La Société générale et le projet Neyrpic visés lors d’une nouvelle marche pour le climat à Grenoble

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Plus d’un millier de manifestants ont marché pour le climat ce 1er février à Grenoble. L’objectif ? Soutenir la Convention des citoyens pour le climat, dans un contexte d’urgence marqué par « l’inaction environnementale et climatique des gouvernants ». Une mobilisation en baisse comparée aux marches précédentes mais ponctuée d’actions visant la Société générale et le centre commercial Neyrpic.

 

 

Une marche organisée à l'appel du collectif Citoyens pour le clilat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une marche orga­ni­sée à l’ap­pel du col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La pre­mière marche pour le cli­mat de l’an­née s’est dérou­lée ce samedi 1er février dans les rues de Grenoble. Où, mal­gré la gri­saille et la menace de la pluie, plus d’un mil­lier de per­sonnes ont défilé à l’ap­pel du col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat. Une mobi­li­sa­tion plus faible que celle du 9 décembre der­nier, qui avait motivé 10 000 défen­seurs du cli­mat.

 

Cette nou­velle marche, explique le col­lec­tif, inter­vient « dans un contexte d’ur­gence tou­jours plus mar­qué par l’i­nac­tion envi­ron­ne­men­tale et cli­ma­tique ». Ce alors même que la Convention citoyenne pour le climat (CCC) née de la crise des Gilets jaunes et du Grand débat natio­nal s’ap­prête à rendre ses conclu­sions. Une feuille de route que tous les mar­cheurs pour le cli­mat espèrent « ambi­tieuse, exi­geante et réa­liste devant les mesures à prendre pour pro­té­ger [la] pla­nète ».

 

 

« La première chose que je regarde quand je vote, c’est leur programme écologique »

 

Les moti­va­tions ani­mant les mani­fes­tants sont à l’i­mage de la diver­sité des orga­ni­sa­tions ou col­lec­tifs ras­sem­blés place Victor-Hugo. Tels Extinction rebel­lion, Greenpeace, ANV Cop21, Alternatiba, les Amis de la Terre, le col­lec­tif contre l’A480, Sortir du nucléaire, Action Neyrpic…  « Nous lut­tons contre le pro­jet Neyrpic et, pour les muni­ci­pales, nous vou­lons que les can­di­dats disent la vérité sur l’ur­gence cli­ma­tique », explique un acti­viste d’Extinction rebel­lion. « La pre­mière chose que je regarde quand je vote, c’est leur pro­gramme éco­lo­gique », assure le jeune homme.

 

La première marche pour le climat de l'année. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La pre­mière marche pour le cli­mat de l’an­née. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

D’autres sont impli­qués dans plu­sieurs asso­cia­tions, toutes liées d’une manière ou d’une autre à l’ur­gence cli­ma­tique. Ils agissent col­lec­ti­ve­ment mais aussi indi­vi­duel­le­ment pour mettre des actions concrètes en place. Madame Odino fait par­tie de ceux-là . Elle nous fait part de ses acti­vi­tés et de son enga­ge­ment pour le cli­mat.

 

 

 

La Société générale et le projet Neyrpic dans le collimateur

 

Avant que la mani­fes­ta­tion ne s’é­lance, un petit groupe d’ac­ti­vistes d’Alternatiba et d’ANV Cop 21 ont une nou­velle fois pris pour cible l’a­gence de la Société géné­rale de la place Victor-Hugo. En cause ? L’implication de la banque dans un gros ter­mi­nal d’ex­por­ta­tion de gaz de schiste à Rio Grande. « Un pro­jet cli­ma­ti­cide d’une banque fos­sile », ont dénoncé les acti­vistes en recou­vrant sa façade d’empreintes de mains rouges et d’af­fiches.

 

Des empreintes palmaires rouges et des affiches apposées sur la façade de la Société générale. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des empreintes pal­maires rouges et des affiches appo­sées sur la façade de la Société géné­rale. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce ne sera pas la seule action de cet après-midi, glo­ba­le­ment consa­cré au cli­mat. Dans le viseur des mani­fes­tants, des pro­jets locaux contri­buant ou par­ti­ci­pant « à la des­truc­tion du vivant et du cli­mat ». Tels l’é­lar­gis­se­ment de l’A480 ou le très décrié pro­jet de centre com­mer­cial, déjà bien engagé, sur l’an­cien site de Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères.

 

« Dans la triple impasse éco­lo­gique, sociale et démo­cra­tique de notre monde, nous pen­sons que ce centre com­mer­cial fait par­tie du pro­blème et non pas des solu­tions », fus­tige le col­lec­tif Action Neyrpic.

 

 

Prochaine marche pour le climat le samedi 14 mars

 

La marche s’est ensuite pro­lon­gée de manière “sau­vage” en direc­tion de la friche Neyrpic. Mais face à la pré­sence de gen­darmes mobiles, les mani­fes­tants ont pré­féré se ras­sem­bler sur une place. Trompant la vigi­lance des forces de l’ordre, quelques acti­vistes ont alors recou­vert, pour le détour­ner, un grand pan­neau de pro­mo­tion du nou­veau centre com­mer­cial.

 

 

Bien sûr, le col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat entend bien ne pas s’ar­rê­ter là et main­te­nir la pres­sion. Ainsi, une nou­velle marche est-elle d’ores et déjà pro­gram­mée pour le samedi 14 mars à Grenoble.

 

Joël Kermabon

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3449 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Enfin un grand centre com­mer­cial moderne en plein coeur de l’ag­glo et acces­sible en voi­ture !

    sep article
  2. que les pas­tèques gre­no­bloises se mêlent de leurs affaires et lissent le pro­jet Neyrpic aux habi­tants de SMH. Quand [modéré : pro­pos inju­rieux] Piolle élar­gie la Grande Place, ça leur pose aucun pro­blème

    sep article