Coup d’envoi pour Neyrpic : “grand projet inutile” ou “rempart contre Amazon et consorts” ?

sep article

 

DÉCRYPTAGE – Le pôle de commerces et de loisirs Neyrpic et ses 85 boutiques et restaurants est définitivement sur les rails. Du moins, c’est ce qu’affirment les instigateurs du projet. Qui, pour tenir leurs délais, n’hésiteront pas à faire une croix sur la version plus écologiste du projet. Car il faut faire vite, l’heure est grave pour l’économie locale et le vivre-ensemble, mis à mal par le e‑commerce, générateur de déplacements et de pollution. La solution ? C’est donc Neyrpic, affirment David Queiros, maire communiste de Saint-Martin-d’Hères, et Maurice Bansay, PDG d’Apsys.

 

 

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d'Hères, version 2 © Apsys

Futur pro­jet de centre com­mer­cial Neyrpic sur Saint-Martin-d’Hères, ver­sion 2 © Apsys

Les pel­le­teuses com­mencent à s’af­fai­rer sur la friche Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères. En ligne de mire : la livrai­son du futur pôle com­mer­cial et de loi­sirs pour 2022. En prin­cipe.

 

Treize ans après avoir rem­porté le mar­ché public, Apsys amorce donc, enfin, les tra­vaux de pré­pa­ra­tion de chan­tier.

 

C’est qu’une étape impor­tante vient d’être fran­chie dans le long par­cours du “retail park”, semé d’embûches juri­diques. L’in­ves­tis­seur-pro­mo­teur est désor­mais chez lui, ayant acquis le ter­rain de 4,5 ha en décembre der­nier, auprès de Territoires 38, l’a­mé­na­geur de la Zone d’a­mé­na­ge­ment concer­tée (Zac), pour un mon­tant 26 mil­lions d’euros. 

 

Depuis jan­vier, les tra­vaux de désa­mian­tage de la halle dite « Caterpillar » ont débuté. Suivra la démo­li­tion des locaux de la mis­sion locale, réins­tal­lée près de la salle de spec­tacle l’Heure Bleue.

 

 

Un projet qui « correspond parfaitement aux attentes des habitants »

 

Évoquant le pôle à venir, Maurice Bansay, le PDG d’Apsys, n’est pas avare de super­la­tifs : « Ce pro­jet est une expé­rience abso­lu­ment excep­tion­nelle et unique sur l’agglomération gre­no­bloise (…) Il s’agit d’une opé­ra­tion extrê­me­ment posi­tive pour le ter­ri­toire dans sa concep­tion, une pro­gram­ma­tion plu­rielle avec une pro­po­si­tion com­mer­ciale et de loi­sirs. »

 

Bansay Maurice, président et fondateur d’Apsys_projet Neyrpic

Bansay Maurice, pré­sident et fon­da­teur d’Apsys. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Et le PDG de citer pêle-mêle : « le mur d’escalade, une vague de surf, un tram­po­line, un kar­ting élec­trique, un bow­ling, une arcade vidéo, un cinéma… » Il y aura aussi « une offre de res­tau­ra­tion extrê­me­ment large (…) »

 

Le ter­ri­toire est gagnant, pour­suit Maurice Bansay, à tout point de vue, et notam­ment « au plan éco­no­mique (…) »

 

« Je vous rap­pelle que nous allons inves­tir plus de 200 mil­lions d’euros dans cette opé­ra­tion et géné­rer 2 100 emplois », sou­ligne-t-il, men­tion­nant l’accord conclu avec la fédé­ra­tion du bâti­ment de l’Isère. 

 

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d'Hères, version 2. Terrasses et restaurants © Apsys

Futur pro­jet de centre com­mer­cial Neyrpic sur Saint-Martin-d’Hères, ver­sion 2. Terrasses et res­tau­rants © Apsys

Le suc­cès du pro­jet ? Assurément garanti, à en croire Maurice Bansay. « Ce pôle cor­res­pond par­fai­te­ment aux attentes des Martinérois et Martinéroises, affirme le pro­mo­teur, aux 15 000 actifs qui sont à proxi­mité du site et qui n’ont abso­lu­ment rien aujourd’hui, et puis aux 40 000 étu­diants qui sont juste en face… »

 

Point sur lequel le PDG veut éga­le­ment appuyer : son enga­ge­ment en tant qu”« inves­tis­seur res­pon­sable » : « Notez bien que nous ne sommes pas des simples pro­mo­teurs qui fai­sons des coups, étaye-t-il, mais des inves­tis­seurs dans les ter­ri­toires, où nous sommes acteurs, ani­ma­teurs et par­te­naires sur le long terme. »

 

 

