“Nous avons des coquelicots !” : les jeunes agriculteurs de l’Isère fustigent les actions des anti-pesticides

sep article



FOCUS – Le syndicat des jeunes agriculteurs de l’Isère prend la parole pour s’insurger contre les actions du collectif anti-pesticides de synthèse « Nous voulons des coquelicots ». Exprimant leur ras-le-bol des clichés et des critiques sur leur métier, ces derniers contre-attaquent après l’agression de deux producteurs. Soucieux de ne pas attiser la polémique avec leurs détracteurs, les jeunes agriculteurs déclarent néanmoins vouloir continuer à favoriser un dialogue constructif.

 

 

« Nous avons des coque­li­cots ! », clame le syn­di­cat des Jeunes agri­cul­teurs de l’Isère (JA). Ces der­niers en ont gros sur le cœur et prennent la parole sur le sujet ô com­bien sen­sible des pes­ti­cides uti­li­sés dans l’a­gri­cul­ture.

 

La goutte d’eau qui a fait débor­der le vase ? Deux agres­sions de pro­duc­teurs et l’expression « cognons ensemble sur les empoi­son­neurs », uti­li­sée sur le compte Twitter du col­lec­tif « Nous vou­lons des coque­li­cots ». Un mou­ve­ment citoyen lancé en 2018 par Fabrice Nicolino et sou­tenu par nombre d’associations envi­ron­ne­men­tales.

 

Son com­bat ? Exiger de nos gou­ver­nants « l’in­ter­dic­tion de tous les pes­ti­cides de syn­thèse » en France. Une lutte que ce col­lec­tif mène en s’ap­puyant sur de nom­breux ras­sem­ble­ments un peu par­tout en France. Tout autant que sur l’Appel des coque­li­cots qui a recueilli, à ce jour, plus de 623 000 signa­tures en ligne.

 

Face à tout cela, les jeunes pro­duc­teurs contre-attaquent, expri­mant leur « ras-le-bol des cli­chés et des cri­tiques sur leur métier ». Loin de vou­loir ampli­fier la polé­mique, ces der­niers affirment vou­loir conti­nuer à « favo­ri­ser un dia­logue construc­tif » avec leurs détrac­teurs.

 

 

« Il est urgent de ne plus donner l’impression de seulement se défendre »

 

« De nom­breux agri­cul­teurs sont pris à par­tie au moment d’épandre des pro­duits de pro­tec­tion sur leurs cultures », indiquent les Jeunes agri­cul­teurs dans un com­mu­ni­qué. Un phé­no­mène mar­gi­nal ? Pas tant que ça. « Sur le ter­rain, les inter­pel­la­tions d’agriculteurs sont de plus en plus impor­tantes, même si elles ne finissent – heu­reu­se­ment – pas tou­jours par une agres­sion phy­sique », relate Sébastien Poncet. Le pré­sident des JA de l’Isère l’af­firme : « le col­lec­tif Nous vou­lons des coque­li­cots va à l’en­contre du dia­logue construc­tif que nous essayons de mettre en place ».

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement du col­lec­tif Nous vou­lons des coque­li­cots à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’agriculture doit-elle se poser en vic­time ? », ques­tionne Sébastien Poncet. Le syn­di­ca­liste s’ins­crit en faux contre « une pos­ture sans doute ten­tante ». Surtout, ajoute-t-il, que « de tels inci­dents auront tou­jours ten­dance à créer une sym­pa­thie bien­ve­nue pour un sec­teur sou­vent éreinté ».

 

La volonté géné­ra­li­sée du monde agri­cole de s’expliquer est, selon lui, incon­tes­table. « Il est urgent, pour l’agriculture, de ne plus don­ner l’impression de seule­ment se défendre, mais de com­mu­ni­quer posi­ti­ve­ment. » En d’autres termes, expli­quer davan­tage la réa­lité d’une pro­fes­sion peu, voire mal connue. C’est en tout cas ce que s’efforcent de faire les JA de l’Isère. Notamment « à tra­vers des actions de com­mu­ni­ca­tion auprès du grand public lors d’évènements comme la fête de la Nature à Voiron », expliquent-ils.

 

 

Les agriculteurs affirment avoir réduit de 45 % le volume de produits phytosanitaires

 

L’occasion pour Sébastien Poncet de citer quelques chiffres. La consom­ma­tion de pro­duits phy­to­sa­ni­taires à l’hectare de sur­face agri­cole utile (SAU) a dimi­nué d’un tiers entre 2000 (3,28 kg/ha) et 2010 (2,28 kg/ha). Ses sources ? L’Union des indus­tries de la pro­tec­tion des plantes (UIPP) et le Service de la sta­tis­tique et de la pros­pec­tive (SSP) du minis­tère de l’Agriculture.

