trompeur de Grenoble en com’ qui vend en vert ce qui est une imposture.
    Plus la prime générale aux sortants à cause du coronavirus.
    Plus l’abstention.
    Plus la division.
    Et vous avez ce résultat sans rapport avec la réalité des attentes de Grenoblois.

    sep article
  3. Bonne image de distanciation de l’équipe Piolle ! Combien de malades dans l’équipe d’ici 15 jours ?

    sep article
  4. LCI : »Pollution, propreté et sécurité en tête des priorités des électeurs de Grenoble » Donc à n’y rien comprendre.

    sep article
    • il aurait fallu un concurrent valable. c’est de drame de Grenoble de ne pas avoir de maires visionnaires. Monsieur PIOLLE avait suscité un grand engouement il y a 5 ans, je suis persuadé que le résultat ne reflète pas l’avis des gens, mais voter pour qui? vous connaissez mon avis sur Monsieur CARIGNON… il ne sort pas de son électorat de base. Je me suis pas déplacé (Virus+aucune envie). Alors forcement…. Que Monsieur CARIGNON prépare la suite sur une liste où il ne sera pas éligible, il faut bosser des maintenant

      sep article