À Grenoble, le PS court-circuite le processus de désignation… et opte pour une alliance avec Olivier Noblecourt

sep article



 

FOCUS – Le parti socialiste grenoblois a fait le choix de s’allier avec Olivier Noblecourt plutôt que d’avoir son propre candidat pour les municipales en 2020. Sauf que le vote des militants, court-circuitant le processus de désignation, est pour le moins contesté. Le co-secrétaire de la section grenobloise du PS dénonce même un coup de force et une manipulation pour écarter Marie-Josée Salat, la seule candidate officiellement déclarée.

 

 

Siège du Parti socialiste (PS) quartier Saint-Bruno à Grenoble. © Muriel Beaudoing - Placegrenet.fr

Siège du Parti socia­liste (PS) quar­tier Saint-Bruno à Grenoble. © Muriel Beaudoing – Placegrenet.fr

Les par­ti­sans d’Olivier Noblecourt ont-ils tenté de court-cir­cui­ter le pro­ces­sus de dési­gna­tion du pre­mier des socia­listes, poten­tiel can­di­dat à la mai­rie de Grenoble en 2020 ? Ce afin de pro­pul­ser le délé­gué inter­mi­nis­té­riel à la lutte contre la pau­vreté dans la course aux muni­ci­pales ?

 

Le pro­ces­sus de dési­gna­tion pré­voyait en effet un débat, le 26 sep­tembre. Puis la pré­sen­ta­tion des can­di­dats aux mili­tants, le 10 octobre. Mais une réunion orga­ni­sée ce ven­dredi 20 sep­tembre est venue jouer les trouble-fêtes.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
6490 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. @Erwan @Gilce
    Vous avez rai­son sur le fond -> ce sont les pro­jets col­lec­tifs en pré­sence qu’il fau­dra étu­dier atten­ti­ve­ment et mettre en débat, et tout par­ti­cu­liè­re­ment sur les contours d’un grand des­sein métro­po­li­tain, à la fois auda­cieux et humain. Vivement la suite !

    Source : article À Grenoble, le PS court-cir­cuite le pro­ces­sus de dési­gna­tion… et opte pour une alliance avec Olivier Noblecourt | Place Gre’net – Place Gre’net

    sep article
  2. Bonjour Anne-Sophie, si j’en crois le GAM, il ne s’a­gi­rait pas d’une « belle dyna­mique col­lec­tive », mais d’un « truan­dage » en règle des ins­tances du PS ! Bref, des magouilles !

    sep article
  3. @Anne-Sophie
    Je n’attends que cela un ras­sem­ble­ment de gauche, un regard huma­niste, pro­gres­siste qui inclut jus­tice sociale, bâtis­seurs, et prag­ma­tisme.
    Et lorsque je regarde Olivier Noblecourt : je note qu’il a pro­fi­ter de l’aire de Destot, qu’il l’a com­battu à une pri­maire locale pour des légis­la­tives, faute de man­dat local il est parti au cabi­net de feu la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, et évi­dem­ment n’ayant plus aucun man­dat il fran­chi la porte LREM pour ser­vir aujourd’hui le gou­ver­ne­ment.
    Quelle constance poli­tique ? Celle de l’opportunisme pour un appa­rat­chik poli­tique, n’ayant jamais réel­le­ment connu la vie éco­no­mique en dehors des man­dats ou mis­sions poli­tiques. Opportunisme de celui qui pré­fère LREM plu­tôt que de res­ter fidèle à un PS per­dant les élec­tions locales en 2014 puis les présidentielles…alors évi­dem­ment Piolle peut être battu, il fau­dra qu’il explique pour­quoi Chalas n’a pas sa pré­fé­rence lui qui est nourri par le gou­ver­ne­ment.
    Fidèle au PS depuis tou­jours il n’aura jamais ma voix

    sep article
  4. sep article
  5. Et voici que Mme Vincent cherche l’amalgame entre elle et le PS pour legi­ti­mer son com­pa­gnon Noblecourt.
    Le PS local n’est pas Mme Vincent, ni Mme Salat.
    Ce sont d’abord des mili­tants, des acteurs asso­cia­tifs, des acteurs éco­no­miques qui font le PS gre­no­blois.
    Le pire dans cette affaire est de voir Monsieur Noblecourt fran­chir la ligne Macron au len­de­main de la débâcle socia­liste à la Présidentielle et com­battre loca­le­ment la can­di­date de LREM alors que Monsieur Noblecourt reste natio­na­le­ment sur un poste à enjeux pour Macron. Hypocrisie, oppor­tu­nisme, ou accord avec les éco­los pour le second tour nous ne sau­rons pas. Mais ce qui est sûr c’est que Piolle est bien assis dans son fau­teuil de suc­ces­sion.

    sep article
    • @ Erwan : c’est aga­çant, je vous com­prends, d’ap­prendre qu’une belle dyna­mique col­lec­tive se des­sine, à gauche réso­lu­ment, sur la double convic­tion que la ville doit retrou­ver sa tra­di­tion sociale et cultu­relle et que la métro­pole ne rayon­nera réel­le­ment demain qu’en dépas­sant les pos­tures dog­ma­tiques et les petits arran­ge­ments par­ti­sans et clien­té­listes. Olivier Noblecourt incarne dans son par­cours une droi­ture et une géné­ro­sité pour le moins remar­quables. Sa can­di­da­ture (si elle advient) por­te­rait une grande pro­messe de renou­veau, humaine et auda­cieuse, à mille lieues des gue­guerres pour un « fau­teuil » ou des stra­pon­tins. Nul doute qu’il ras­sem­blera et incar­nera l’éco-sys­tème gre­no­blois dans ce qu’il a de plus inno­vant et de plus géné­reux. Ca sert à ça, une cam­pagne élec­to­rale : la démo­cra­tie gre­no­bloise a tout à gagner d’une belle contro­verse, pro­jet contre pro­jet contre pro­jet, sur l’a­ve­nir de notre métro­pole !

      sep article
      • Chère Anne Sophie, n’en faites tout de même pas trop.….parce que là, vous ren­voyez Sibeth Ndiaye au bac à sable en matière de fla­gor­ne­rie et de langue de bois…
        O.Noblecourt, certes belle machine intel­lec­tuelle, n’est tout de même pas un per­dreau de l’an­née ques­tion cal­culs poli­ti­ciens, arran­ge­ments tac­tiques et ges­tion de car­rière :
        cabi­net de Destot, direc­teur du CCAS du même Destot, ex futur dau­phin tou­jours du même Destot, cabi­net de Najat Vallaud-Belkacem sous Hollande, recy­clé en macronie.….Tout de même jus­qu’ici un peu l’é­ter­nel brillant col­la­bo­ra­teur.….
        Et cette manœuvre de ses par­ti­sans locaux fleure bon le pro­nun­cia­miento du pauvre et l’ar­ran­ge­ment entre quelques amis .…..Bon il y a pire que lui, bien pire, mais ce n’est tout de même pas l’ar­ri­vée du Grand Timonier de la cuvette grenobloise.…Attendons son pro­jet s’il est can­di­dat
        On va rigo­ler , tiens, dans les mois qui viennent.….

        sep article