Coup d’envoi pour Neyrpic : “grand projet inutile” ou “rempart contre Amazon et consorts” ?

sep article

 

DÉCRYPTAGE – Le pôle de commerces et de loisirs Neyrpic et ses 85 boutiques et restaurants est définitivement sur les rails. Du moins, c’est ce qu’affirment les instigateurs du projet. Qui, pour tenir leurs délais, n’hésiteront pas à faire une croix sur la version plus écologiste du projet. Car il faut faire vite, l’heure est grave pour l’économie locale et le vivre-ensemble, mis à mal par le e-commerce, générateur de déplacements et de pollution. La solution ? C’est donc Neyrpic, affirment David Queiros, maire communiste de Saint-Martin-d’Hères, et Maurice Bansay, PDG d’Apsys.

 

 

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d'Hères, version 2 © Apsys

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d’Hères, version 2 © Apsys

Les pelleteuses commencent à s’affairer sur la friche Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères. En ligne de mire : la livraison du futur pôle commercial et de loisirs pour 2022. En principe.

 

Treize ans après avoir remporté le marché public, Apsys amorce donc, enfin, les travaux de préparation de chantier.

 

C’est qu’une étape importante vient d’être franchie dans le long parcours du “retail park”, semé d’embûches juridiques. L‘investisseur-promoteur est désormais chez lui, ayant acquis le terrain de 4,5 ha en décembre dernier, auprès de Territoires 38, l’aménageur de la Zone d’aménagement concertée (Zac), pour un montant 26 millions d’euros. 

 

Depuis janvier, les travaux de désamiantage de la halle dite « Caterpillar » ont débuté. Suivra la démolition des locaux de la mission locale, réinstallée près de la salle de spectacle l’Heure Bleue.

 

 

Un projet qui « correspond parfaitement aux attentes des habitants »

 

Évoquant le pôle à venir, Maurice Bansay, le PDG d’Apsys, n’est pas avare de superlatifs : « Ce projet est une expérience absolument exceptionnelle et unique sur l’agglomération grenobloise (…) Il s’agit d’une opération extrêmement positive pour le territoire dans sa conception, une programmation plurielle avec une proposition commerciale et de loisirs. »

 

Bansay Maurice, président et fondateur d’Apsys_projet Neyrpic

Bansay Maurice, président et fondateur d’Apsys. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Et le PDG de citer pêle-mêle : « le mur d’escalade, une vague de surf, un trampoline, un karting électrique, un bowling, une arcade vidéo, un cinéma… » Il y aura aussi « une offre de restauration extrêmement large (…) »

 

Le territoire est gagnant, poursuit Maurice Bansay, à tout point de vue, et notamment « au plan économique (…) »

 

« Je vous rappelle que nous allons investir plus de 200 millions d’euros dans cette opération et générer 2 100 emplois », souligne-t-il, mentionnant l’accord conclu avec la fédération du bâtiment de l’Isère. 

 

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d'Hères, version 2. Terrasses et restaurants © Apsys

Futur projet de centre commercial Neyrpic sur Saint-Martin-d’Hères, version 2. Terrasses et restaurants © Apsys

Le succès du projet ? Assurément garanti, à en croire Maurice Bansay. « Ce pôle correspond parfaitement aux attentes des Martinérois et Martinéroises, affirme le promoteur, aux 15 000 actifs qui sont à proximité du site et qui n’ont absolument rien aujourd’hui, et puis aux 40 000 étudiants qui sont juste en face… »

 

Point sur lequel le PDG veut également appuyer : son engagement en tant qu’« investisseur responsable » : « Notez bien que nous ne sommes pas des simples promoteurs qui faisons des coups, étaye-t-il, mais des investisseurs dans les territoires, où nous sommes acteurs, animateurs et partenaires sur le long terme. »

 

 

Un projet irréversible ?

