Nicole Belloubet, ministre de la Justice. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Indépendance de la jus­tice : « Madame Belloubet, vous n’êtes pas la garde des sots » (nou­velle édition)

Indépendance de la jus­tice : « Madame Belloubet, vous n’êtes pas la garde des sots » (nou­velle édition)

TRIBUNE LIBRE* – Les pro­pos tenus dans la presse par Nicole Belloubet, garde des Sceaux, sur l’in­dé­pen­dance de la jus­tice font une nou­velle fois réagir Pascal Clérotte, porte-parole du Groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain. Qui en pro­fite pour dénon­cer plus pré­ci­sé­ment le manque d’in­dé­pen­dance du par­quet et les faibles moyens alloués à la justice.

« J’en ai assez de tous ces soup­çons qui pèsent sur l’in­dé­pen­dance de la jus­tice », […]. « La jus­tice n’est pas aux ordres, ce serait insul­tant de pen­ser le contraire. »

Chère Mme la Ministre,

Ce n’est pas la jus­tice dont il s’a­git mais du par­quet, qui n’est qu’une par­tie de l’ins­ti­tu­tion judi­ciaire. Les par­que­tiers ne sont pas des juges, mais de « simples » magistrats.

Le par­quet en France n’est pas indé­pen­dant mais subor­donné au pou­voir exécutif. 

Pas nous qui le disons mais l’arrêt Medvedyev de 2008 de la Cour euro­péenne des Droits de l’Homme. Le par­quet n’est pas l’autorité judi­ciaire, ce n’est que l’au­to­rité de poursuite.

Si un juge d’ins­truc­tion, juge du siège indé­pen­dant, avait été nommé dans les affaires « Mélenchon » et avait ordonné les per­qui­si­tions par com­mis­sion roga­toire, nous n’au­rions pas aujourd’­hui ce débat.

Visite du palais de justice. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Nicole Belloubet, garde des Sceaux, lors de sa visite du palais de jus­tice de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Puisque le par­quet est sous vos ordres, vous auriez pu don­ner ins­truc­tion en ce sens. Vous êtes donc res­pon­sable de cette cala­mité totale qu’est le trai­te­ment des deux enquêtes pré­li­mi­naires visant M. Mélenchon, sa (ses) for­ma­tions poli­tiques et cer­tains de ses pres­ta­taires, même si ces pro­cé­dures semblent régu­lières juri­di­que­ment (on verra si l’ab­sence de PV dénon­cée par cer­tains se véri­fiera. Si jamais une des per­qui­si­tions venait à être annu­lée pour vice de forme, la ques­tion de votre démis­sion se posera de manière lan­ci­nante). Ce qui pose pro­blème n’est pas le « quoi » (le fond des dos­siers) mais le « com­ment » et le « quand ».

Vous avez rai­son : la jus­tice et le par­quet n’y sont stric­te­ment pour rien.

Le doute béné­fi­cie tou­jours à l’ac­cusé. C’est vrai dans les pré­toires, c’est encore plus vrai dans le débat public parce que la subor­di­na­tion du par­quet à l’exécutif ne fait qu’ac­croître le doute de la moti­va­tion poli­tique des pour­suites. Si ce doute existe, les rai­sons en sont ins­ti­tu­tion­nelles, orga­niques et orga­ni­sa­tion­nelles, non pas procédurières.


Mélenchon, au bout du compte, sor­tira grandi de cette affaire, pas vous. Vous, vous êtes là en CDD. Ce qui importe est ce qui per­dure : l’ins­ti­tu­tion judi­ciaire. Ce qui est grave est qu’à cause de vous, puis­qu’il s’a­git du par­quet qui est sous vos ordres, la cré­di­bi­lité de l’institution judi­ciaire, fon­da­men­tale en démo­cra­tie vient de prendre une nou­velle fois un coup dont l’en­semble de la société aurait pu faire l’économie.

Après l’af­faire Benalla que vous avez géré de manière cala­mi­teuse en vous fai­sant qua­si­ment l’a­vo­cate de ce mon­sieur, tout en fou­lant au pied et le secret de la pro­cé­dure et la pré­somp­tion de son inno­cence en décla­rant sur France Inter qu’il s’a­gis­sait « d’une dérive indi­vi­duelle », la coupe est pleine. En avez-vous conscience ?

Le fait que vous entre­te­niez sciem­ment, pour des rai­sons poli­tiques, la confu­sion entre jus­tice et par­quet par­ti­cipe à cette perte de crédibilité.

Vous en avez assez qu’on mette en doute l’in­dé­pen­dance du par­quet qui n’est pas indé­pen­dant ? Mais c’est alors très simple :

