Perturbateurs endocriniens : le chercheur grenoblois Rémy Slama tance Bruxelles

sep article

FOCUS – En Europe, les perturbateurs endocriniens ne sont toujours pas réglementés. Alors que Bruxelles invoque un manque de consensus scientifique pour justifier son inaction, des chercheurs montent au créneau. Pour l’épidémiologiste grenoblois Rémy Slama, dont une étude a montré le lien entre certaines de ces substances chimiques et l’obésité chez les jeunes garçons, rien n’empêche d’encadrer ces molécules dangereuses pour la santé. Si ce n’est le lobbying des industriels…

 

 

 

La commission européenne traine des pieds pour définir et, derrière, réglementer les perturbateurs endocriniens. DR

La commission européenne traine des pieds pour définir et, derrière, réglementer les perturbateurs endocriniens. DR

Alors que la Commission européenne rechigne à définir et classifier les perturbateurs endocriniens, bloquant toute possibilité de réglementer ces substances chimiques accusées d’interférer avec le fonctionnement hormonal des humains et des animaux, sept chercheurs indépendants, dont l’épidémiologiste grenoblois Rémy Slama, montent au créneau*.

 

Bruxelles avait jusqu’à décembre 2013 pour présenter ces fameux critères scientifiques, préalables à une définition opérationnelle de ces molécules chimiques qui agissent comme des leurres hormonaux dans les organismes. Ne voyant rien venir, la Cour européenne de justice avait même tancé Bruxelles en décembre 2015. Las…

 

« La question actuelle au niveau européen, pour pouvoir permettre l’application de lois sur les pesticides et les biocides qui ne pourront plus être mis sur le marché, réclame une définition officielle reconnue pour les perturbateurs endocriniens, explique Rémy Slama, directeur de recherches Inserm à l’Institut Albert Boniot à Grenoble. En Europe, on a une définition des cancérigènes, des reprotoxiques mais pas des perturbateurs endocriniens. »

 

 

 

L’excuse du manque de consensus scientifique

 

 

Pourquoi cette inaction ? Absence de consensus scientifique, a répondu le commissaire européen à la Santé. Une excuse qui a fait bondir les chercheurs. Sept d’entre eux s’en sont émus dans un article paru lundi 25 avril 2016 dans la revue scientifique Environmental Health Perspectives.

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2398 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Des substances chimiques utilisées très couramment (dans les détergents, matières plastiques, cosmétiques, textiles, peintures, colles, conservateurs, pesticides, emballages …) ont des effets néfastes sur le système hormonal, en perturbant le bon fonctionnement des glandes endocrines. Il y a un risque environnemental diffus pour toute la population, mais les caractéristiques de l’exposition professionnelle (dose, fréquence et durée) induisent des risques largement majorés pour certains métiers en contact avec des médicaments, solvants, pesticides, métaux dans les industries chimiques, pharmaceutiques, cosmétiques, plasturgiques, … et dans le secteur agricole.
    source : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

    sep article