Michel Savin : #BalanceTonMaire, “un mouvement insupportable qui ternit un peu plus notre contrat républicain”

sep article

Notre indépendance c

TRIBUNE LIBRE – Michel Savin, sénateur de l’Isère, s’offusque du hashtag #BalanceTonMaire diffusé sur les réseaux sociaux par des militants En marche pour dénoncer les maires ayant augmenté leur taxe d’habitation. Des attaques délétères pour l’esprit républicain et injustes, selon l’élu, dans un contexte de baisse des dotations de l’État.

 

 

Depuis vingt-quatre heures, les élus locaux et les maires de nom­breuses com­munes ont été livrés au tri­bu­nal de l’opinion publique. Alors que de nom­breux Français se plai­gnaient de la hausse de leur taxe d’habitation (contraire à l’engagement de sup­pres­sion du Président Macron), le gou­ver­ne­ment a trouvé bon de nom­mer pré­ci­sé­ment les com­munes où le taux de la taxe d’habitation a aug­menté. Étrangement, il n’a pas réussi à rendre aussi lisible et acces­sible le nom des com­munes pour les­quelles les dota­tions de l’État dimi­nuent…

 

Les mili­tants mar­cheurs, sou­te­nus par le gou­ver­ne­ment, ont alors trouvé de bon goût de lan­cer le hash­tag #BalanceTonMaire sur les réseaux sociaux. Les maires et les élus locaux sont aujourd’hui les der­niers élus aux­quels les Français font encore confiance. Ce sont eux qui chaque jour sont sur le ter­rain, répondent aux inquié­tudes et agissent pour l’intérêt géné­ral, dans des condi­tions de plus en plus pré­caires. Comme le dit si bien le pré­sident du Sénat Gérard Larcher, les maires sont « à por­tée d’engueulades ».

 

Face au nombre de com­pé­tences délé­guées par l’État en crois­sance conti­nue, ils font face à des bud­gets tou­jours plus contraints, l’État oubliant sou­vent de délé­guer les bud­gets en même temps que les com­pé­tences.

 

 

Un moyen de faire oublier le niveau record d’impopularité ?

 

Finalement, face à l’adversité et sans autres moyens, de nom­breuses com­munes, qui sou­haitent main­te­nir des ser­vices de proxi­mité et de qua­lité et face au retrait mas­sif du sou­tien de l’État, n’ont d’autres choix que d’augmenter la taxe d’habitation.

 

L’application du prin­cipe du name and shame (nom­mer et faire honte) envers les élus locaux abîme un peu plus notre contrat répu­bli­cain. Peut-être est-ce là un moyen pour le gou­ver­ne­ment et sa majo­rité de faire oublier le niveau record d’impopularité auquel ils font face ? Une telle pra­tique ne peut en tout cas que ren­for­cer le sen­ti­ment de défiance des citoyens envers les élus, ren­for­cer la réponse popu­liste.

 

Alors que de plus en plus d’élus locaux démis­sionnent en rai­son de leur impos­si­bi­lité d’agir digne­ment pour les citoyens et de leur sen­ti­ment d’impuissance face à la tech­no­cra­tie éta­tique, il m’est insup­por­table de les voir désor­mais livrés à une vin­dicte popu­laire orches­trée sur les

réseaux sociaux.

 

 

Après #BalanceTonMaire, #Balancetongouvernement ?

 

Aussi, face au bon goût du hash­tag #BalanceTonMaire, pour­quoi ne pas lan­cer le hash­tag #Balancetongouvernement ?

 

#Balancetongouvernement qui a rompu le lien de confiance entre les élus locaux et l’État ;

 

#Balancetongouvernement qui annonce la sup­pres­sion de la taxe d’habitation sans trou­ver de moyen viable d’assurer la com­pen­sa­tion des 26 mil­liards d’euros annuels man­quants ;

 

#Balancetongouvernement qui oblige les col­lec­ti­vi­tés à limi­ter à 1,2 % la crois­sance des coûts de fonc­tion­ne­ment quand celui de l’État s’envole ;

 

#Balancetongouvernement qui envi­sage poten­tiel­le­ment de sup­pri­mer 50 000 postes de fonc­tion­naires mais qui demande aux col­lec­ti­vi­tés d’en sup­pri­mer 70 000 ;

 

#Balancetongouvernement qui a sup­primé la réserve par­le­men­taire qui été flé­chée pour 100 mil­lions d’euros vers les pro­jets des col­lec­ti­vi­tés (et ne com­pense par­tiel­le­ment qu’à hau­teur de 50 mil­lions d’euros) ;

 

#Balancetongouvernement qui demande des efforts et des éco­no­mies aux col­lec­ti­vi­tés mais qui creuse chaque année son défi­cit ;

 

#Balancetongouvernement qui délègue tou­jours plus de com­pé­tences mais qui oublie de délé­guer les finan­ce­ments et de les main­te­nir.

 

***

 

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

commentez lire les commentaires
3401 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.