Les collectivités locales reprennent la main sur la Sémitag, le Département dénonce une manœuvre politique

sep article

 

EN BREF – L’annonce de la transformation de la Sémitag, société d’économie mixte qui gère le réseau de bus et tramways de l’agglomération grenobloise, en société publique locale détenue à cent pour cent par les collectivités, hérisse le Département de l’Isère. Non pas tant sur le fond que sur la forme. À trois mois des élections municipales, beaucoup voient dans l’accélération du calendrier un coup d’abord politique.

 

 

Trams sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. La gratuité des transports en question - SMTC Semitag © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Tramways sur le cours Jean-Jaurès à Grenoble. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

L’ambiance n’est pas au beau fixe entre le Département de l’Isère et le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC).

 

Alors que le divorce autour de la transformation du SMTC en syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise (Smmag) devrait être consommé ce 19 décembre avec la délibération actant la sortie du Département*, les deux collectivités ne manquent quasiment plus une occasion de prendre leurs distances.

 

Nouvelle pomme de discorde ? La transformation de la Sémitag, société d’économie mixte (Sem) majoritairement détenue par le SMTC en société publique locale (SPL). La société, qui gère depuis 1975 le réseau de transports publics, bus et tramways, de l’agglomération grenobloise pour le compte du SMTC, se prépare à changer de statut au 1er janvier 2021.

 

Qui va reprendre la Sémitag ?

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Comptoir de prêt retour : reprise du prêt de documents dans les bibliothèques municipales de Grenoble le 27 mai 2020
commentez lire les commentaires
4761 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. le vrai problème est que l’etat ne fixe pas de limite sur la possibilité d’endettement des collectivités. Par conséquent, les élus des collectivités financent leurs réélection avec des cadeaux à leur clientèle

    sep article
  2. Le SMTC, président Mongaburu, veut devenir plus gros alors qu’il est déjà endetté jusqu’au cou jusqu’en 2040 ! Qui va payer ? Les grenoblois, vous, moi. Non merci.

    sep article
  3. Le SMTC du professionnel politique Yann Mongaburu ne gère rien du tout, elle a une dette abyssale de 626 millions d’€ pour 138 millions de recettes.

    sep article