Municipales à Grenoble : Olivier Noblecourt accuse Éric Piolle de diviser la gauche

sep article

 

FOCUS – Pour Olivier Noblecourt, le maire sortant est responsable de la fracture de la gauche aux élections municipales. Il appelle les Grenoblois à voter pour Grenoble Nouvel Air et refuse toute alliance avec Émilie Chalas et Éric Piolle.

 

 

Olivier Noblecourt et ses colistiers ont accusé le maire sortant Éric Piolle de diviser la gauche ce mercredi 3 mars 2020, devant l'ancien parlement. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Olivier Noblecourt et ses colistiers ont accusé le maire sortant Éric Piolle de diviser la gauche ce mercredi 3 mars 2020, devant l’ancien parlement. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

« Nous sommes la seule liste à incarner une véritable alternative crédible pour Grenoble. » Les mots du candidat de Grenoble Nouvel Air sont clairs. Olivier Noblecourt fustige le choix du maire sortant, qui « refuse d’élargir le rassemblement et considère les autres listes de gauche comme incompatibles avec la sienne. » De même, il dénonce le dogmatisme de la municipalité dans la conduite de sa politique. « Éric Piolle, c’est le 49-3 permanent », lâche le candidat.

 

 

Selon Olivier Noblecourt, Éric Piolle aurait peur de son bilan

 

Pour lui, le constat est sans appel : Éric Piolle est responsable de la division de la gauche à Grenoble. « Le rassemblement est toujours la responsabilité du plus fort », explique-t-il. « Quand le PS était au pouvoir, il a fait l’erreur de ne pas s’ouvrir. Cette fois-ci, c’est au tour d’Éric Piolle de faire cette erreur. »

 

Eric Piolle. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Olivier Noblecourt accuse Eric Piolle d’être responsable de la division de la gauche aux élections municipales. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Il demande donc aux électeurs de se baser sur le bilan du maire sortant pour faire leur choix. Un bilan dont Éric Piolle a « peur, car il ne le défend pas et il ne l’assume pas devant les Grenoblois », tranche Sarah Boukkala, colistière et membre du Parti radical de gauche (PRG).

 

« Quand on se dit de gauche, il faut accepter d’être jugé sur ses actions envers les plus précaires, et à ce niveau-là, le compte n’y est pas », complète-t-elle.

 

 

Jeu, set et match

 

Grenoble Nouvel Air assure que tout se jouera au premier tour. Ainsi, Olivier Noblecourt exhorte les Grenoblois à « se sentir libres de voter pour leurs convictions plutôt que pour une posture. » C’est-à-dire à voter pour sa liste contre celle d’Éric Piolle, sans avoir peur de laisser un boulevard à Alain Carignon, l’ancien maire de Grenoble.

 

Alain Carignon a fait un retour remarqué au conseil municipal. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Olivier Noblecourt ne craint pas une percée d’Alain Carignon, crédité de 20 % d’intentions de vote selon le dernier sondage. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

 

Pour lui, en effet, les 20 % du candidat de la droite au dernier sondage ne sont pas significatifs. « Il n’y a pas de risque Carignon. Il est en panne de dynamique. Il nous avait promis une vague, on assiste à une vaguelette », ironise-t-il. Et de renchérir que « Grenoble est solidement ancrée à gauche. »

 

 

Émilie Chalas balayée ?

 

A LREM, les candidats aux municipales sont dûment coachés. A Grenoble, les colistiers d'Emilie Chalas aussi. Ils ont droit à leur guide du parfait candidat.

Pour Olivier Noblecourt, Émilie Chalas est décrédibilisée par les actions du gouvernement et son attitude agressive.

Pas de soucis à se faire non plus du côté d’Émilie Chalas, qu’il considère en perte de vitesse et balayée par le recours au 43.9 du gouvernement sur la réforme des retraites. Olivier Noblecourt regrette également « l’agressivité incontrôlée de la tête de liste LREM, ainsi que ses mensonges. » De quoi renforcer la décision de Grenoble Nouvel Air de refuser toute forme d’alliance. Sans compter l’appel récent de 11 marcheurs à voter pour Olivier Noblecourt, qui tombe comme du pain béni.