  1. Arrêtez le jésui­tisme qui consiste à essayer de faire pas­ser la par­tie pour le tout : le par­quet n’est pas la justice ;
  2. Assurez-vous que la loi pré­voie que le pou­voir exé­cu­tif ne nomme plus les pro­cu­reurs et que des farces comme celle des entre­tiens d’embauche pour le poste de Procureur de la République de Paris à Matignon puis l’Élysée qui recale les can­di­dats qui ne lui conviennent pas ne se repro­duise pas ;
  3. Les 125 pro­cu­reurs de la République sont char­gés de mettre en œuvre la poli­tique du gou­ver­ne­ment et reçoivent pour se faire ins­truc­tions, cir­cu­laires etc. Il est alors aisé de véri­fier que cela est res­pecté (atten­tion : la poli­tique des résul­tats telle qu’on lui a sou­mis les forces de l’ordre est fon­da­men­ta­le­ment incom­pa­tible avec la jus­tice – et avec les forces de l’ordre également) ;
  4. Coupez le cor­don ombi­li­cal qui existe entre la chan­cel­le­rie et le par­quet et don­nez l’in­dé­pen­dance au par­quet de pour­suivre ce qu’il juge bon de pour­suivre dans le res­pect de la poli­tique pénale du gou­ver­ne­ment dont il sera alors seul res­pon­sable, y com­pris disciplinairement ;
  5. Interdisez stric­te­ment et péna­li­sez toute remon­tée for­melle comme infor­melle du par­quet vers la chan­cel­le­rie concer­nant toute pro­cé­dure en cours dès son ouverture ;
  6. Donnez ins­truc­tion qu’on pour­suive sys­té­ma­ti­que­ment toute infrac­tion au secret pro­fes­sion­nel, sur­tout quand cela implique des fuites dans les médias ;
  7. Donnez ins­truc­tion, comme c’est le cas dans de nom­breuses démo­cra­ties (USA, Allemagne etc.), au Parquet de ne pas lan­cer de nou­velles pro­cé­dures et sur­seoir à tout acte de pro­cé­dure dans celles exis­tantes en période élec­to­rale concer­nant des can­di­dats, afin que la jus­tice n’in­ter­fère pas dans le débat poli­tique (sinon la poli­tique s’in­vi­tera tou­jours dans les débats judi­ciaires). Cela ne devrait pas poser pro­blème puisque les infrac­tions com­mises par des élus ne sont fort heu­reu­se­ment pas dans leur écra­sante majo­rité des crimes de sang ou des atteintes aux per­sonnes, mais des affaires poli­tico-finan­cières qui peuvent souf­frir de quelques mois de retard ;
  8. Donnez ins­truc­tion qu’une infor­ma­tion judi­ciaire menée par un juge d’ins­truc­tion indé­pen­dant soit la règle pour toute pro­cé­dure visant des élus et concer­nant des faits com­mis dans l’exer­cice de leurs man­dats élec­tifs afin que nul ne puisse invo­quer d’ar­gu­ment de la moti­va­tion poli­tique des pour­suites ; et
  9. Doublez le bud­get de l’ins­ti­tu­tion judi­ciaire pour que les dépenses et le nombre de magis­trats par habi­tant soient équi­va­lents à ceux de nos voi­sins euro­péens, par exemple à ceux de l’Allemagne.

Au lieu de cela, vous cher­chez à impo­ser une réforme contre laquelle l’en­semble des pro­fes­sion­nels de jus­tice, juges, magis­trats, avo­cats, per­son­nels de jus­tice etc. sont vent debout.

Cette réforme semble être un copié-collé des réformes « pot-pourri 1 » et « pot-pourri 2 » en Belgique, qui se sont avé­rées catas­tro­phiques à l’u­sage parce qu’in­dui­sant insé­cu­rité juri­dique à tous les étages, parce que cou­pant le juge du citoyen et de l’a­vo­cat, parce que rem­pla­çant par une jus­tice pro­cé­du­rale une jus­tice qui ne peut être que pro­cé­du­rière, parce qu’ayant induit non pas un désen­gor­ge­ment de la jus­tice mais poussé sys­té­ma­ti­que­ment les dos­siers plus haut dans le cir­cuit (cette liste n’est pas exhaustive).

Vous n’êtes pas, Mme la Ministre, la garde des sots parce que ni les pro­fes­sion­nels de jus­tice ni les citoyens ne sont des sots. Arrêtez de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas et atta­chez-vous à l’amélioration de la pro­cé­dure pénale et à la réa­lité de son exer­cice, sans regar­der à la dépense.

***

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Opérations "collège mort" en Isère pour dénoncer la mise en place de groupes de niveaux à la rentrée prochaine
Opérations « col­lège mort » en Isère pour dénon­cer la mise en place de groupes de niveaux à la rentrée

FLASH INFO - Plusieurs collèges isérois organisaient mercredi 27 mars 2024 une opération "collège mort" pour dénoncer la mise en place de "groupes de niveaux", Lire plus

Tribune libre: "un observatoire de l’eau ne peut être au service d’une vision politique, encore moins d’une industrie"
Tribune libre : « un obser­va­toire de l’eau ne peut être au ser­vice d’une vision poli­tique, encore moins d’une industrie »

TRIBUNE LIBRE - À l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, vendredi 22 mars 2024, la branche grenobloise du collectif Scientifiques en rébellion signe une Lire plus

Tribune libre: "Montrons notre reconnaissance ainsi que notre amour au cinéma Le 6 Rex"
Tribune libre : « Montrons notre recon­nais­sance ainsi que notre amour au cinéma Le 6 Rex »

TRIBUNE LIBRE - Alors que le cinéma grenoblois historique le 6 Rex va fermer ses portes le mardi 26 mars 2024 à minuit, le militant Lire plus

Tribune libre: "Des boîtes réutilisables dans les pizzérias pour dire stop aux cartons à pizza"
Tribune libre : « Des boîtes réuti­li­sables dans les piz­zé­rias pour dire stop aux car­tons à pizza »

TRIBUNE LIBRE - Matthieu Noirez, qui se décrit comme un "Grenoblois amateur de pizza mobilisé sur la question de la limitation des déchets", propose à Lire plus

Tribune libre | Jérémie Giono (PCF 38) : « Proche-Orient : agir, com­prendre et avan­cer, pour une paix juste et durable »

TRIBUNE - Début février 2024, le bilan des bombardements israéliens sur Gaza, déclenchés le 7 octobre 2023 en réaction à l'attaque terroriste du Hamas, dépasse Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !