À Grenoble, alors que le Parti socialiste se déchire, sa frange “historique” rallie Éric Piolle

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

FOCUS – À Grenoble, une partie du Parti socialiste a choisi de rallier le maire sortant Éric Piolle (EELV). En butte aux déchirements internes et aux atermoiements des instances nationales, la frange “historique” a fait le choix de rejoindre le grand rassemblement des gauches plus vite que prévu. Et de passer des bancs de l’opposition à ceux de la majorité…

 

 

A Grenoble, où le Parti socialiste se déchire, sa frange historique se rallie au maire sortant Eric Piolle (EELV) dès le premier tour des municipales.Anouche Agobian, Marie-José Salat et Maxence Alloto ou le PS grenoblois " canal historique " rejoignent le maire sortant Eric Piolle dès le premier tour des élections municipales © Patricia Cerinsek

Anouche Agobian, Marie-José Salat et Maxence Alloto rejoignent Eric Piolle dès le premier tour des élections municipales. © Patricia Cerinsek

À Grenoble, une partie des socialistes a finalement fait le choix de rallier dès le premier tour la liste emmenée par le maire sortant. La frange “historique” du PS a décidé de saisir la main tendue par Éric Piolle (EELV), avec l’idée d’un grand rassemblement des forces de gauche, sur le modèle de ce qu’a connu la capitale du Dauphiné de 1995 à 2008.

 

Un choix par défaut ? C’est qu’à Grenoble, le Parti socialiste part en ordre dispersé. Avec, d’un côté, les socialistes “canal macroniste” qui ont fait le choix, au niveau fédéral, de soutenir le collectif emmené par le délégué interministériel Olivier Noblecourt. L’ex-adjoint à la Ville de Grenoble sous le mandat du socialiste Michel Destot ne s’est d’ailleurs, faut-il le rappeler, toujours pas officiellement déclaré comme tête de liste potentielle pour 2020, même si son collectif enchaîne les réunions publiques.

 

De l’autre, donc, le PS “canal historique” rassemblé autour de Marie-José Salat. Initialement candidate au poste de première socialiste à Grenoble, la conseillère municipale d’opposition à la Ville de Grenoble a fait machine arrière après les contestations en interne et les atermoiements des instances nationales du parti.

 

 

Des bancs de l’opposition à ceux de la majorité

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
5566 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ralliement hallucinant, incohérent et vraiment incompréhensible! Le simple verbatim des propos de MJ Salat (et des écolos-insoumis) depuis 5 ans au conseil municipal montre combien les blessures d’ego rendent fous et folles. Eric Piolle et son équipe vont maintenant les humilier de l’intérieur, sans état d’âme. Leur stratégie com’ est bien huilée mais particulièrement cynique. Le procédé rappelle les opérations staliniennes du début: on manipule avec les sentiments, le sourire et la main sur le cœur. Ca fait froid dans le dos… Et quand on lit le communiqué sur France Bleue Isère (qui évoque carrément un ralliement du PS), on comprend que ce sont parfois des journalistes EELV (comme à Libé) qui rédigent les articles. Place Grenet évite heureusement cette tentation!

    sep article
  2. Ping : E.PIOLLE: LE TEMPS DES HAINES PARTAGÉES – Grenoble Le Changement !

  3. On va bien se marrer, considérant les positions antagonistes de certaines par rapport à Piolle, sur le burquini ou CVCM par exemple!

    sep article
  4. sep article
  5. Que ne ferait-on pas pour un mandat…

    sep article
  6. Par ici la bonne soupe avec Piolle, sauf que ce n’est pas de s’allier avec lui qui va faire oublier son bilan désastreux. Une fois mais pas 2 clairement. Quand a Destot et le p.s (en compagnie des verts et rouges), ils n’ont rien prouvé à Grenoble d’autre que de la rendre dejà innaccessible, sur-bétonnée, sur-densifiée, guetoïsée, de la ruiner.

    sep article