 

Quant aux agri­cul­teurs, ces der­niers ont réduit de 45 % l’utilisation de pro­duits phy­to­sa­ni­taires en volume depuis 1990. Par ailleurs, les doses moyennes néces­saires pour trai­ter un hec­tare ont été divi­sées par plus de 34 en l’es­pace de soixante ans. Quand la toxi­cité moyenne a été divi­sée par 8,5.

 

Pesticides dans l'agriculture DR

Sarclage méca­nique dans un champ. DR

 

Le résul­tat ? Ramenée au nombre d’hectares, la consom­ma­tion fran­çaise de pro­duits phy­to­sa­ni­taires arrive en 9e posi­tion au niveau euro­péen. Et ce der­rière les Pays-Bas, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. C’est du moins ce que révèlent des sta­tis­tiques euro­péennes four­nies par Eurostat 2015, est-il pré­cisé.

 

Dans la pra­tique ? « Les agri­cul­teurs prio­risent les alter­na­tives lorsque cela est pos­sible et opti­misent l’efficacité des trai­te­ments obli­ga­toires pour sau­ver la récolte », assure Sébastien Poncet. Quid des pro­duits de nou­velles géné­ra­tions ? « Ils sont uti­li­sés à des doses à l’hectare plus faibles. Ainsi, entre 1950 et 2000, les doses appli­quées ont été divi­sées par neuf », pré­cise le syn­di­ca­liste. Citant là des valeurs obte­nues auprès de BASF France divi­sion Agro.

 

 

« Si vous souhaitez connaître la réalité, contactez les bonnes personnes ! »

 

« Les agri­cul­teurs reçoivent une for­ma­tion indi­vi­duelle à l’u­ti­li­sa­tion res­pon­sable des pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques », rap­pelle en outre le jeune agri­cul­teur. Ce n’est qu’à l’is­sue de cette for­ma­tion, pré­cise-t-il, qu’ils reçoivent un agré­ment pour l’achat et l’utilisation des pro­duits. Un agré­ment non per­pé­tuel, à renou­ve­ler tous les cinq ans. De même que tous les pul­vé­ri­sa­teurs uti­li­sés pour l’application des pro­duits phy­to­sa­ni­taires, eux aussi contrô­lés tous les cinq ans.

 

L’exposition aux pesti­cides double quasi­ment le risque de survenue de la maladie de Parkinson parmi les agri­cul­teurs

L’exposition aux pesti­cides double quasi­ment le risque de sur­ve­nue de la mala­die de Parkinson parmi les agri­cul­teurs. DR

« Les jeunes agri­cul­teurs de l’Isère montrent tous les jours leur moti­va­tion à renou­ve­ler leurs méthodes pour plus de dura­bi­lité », affirme Sébastien Poncet. Selon lui, « les réunions Nous vou­lons des coque­li­cots ne per­mettent pas le dia­logue et l’échange ». L’occasion d’in­ter­pel­ler le col­lec­tif anti-pes­ti­cides. « Si vous sou­hai­tez connaître la réa­lité, contac­tez les bonnes per­sonnes. Allez à la ren­contre de ces jeunes agri­cul­teurs ! », les admo­neste-t-il.

 

Avant de conclure : « Ainsi, vous pour­rez décou­vrir tout le tra­vail de ces femmes et de ces hommes qui œuvrent pour une agri­cul­ture de qua­lité et en constante évo­lu­tion ».

 

Joël Kermabon

 

 

En France, l’usage de pesticides est reparti à la hausse en 2017

 

Qu’en est-il de la consom­ma­tion de pro­duits phy­to­sa­ni­taires en France ? Le pre­mier plan Écophyto, lancé en 2008 et son suc­ces­seur, Ecophyto 2, visant à réduire pro­gres­si­ve­ment leur emploi de 50 % en dix ans, avaient abouti tous deux à des échecs patents. De fait, il s’a­gis­sait bien d’une contre-per­for­mance puisque, après une légère baisse en 2016 de 2,2 %, le chiffre est reparti à la hausse en 2017 avec 0,3 % d’aug­men­ta­tion.

 

Militants contre la vente du roundup devant le castorama de St Martin d'Hères le 30 mai 2015- © Delphine Chappaz - placegrenet.fr

Militants contre la vente du roun­dup devant le Castorama de Saint-Martin-d’Hères. © Delphine Chappaz – placegrenet.fr

La consom­ma­tion de pes­ti­cides de syn­thèse a ainsi glo­ba­le­ment aug­menté de 12 % entre 2014 et 2016. « Écophyto n’a pas mar­ché car c’est une approche puni­tive et stig­ma­ti­sante », s’é­tait jus­ti­fiée auprès d’Actu envi­ron­ne­ment Christiane Lambert, la pré­si­dente de la FNSEA. « Les solu­tions n’é­taient pas dis­po­nibles, le cli­mat [n’a] pas aidé et l’ap­proche était éli­tiste », ajou­tait-elle encore.

 

En tout cas, lar­ge­ment de quoi ali­men­ter les craintes de nom­breuses asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Et celles du col­lec­tif Nous vou­lons des coque­li­cots.

