Covoiturage, transports en commun, parkings-relais… Le Département de l’Isère verdit sa politique de mobilité

sep article



FOCUS — Entre dispositifs d’incitation aux transports en commun, développement de réseaux de covoiturage et construction annoncée de parkings-relais, le Conseil départemental de l’Isère se fixe pour objectif de verdir considérablement sa politique de mobilité.

 

Covoiturage, voi­ture par­ta­gée, par­kings-relais… En annon­çant ses objec­tifs en matière de mobi­lité sur son ter­ri­toire, le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère a clai­re­ment mis en avant les modes de dépla­ce­ments dits “ver­tueux”. Objectif assumé ? Souligner que les pré­oc­cu­pa­tions envi­ron­ne­men­tales ne sont pas l’a­pa­nage de la Métro ou de la Ville de Grenoble.

 

De gauche à droite : Jean-Claude Peyrin, vice-président du Département en charge des Transports, et Jean-Pierre Barbier, président du Département © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Claude Peyrin, vice-pré­sident du Département en charge des Transports, et Jean-Pierre Barbier, pré­sident du Département. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« On veut lais­ser à pen­ser que le Département ne se pré­oc­cupe pas d’en­vi­ron­ne­ment. C’est faux dans les faits, et dans ce que nous vou­lons faire dans cette deuxième par­tie de man­dat », clame ainsi Jean-Pierre Barbier. Pas ques­tion pour autant de comp­ter le pré­sident du Conseil dépar­te­men­tal dans les rangs des décrois­sants. L’enjeu ? « Continuer à se déve­lop­per tout en étant res­pec­tueux », en pre­nant en compte la dimen­sion « envi­ron­ne­men­tale, sociale et éco­no­mique » du déve­lop­pe­ment durable.

 

Et Jean-Pierre Barbier de rap­pe­ler que le Département a réta­bli la gra­tuité des trans­ports en com­mun au début de son man­dat « pour évi­ter les trans­ports indi­vi­duels de 40 000 col­lé­giens ». Sans oublier de van­ter son plan THD (très haut débit), sus­cep­tible de per­mettre le déve­lop­pe­ment du télé­tra­vail et, ainsi, de limi­ter un cer­tain nombre de dépla­ce­ments d’employés. Y com­pris à tra­vers le déve­lop­pe­ment de centres dédiés au télé­tra­vail sur le dépar­te­ment.

 

 

Un programme de fidélisation au réseau Transisère

 

Quid des per­sonnes qui, pour leur part, devront conti­nuer à se dépla­cer ? Jean-Claude Peyrin, vice-pré­sident du Département en charge des Transports et de la Mobilité, veut mettre l’ac­cent sur des réa­li­tés de ter­rain : « Quand vous êtes au centre d’une agglo­mé­ra­tion, la mobi­lité ce n’est pas un souci. Le souci, ce sont dans les zones peu denses ! » Et des solu­tions de mobi­lité doivent par­fois s’en­vi­sa­ger sur de faibles ampli­tudes géo­gra­phiques.

 

En pre­mier lieu, le Département sou­haite inci­ter les Isérois à prendre les trans­ports en com­mun. Ainsi, à l’i­mage du pro­gramme AvanTag mis en place par les Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise en cette ren­trée 2018, un dis­po­si­tif bap­tisé Libravoo aura pour voca­tion de fidé­li­ser les uti­li­sa­teurs du réseau Transisère. À comp­ter du 1er octobre, les abon­nés du réseau rece­vront des points à chaque vali­da­tion d’un ticket, y com­pris les sco­laires.

 

Avec Libravoo, prendre un car Transisère permettra de cumuler des points et de bénéficier d'avantages auprès d'un certain nombre de structures commerciales © Loïc Perrin

Avec Libravoo, prendre un car Transisère per­met­tra de cumu­ler des points et de béné­fi­cier d’a­van­tages auprès d’un cer­tain nombre de struc­tures com­mer­ciales. © Loïc Perrin

 

En échange de ces points ? Des cadeaux ou des bons de réduc­tion à faire valoir auprès de chaînes telles que Go Sport, le Club Med ou Darty, mais aussi auprès de com­merces locaux tels le Comptoir de Mathilde à Grenoble, l’Escape Game de Voiron ou encore le Vienne Fitness Club. Et si Libravoo ne concerne, dans un pre­mier temps, que le réseau Transisère, il devrait impli­quer par la suite les dis­po­si­tifs de covoi­tu­rage déve­lop­pés sur le dépar­te­ment.

 

Avant même son lan­ce­ment offi­ciel, Libravoo pre­nait déjà une bonne direc­tion. Le pro­jet figure en effet parmi les lau­réats de l’ap­pel à pro­jets French Mobility 2018, lancé par le minis­tère des Transports, et dont les résul­tats ont été déli­vrés le 26 sep­tembre. Un appel à pro­jets saluant les dis­po­si­tifs des­ti­nés à favo­ri­ser la mobi­lité « pour tous les ter­ri­toires », tout en déve­lop­pant une mobi­lité active, plus propre et acces­sible à tous les publics.

 

 

Covoiturage et voiture partagée

 

Le plu­riel est en effet de mise car le Conseil dépar­te­men­tal accom­pagne deux pla­te­formes de covoi­tu­rage dif­fé­rentes. D’une part, Mov’ici, ini­tié par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et relayé en Isère par le Département. D’autre part, Illicov, actuel­le­ment déployé sur une ligne Vercors-Grenoble en atten­dant peut-être d’autres par­cours. Autant de ser­vices com­pa­rables à un Blablacar, mais se vou­lant adap­tés à des dis­tances courtes et des par­cours du quo­ti­dien.