Un projet irréversible ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4874 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. C’est tuer le com­merce au centre ville qui fait les affaires d’Amazon. Le dog­ma­tisme à Grenoble (CVCM) et la folie des gran­deurs à SMH (Neyrpic) sont mor­ti­fères pour notre métro­pole.

    sep article
    • Surtout la bande à Piolle qui prône la décrois­sance de l’é­co­no­mie ! On va se chauf­fer à la bouse de vache et cir­cu­ler à che­val ou quoi ? Heureusement que d’autres can­di­dats ont une vision plus éco­no­mique !

      sep article
  2. Amigo : moi, quand je vais en ville, j’aime me bala­der dans les rues pié­tonnes… on visite, on flâne, on boit un verre, on admire ce qui reste de beau à Grenoble, on fait mar­cher le com­merce du coin, tout ce que vous ne ferez pas dans un endroit déshu­ma­nisé comme celui-ci. En me garant gra­tui­te­ment au par­king-relai à SMH puis en pre­nant le tram, bien-sûr. Pas d’en­nui de par­king à payer, pas besoin de tour­ner pour cher­cher une place. La voi­ture, je la garde pour ikea. Et je suis zeeeeen, pas comme ces auto­so­listes dans les bou­chons porte de France ou rue Hoche. Neyrpic, ce sera pour emme­ner une fois ou deux les filles à la grande-roue.

    sep article
    • @Gilce
      C’est un peu immo­ral de pro­fi­ter du par­king gra­tuit de SMH pour aller ensuite ali­men­ter la com­merce de Grenoble ? Le maire (PC) de SMH a pris une déci­sion cou­ra­geuse , à l’encontre des fous du quar­tier pseudo-verts, de gar­der tous les par­kings gra­tuits. Une fois Neyrpic fini, je pren­drai un abon­ne­ment : salle d’escalade pour moi, cinéma pour mes enfants, res­tau­rant pour ma famille. Grenoble peut cre­ver dans ses bou­chons. Piolle a bien dit que cette ville n’appartient plus aux hommes blancs pres­sés (et leurs familles, j’ajouterais).

      sep article
      • Un par­king-relai, que ce soit au cam­pus de SMH (Gières), Catane, Seyssins, ali­menté par mes impôts, je ne vois pas où est le pro­blème. Le par­king du cam­pus désert le week-end non plus. Et le par­king du Géant non plus, sur­tout si j’en pro­fite pour faire une course à la fin.
        Et c’est un peu immo­ral de votre part, d’a­ban­don­ner les com­mer­çants Grenoblois, alors qu’à chaque fois où j’ai eu à me garer dans le centre, que ce soit à Hoche, Chavant, Notre-Dame, Philippeville, Stade, j’ai tou­jours trouvé une place ! Quitte à payer, comme dans toutes les grandes villes, une somme qui n’est pas si astro­no­mique qu’on le dit ! Et n’est-ce pas immo­ral de vou­loir en tant que non gre­no­blois piquer les places de par­king des gre­no­blois payées avec leurs impôts ?

        sep article
        • blah blah.… Le bilan est simple : les bobo pseudo eco­los (dans leurs SUV) de gre­no­blois ont voté pour [modéré : pro­pos inju­rieux] Piolle, qu’ils en récoltent les divi­dendes, je m’en fiche. Cette ville pour­rie est sans inté­rêt, bien­tôt peu­plée exclu­si­ve­ment par les étu­diants, pauvres retrai­tés (je com­pa­tis) et les migrants (je com­pa­tis pas du tout, ils ont choisi leur des­tin). Certes, ça répond par­fai­te­ment aux envies élec­to­rales des pas­tèques, mais pas à mes goûts.
          PS vous men­tez : vous n’a­vez pas payé avec vos impôts pour les par­kings de SMH. Vous melan­gez (deli­be­re­ment) le bud­get d’e­tat avec le bud­get muni­ci­pal

          sep article
  3. Bravo, Monsieur le maire (PC) de SMH ! Surtout que ce pro­jet, avec un accès facile par voi­ture, va enfon­cer le der­nier clou dans la com­merce du centre ville de Grenoble. Et le maire qui rem­pla­cera la pas­tèque Piolle sera obligé de tenir compte de la concur­rence de Neyrpic

    sep article
    • Tout a fait d accord avec amigo, enfin saint mar­tin d heres sera doté d’un centre comme bonne et je serai ravi de me pro­me­ner ave mon petit fils qui habite smh. Moi , gre­no­blois je ne vais plus au centre gre­noble, trop d insé­cu­rité, trop sale et marre des [modéré : pro­pos ciblant des caté­go­ries spé­ci­fiques de per­sonnes]. Comme quoi c est pas une cou­leur poli­tique qui fait une ville mais la per­sonne qui la dirige.

      .

      sep article