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4289 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. C’est tuer le commerce au centre ville qui fait les affaires d’Amazon. Le dogmatisme à Grenoble (CVCM) et la folie des grandeurs à SMH (Neyrpic) sont mortifères pour notre métropole.

    sep article
    • Surtout la bande à Piolle qui prône la décroissance de l’économie ! On va se chauffer à la bouse de vache et circuler à cheval ou quoi ? Heureusement que d’autres candidats ont une vision plus économique !

      sep article
  2. Amigo: moi, quand je vais en ville, j’aime me balader dans les rues piétonnes… on visite, on flâne, on boit un verre, on admire ce qui reste de beau à Grenoble, on fait marcher le commerce du coin, tout ce que vous ne ferez pas dans un endroit déshumanisé comme celui-ci. En me garant gratuitement au parking-relai à SMH puis en prenant le tram, bien-sûr. Pas d’ennui de parking à payer, pas besoin de tourner pour chercher une place. La voiture, je la garde pour ikea. Et je suis zeeeeen, pas comme ces autosolistes dans les bouchons porte de France ou rue Hoche. Neyrpic, ce sera pour emmener une fois ou deux les filles à la grande-roue.

    sep article
    • @Gilce
      C’est un peu immoral de profiter du parking gratuit de SMH pour aller ensuite alimenter la commerce de Grenoble ? Le maire (PC) de SMH a pris une décision courageuse , à l’encontre des fous du quartier pseudo-verts, de garder tous les parkings gratuits. Une fois Neyrpic fini, je prendrai un abonnement : salle d’escalade pour moi, cinéma pour mes enfants, restaurant pour ma famille. Grenoble peut crever dans ses bouchons. Piolle a bien dit que cette ville n’appartient plus aux hommes blancs pressés (et leurs familles, j’ajouterais).

      sep article
      • Un parking-relai, que ce soit au campus de SMH (Gières), Catane, Seyssins, alimenté par mes impôts, je ne vois pas où est le problème. Le parking du campus désert le week-end non plus. Et le parking du Géant non plus, surtout si j’en profite pour faire une course à la fin.
        Et c’est un peu immoral de votre part, d’abandonner les commerçants Grenoblois, alors qu’à chaque fois où j’ai eu à me garer dans le centre, que ce soit à Hoche, Chavant, Notre-Dame, Philippeville, Stade, j’ai toujours trouvé une place! Quitte à payer, comme dans toutes les grandes villes, une somme qui n’est pas si astronomique qu’on le dit! Et n’est-ce pas immoral de vouloir en tant que non grenoblois piquer les places de parking des grenoblois payées avec leurs impôts?

        sep article
        • blah blah…. Le bilan est simple: les bobo pseudo ecolos (dans leurs SUV) de grenoblois ont voté pour [modéré : propos injurieux] Piolle, qu’ils en récoltent les dividendes, je m’en fiche. Cette ville pourrie est sans intérêt, bientôt peuplée exclusivement par les étudiants, pauvres retraités (je compatis) et les migrants (je compatis pas du tout, ils ont choisi leur destin). Certes, ça répond parfaitement aux envies électorales des pastèques, mais pas à mes goûts.
          PS vous mentez: vous n’avez pas payé avec vos impôts pour les parkings de SMH. Vous melangez (deliberement) le budget d’etat avec le budget municipal

          sep article
  3. Bravo, Monsieur le maire (PC) de SMH! Surtout que ce projet, avec un accès facile par voiture, va enfoncer le dernier clou dans la commerce du centre ville de Grenoble. Et le maire qui remplacera la pastèque Piolle sera obligé de tenir compte de la concurrence de Neyrpic

    sep article
    • Tout a fait d accord avec amigo, enfin saint martin d heres sera doté d’un centre comme bonne et je serai ravi de me promener ave mon petit fils qui habite smh. Moi , grenoblois je ne vais plus au centre grenoble, trop d insécurité, trop sale et marre des [modéré : propos ciblant des catégories spécifiques de personnes]. Comme quoi c est pas une couleur politique qui fait une ville mais la personne qui la dirige.

      .

      sep article