À Meylan, le nouveau cirque Triomphe dans le collimateur du collectif pour des cirques sans animaux

sep article

FIL INFO – À Meylan, un collectif s’oppose à la venue sur un terrain privé du nouveau cirque Triomphe, dénonçant des maltraitances envers les animaux mais aussi une occupation illégale du terrain.

 

 

Animaux du Nouveau cirque Triomphe attaché à un arbre à Fontaine. © Place Gre'net

Le cirque Triomphe à Fontaine en 2017. © Place Gre’net

Après Fontaine en 2017, et quelques jours après son pas­sage à Sassenage, le nou­veau cirque Triomphe fait à nou­veau par­ler de lui, en traî­nant der­rière lui son lot de détrac­teurs.

 

Cette fois, c’est à Meylan, où le cirque se pro­duit ce dimanche 7 avril après-midi, que les oppo­sants entendent faire entendre leur voix. Tous sont regrou­pés sous le col­lec­tif gre­no­blois pour des cirques sans ani­maux et sou­te­nus par l’an­tenne gre­no­bloise de The Save move­ment orga­ni­zer,

 

 

« Aucune autorisation écrite n’a été donnée »

 

Le col­lec­tif dénonce des mal­trai­tances envers les ani­maux, mais éga­le­ment une occu­pa­tion illé­gale de ter­rain. Car le ter­rain de la faculté de phar­ma­cie qu’oc­cupe le cirque n’est pas une par­celle publique mais pri­vée, pro­priété de l’Université Grenoble Alpes. « Aucune auto­ri­sa­tion écrite n’a été don­née au cirque Triomphe », assure le maire Jean-Philippe Blanc dans un cour­rier.

 

Jean-Philippe Blanc, le maire de Meylan. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Philippe Blanc, maire de Meylan. © Joël Kermabon

« Ils se sont appa­rem­ment ins­tal­lés sans titre, ni droit, ce qui consti­tue au regard du droit une infrac­tion pénale. »

 

Mais pré­cise-t-il : « Seul le pro­prié­taire des lieux peut por­ter plainte ou agir en référé auprès du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif pour deman­der l’é­va­cua­tion des lieux ».

 

Le col­lec­tif gre­no­blois pour des cirques sans ani­maux qui deman­dait à occu­per le domaine public pour pou­voir mani­fes­ter s’est, quant à lui, vu oppo­ser une fin de non-rece­voir. En cause, « des risques de troubles avec le public hos­tile ou les repré­sen­tants du cirque » invo­qués par le maire.

 

Un refus dont s’in­digne le col­lec­tif, pour qui « il n’est pas légal pour un maire d’in­ter­dire la tenue d’une mani­fes­ta­tion, à moins d’a­voir la preuve tan­gible d’un trouble à l’ordre public et/ou que des dégra­da­tions des biens de la ville soit appor­tée ».

 

Jean-Philippe Blanc, lui, appelle au calme et se dit vigi­lant. « Si des constats de mau­vais trai­te­ments devaient exis­ter, j’in­ter­vien­drais pour don­ner toutes les suites qui s’im­posent. Je pense que le meilleur acte qu’il est pos­sible de faire pour celles et ceux qui par­tagent cette posi­tion est de ne pas se rendre dans de tels cirques et d’in­ci­ter ceux qui nous entourent à en faire autant. »

 

PC

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2262 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.