 

 

Une possible alliance au second tour

 

Alors, pas d’alliance au premier tour, mais quid du second ? A priori, pas d’alliance non plus. Sauf à voir une percée d’Alain Carignon, fort peu probable selon le candidat. Dans ce cas, une alliance avec Éric Piolle ne serait alors pas à écarter pour éviter l’élection de l’ancien maire de Grenoble, condamné en 1996 pour corruption.

 

Présentation du projet de la liste Noblecourt ce 30 janvier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Noblecourt. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Mais comment se rassembler autour d’un bilan et d’un programme largement critiqués par Grenoble Nouvel Air ? « Il ne faut pas confondre les désaccords politiques que nous avons avec Éric Piolle et notre profond rejet des valeurs portées par Alain Carignon », tempère Olivier Noblecourt.

 

Si le risque est réel à ses yeux, la liste fera tout pour que le candidat de droite ne passe pas. Mais pour l’heure, ses membres croient dur comme fer en sa capacité à gagner l’élection.

 

Anissa Duport-Levanti

 

commentez lire les commentaires
4595 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Noblecourt de gauche ? Non il releve de la tendance nouvel air déjà vu : la macronie . En fait l’ancien Monde giscardien qui revendiquent aussi d’avoir du coeur 🙂
    Mais il a paricipé à SAFAR et DESTOP 3 eme mandature

    sep article
  2. Noblecouet et Chalas même combat . ils participent de la macronie pas noble du court. Ils mangents à tous les rateliers histoire de faire carriere. Je crois qu’il a participé à l’actuel gouvernement à l’augmentation de la misère ces dernieres années

    sep article
  3. Ce n’est pas Noblecourt qui proposait l’inverse à Piolle il y a quelques jours comme lors des elections en 2014, ce qu’avait refusé Safar? Aurai-je mal compris?

    sep article
  4. L’alternance se jouera au 1er tour! Avec cette déclaration, Grenoble Nouvel Air dit clairement qu’il ne faut pas attendre des fusions compliquées avec des distributions de places entre leaders de micro groupes. Ils ont un programme pour gouverner la ville et la métropole. Et ils assument les responsabilités à prendre, loin des stratégies partisanes nationales Bravo. Rufin et Autain, restez à Paris!!!

    sep article
  5. je ne crois pas. Les gauchistes sont capables de s’entretuer, mais dès qu’ils sentiront le vrai danger de perdre les élections, ils vont coucher et orgasmer ensemble sans problèmes. On a vu ça avant avec le copain de O. Noblecourt Jerome Safar, qui a essayé de se greffer sur la bande de Piolle, mais sans succes

    sep article
  6. En tous cas, la gauche pro burquini (écologique ?) on sait clairement qui c’est : c’est le maire sortant, avec Céline Deslattes sur sa liste.

    sep article
  7. Bonjour
    Mr NOBLECOURT heureusement que les Grenobloises et Grenoblois ne connaissent pas votre bilan…
    Je pense même que votre façon de faire de la politique accroît l’abstention.
    Les suiveurs de la liste devraient se renseigner et je vous promets que plus de la moitié enleverait au minimum leurs soutiens.
    Mais bon nous n’avons droit que à la partie commentaire des journaux.
    Cette campagne des municipales a Grenoble et son agglomération va coûter très cher aux habitants. Des assemblages contre nature et des politiques sans connaissance du monde qui les entoure. Mais le pire dans tout ceci est le manque d’informations pour que les votants soient éclairés.
    Beaucoup de politique n’ont pas hésité a marcher sur nos enfants pour être élu …..mais bon nous n’avons pas le droit à la parole juste aux commentaires.

    En attendant laissons le couple MEDIAS POLITIQUES nous compter une berceuse

    …MATHIEU Marjorie

    sep article