Cirques avec animaux : tandis qu’à Villard-de-Lans une campagne appelle au boycott, les maires restent démunis

sep article

 

EN BREF – À Villard-de-Lans, la venue du cirque Zavatta n’est pas du goût de tous. Depuis la semaine dernière, une campagne d’affichage sauvage appelle ainsi au boycott des cirques avec animaux. Alors que la prise de conscience prend de l’ampleur, en Isère, cinq villes se sont positionnées contre leur installation. Sans réel pouvoir. Car seul le vœu, symbolique, reste inattaquable devant les tribunaux…

 

 

Campagne d'affichage à Villard-de-Lans lors de la venue du cirque Zavatta - DR

Campagne d’af­fi­chage à Villard-de-Lans lors de la venue du cirque Zavatta – DR

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un cirque avec ani­maux Zavatta dresse son cha­pi­teau sur le stade de foot de Villard-de-Lans. Mais cet été, la venue de cette his­to­rique famille du cirque fran­çais n’est pas du goût de tous dans le Vercors.

 

Alors que le cirque doit don­ner sa der­nière repré­sen­ta­tion ce 31 juillet après quinze jours de pré­sence, une cam­pagne d’af­fi­chage sau­vage appelle au boy­cott des cirques avec ani­maux.

 

 

Pour des « cirques sans souffrance »

 

Par deux fois la semaine der­nière, des oppo­sants se sont lan­cés dans une opé­ra­tion de dénon­cia­tion en pla­car­dant des affiches un peu par­tout dans la sta­tion. Celles-ci réclament « des cirques sans souf­france » et appellent à ne plus faire appel aux ani­maux sous les cha­pi­teaux.

 

Campagne d'affichage à Villard-de-Lans lors de la venue du cirque Zavatta - DR

Campagne d’af­fi­chage à Villard-de-Lans lors de la venue du cirque Zavatta – DR

Dans la nuit de mardi à mer­credi puis la nuit de ven­dredi à samedi, plus de 90 affiches ont ainsi été pla­car­dées dans les rues. Et 120 flyers dépo­sés sur les pare-brises des voi­tures dans les envi­rons de Villard-de-Lans.

 

Les pan­neaux publi­ci­taires du cirque ont éga­le­ment été recou­verts, tout comme… l’ours en marbre sur la place prin­ci­pale du vil­lage.

 

Les actions de ce type se mul­ti­plient en France et dans la région. Ce fut le cas à Meylan en avril der­nier après Uriage et Échirolles en août 2018 ou bien encore Fontaine en mars 2017. Sans comp­ter les nom­breuses péti­tions pour mettre fin à ces pra­tiques.

 

 

365 villes en France se sont positionnées contre

 

Des villes ont pris, ou tenté de prendre, les devants. En France, au 17 juillet, 365 com­munes avaient pris posi­tion dont 75 de plus de 10 000 habi­tants, décompte Cirques de France. Sur la région, Voiron a été la pre­mière à inter­dire les cirques avec ani­maux sur son ter­ri­toire.

 

En Isère, Saint-Geoirs-en-Valdaine, Eybens, Champagnier et Grenoble  se sont éga­le­ment posi­tion­nées contre, soit par le biais d’un arrêté muni­ci­pal, d’une déli­bé­ra­tion ou d’un vœu.

 

A Villard-de-Lans – DR

Or, à ce jour, seul le vœu, sym­bo­lique, reste inat­ta­quable. De nom­breuses com­munes ont ainsi vu leurs déci­sions annu­lées par la pré­fec­ture ou le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif recon­naît l’as­so­cia­tion.

 

Le 23 juillet der­nier, la jus­tice a ainsi annulé la déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal de La Chèze dans les Côtes d’Armor. La fédé­ra­tion des cirques de tra­di­tion et pro­prié­taires d’animaux de spec­tacle avait en effet déposé un recours pour excès de pou­voir ; un conseil muni­ci­pal ne dis­po­sant pas du pou­voir de police. Une quin­zaine de com­munes ayant voté des déli­bé­ra­tions simi­laires ont été atta­quées en jus­tice.

 

D’autres com­munes, comme Luc-en-Provence dans le Var, se sont vues dans l’o­bli­ga­tion d’an­nu­ler leur arrêté muni­ci­pal. Le juge avait estimé que  « la mesure liti­gieuse n’est pas au nombre de celles que le maire peut prendre dans le cadre de ses pou­voirs de police muni­ci­pale ».

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
4671 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est ce qu’on peut appe­ler le « sens de l’his­toire ».
    Les cirques avec ani­maux sau­vages doivent et vont dis­pa­raître.
    Cette très vieille héré­sie nous est deve­nue insup­por­table aujourd’­hui – car les sen­si­bi­li­tés changent.
    Pourquoi pas des numé­ros avec chiens et chats ?
    Même les anti-spé­cistes ne pour­raient être contre : nos ani­maux domes­tiques devien­draient des artistes à part entière. Certes, ils ne per­ce­vraient pas des cachets déme­su­rés (mais ça m’é­ton­ne­rait que les cir­cas­siens, qui réa­lisent pour­tant des per­for­mances bien au-des­sus de nos acteurs et comé­diens et chan­teurs gras­se­ment payés, fassent for­tune), mais ils pren­draient sûre­ment plai­sir à se don­ner en spec­tacle, tout en par­ta­geant la vie quo­ti­dienne de leurs maîtres.

    sep article