Les Patriotes prennent leurs marques en Isère, portés par l’ex-FN Mireille d’Ornano

sep article



FOCUS – Les Patriotes, mouvement fondé par Florian Philippot, s’organise en Isère comme dans le reste de la France en prévision des Européennes de 2019. C’est l’ex-Front national Mireille d’Ornano, rejointe par l’ex-Debout la France Alain Bonnet, qui tient les rênes du mouvement dans le département. Et présente déjà ses délégués pour les circonscriptions du Sud Isère.

 

 

D’un côté, Mireille d’Ornano, ex-Front natio­nal mais tou­jours conseillère muni­ci­pale de Grenoble et dépu­tée euro­péenne. De l’autre, Alain Bonnet, ancien secré­taire dépar­te­men­tal adjoint de Debout la France (DLF). Leur point com­mun ? Tous deux ont quitté leurs par­tis res­pec­tifs et rejoint le jeune mou­ve­ment des Patriotes, fondé par Florian Philippot après sa dis­grâce auprès de Marine Le Pen.

 

Logo Les Patriotes. DR

Logo Les Patriotes. DR

« Nous sommes en train de nous implan­ter par­tout et de tis­ser tout un maillage ter­ri­to­rial », se réjouit Mireille d’Ornano, nom­mée réfé­rente des Patriotes pour l’Isère et réfé­rente pro­vi­soire pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, « le temps que tout soit mis en place ».

 

À l’heure actuelle, seuls deux dépar­te­ments de la région n’ont pas encore de réfé­rents : l’Ardèche et la Drôme. Dans le cas de ce der­nier, une nomi­na­tion devrait sur­ve­nir pro­chai­ne­ment.

 

 

« Des gens diplômés qui veulent s’investir »

 

Au sein même de l’Isère, les res­pon­sables de chaque cir­cons­crip­tion prennent pro­gres­si­ve­ment leurs fonc­tions. Et c’est dans les locaux de son asso­cia­tion Fraternité fran­çaise, un étage au-des­sus de ses anciens bureaux du Front natio­nal, que Mireille d’Ornano pré­sen­tait le ven­dredi 19 jan­vier les délé­gués Patriotes pour le Sud-Isère.

 

Les Patriotes du Sud-Isère. De gauche à droite, Pascal Vital, Mireille d'Ornano, Alain Bonnet, Mickaël Julian et Michèle Flament © Florent Mathieu - Pace Gre'net

Les Patriotes du Sud-Isère. De gauche à droite, Pascal Vital, Mireille d’Ornano, Alain Bonnet, Mickaël Julian et Michèle Flament © Florent Mathieu – Pace Gre’net

 

Alain Bonnet est délé­gué à la pre­mière cir­cons­crip­tion et, acces­soi­re­ment, chargé des rela­tions avec la presse. Pascal Vital, cadre supé­rieur, gèrera la deuxième. Sur la troi­sième cir­cons­crip­tion, on retrouve Michèle Flament, qui fut notam­ment pré­si­dente régio­nale de l’Ordre des infir­miers. Et sur la neu­vième, Mickaël Julian, éga­le­ment ex-DLF et pré­sident de l’as­so­cia­tion Citoyens levez vous.

 

Des pro­fils révé­la­teurs d’un mou­ve­ment hété­ro­clite ? Mireille d’Ornano se dit « ravie » de la cen­taine d’adhé­rents qui ont rejoint le mou­ve­ment en Isère : « C’est com­plé­te­ment autre chose que ce qu’on avait comme popu­la­tion au Front natio­nal. On trouve des jeunes, des gens diplô­més qui veulent s’in­ves­tir », décrit-elle. La conseillère muni­ci­pale n’est pour autant pas la seule trans­fuge du FN au sein des Patriotes.

 

 

Patriotes contre « européistes »

 

Un idéal fédère tous ces ral­lie­ments : le sou­ve­rai­nisme. « L’échiquier poli­tique est en train de chan­ger, ana­lyse Alain Bonnet. Dans trois ou quatre ans, on ne dira plus la gauche ou la droite. Soit vous vous bat­tez pour votre pays, vous êtes sou­ve­rain et patriote, soit vous êtes mon­dia­liste, et l’Europe d’au­jourd’­hui vous convient. »

 

Alain Bonnet et Mireille d'Ornano © Florent Mathieu - Place Gre'net

Alain Bonnet et Mireille d’Ornano © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et l’an­cien DLF de moquer l’ef­fon­dre­ment du Parti socia­liste, du Front natio­nal ou des Républicains. Est-ce à dire que la pous­sée à droite toute de Laurent Wauquiez ne les inquiète pas ? « Un euro­péiste ! », répond Alain Bonnet. Quant à Marine Le Pen, « elle n’est plus recon­nue », estime Mireille d’Ornano. Qui n’est pas près de par­don­ner de s’être fait « cou­per la tête » en mai 2016, après s’être affi­chée aux côtés de Jean-Marie Le Pen durant la célé­bra­tion de Jeanne d’Arc.

 

 

La « colonne vertébrale » de Florian Philippot

 

Quand Florian Philippot prenait la pose avec Mireille d'Ornano aux assises du FN. Le « Marine présidente » n'est plus d'actualité © Mireille d'Ornano - Facebook

Quand Florian Philippot pre­nait la pose avec Mireille d’Ornano aux assises du FN. Le « Marine pré­si­dente » n’est plus d’ac­tua­lité © Mireille d’Ornano – Facebook

Les Patriotes isé­rois en sont convain­cus, seul Florian Philippot a la « colonne ver­té­brale » néces­saire pour mener le com­bat face à une Europe et un euro décriés à l’envi. « Il a les idées, le cha­risme, le dyna­misme. Et on est bien conscients que Macron va se pré­sen­ter une deuxième fois, alors il faut quel­qu’un de jeune en face de lui ! », sou­ligne Alain Bonnet.

 

En atten­dant la pro­chaine élec­tion pré­si­den­tielle, ce sont les euro­péennes de 2019 qui feront figure de test pour le nou­veau mou­ve­ment sou­ve­rai­niste.

 

Mireille d’Ornano envi­sage déjà une large vic­toire du camp anti-euro­péen. « Ils ont peur, les euro­péistes. Ils ne font pas les fiers ! », savoure-t-elle. Avant d’an­non­cer la venue de Florian Philippot en région gre­no­bloise, le 3 février pro­chain. Soit quinze jours avant la tenue du congrès fon­da­teur du mou­ve­ment.

 

 

FM

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3976 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.