 

Un arrêt Illicov, service de covoiturage en ligne © Illicov

Un arrêt Illicov, ser­vice de covoi­tu­rage en ligne. © Illicov

 

Le Département annonce éga­le­ment son adhé­sion à Rezo Pouce, une nou­velle façon de conce­voir l’au­tos­top qui ne se dis­tingue que très sub­ti­le­ment des autres pla­te­formes de covoi­tu­rage. Enfin, Jean-Claude Peyrin men­tionne une phase de test de voi­tures par­ta­gées entre par­ti­cu­liers, notam­ment sur le ter­ri­toire de Bièvre-Valloire. « On est dans l’ordre de quelques dizaines de véhi­cules, mais cela rend des ser­vices fon­da­men­taux entre hameaux, et cela peut per­mettre de régler des pro­blèmes de cir­cu­la­tion impor­tants », estime-t-il.

 

Dernière solu­tion pour favo­ri­ser la voi­ture par­ta­gée ? La mise en place d’une dégres­si­vité des tarifs aux péages des auto­routes, en fonc­tion du nombre de pas­sa­gers dans la voi­ture. Une idée qui s’ins­crit dans le cadre du pro­jet euro­péen Samba, déployé sur l’es­pace alpin pour pro­mou­voir une mobi­lité durable. Il fau­dra tou­te­fois comp­ter quelques semaines, voire quelques mois, avant de payer moins cher son péage. Le temps, pour le Département, de bou­cler les négo­cia­tions avec l’ex­ploi­tant des auto­routes Area.

 

 

Des parkings-relais à venir

 

Au-delà de ces dif­fé­rents dis­po­si­tifs d’in­ci­ta­tion, le Département annonce la créa­tion de nou­velles infra­struc­tures. Et tacle volon­tiers la majo­rité dépar­te­men­tale pré­cé­dente. « Pendant quinze ans, on a souf­fert du manque de pro­jets d’infrastructure ! », juge Jean-Claude Peyrin. Des par­kings-relais sont ainsi dans les tuyaux pour favo­ri­ser les offres de covoi­tu­rage. Un appel d’offres pour leur réa­li­sa­tion sera lancé en 2019, pré­cise Jean-Pierre Barbier. Sans chif­frer encore l’in­ves­tis­se­ment prévu.

 

Jean-Claude Peyrin et Jean-Pierre Barbier visitent un car au gaz naturel © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Claude Peyrin et Jean-Pierre Barbier visitent un car au gaz natu­rel. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Côté pra­tique encore, le cal­cu­la­teur d’i­ti­né­raires du site Itinisère devrait pro­po­ser pro­chai­ne­ment de nou­velles dis­po­ni­bi­li­tés. « Pour les temps de tra­jet, nous allons prendre en compte les embou­teillages, don­ner le temps réel et pas un temps théo­rique », indique Jean-Claude Peyrin. Sans oublier l’in­té­gra­tion de nou­velles options de dépla­ce­ment avec les offres de covoi­tu­rage, ainsi que les pistes cyclables et leurs déni­ve­lés.

 

L’objectif final : per­mettre à tous ces dis­po­si­tifs d’at­teindre cha­cun une masse cri­tique d’u­ti­li­sa­teurs pour fonc­tion­ner et se com­plé­ter har­mo­nieu­se­ment. « Les nou­velles mobi­li­tés c’est un nuage. En den­si­fiant le nuage, on peut arri­ver à faire quelque chose », résume ainsi Jean-Claude Peryin. Un nuage sus­cep­tible de rem­pla­cer celui de par­ti­cules fines qui, régu­liè­re­ment, vient empoi­son­ner l’at­mo­sphère du dépar­te­ment ?

 

Florent Mathieu

 

 

EXPÉRIMENTATION DE CARS “VERTS” SUR LE RÉSEAU VFD

 

Le réseau VFD uti­li­sera-t-il bien­tôt des cars élec­triques ou fonc­tion­nant au GNV (gaz natu­rel pour véhi­cules) ? Une expé­ri­men­ta­tion vient en tout cas d’être réa­li­sée, du 17 au 21 sep­tembre der­nier, sur le réseau des trans­ports isé­rois dans le cadre de la Semaine euro­péenne de la Mobilité.

 

Électricité et gaz pour faire rouler les prochains cars VFD ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Électricité et gaz pour faire rou­ler les pro­chains cars VFD ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

Deux fabri­cants, Iveco Bus et Yutong, ont ainsi fait cir­cu­ler leurs véhi­cules “verts” sur les lignes Grenoble-Crolles et Grenoble-Villard-de-Lans. « Ces par­te­na­riats ont ouvert la pos­si­bi­lité de tes­ter en condi­tions réelles des véhi­cules inno­vants sur des lignes régu­lières inter­ur­baines en Isère », sou­ligne le trans­por­teur.

 

Une expérimentation utile pour de prochains appels d’offre

 

De fait, le but de l’o­pé­ra­tion était bien de recueillir les retours des pas­sa­gers, à tra­vers des enquêtes de ter­rain ou sur des avis expri­més en ligne, autant que des équipes tech­niques.

 

Confort, mania­bi­lité et condi­tions de cir­cu­la­tions sur cer­taines routes pen­tues ou sinueuses sont autant de cri­tères pris en compte. Et ont jus­ti­fié le choix des deux lignes d’ex­pé­ri­men­ta­tion, pré­sen­tant toutes deux des carac­té­ris­tiques variées au long de leurs par­cours res­pec­tifs.

 

Si les véhi­cules tes­tés ne font désor­mais plus par­tie de la flotte VFD, l’ex­pé­ri­men­ta­tion doit per­mettre à la société de mieux appré­hen­der ses pro­chains appels d’offre.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2822 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.