Projet d’extraction de gaz de schiste : la Société générale ciblée par des activistes écologistes grenoblois

sep article



 

EN BREF – Les militants d’Action non violente Cop 21 et des Amis de la Terre ont organisé, vendredi 13 décembre, une nouvelle opération coup de poing dans l’une des agences de la Société générale à Grenoble. Motif ? Protester contre l’implication de la banque dans la construction au Texas du plus gros terminal d’exportation de gaz de schiste au monde. Un carburant qui sera notamment importé en France.

 

 

Des militants d'ANV Cop 21 et des Amis de la Terre ont dénoncé à Grenoble un gros projet d’extraction de gaz de schiste de la Société générale.Vendredi 13 décembre, les activistes d'ANV Cop 21 et des Amis de la Terre ont organisé une "conférence de presse pirate" à la Société Générale, impliquée en première ligne dans le financement d'un projet d'exportation de gaz de schiste aux Etats Unis. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Vendredi 13 décembre, les acti­vistes d’ANV Cop 21 et des Amis de la Terre ont orga­nisé une « confé­rence de presse pirate » à la Société géné­rale, impli­quée en pre­mière ligne dans le finan­ce­ment d’un pro­jet d’ex­por­ta­tion de gaz de schiste aux Etats-Unis. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Une ving­taine d’activistes d’Action non vio­lente Cop 21 et des Amis de la Terre se sont intro­duits paci­fi­que­ment, mais néan­moins d’un pas décidé, dans l’agence de la Société géné­rale place Victor-Hugo à Grenoble, ce ven­dredi 13 décembre.

 

Leur objec­tif ? Occuper l’enceinte de l’agence, le temps d’y tenir une « confé­rence de presse pirate » pour dénon­cer le rôle clé joué par la Société géné­rale dans un gros pro­jet d’extraction de gaz de schiste. Un pro­jet cli­ma­ti­cide au plus haut point, alertent les acti­vistes. Or, au déses­poir des mili­tants, le pro­jet prend tour­nure. Le gou­ver­ne­ment fédé­ral des États-Unis a donné son feu vert le 21 novembre der­nier.

 

 

Retour en images et expli­ca­tions de Béatrice Janiaud, l’une des meneuses de l’opération.

 

 

Interpeller l’opinion publique

 

Les mili­tants éco­lo­gistes ont, depuis deux ans, la Société géné­rale dans le col­li­ma­teur. Cette der­nière entend en effet par­ti­ci­per à la construc­tion du « méga ter­mi­nal d’exportation de gaz de schiste Rio Grande LNG, au sud du Texas ». Une opé­ra­tion dont le coût s’é­lève à 20 mil­liards de dol­lars.

 

Vendredi 13 décembre, les activistes d'ANV Cop 21 et des Amis de la Terre ont organisé une "conférence de presse pirate" à la Société Générale, impliquée en première ligne dans le financement d'un projet d'exportation de gaz de schiste aux Etats Unis. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Ce n’est pas la pre­mière fois que les mili­tants éco­lo­gistes inter­pellent l’o­pi­nion publique sur les agis­se­ments de la Société géné­rale. En sep­tembre 2018, ils avaient déjà entre­pris le net­toyage de deux agences de la banque, à l’aide de seaux et de ser­pillères.

 

C’est une autre mise en scène qu’ont choi­sie, cette fois, les acti­vistes. L’objectif étant, au bout du compte, tou­jours de « faire de belles images qui fassent le tour des réseaux sociaux », recon­naissent-ils. En quelques ins­tants, ce ven­dredi 13 décembre, les mili­tants ont pris pos­ses­sion de la grande salle d’ac­cueil de l’a­gence ban­caire. L’opération s’est dérou­lée sans embûche et sans inter­ven­tion des forces de l’ordre bien que la direc­tion ait menacé de les appe­ler. Cette der­nière s’est tou­te­fois empres­sée de fer­mer les portes de l’agence, pen­dant l’intervention des mili­tants.

 

 

Des salariés gênés, des clients à l’écoute

 

Les mili­tants ont fait appel à Guillaume Mandil, ensei­gnant cher­cheur à l’Université de Géographie Alpine, pour décrire les ravages occa­sion­nés par l’extraction du gaz de schiste sur le cli­mat. Pendant qu’un groupe d’ac­ti­vistes s’est assis pour écou­ter l’u­ni­ver­si­taire, d’autres mili­tants déco­raient l’a­gence avec des ban­de­roles por­tant des mes­sages accu­sa­teurs : « Oudéa [le patron de la Société géné­rale] – Trump : même com­bat contre le cli­mat ? » et « Rio Grande LNG [Liquefied Natural Gas, ndlr.] : l’avenir de Société géné­rale à + 5 ° C ».

 

Des militants ont dénoncé un gros projet d’extraction de gaz de schiste de la Société générale.Vendredi 13 décembre, les activistes d'ANV Cop 21 et des Amis de la Terre ont organisé une "conférence de presse pirate" à la Société Générale, impliquée en première ligne dans le financement d'un projet d'exportation de gaz de schiste aux Etats Unis. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Parallèlement à la confé­rence, quelques acti­vistes ont, quant à eux, tenté de nouer le dia­logue avec les sala­riés de la banque ainsi qu’a­vec les clients pré­sents.

 

Tenus à un devoir de réserve, les sala­riés ont rapi­de­ment mis fin aux échanges. « Ils ne sont pas dupes, cer­tains par­tagent notre constat », com­men­tera tou­te­fois l’un des mili­tants à la fin de l’opération.

 

Des clients ont sem­blé davan­tage à l’écoute. Une dame était même un tan­ti­net cha­gri­née d’ap­prendre que sa banque par­ti­ci­pait à un pro­jet sus­cep­tible de nuire à l’environnement. De là, à quit­ter sa banque ? Peut-être pas… dans l’im­mé­diat, a‑t-elle déclaré, mais en se mon­trant curieuse d’en savoir davan­tage.

 

Séverine Cattiaux

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
2929 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.