Des transports gratuits pour la Marche pour le climat samedi 1er février ? Impossible, répond le Smmag

sep article



 

FIL INFO — Alors que la première Marche pour le climat grenobloise est annoncée samedi 1er février, le collectif pour la gratuité des transports demande au Smmag d’instaurer symboliquement la gratuité sur son réseau durant la journée. Réponse de son président ? Impossible… pour des raisons de droit électoral.

 

 

Des trans­ports en com­mun gra­tuits pour la Marche pour le cli­mat samedi 1er février à Grenoble ? C’est la demande que le Collectif pour la gra­tuité des trans­ports publics dans l’agglomération gre­no­bloise a adres­sée au pré­sident du Smmag Yann Mongaburu. Un mes­sage éga­le­ment envoyé aux membres du Syndicat mixte que sont Grenoble Alpes Métropole, le Pays voi­ron­nais et le Grésivaudan.

 

Rassemblement du collectif pour la gratuité des transports devant la mairie de Grenoble en octobre 2018 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement du col­lec­tif pour la gra­tuité des trans­ports devant la mai­rie de Grenoble en octobre 2018. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le col­lec­tif note ainsi que le réseau Tag avait été rendu gra­tuit à l’oc­ca­sion des fêtes de fin d’an­née, le samedi 14 décembre 2019. Et rap­pelle que la gra­tuité est déjà de mise sur le même réseau lors des pics de pol­lu­tion. Pour les par­ti­sans des trans­ports gra­tuits, « il est grand temps d’é­tendre cette mise en gra­tuité du réseau à d’autres moments qui soient, a minima, sym­boles d’un monde en rup­ture qui agit pour le cli­mat et la jus­tice sociale ».

 

 

La première Marche pour le climat de l’année 2020

 

Réponse de Yann Mongaburu ? La gra­tuité sur le réseau samedi 1er février est impos­sible… pour des ques­tions de droit élec­to­ral. « Dans la période élec­to­rale où nous sommes, nous n’a­vons pas la pos­si­bi­lité de prendre des mesures qui auraient du être déli­bé­rées préa­la­ble­ment. Nous ne pour­rons donc mal­heu­reu­se­ment pas don­ner suite à la pro­po­si­tion », confie à Place Gre’net le pré­sident du Syndicat mixte des mobi­li­tés de l’aire gre­no­bloise.

 

Marche pour le climat à Grenoble en septembre 2019. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marche pour le cli­mat à Grenoble en sep­tembre 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Baptisée « Une Marche cli­mat en Hiver », la mani­fes­ta­tion du samedi 1er février s’or­ga­nise pour sou­te­nir la fina­li­sa­tion des tra­vaux de la Convention citoyenne pour le cli­mat. « Dans un contexte d’ur­gence tou­jours plus mar­qué par l’i­nac­tion envi­ron­ne­men­tale et cli­ma­tique, la Convention ren­dra ses conclu­sions, que nos gou­ver­nants se sont enga­gés à écou­ter et mettre en œuvre », écrit ainsi le col­lec­tif Il est encore temps Grenoble.

 

Au pro­gramme de cette nou­velle marche gre­no­bloise, la pre­mière de l’an­née 2020 ? « Une ambiance fes­tive et déter­mi­née pour affir­mer notre enga­ge­ment et exi­ger encore et tou­jours des actes à la hau­teur », pro­mettent encore les orga­ni­sa­teurs. Qui donnent ren­dez-vous place Victor-Hugo à par­tir de 13 h 30. En espé­rant réunir autant de mar­cheurs qu’au mois de décembre 2019, où plu­sieurs mil­liers de per­sonnes avaient alors battu le pavé.

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2517 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Il y a peut-être 1/4 des pas­sa­gers qui montent en payant dans les bus et trams gre­no­blois (esti­ma­tion haute). Pour le reste, la gra­tuité est de fait, les contrôles sont tel­le­ment rares qu’ils jouissent d’une impu­nité presque totale.

    J’ai même vu une fois la police inter­ve­nir pour sor­tir les contrô­leurs d’un mau­vais pas. Les pas­sa­gers d’un bus s’é­taient ligués contre eux, ne com­pre­nant pas pour­quoi on leur deman­dait de payer leur tra­jet.

    sep article