 

Écophyto 2+, une version améliorée d’Écophyto

 

Pour for­cer ce sevrage quelque peu labo­rieux, le gou­ver­ne­ment a lancé au cours de l’été der­nier une ver­sion amé­lio­rée ren­for­çant le plan Écophyto 2, bap­ti­sée Écophyto 2+. Ses prin­ci­paux objec­tifs ? Accélérer notam­ment le retrait des sub­stances les plus pré­oc­cu­pantes et « pro­mou­voir la recon­nais­sance et la dif­fu­sion des pro­duits de bio­con­trôle ».

 

"<yoastmark

Mais aussi « ren­for­cer la pré­ven­tion de l’exposition de la popu­la­tion aux pes­ti­cides ainsi que de leurs impacts sur l’environnement et la bio­di­ver­sité ». Le tout sans oublier le sou­tien à la recherche et l’innovation ainsi que l’ac­com­pa­gne­ment des agri­cul­teurs dans la tran­si­tion. Ainsi va-t-on consa­crer 71 mil­lions d’euros chaque année au plan Ecophyto. Ce grâce au pré­lè­ve­ment « d’une rede­vance sur les ventes de pro­duits phy­to­phar­ma­ceu­tiques », assurent les ins­tances gou­ver­ne­men­tales.

 

L’Isère 62e département pour les ventes de produits phytosanitaires

 

Quid des ventes de pes­ti­cides en Isère ? Si notre dépar­te­ment ne figure pas au rang des très bons élèves, il n’en est pas pour autant un cancre. C’est du moins ce qui res­sort de la carte éta­blie par Génération future, où l’Isère arrive au 62rang des 101 dépar­te­ments fran­çais, avec 313,46 tonnes ache­tés en 2017. Un chiffre à mettre en pers­pec­tive avec celui de l’Aube, en tête de liste avec 3 276 tonnes de sub­stances actives ven­dues.

 

Un ver­ger de noyers dans le can­ton de Saint-Marcellin. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

Par ailleurs, c’est le gly­pho­sate qui est le pes­ti­cide de syn­thèse le plus acheté en Isère devant le S‑metolachlore et le soufre pour pul­vé­ri­sa­tion.

 

Ce qui peut inquié­ter à juste titre quand on sait qu’en plus d’être pro­ba­ble­ment res­pon­sable de can­cers, le gly­pho­sate serait éga­le­ment sus­cep­tible d’être un per­tur­ba­teur endo­cri­nien.

 

Quant au S‑metolachlore, cette sub­stance active de pro­duits her­bi­cides uti­li­sés, entre autres, pour la culture du noyer, elle est consi­dé­rée comme « pré­oc­cu­pante ». Une clas­si­fi­ca­tion qui ne manque pas d’in­quié­ter les popu­la­tions vivant à proxi­mité des nuci­cul­tures. Ces der­nières redoutent en effet les impacts des pul­vé­ri­sa­tions sur leur envi­ron­ne­ment et leur santé.

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5555 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Et bien , que les agri­cul­teurs sous pres­sion et pris entre les consom­ma­teurs et les ins­truc­tions de l’Etat… que les agri­cul­teurs joignent leurs voix à « Nous Voulons des Coquelicots » !!! ça désa­mor­cera les excès et la vio­lence à l’é­gard des agri­cul­teurs récal­ci­trants et don­nera plus de poids à tout le monde !!!

    sep article
  2. Pourquoi accom­pa­gner un article assez pon­déré et docu­menté – pour une fois – d’une photo à la legende com­plè­te­ment men­son­gère ?

    sep article
    • PT

      04/05/2019
      23:09

      Bonjour,
      A quoi faites-vous allu­sion ?
      Cordialement,

      sep article
  3. As

    03/05/2019
    20:01

    Vous oubliez juste que les bio uti­lise quan­tité de pes­ti­cides mais sur­tout quinze mille tonnes de cuivre et cinq mille tonnes de souffre soit vingt mille tonnes des soixante mille tonnes des pes­ti­cides uti­lise en France pour a peine quatre% de la sur­face agri­cole utile cultivé en bio
    Or le cuivre et le souffre pose beau­coup trop de pro­blèmes pour en géné­ra­li­ser l’u­ti­li­sa­tion
    Car si les bio avait un e alter­na­tive il serai t cer­tai­ne­ment déjà inter­dit comme dans de nom­breux pays ‚en Hollande il est inter­dit en conven­tion­nel.

    sep article
  4. “Il est urgent de ne plus don­ner l’impression de seule­ment se défendre »

    Ils sont en train de perdre la bataille à cause des médias qui sont tou­jours du côté du “pro­grès social “. La cam­pagne anti gly­pho­sate, la chose la plus débile de ce que j’ai vu, conti­nue. Peu importe que HIER la FDA a encore (une *****ème fois) confirmé que le pro­duit est inof­fen­sif pour les humains – les écolo bobo conti­nuent leur croi­sade

    sep article